Acné et Pilule – Comment arrêter de prendre cette daube de pilule ? PART 3

Si vous n’avez pas encore lu PART 1 & PART 2 de ce post, je vous conseille de le faire avant de lire ce prochain article.

Pour faire court, après une première tentative il y a 9 ans, j’ai finalement arrêté ma pilule pour de bon l’an dernier (en juillet 2012). Lors de ma première tentative j’avais arrêté du jour au lendemain – j’avais suivi ma plaquette jusqu’au bout, puis, au lieu de reprendre la plaquette suivante j’avais laissé faire la nature (comme l’indiquait la notice). Sauf que tout cela s’était terminé par une aménorrhée de 6 mois, de l’acné à ne plus savoir quoi en faire, un état dépressif, et une grande solitude, car bien sûr aucun médecin ne voulait acquiescer le problème. J’avais fini par reprendre ma pilule, pensant devoir en être prisonnière à vie. Après ce malheureux incident je croyais ne jamais pouvoir arrêter la pilule un jour sans passer par la case « boutons ». Mais l’an dernier, après avoir effectué pas mal de recherches en ligne, j’ai trouvé une méthode plus douce pour arrêter les contraceptifs oraux sans avoir à subir tous les effets néfastes dus aux changements hormonaux brusques. Cette fois-ci je n’ai pas demandé conseil à ma gynéco ni à mon médecin traitant.

En l’espace de 6 mois j’ai graduellement réduit le dosage de la pilule. Pendant 2 mois j’ai pris 3/4 de la dose prescrite, pendant les 2 mois suivants j’ai pris 1/2 dose, et pendant les 2 derniers mois j’ai pris 1/4 de pilule. Chaque soir, au moment de prendre ma pilule, je coupais mes comprimés au cutter à papier, et je ne prenais que la dose souhaitée. Petit à petit je suis donc passée d’un comprimé entier à rien du tout.

Cette méthode s’est avérée très efficace. Je n’ai jamais souffert d’acné durant tout le temps du sevrage ni par la suite, et depuis j’ai retrouvé un cycle régulier. Pour plus d’info, lisez PART 1 & PART 2 de ce post. Ces deux derniers articles ont été rédigés après avoir constaté que nous étions nombreuses à avoir eu une mauvaise expérience suite à la discontinuation abrupte de la pilule.

Je suis, aujourd’hui, contre ce moyen de contraception, qui, a mon sens, n’est pas du tout – contrairement à ce que l’on prétend depuis des décennies – la solution féministe aux grossesses non désirées.

De nombreuses femmes m’ont contactée suite à la lecture de ces 2 derniers articles, me remerciant pour toutes ces infos et me demandant conseil. Je ne suis pas médecin, et je n’ai pas les qualifications nécessaires pour pouvoir donner des conseils thérapeutiques. En revanche, je crois qu’en matière de santé on n’est jamais mieux servi que par soi-même, et qu’à l’exception des conditions graves nécessitant une intervention médicale il est possible d’éviter les médicaments pharmaceutiques, notamment les contraceptifs oraux, prescrits à tout va.

On m’a beaucoup demandé si durant toute la période du « sevrage » et par la suite j’avais pris des compléments alimentaires ou « fait des choses » pour booster mon organisme et réduire les chances de refaire face à une crise d’acné. Voici donc quelques astuces pour vous aider dans votre aventure au naturel :

1- Mon petit nombril

1-5.jpg

La pilule a tendance à tuer les bonnes bactéries dans l’intestin. J’ai donc investi dans un bon probiotique (on en trouve en pharmacie et dans les magasins bio). Je l’ai pris pendant les 6 mois de sevrage, et je fais des petites « cures » tous les quelques mois depuis que j’ai arrêté la pilule tout court. Des déséquilibres de la flore intestinale peuvent conduire à des mycoses à répétition, et à la malabsorption de nutriments essentiels au bien être de la peau, des cheveux, et des ongles. Le probiotique aide la flore à se reconstituer et permet une meilleure digestion et une meilleure absorption des nutriments. Pour celles qui disposent d’un peu plus de temps, le kéfir de lait ou de noix de coco est un excellent probiotique fait-maison. La choucroute fermentée crue est également une excellente source de bonnes bactéries.

2 – Les anti-inflammatoires

épinards

Durant tout le temps du sevrage et depuis que j’ai arrêté la pilule j’ai radicalement augmenté ma consommation de légumes à feuilles verts et de fruits et légumes colorés. Les légumes verts foncés sont une superbe source d’antioxydants. Les tomates, les carottes, les baies telles que les myrtilles et la canneberge sont très efficaces contre l’inflammation, et on sait tous que l’acné n’est autre qu’une inflammation de l’épiderme…

Et pour celles qui souhaitent retrouver leur cycle naturel en vue d’une grossesse, les épinards et les légumes à feuilles vertes contiennent plein d’acide folique, une vitamine nécessaire au bon développement du foetus, surtout en début de grossesse.

3 – Le curcuma

TurmericCette racine orange est bourrée d’antioxydants et elle est bien connue pour ses vertues guérissantes. On en trouve dans les épiceries exotiques et parfois en grande surface. Si vous ne parvenez pas à trouver de la racine de curcuma la poudre est presque toute aussi efficace pour réduire l’inflammation. Perso, je la saupoudre sur mes salades, riz, légumes – je l’ajoute à ma vinaigrette, bref, il y a plein de manières de l’inclure dans vos repas.

4 – Le bio

Label AB

On peut débattre midi à 14h sur les avantages et les désavantages de l’agriculture biologique, il n’empêche que les producteurs de produits animales bio n’utilisent pas d’hormones synthétiques ni d’antibiotiques pour soigner leurs animaux. Je conseille donc aux femmes souhaitant retrouver un équilibre hormonal d’éviter de consommer des produits animales (viande/lait/oeufs etc.) d’origine non-biologique car les substances utilisées pour traiter les animaux destinés à la consommation se retrouvent dans notre organisme et peuvent détraquer nos hormones.

5 – Adieu le sucre

no-sugar

Vous aimez le sucre ? Moi aussi ! C’est ma bête noire (ou blanche plutôt !). Mais cette cocaïne douce est un véritable poison et je recommande à toutes celles qui souhaitent retrouver leur cycle (surtout celles qui souffrent du syndrôme des ovaires polykystiques ou celles qui ont un cycle irrégulier) d’éviter à tout prix les aliments sucrés. Le sucre dans le sang a tendance a faire grimper les taux de testostérone, ce qui à son tour aggrave l’acné et peut provoquer des chutes de cheveux, de la pilosité faciale, et des kystes ovariens (rien que ça !), alors bon, il vaut mieux couper court au sucre.

Et j’ajouterai sous cette rubrique que cela ne sert à rien de couper le sucre si vous continuez à fumer comme des pompiers et à boire comme des trous. Utilisez votre bon sens et arrêtez tous ces poisons, et votre cycle et votre peau vous en remerciera !

6 – H 2 O

verre d'eau

Boire de l’eau permet au corps d’éliminer les toxines. Il vaut mieux boire de l’eau que des jus de fruits sucrés ou des sodas. Si possible, prenez de l’eau de bouteille, et faites en sorte que les bouteilles soient en verre. Le bisphénol A contenu dans les emballages en plastique est très mauvais pour le système endocrinien.

7 – N’en faites pas trop

visage

Arrêtez de vous laver le visage comme des malades ! Je sais comment ça se passe ! Vous avez la peau qui graisse, vous la savonnez avec un tas de produits décapants, et au bout de quelques heures vous recommencez. Ça, les filles, c’est la recette du désastre ! Plus vous allez vous laver la peau et la décaper, plus votre peau va se re-graisser. Je sais que vous n’avez pas envie de l’entendre mais il va falloir cesser d’utiliser des produits antiseptiques que votre peau.

Durant tout le temps du sevrage j’ai dit non au savon. J’ai opté pour la méthode la plus douce qui soit : de l’eau froide, un peu sur mon visage tous les matins, et basta ! Au début ma peau n’était pas habituée, car avant j’aimais bien me frotter le visage avec du savon, mais aujourd’hui je ne troquerais plus jamais ma routine beauté contre des soi-disant « nettoyants » – même « naturels ».

8 – L’huile de jojoba

Jojoba

Si vraiment vous n’arrivez pas à vous passer de crème du jour, faites une exception pour l’huile de jojoba. La composition moléculaire de cette huile est étonnamment proche de notre propre huile épidermique – le fameux sébum – et, petit astuce rigolo – quand vous utilisez cette huile les récepteurs nerveux pensent que c’est votre propre peau qui produit suffisamment de sébum. Du coup, le cerveau arrête de demander à votre peau de produire autant de graisse, et votre peau se régule naturellement ! Magique !

Perso, j’utilise une ou deux gouttes le matin sur mon visage et mon cou, et c’est tout. Le soir, il m’arrive de me démaquiller avec.

9 – ZZZZZZZzzzzzzz

dormir

Si on parle de « sevrage » c’est que vous êtes « dépendantes ». Votre corps s’est habitué à ingérer des hormones synthétiques, et à mesure que vous lui ôtez il va devoir apprendre à se « débrouiller tout seul ». Il faut vous ménager. Prenez le temps de vous reposer. Soyez à l’écoute de votre corps. Si vous êtes énervée, faites un « break » (mais ne prenez pas de kit-kat hein !), faites une sieste. Et essayez d’être disciplinée avec le sommeil (7h/nuit c’est l’idéal).

10 – Yes you can !!!

gallery-1431094283-14-075-deniseaustin-0778rt.jpg

Le sport aide le corps à se détoxifier. Les bienfaits du sport sur le cycle féminin sont innombrables. Même si vous n’aimez pas trop le sport, donnez vous des petits défis : un tour de quartier, 15 minutes de yoga, un aller-retour au marché en vélo plutôt qu’en voiture…

Perso, je ne suis pas une grande fan du sport, et étant mince naturellement je n’ai pas la motivation de celles qui souhaitent garder leur ligne ou perdre des kilos. Mais cette année je me suis obligée à aller à la piscine de temps en temps, et là je vais m’inscrire à 10 séances de Pilates, histoire de commencer en douceur ! C’est toujours un investissement de faire du sport en club, mais je me dis que c’est mieux de de fumer ou de claquer mon salaire dans des cocktails, et c’est plus motivant de le faire en groupe que de le faire toute seule !

11 – Le vitex/agnus-castus/herbe à gattilier/arbre de chasteté 

vitex

Tant d’appellations pour un seul et même produit, le vitex est une plante utilisée depuis le moyen âge pour traiter les troubles du cycle chez la femme. À l’époque on l’appelait « l’arbre de chasteté » car il aidait les curés ayant des penchants charnels à vaincre la tentation. Il est plus efficace quand il est pris à moyen-long terme. Personnellement, j’ai pris 400mg/jour pendant 1 an et j’ai trouvé ça génial. J’ai eu mes règles tous les mois (aux alentours de 28 jours), ce qui pour moi était inespérée (j’étais très mal réglée avant de prendre la pilule), et j’ai eu l’impression ne moins souffrir de syndrôme prémenstruel quand je le prenais.

Aujourd’hui je prends une capsule tous les quelques jours. Certaines femmes disent ne pas sentir les effets de ce complément, et d’autres ne jurent que par ça. Tout ce que je sais c’est qu’il s’agit d’une solution 100% naturelle et sans risque aux troubles du cycle. Le vitex agit sur le cerveau, aidant ainsi le corps à mieux réguler les quantités d’hormones qu’il produit. Ainsi, ce complément aidera une femme à produire plus de progestérone si elle n’en produit pas assez, et il en aidera une autre à produire moins de testostérone si elle en produit trop. En soi, le vitex ne contient aucune hormone. Contrairement au soja qui est oestrogénique, le vitex ne risque pas de détraquer vos hormones davantage car il n’en contient pas.

12 – La bardane

4-pcs-lot-Clear-Glass-Tea-Cup-Egg-Shaped-Hand-Blowing-Coffee-Milk-Drink-Cup-180ml

La bardane possède des vertus purifiantes. On peut la boire en tisane ou en décoction ou la prendre en capsules. Elle aide le corps à se purger des toxines. Elle est donc l’alliée des belles peaux. Il est conseillé de faire des cures régulières de bardane mais de ne pas en prendre tous les jours de l’année comme on peut le faire avec le vitex. Il n’est pas rare de faire une petite poussée d’acné au début de la cure, c’est la preuve que l’organisme se purge des toxines. Souvent cette crise d’acné ne dure pas.

Si la poussée d’acné persiste il serait peut-être temps de prendre rendez-vous chez un naturopathe. Normalement, les toxines sont censés passer par le foie et les reins, puis les intestins et la vessie avant d’être excrétées par le corps. Si ces organes sont trop toxiques ou « fainéants » c’est la peau qui prend le relai car il faut bien que le corps trouve un moyen de se débarrasser des poisons. La bardane agit sur les organes d’élimination afin d’ôter ce fardeau à l’épiderme. En général on voit rapidement les bienfaits de la bardane sur la peau. Personnellement, j’ai fait plusieurs cures l’an dernier pendant mon « sevrage », et à ma grande surprise je n’ai pas eu d’acné. Comme quoi ce n’est pas systématique.

……………………………………………………………………………………………………………..

Bonne chance à toutes ! Laissez moi un commentaire pour me dire si ces infos vous ont été utiles…

N’oubliez pas de suivre ce blog pour être informé(e) par mail dès qu’un nouvel article paraît

399 réflexions au sujet de « Acné et Pilule – Comment arrêter de prendre cette daube de pilule ? PART 3 »

  1. bonjour à toutes,
    je vous explique mon cas: à l’âge de 17 ans, j’ai consulté une dermato pour cause d’acné (moyenne), j’ai donc pris diane 35 et mes problèmes de peau sont rentrés dans l’ordre. L’année derniere (2013), j’ai du arrêter diane 35 lorsqu ils l ont enleve du marché: résultats: 3 mois plus tard, je me suis retrouvée avec une acné sévère: pire que lorsque j avais 17 ans, j’en ai aujourd’hui 23. J’ai donc décidé de reprendre cette pilule (malheureusement) pour que mon acné severe disparaisse. Mais à ce jour, je ne veux plus être sous pilule, et prendre toutes ces hormones qui sont tellement mauvaises pour notre santé !!! Un problème vient s ajouter à tout ça: lorsque j’ai pris la pilule pour la première fois à 17 ans, je n’avais JAMAIS eu mes règles, lorsque je l’ai arrêté l année derniere plusieurs mois, je ne les ai pas eu non plus. Je souffre de ce que l’on appelle « aménorrhée primaire », : c est a dire jamais été réglée de ma vie… Je suis donc en train de faire tous les examens possibles pour en rechercher les causes: IRM, prise de sang, échographie ovaires …
    Resultats: j’ai un ovaire avec deux « kystes », ma prise de sang révèle un taux d’hormone de croissance (GH) plus élevé que la normale, et enfin, lors de l’irm ils ont trouvé deux kystes bénins à lhypophyse,
    Je dois donc refaire une prise de sang dans 1 bon mois pour confirmer mes taux d hormones, et ainsi les confronter aux résultats de l irm et de lechographie.
    Avec tout ça, je me demande si je peux faire la méthode de christelle, c est a dire le sevrage ?? est ce que cela n’est pas néfaste pour la santé ? (remarque, la diane 35 est déjà néfaste …. )
    Y a til des personnes dans le meme cas que moi ? ou dans un cas semblable …

    Merci à toutes !!!

    1. Salut Alison,

      Merci pour ton commentaire. Effectivement, ton cas est un peu particulier. Peut-être que dans un premier temps il serait bon pour toi d’effectuer tous les tests en relation avec les dernières trouvailles médicales… je ne voudrais pas m’avancer et te dire de suivre le sevrage sans que tu aies consulté un médecin à ce sujet. Il vaut mieux que nous soyons prudents étant donné les complications que tu as rencontrées. Peux-tu nous tenir au courant lorsque tu auras eu tes nouveaux résultats. En attendant je t’envoie une énorme bise de soutien et de courage!

  2. bonjour,
    merci pour ta réponse, tu as raison, je vais peut être voir avec l endocrinologue pour le « sevrage »
    j ai fait la deuxième prise de sang, j attends les resultats
    si quelqu un a des problèmes similaires aux miens, nous pouvons échanger;

    bises à toutes.

  3. Ré bonjour.
    Petite question, est ce que certaines d entre vous ont enchainé directement sans sevrage une autre pilule après diane 35 ? Si oui, avez vous vu de l’acné revenir ??

    1. Bonjour Alison,

      Pour ma part, j’avais enchainé Jasmine (pilule de 4ème génération qui a aussi des propriétés anti-androgéniques, mais qui n’a pas la même molécule active que la Diane 35) avec Leelo Gé (pilule de 2ème génération) début 2013, suite à la polémique sur les pilules 3G et 4G (risques cardiovasculaires augmentés), sur prescription de ma gynéco.
      Et ça avait été la cata assez rapidement : retour de la peau grasse+++ et des boutons++ en même pas 1 mois ou 2! :-S
      J’ai dû tenir 2 ou 3 mois avec cette pilule, et j’ai fini par redemander la Jasmine à ma dermato (j’étais au tout début de la relation avec mon chéri, j’avais pas envie de le faire fuir avec ma peau pourrie!)

      Mais apparemment, cette pilule (Leelo Gé) est connue pour favoriser les problèmes de peau (pas très fut fut ma gynéco…), ce qui m’avait été confirmé par ma dermato. Donc à éviter pour nous!!!

      Il doit en exister d’autres qui ont moins d’effets secondaires sur la peau je pense, à voir avec gynéco ou dermato (compétents…).

      1. Coucou merci pour ta réponse.
        On m a prescrit la pilule varnoline qui est neutre pour la peau.
        Donc je ne sais pas si ça va faire un choc a ma peau en enchaînant directement sans faire le sevrage … Ayant arrêté la pilule brutalement il y a deux ans, je n’ai pas envie de me retrouver de nouveau défigurée !!!!!
        Bon courage a toutes en tout cas ! Si j avais su je n aurai jamais commence cette pilule car je ne sais plus comment m en débarrasser :/

      2. Hey Alison,

        Alors, perso j’ai déjà fait l’expérience du passage de Diane 35 à Jasmine, puis Jasminelle, et côté peau c’était nickel (comme le dit Kali, c’est parce que Jasmine a un effet anti-androgénique également – elle ne contient pas le même progestatif que Diane 35, mais l’effet sur la peau se vaut dans beaucoup de cas). Concernant les pilules *moins* dangereuses mais tout aussi efficace sur la peau il y a Triafémi… je l’ai pris également, mais très brièvement, et là encore j’en ai été très satisfaite côté peau… à voir donc…

        Bon courage, et tiens-nous au courant! 🙂

      3. Je vais voir mais mon but est de ne plus rien prendre a long terme car j’en ai vraiment marre de prendre ces cochonneries et en être dépendante

    2. Bonjour Alison,
      Comme Kali3000 je suis passée à Leeloo après avoir été sous Triafémi au moment de la polémique (elle avait été retirée du marché). Je n’avais jamais de boutons avec Triafémi, et j’ai commencé à en avoir quelques uns avant mes règles (entre 2 et 8 selon ce que je mangeais – je passais un concours en plus…- sans être jamais défigurée non plus, ils n’étaient pas vraiment gros). Or avec le temps mon corps s’est habitué, j’ai mieux mangé et ensuite j’oscillais entre 2-3 boutons une fois par mois (avant et au début du sevrage, maintenant je crois que j’en ai même moins). Du coup selon moi Leeloo ce n’est pas la meilleure pilule contre l’acnée, mais si ton acnée est modérée je suppose que ton corps s’adapte.
      Une gyneco m’avait dit que de toutes façons toutes les pilules avaient une action anti acnée, et dans mon cas c’est vrai que sur les 3-4 marques que j’ai testées (sans jamais avoir de problèmes avec aucune d’ailleurs, ne changeant qu’à cause de circonstances hasardeuses) je n’ai jamais vu de différences (sauf aux débuts de Leeloo donc). Ceci dit j’imagine que l’évolution du corps entre 15 et 25 ans doit aussi y faire !

  4. salut à toutes, y a t il quelques une d’entre vous qui ont utilisé le DIM après le sevrage?? car moi j’ai sans cesse des boutons à l ovulation… ont m a conseillez le DIM mais je ne trouve pas beaucoup d’info à son sujet… combien de gélules prendre? combien de temps de cure?? peut ont le prendre en meme temps que le vitex?? si l’unes d entres vous l’ont pris je suis preneuse d’info.. merci

  5. Alison, Varnoline n’est pas neutre pour la peau : c’est une troisième génération qui est anti-acnéique et qui marche super bien : peau de bébé et cheveux magnifiques.
    Cela fait 15 ans que je la prends après avoir pris Diane pendant 4 ans. La transition s’est effectuée sans retour de boutons.
    Mais depuis octobre, j’ai décidé de suivre une méthode de sevrage progressif pour l’arrêter en raison de problèmes d’hypertension. J’espace la prise de mes comprimés. Pour l’instant, tout est OK.

    1. Bonjour. D accord merci pour ta réponse. Tu prends les comprimés tous les combien ? Et ça fait combien de temps que tu fais ce sevrage ?

  6. Alors j’ai commencé le sevrage en octobre.
    Je suis cette « méthode » : 1 comprimé sur deux pendant 2 mois puis 1 comprimé sur trois pendant 2 mois et enfin 1 comprimé sur quatre pendant 2 mois. Et je fais la pause de 7 jours entre chaque plaquette.
    Pour l’instant, tout est Ok, si ce n’est que je n’ai plus de règles (mais cela ne me gêne aucunement !).
    Je ne remarque absolument aucun effet positif ou négatif à cette diminution de dose de pilule : peau, cheveux, cellulite, poitrine, rien n’a changé !! Ah si, je n’ai plus de migraines et je suis super « cool » (moi qui était méga stressée auparavant et qui m’énervait pour un rien !).
    Les pharmaciens et mon médecin, à qui j’ai parlé de cette technique de sevrage, m’ont dit qu’il n’y avait strictement aucun risque pour la santé et que l’idée était intéressante.
    Le seul problème c’est que l »effet contraceptif n’est plus assuré. Effectivement mais comme je suis célibataire,
    cela n’est pas un souci pour moi.
    Voilà, bon courage à toutes !

  7. Je précise que j’entame donc le quatrième mois de sevrage (j’avais commencé le 23 octobre). C’est à dire que je vais attaquer les mois critiques : à la lecture des divers témoignages trouvés sur le net (et j’en ai lus beaucoup, beaucoup !!), les boutons font en général leur grand retour à partir du 3ème/4ème mois d’arrêt.

    1. Oui voilà lorsque je l avais arrêtée brutalement, mes boutons étaient arrives 4 mois après ! Je croyais être passée au travers du filet mais non. Est ce que avant ce sevrage tu avais déjà arrêté brutalement diane 35 ? Si oui, tu avais eu des boutons je suppose ?!

      1. Lorsque j’ai arrêté Diane 35, j’ai immédiatement enchaîné avec Varnoline et je n’ai pas eu le moindre bouton.
        Par la suite, j’ai eu deux enfants mais comme je suis tombée enceinte à chaque fois 4 mois après l’arrêt de la pilule (Varnoline, donc), ma peau n’a pas eu le temps de se dégrader.
        Tu sais, il y a d’autres traitements que Diane si jamais tu as la malchance d’avoir de l’acné suite à son arrêt.
        Il ne faut pas que tu désespères si cela arrive. C’est en tout cas, ce que j’essaye de me dire.
        Et puis notre corps change et notre profil hormonal évolue avec l’âge alors avec un peu de chance, la période boutons sera passée !

      2. Je pense que l’acné est du a cet arrêt brutal. Je ne vois pas a quoi d autre ça pourrait être du car j ai fait un bilan hormonal et tous les dosages semblent bons. Mon seul problème est mon aménorrhée primaire (jamais eu de règles) avec deux kystes a l’hypophyse. Donc demain je vois l’endocrinologue, je vois avec elle si je peux faire cette méthode, et si oui je commence des la prochaine plaquette. En tout cas je donnerai des nouvelles, et vice versa.
        Lors de mon premier arrêt j avais des médicaments du dermato, des crèmes etc mais rien ne fonctionnait. Et j’avais pas trois boutons. Je ne pouvais même pas les compter de toute façon. C était rouge partout et très douloureux.
        Je vais d ailleurs devoir faire du laser car j ai eu la mauvaise idée d’aller au soleil avec les boutons donc j ai des traces sur les joues.
        J envie les personnes qui n ont pas ce problème de peau ;(

  8. Alors l’endocrino me dit que ça ne sert à rien de faire ce sevrage progressif, que ça reviendra quand meme (rassurante !), mais j’ai du mal a la croire quand meme, et puis il faut que j’essaie pour être fixée !!!

    je vais donc demander à mon gyneco ce qu il en pense, j’ai rdv au mois de mars.
    est ce qu il y aurait des filles qui auraient vu leur acné revenir malgré un sevrage progressif ??

    1. Hmm, j’adore le côté très « je sais tout » de ton endocrino. Si un jour ça ne marche plus de bosser dans l’industrie des hormones elle pourrait toujours songer à devenir voyante. 😉 Ton gynéco sera peut-être plus ouvert à la discussion… espérons.
      Ceci dit, je pondère mon propre propos. Là où l’endocrinologue mérite quand-même que l’on prenne son raisonnement au sérieux c’est quand il s’agit du « terrain » hormonal existant, qui est simplement « masqué » quand on prend la pilule (cette phrase est complexe, haha, j’espère que tu me comprends quand-même!). C’est à dire qu’une personne qui souffre des ovaires polykystiques et qui prend la pilule pour remédier à son problème verra très certainement son syndrôme réapparaître lorsqu’elle arrêtera de prendre le contraceptif oral. Mais ça c’est juste si elle continue à mal manger, à ne pas bouger, et à fumer comme un pompier… La bonne nouvelle c’est que même si on avait un « terrain favorable » à l’acné avant de prendre la pilule on peut largement accroître ses chances de ne plus souffrir d’acné à l’arrêt en intégrant de bonnes habitudes alimentaires/au niveau de son hygiène de vie au sens large. En fait, le « sevrage » marche super bien lorsqu’il est accompagné d’une hygiène de vie hyper clean. On arrête la pilule progressivement pour ne pas brusquer l’organisme en l’obligeant du jour au lendemain à bosser très très dur alors que ça fait plusieurs années qu’il est sur le banc de touche. Et en parallèle on chouchoute notre petit corps en lui donnant plein de nutriments et d’amour, sans trop le stresser avec des excitants/produits industriels, etc… et voilà la recette du bonheur! 🙂

      1. oui je vais commencer le sevrage d ici une ou deux plaquettes.
        concernant mon hygiene de vie, elle est déjà correcte, je mange convenablement, je fais du sport, je ne bois pas, je ne fume pas, concernant les produits pour ma peau: j utilise le gel nettoyant keracnyl de chez ducray, et la crème matifiante de chez ducray ainsi qu une autre crème pour éviter points noirs et boutons si certains se présentent.
        donc à ce niveau là, je ne peux pas faire grand chose de plus, a part peut être prendre des plantes ?!

        pendant ta phase de sevrage, as tu eu des boutons christelle ?

        bonne soirée

      2. bonjour à toutes,

        j’ai commencé mon sevrage le 13 février, j’ai fait deux cycles avec 1 comprimé sur 2. Je vais commencer dans quelques jours le sevrage à 1 comprimé sur 3 pendant deux cycles, ensuite 1 comprimé sur 4 pendant deux cycles etc etc

        J’en ai parlé à 2 médecins, j’ai eu deux avis différents: un qui était d accord et l’autre pas. Donc je suis mon instinct et le témoignage de Christele.
        Pour l’instant rien à dire, mis à part que je n’ai pas eu mes règles au premier arret des 7 jours

        Je vous tiens au courant de la suite.

  9. Bonjour !

    Ton article est super et tombe à point !
    En effet je suis atteinte du syndrome des ovaires polykystiques (je ne suis jamais réglée et je fais de l’acné rétentionnelle). Cela va faire 8 mois que je prends la Diane et pourtant j’ai toujours des petits boutons sous la peau et des points noirs (je pense que c’est à cause de mon alimentation : je mange très sucré).
    Je ne veux plus continuer Diane car mon taux de triglycérides qui était tout à fait normal avant la prise de ce poison, a carrément doublé ! J’ai également développé une insuffisance veineuse assez importante et la balance affiche +10 kg. Je veux l’arrêter d’urgence car mes jambes me font beaucoup souffrir (risque ++ de phlébite). Je souhaite rééquilibrer mon alimentation bien évidemment et effectuer un sevrage car je ne veux pas d’effet rebond horrible.
    Penses-tu que je puisse effectuer le même sevrage que toi ?
    Quand tu parles du sucre tu parles également des féculents comme les pâtes, pommes de terre etc ? (j’ai été anorexique dans le passé et j’ai peur de retomber dedans si j’en viens à supprimer les féculents). Je peux me passer de bonbons, chocolats etc mais me passer de ma petite assiette de pâtes (j’en mange disons 2 ou 3 fois dans la semaine va être difficile).

    Je te remercie par avance 🙂

  10. En fait je voulais arrêter la pilule en urgence car j’ai de drôles de symptômes depuis quelques jours dont une sensation de pincement au niveau du coeur, les bras engourdi, une douleur aiguë à la jambe droite… seulement en fouillant sur le net j’ai pu constater que la plupart des filles ont vu leur acné revenir en pire à l’arrêt net ! Or avant la prise de Diane mon acné était plutôt modérée (des petits boutons qui donnent un aspect granuleux sur les joues, quelques-uns dans le dos et sur la poitrine, bien que très complexant pour moi, avec le recul je me dis que ce n’était pas non plus catastrophique). Je suis perdue car mon gynéco me dit de continuer la Diane (je lui ai pourtant montré mes résultats sanguins) et même pire : il m’a prescrit Androcur (1/4 de comprimé tous les deux jours) en plus de la Diane (ça par contre je ne prends pas ! pas envie de voir ma libido anéantie !).
    Je suis vraiment en colère contre les médecins ! aucun de ceux que j’ai vu ne m’a prévenu des effets secondaires, j’ai l’impression qu’on ne nous écoute pas ! J’ai beau faire part de mes peurs, on me traite d’hypocondriaque… Ni ma famille ni mes amis ne comprennent ma détresse, je me dis « pourquoi moi ? pourquoi ce syndrome des ovaires polykystiques? Pourquoi aucune fille dans ma famille n’a de l’acné ? pourquoi suis-je la seule ? ». J’en arrive à avoir des idées noires…ça peut paraître exagéré mais ma peau m’obsède tellement, je n’ai pas envie de me retrouver comme avant (en pire apparemment !) quand je n’avais même plus envie de sortir de mon lit le matin.
    J’ai un chéri qui dit m’aimer même avec mes problèmes de peau mais je n’arrive pas à le croire car je me dégoûte et je suis persuadée qu’au fond de lui il a honte de moi…

  11. Bonjour,
    J’ai 27 ans, j’ai pris la Diane 35 pendant dix ans car j’avais des règles anarchiques douloureuses ainsi que de l’acné à l’adolescence. J’ai arrêté de la prendre du jour au lendemain au moment où elle avait été retirée du marché. Mes premières règles « naturelles » sont apparues 6 mois après l’arrêt de cette pilule accompagnées d’une énorme crise d’acné comme je n’en avais jamais eu auparavant! Le vivant très mal, j’ai repris la Diane 35 en me la procurant à l’étranger. Un mois après la reprise de cette pilule, je retrouvais une belle peau comme avant! J’ai ensuite décidé de me sevrer de cette pilule au bout de six mois en suivant le protocole de sevrage proposé par Christelle. J’ai donc fait 2 mois à 3/4 de comprimés, 2 mois à 1/2 puis 2 mois à 1/4. Le sevrage s’est globalement très bien passé même si ma peau et mes cheveux sont devenus plus gras à la moitié du sevrage, quelques boutons sont apparus avant les règles mais rien d’horrible. J’ai d’ailleurs toujours eu mes règles pendant les 6 mois de sevrage, au moment où elles devaient arriver. J’ai terminé mon sevrage il y a 2 mois, j’ai eu mes premières règles naturelles il y a deux semaines donc avec assez peu de retard. Par contre, j’ai de nouveau de gros boutons d’acné rouges (ceux qui font bien mal!) qui colonisent mon visage (front, menton et le long des mâchoires majoritairement) depuis que mes règles sont apparues ainsi que des boutons sur le décolleté et dans le dos (que je n’avais pas eu à la suite de l’arrêt brutal de la Diane 35). Je me retrouve donc dans la même situation que lorsque j’avais arrêté la pilule précipitamment!! J’avais pourtant suivi les conseils proposés ici en prenant tout au long de mon sevrage, chaque jour, de la tisane de pensée sauvage, d’achillée millefeuille, de la bardane, de la levure de bière (je n’ai par contre pas perdu de cheveux), de la vitamine B, des probiotiques. J’ai aussi commencé le gattilier il y a un peu plus d’un mois et je viens d’acheter de l’huile essentielle de tea tree et de lavande vraie que je mélange à l’huile de jojoba et que j’applique sur les boutons le soir au coucher. J’ai vu que la tisane de houblon agissait comme anti-androgène, je vais donc essayer de m’en procurer.Par ailleurs je mange bio, peu de viandes et je fais un peu de sport. Certaines d’entre vous se retrouvent-elles dans le même cas que moi? Que me conseillerez-vous de prendre d’autre pour enrayer cette crise? Merci pour vos conseils!

    1. Bonjour Karlota, je peu comprendre ton désarroi, je suis passée par le même parcours que toi, diane 10 ans arrêt catastrophique puis reprise 3 mois avant arrêt progressif, pour te dire je flippait tellement a la fin de mes 2 mois a 1/4 que j’ai poursuivit 1 mois a 1/4 un jour/2 pour 2 fois pas semaine pendant 2 mois, résultat aujourd’hui certes moins de gros boutons qui font mal, mais toujours un ou deux qui traine et la peaux super grasse 15 jours avant mes règles, tu as déjà une bonne hygiène de vie, difficile de voir quoi faire en plus, va peu être jeter un coup d’œil sur le site de beauté pure, ca peu aider. Sinon niveau HE il y a le Niaouli qui aide bien localement pour faire disparaître plus rapidement un bouton, en application locale pure 4 a 6 fois par jour, je trouve assez génial quand le bouton est en plus très douloureux, ça « anesthésie » un peu.
      Bon courage a toi dans ta lutte anti acné.

    2. Coucou Karlota,

      Merci pour ton témoignage. Je suis désolée d’apprendre que tu passes de nouveau par une crise d’acné. Diane 35 est une vraie plaie car le progestatif utilisé (acétate de cyprotérone) est un très puissant anti-androgénique (on le prescrit aux hommes qui souffrent de calvitie, de cancers de la prostate, et c’est ce même médicament que l’on donne aux violeurs récidivistes en guise de ‘castration chimique’). La particularité de ce progestatif est qu’il rend ‘accro’. Le sevrage de pilule peut être utile dans ce genre de cas de figure car il permet de réduire le dosage de ce médicament peu à peu et ainsi ne pas trop brusquer l’organisme. Il semblerais, hélas, que dans ton cas le sevrage n’a pas suffit à contrer le *choc* provoqué par l’arrêt du traitement.

      Alors, tu dis que tu prends de la levure de bière. En temps normal, la levure de bière est un excellent complément alimentaire, et je le recommande fortement (super pour les cheveux, les ongles, la peau en raison de son taux élevé en vitamines du groupe B, comme tu le sais). Mais lorsqu’on prend la pilule (ou lorsqu’on vient de l’arrêter), je la déconseille car la pilule a tendance à provoquer des déséquilibres de la flore bactérienne intestinale/vaginale. Ainsi les *bonnes bactéries* ont tendance à s’amoindrir sous pilule contraceptive, ce qui laisse place à plus de levures, donc le candida albicans. Cette levure en particulier a tendance à provoquer des mycoses et à empêcher l’absorption de certains nutriments (dont les vitamines du groupe B, justement), et donc en prenant de la levure il se peut que – sans le vouloir – tu sois entrain de nourrir cette levure. On sait également que le candida albicans dégage beaucoup de substances toxiques dans l’organisme, et ces substances peuvent aggraver, ou provoquer des crises d’acné car le foie doit déjà gérer l’excès d’hormones suite à l’arrêt (même progressif) de la pilule.
      Le meilleur conseil pour une personne souffrant de candida est de limiter voire éliminer complètement (pendant quelques semaines/mois, selon la gravité de la poussée/crise) le sucre, les aliments fermentés, et toutes les formes de levure – pain, gâteaux, etc. Et le fait de suivre un régime sans levure et sans sucre pourrait être doublement bénéfique dans ton cas car le sucre a tendance à favoriser la sécrétion d’hormones mâles (le sucre influe sur la glycémie, et plus on est résistant à l’insuline plus notre corps de femme a tendance à fabriquer des androgènes)…

      De fait, mon conseil serait de suivre – pendant un temps réduit, disons 1 mois ou 2 – un régime sans sucre et sans levure assez stricte, et d’observer ce qui se passe… Je sais que rien de tout cela n’est simple et qu’on peut se sentir un peu démunie face à une telle crise, mais sache que quelque soit sa gravité aujourd’hui, elle n’est que passagère. Ton corps tend vers l’homéostasie. Il veut retrouver l’équilibre, et même si on doit tâtonner un peu dans le noir pour trouver des solutions, on va y arriver. Je t’envoie plein de courage, et n’hésite pas à utiliser ce blog comme exutoire/source d’info/moyen d’échange avec d’autres femmes. Le sevrage de pilule a en effet bien marché pour certaines, mais ce n’est pas une solution absolue pour tout le monde, et on va finir par trouver un remède à cette crise. N’hésite pas à parcourir les articles plus anciens (notamment celui sur la candidose, si tu le souhaites). Plein de courage ❤

  12. Merci beaucoup Claire et Christelle pour vos rapides réponses!
    Je vais me procurer de l’HE de niaouli si je vois que le tea tree et la lavande ne font pas effet.
    Je sais que j’essaie de me sevrer de la pire pilule qui puisse être et j’ai bien lu de long en large ton blog Christelle qui m’a bien aidé à y voir plus clair et à comprendre les effets secondaires de l’arrêt de cette pilule. J’en profite d’ailleurs pour te remercier d’avoir écrit ces articles bien précieux!
    Je vais arrêter la levure de bière comme tu me le conseilles et je vais relire ton article sur le candida.Je ne connaissais pas cette bactérie avant de tomber sur ton article mais ça vaut peut-être le coup de se pencher là-dessus en effet. Mais quelle difficulté pour moi ce sera de me priver de sucre!!! Je vous tient au courant!

    1. Bonjour à toutes,

      Il est vrai que tous ces articles m’ont permis d’en apprendre beaucoup sur cette pilule. Merci à toi Christèle.
      Je viens de commencer le sevrage depuis seulement 10 jours, je vous tiendrai au courant. Pour l’instant c’est beaucoup trop tôt.

      Bon courage à toutes !!!

  13. coucou christelle,

    Alors j ‘en suis à mon 3ème mois de sevrage de jasmine pour un projet bébé, pour le moment tout va bien je prend une mulitvitamine pronatal comme conseillée dans tes commentaires précédents à certaines dames dans le meme désir que moi… j’évite le sucre, plus de lait. juste un peu de lait d’avoine ds ma seule tasse de café du matin de la journée, je mange très sainement depuis toujours, seul hic pas de sport, étant de nature très fine je n’ai jamais eu la motivation d en faire lolll… mon seul problème pour le moment c’est que j’ai régulièrement des petits boutons quelques jours avant les règles… j’ai lu dans tes articles précédents que tu parlais du DIM à prendre les 14 derniers jours du cylce.. cependant je n’ai aucune information dessus, et je ne trouve rien dessus sur le net… combien de temps en prendre?? combien de gelules prendre? est il sans danger si ont tombe enceinte pendant le sevrage en prenant le DIM? vu que la pillule est réduite il y a des risques.. as tu des infos à son sujet?? ça m’aiderait asser bien… merci de ton aide

    1. Désolée pour la réponse tardive. Alors, oui, concernant le DIM (ou diindolymethane), la plupart des articles publiés à ce sujet à ce jour sont écrits en anglais, mais j’en ai trouvé un en français. N’hésite pas à y jeter un oeil.
      Dans le monde anglophone, le complément must-have absolu le plus efficace s’appelle Estroblock (je te laisse faire un tour sur leur site web – tout est en anglais par contre). Mais on dirait qu’ils ne livrent pas en dehors des US et du Canada. Si tu résides en France le mieux serait de te procurer un complément équivalent (il sera certainement un peu moins puissant, mais les effets sur la peau et les hormones seront tout de même bénéfiques).
      Voiliou. J’espère avoir pu répondre à tes questions. Si tu as besoin de quoi que ce soit d’autre n’hésite pas! 😉

  14. Bonjour,
    Je lis depuis quelques temps et avec attention les commentaires concernant le sevrage de la pilule. J’ai décidé de commencer le mien ce jour. Je viens de découper ma 1er pilule pour en prendre 3/4 cependant je remarque qu’il est quasi impossible de couper le comprimé au milieu puis en quarts presque identitiques pour avoir la même dose d’hormones quotidiennement. De ce fait, je m’interroge, Avez vous des techniques particulières pour la découpe ?

    J’ai commencé une cure de probiotique également et je fais une detox au citron pour mon foie.
    Merci de votre aide
    Bises

    1. Salut Lollypop,

      Bienvenue sur Acerola! 🙂 C’est vrai, ce n’est pas simple de découper des comprimés aussi petits. Perso, j’ai utilisé un bon vieux cutter à papier, mais certains filles sur le site ont parlé d’un outil qui existe en pharmacie qui permet de découper des comprimés de façon très précise. Peut-être que tu pourrais aller voir s’ils le vendent près de chez toi…
      Concernant le dosage – en effet, le fait de découper la pilule de façon artisanale fait qu’on n’est jamais certaine d’avoir exactement le même dosage de comprimé tous les jours. C’est un peu galère, mais bon, quand je me sevrais je me répétais sans cesse qu’il valait mieux avoir un dosage pas tout à fait exacte que d’arrêter tout du jour au lendemain et subir une fluctuation hormonale rocambolesque. Voiliou! Bon courage! Tiens-nous au courant miss!

      1. Bonjour Christelle,
        Merci pour ton témoignage et tes articles qui m’encouragent. Je souhaite arrêter la pilule progressivement également, et justement est ce que prendre 1 comprimé tous les 2 jours pendant 2 mois, puis 1 comprimé tous les 3 jours pendant 2 mois, et enfin 1 comprimé tous les 4 jours pendant 2 mois, peut être un moyen d’éviter de découper ses comprimés, ce qui est assez difficile… est ce que le résultat est le même ?
        Je te remercie.
        Anne

  15. Bonjour,
    Je penses arrêter la pilule très prochainement donc c’est tout naturellement que je suis tomber sur ton blog!
    Un super blog d’ailleurs!
    J’ai une question a te poser, je suis sous leeloo depuis 4 ans, elle est faiblement dosé a ce que je sais, pense tu qu’il est nécessaire que je fasse comme toi, ou arrêter net?
    Je suis sujette déjà à une acné modérer et je suis passer à une routine 100% naturelle, le layering, depuis 4 mois donc tous va mieux.
    Merci d’avance
    Bisous

    1. Salut Lisa,

      Effectivement, Leeloo est une pilule contenant un progestatif de seconde génération – c’est une pilule moins dosée en oestrogène synthétique que beaucoup d’autres pilules. Ceci dit, si ton corps est habitué à la prendre il se peut que les effets soient tout aussi brutales lors d’un arrêt net. En fait, on spécule ; en vrai on n’en sait rien sur la manière dont ton corps réagira à l’arrêt. Perso, je préconise l’arrêt progressive pour ne pas, justement, brusquer ton organisme, mais le choix t’appartient, bien sûr. Il se peut également que ton corps réagisse très bien à un arrêt brutal… là, je ne peux pas prendre de décision à ta place. En tout cas tu es la bienvenue ici pour poser des questions et interagir avec d’autres qui sont dans le même cas de figure. 😀

      À bientôt!

    2. Coucou Lisa,

      Merci pour ton commentaire, et bienvenue! 🙂 Hmm, alors, je suis toujours un peu perplèxe quand j’entends le terme « faiblement dosée » pour parler d’une pilule. Je sais que les gynécos emploient cette expression pour faire référence aux pilules les moins dosées en oestrogènes, mais quand on prend une pilule comme Jasminelle, qui fait partie des pilules les plus dangereuses en terme d’accidents thrombo-arteriels et qui est pourtant « faiblement dosée » en oestrogène, on a raison de s’interroger sur cette formulation linguistique (on sait aujourd’hui que Jasminelle est surtout dangereuse en raison de l’interaction entre l’oestrogène synthétique et la drospirénone – le progestatif qu’elle contient. C’est un peu comme si on mélangeait du rhum et du champagne… même en faible quantité les effets vomitifs semblent assez évidents!).

      Du coup, pour en revenir à ta question, je crois que le problème ne vient pas du dosage de pilule en lui-même, mais surtout du degré d’accoutumance. C’est à dire que si ton corps est accro à cette pilule, il vaut mieux passer par un sevrage plutôt qu’un arrêt net peu importe si la pilule est « fortement » ou « faiblement » dosée… tu vois ce que je veux dire? C’est surtout pour ne pas brusquer ton organisme que le sevrage est préconisé car après une prise de plusieurs années le corps n’a plus l’habitude de fabriquer les hormones nécessaires au fonctionnement du cycle naturel. Voilà.

      Hmm… et alors, je n’ai jamais entendu parler du *layering*. Qu’est-ce au juste? Ça m’a l’air très intéressant! 🙂

      Je t’envoie plein de courage! Tiens-nous au courant de ce que tu décides miss!

  16. Bonjour!

    Ouai ouai je vois bien ce que tu veux dire, du coup j’ai attaquer le sevrage depuis une semaine et je pense le faire sur 3 mois, on verra bien.

    Alors le layering c’est une routine visage, qui vient du japon il me semble, et j’en ai beaucoup appris avec le livre de sirène bio sur le layering en lui même :).
    De plus je suis entrain de lire un livre « la méthode France Guillain » qui est vraiment intéressant, et je pense associé à mon sevrage de la pilule donc les bains dérivatifs, je ne sais pas si tu connais.

    Je vous tiendrais au courant dans quelques mois de mes avancés!
    Merci des conseils!!

  17. Bonjour à toutes! 🙂

    Je viens vous redonner quelques nouvelles post-sevrage!

    Globalement, TOUT SE PASSE BIEN! 🙂

    Niveau peau : rien de nouveau, toujours quelques boutons qui persistent sur le front, mais ya du mieux depuis que j’ai un peu changé mon alimentation (voir ci-après), toujours 1 ou 2 boutons dans le cou de temps à autre et toujours quelques boutons sur le décolleté assez petits et peu gênants pour le moment (en hiver, je suis bien couverte, donc ça ne se voit pas! on verra bien aux beaux jours…)
    Au niveau de ma routine, depuis environ 1 mois je suis plus sérieuse (j’ai trouvé les produits sur Beauté-Pure) :
    – le matin : c’est soit masque au rhassoul (5 à 10 minutes de pause, en humidifiant à l’eau de la Roche Posay) soit peeling citron (je laisse poser jusqu’à ce que ça sèche). Après c’est fine couche d’huile de Jojoba pure + gel d’aloe vera ou lait hydratant à l’aloe vera + maquillage Lily Lolo et poudre Clinique.
    – le soir : pré-démaquillage à l’huile de noisette, puis savon à froid Lemme Bee ou gel nettoyant au Tea Tree, puis fine couche d’huile de Jojoba aux HE à 3% (lavande, tea trea, géranium rosat, niaouli) + un peu d’Eryacné sur les boutons pour les assécher si besoin.
    – le WE : je me fais parfois un masque à l’argile au neem et clou de girofle ou un masque au miel de Manuka.

    Niveau cheveux : je les ai fait couper, et du coup, j’ai l’impression que je les perds moins! 🙂 Par contre, ils regraissent toujours aussi vite et c’est shampoing tous les 2 ou 3 jours… J’ai acheté du Timothée sans paraben ni silicone et je me suis aussi fait un shampoing personnalisé aux HE (lavande et ylang-ylang). Je les trouve très brillants, c’est plutôt bon signe!

    Niveau alimentation : je me suis pris une méga cuite ya 1 mois (mélange champagne-vodka tagada…) et j’ai vomi toute la journée du dimanche… j’en suis pas fière, mais au moins, ça m’a fait un électrochoc!!! Et puis je suis allée voire une naturopathe qui m’a confirmée tout ce que j’avais pu lire sur les différents blogs sur l’acné et qui m’a conseillée certaines choses.
    Je me suis donc bien reprise en main depuis, j’ai très nettement diminué l’alcool (je m’autorise maximum 2 verres de vin rouge/semaine, la diététicienne ne m’en avait de toute façon accordée que 3…), j’ai arrêté tous les sucres raffinés (bonbons, gâteaux, pâtisseries…) mais je m’autorise encore 2 carrés de chocolat noir de temps en temps ou 1 « douceur » maxi/semaine, j’ai investi dans un bon blender (Omniblend V) et je me fais des smoothie verts tous les matins (1/2 banane, 1/2 carotte, 1 petit verre de jus de pomme, 1 petit verre de lait d’amande, salade (mâche, batavia…), 2 cubes surgelés de purée de brocoli nature, 1 CS de graines de lin et de sésame mixées, 1 CS de pollen frais congelé de châtaignier-ronce => miam!), je me fais beaucoup plus souvent des légumes et légumineuses et du poisson blanc, j’ai quasiment arrêté le café (remplacé par du thé, du roiboos, des infusions…), je mange des fruits à 11h et au goûter avec parfois des graines (amande, noisettes, noix de cajou…), j’essaye d’acheter au maximum bio.
    En parallèle, j’ai repris le sport régulièrement, 2 à 3 fois 1h/semaine à la salle (vélo elliptique, cuisses-abdos-fessiers…) et un peu de marche avec une copine quand il fait beau!

    Niveau moral : après une baisse de moral manifeste cet hiver, je me sens beaucoup mieux depuis ce changement d’hygiène de vie, c’est le jour et la nuit! Beaucoup plus motivée et énergique dans la vie de tous les jours, pour le boulot, même pour les tâches ménagères! Je m’émerveille facilement des petites choses, je me sens heureuse avec mon compagnon… Bon, il y est aussi peut-être pour quelques chose, puisque – même s’il ne se sent pas encore forcément prêt là maintenant tout de suite – on a quand même arrêté de se protéger et on verra bien ce qui arrive! 🙂 ça me rend aussi heureuse de savoir que je vais peut-être pouvoir bientôt (j’espère) réaliser mon rêve de devenir maman… (surtout que ma meilleure amie qui est en couple depuis 1 an avec le meilleur ami de mon compagnon vient de m’annoncer sa grossesse, elle en sera à 4 mois le 24 mars… ça m’a fait drôle et ça m’a mis un gros coup de pression sur le moment, mais là ça va mieux…!)
    Je me suis tournée vers une méthode de contraception/conception naturelle « la symptothermie », et j’ai commencé une courbe de températures le 10 mars à J1 du cycle (après avoir attendu mes « reumreum » 38 jours et après 6 jours de spotting et 1 jour de rien…)… Je flippais d’ailleurs de ne pas les revoir arriver!!! J’ai pas l’impression que ce soit encore de « vraies » règles, car beaucoup de spotting avant et pertes assez peu abondantes et seulement sur 2-3 jours (j’ai eu la même chose fin janvier-début février alors que j’avais eu mes règles de privation vers le 10 janvier après arrêt du dernier 1/4 de cp de pilule le 6)…
    J’attends donc maintenant de voir si j’ovule (j’attends avec impatience la montée de température!), là je suis à J14…
    Si je vois que mes cycles sont très irréguliers, je tenterai l’huile d’onagre en 1ère partie du cycle et le gattilier en 2ème partie.

    En ce qui concerne la naturopathe : elle m’a « prescrit » du Triplex beauté de la peau, du pollen de châtaignier-ronce, du bien-être menstruel (à base de gattilier notamment) et du Sulfatyon. Elle m’a déconseillée tout ce qui pouvait être mauvais pour le foie, avec en tête : lait de vache, café, alcool. Elle m’a dit d’essayer de limiter le gluten, mais n’a pas « diagnostiqué » d’intolérance a priori. Elle m’a aussi déconseillé tout ce qui pouvait être oestrogène-like comme le soja ou la sauge par exemple (j’avais commencé des tisanes de sauge pendant quelques jours mais je me sentais toute bizarre après les avoir bues…??, alors j’ai arrêté, et j’ai bien fait! comme quoi, il faut vraiment écouter son corps!)
    En plus de tout ça, je continue l’acide folique 0,4 mg tous les soirs, au cas où un bébé pointerait son nez…

    Je crois que j’ai fait le tour!
    En bref, à plus de 2 mois et demi de l’arrêt de pilule, je me sens beaucoup mieux et je ne suis pas (encore??!) défigurée par les boutons, au contraire!

    J’espère que ce témoignage pourra en motiver et en rassurer certaines! 😀

    Et je réitère ma question : y-a-t-il de « jeunes » mamans post-sevrage de pilule qui suivent ce blog? avez-vous retrouvé rapidement des cycles réguliers ou est-ce que ça a été un peu galère un certain temps? avez-vous pris certains compléments alimentaires pour « booster » vos cycles/votre fertilité suite à ce sevrage?

    Merci par avance et à bientôt! (j’espère avec une grande nouvelle à vous annoncer ;-)!)

    1. Heyyyy! 😀 Merci pour ton témoignage, Kali! C’est cool! Je suis hyper heureuse pour toi de savoir que la vie « au naturel » se déroule sans obstacles majeurs, et que ton moral est au beau fixe. C’est vrai que la pilule a tendance à provoquer des coups de blues, et ça ce n’est pas rigolo.
      Désolée pour ta mauvaise expérience ‘cuite’, lol! Champagne/Vodka-Tagada… aïe! En tout cas c’est cool si tu as pu purger tout ça et si ce dur moment t’a servi à reprendre les choses en mains côté alimentation et nutrition. 😉
      La méthode *symptothermie* est une excellente méthode de contraception pour celles qui connaissent bien leur corps. Certes, il faut un temps d’adaptation, mais en se documentant pour bien comprendre ce qui se passe ‘là dedans’, et en étant à l’écoute de son organisme au quotidien on peut très facilement repérer l’ovulation et savoir où on en est. L’an dernier j’ai posté un article sur le cycle de la femme… n’hésite pas à y jeter un oeil pour avoir des infos complémentaires si besoin.

      Je te souhaite tout le meilleur pour tes projets ’bout de chou’! Tiens-nous au courant!

  18. Merci beaucoup Christelle! 😀

    Oui, j’ai bien lu ton article :-), et c’est d’ailleurs en partie cet article qui m’a décidée à faire une courbe de température, avec l’article de Beauté Pure sur les cycles anovulatoires (« I can’t get no ovulation »… sympa le petit jeu de mots en référence aux Stones!)
    Ces deux articles sont imprimés et bien rangés dans un petit classeur spécial que je me suis fait sur les cycles de la femme et la fertilité 🙂
    J’ai aussi acheté le livre sur la « symptothermie complète ».

    Voilou!

    A très bientôt et tout le meilleur pour toi aussi! 🙂

  19. Super gentil de nous faire un retour Kali! Bonne chance pour le bébé!

    Pour ma part j’en suis à la fin de mon 4e mois de sevrage où j’ai pris un comprimé sur deux. Juste deux petits boutons de rien du tout ce mois ci, parfait!
    Niveau alimentation j’ai depuis le début réduit au strict minimum le lait de vache (le lait de brebis et chèvre ne me provoquent pas de boutons pour l’instant), ainsi que le sucre et les produits à IG haut. Par contre pour les compléments alimentaires y’a du relachement. a part le magnesium et la levure de bière je n’arrive pas à m’astreindre à prendre le reste de ce que j’avais prévu….J’imagine que si j’avais des boutons je serais davantage motivée.
    Par ailleurs pas de grassitude visage ou cheveux. Par contre depuis pratiquement le début du sevrage, j’ai des pellicules….Je pense que c’est lié car je n’ai fait aucun autre changement notable. J’essaye de me faire des masques au tea tree pour voir. J’ai pas trop envie de prendre des shampoings chimiques anti pellicules. J’ai un anti pelliculaire bio peu efficace…J’ai essayé le rhassoul : idem. Bon c’est un moindre mal quand même, car je n’ai aucune autre désagrement : plus de spotting, ni de troubles de l’humeur.
    J’ai prévu encore 2 mois à 1 comprimé sur 2, puis trois à 1 sur 3, après je verrais si j’arrête ou j’espace encore…:)
    bonne continuation à vous!

    Anaïs C.

    1. Salut Anaïs,

      Je me permets de m’incruster dans le fil de la discussion très brièvement pour rebondir sur ce que tu disais à propos des pellicules. Je sais que beaucoup de personnes vantent au ciel la levure de bière parce qu’elle est bourrée de vitamines du groupe B, et que ces vitamines sont excellents pour la santé de la peau, des ongles, et des cheveux. Simplement, lorsqu’on a pris la pilule longtemps notre flore intestinale est souvent dépeuplée en ‘bonnes bactéries’, et c’est là un terrain favorable au candida albicans (une levure pas très sympa qui a tendance à favoriser les pellicules, les problèmes digestifs, et l’acné, entre autres). La levure de bière peut aider le candida à se proliférer, contribuant ainsi à aggraver les troubles de la flore. Voilà, donc perso j’ai tendance à conseiller aux femmes ayant pris la pilule un certain temps d’éviter la levure. C’est dommage, car sur un intestin sain elle est excellente, mais bon. Pour ma part, lorsque je prenais de la levure en relativement grande quantité après ma première tentative d’arrêt de pilule (en 2004) j’avais également des pellicules, et je pense que les 2 étaient liés… mais bon, il se peut que je me trompe. En tout cas je me permets juste de faire un éventuel lien.
      Plein de bonnes choses à toi ma belle! 🙂

      1. Merci pour la remarque!
        Effectivement ce n’est pas impossible. Je prends par ailleurs des probiotiques périodiquement. J’avais lu attentivement ton article sur la candidose. Si j’en crois les tests et symptomes lus à droite à gauche je ne devrais pas l’avoir. D’ailleurs je ne suis pas du tout sucré. Je peux passer une semaine sans sucre (pas de dessert, pas de vin bon quelques fruits et des céréales complètes) mais des levures effectivement…. je n’ai aucun problèmes digestifs. Mais ça reste une piste intéressante. Je vais faire une pause levure pour voir! Merci!
        D’ailleurs pour les pellicules, la veille de mon dernier shampoing j’ai fait un masque huileux sur le crane avec 4 gouttes de tea tree et je n’ai pratiquement plus de pellicules. J’en refais un ce soir. a voir…

  20. Quel ahe avais tu lorsque tu as emtammé ta technique de sevrage avec les comprimés ? Je souffre d’acné et je suis sous jasmine mais j’ai trop de triglycerides…. Mon medecin veut me mettre sous cerazette mais a priori pour les boutons c’est une cata… Je souhaiterais donc arreter la contraception orale pour une autre… Penses tu que le sevrage que tu as fais me conviendrait et me permettrait de ne pas subir la fameuse poussée ? J’ai 20 ans…
    Merci 🙂

    1. Coucou Cornelis,

      Pour répondre à ta question, j’avais 29 ans lorsque je me suis sevrée. C’était en 2012.

      Si tu souffrais déjà d’acné avant de commencer la pilule il se peut que ce soit un déséquilibre sous-jacent du à autre chose – une question hormonale, une intolérance alimentaire, un problème digestif, ou encore autre chose… du coup, oui, il se peut que le sevrage te soit bénéfique pour ne pas brusquer ton organisme lors de l’arrêt, mais également parce qu’en arrêtant la pilule tu pourras mieux identifier les (éventuelles) causes de ton acné. En fait, à mon sens, le sevrage va main dans la main avec une hygiène de vie saine, une alimentation saine, etc., ce qui aidera très certainement à faire baisse ton taux de triglycérides lors de l’arrêt, ainsi qu’à diminuer le risque d’une poussée d’acné. Voiliou! 😉 J’espère avoir pu répondre à ta question. N’hésite pas à utiliser ce blog pour interagir avec d’autres femmes dans ton cas.

  21. Quelques nouvelles me concernant: je suis maintenant à 3 mois post sevrage. Les boutons qui sont apparus il y a environ 1 mois et demi-2 mois persistent (gros boutons rouges douloureux localisés essentiellement sur le front et le menton). Je n’ai pas commencé de régime strict sans sucres car, d’une part j’ai un boulot très prenant et conséquent en ce moment, je me vois mal y faire face en ce moment, et d’autre part, je suis très mince et j’ai tendance à perdre du poids très facilement et rapidement, j’ai donc peur de devenir vite squelettique avec un tel régime! Par contre la bonne nouvelle c’est que mes règles sont réapparues rapidement (peut-être grâce au gattilier?).
    Je n’ai pas pu résister à retourner voir une dermato à qui j’ai demandé de faire une prise de sang pour les taux d’hormones. Tout est normal (hormis une carence en vitamine D), mon taux de testostérone n’est pas anormalement élevé! Elle m’a dit que je devais être trop sensible à la testostérone, que c’était génétique et que c’était ma nature de peau! Bref, qu’il faut que je me fasse à l’idée de vivre avec une acné toute ma vie car beaucoup de femmes adultes en ont en permanence! De quoi me mettre le moral à zéro! Elle m’a aussi prescrit des antibios (tolexine) pour deux mois (pas d’effet après 2 semaines de traitement pour le moment). J’imagine que ce n’est pas ce qu’il y a de mieux pour le corps mais je me sens vraiment démunie. Je continue par ailleurs la bardane-pensée sauvage, vitamines B et D et le gattilier. Je vous tient au courant, bon courage à toutes!

  22. coucou karlota je commence moi même mon 3ème mois de sevrage ce soir je passe à 1/2

    cependant en lisant ton commentaire je suis un peu perdue car j’avais pu lire dans les commentaires précédent qu’il ne fallait pas prendre de gatillier ni de plantes pendant le sevrage mais bien après car la pillule pourrais tt chambouler avec les plantes
    par contre le DIM aucun problème pendant….

    est ce moi qui ai mal compris???

    moi c quelques microkystes ki persistent sur les joues malgrer la prise du DIM 3 fois par jour car c tjr au moment des règles que des nouveaux sortent mais je ne vois aucun différence pour le moment

    1. Hello Stefania,

      La réponse à ta question n’est pas simple. En fait, il n’y a jamais de réponse toute faite avec les compléments alimentaires car ce ne sont pas des *médicaments* à proprement parler. Dans le cas du DIM, il faut savoir que c’est un puissant anti-oestrogénique extrait à partir de légumes crucifères. Il peut aider les femmes sous pilule ou ayant pris la pilule longtemps à combattre un excès d’oestrogène dans l’organisme. Le gattilier, ou herbe de chasteté, est une plante qui travaille main dans la main avec l’hypophyse pour aider le corps à trouver l’équilibre hormonal. Il ne contient pas d’hormones, mais il aide à rééquilibrer les terrains déséquilibrés, surtout quand on le prend pendant plusieurs mois.
      En fait, il n’y a pas de règle absolue en matière de compléments alimentaires. C’est juste qu’en toute logique, si le gattilier est censé travailler avec l’hypophyse pour réguler les hormones, ça va être compliqué pour lui d’agir alors que la pilule masque le cycle naturel. Je pense juste que ce sera plus simple d’attendre la fin du sevrage et ensuite de commencer à introduire le gattilier, mais ce n’est que mon avis, basé sur ma propre logique…
      Je conseille surtout aux femmes souhaitant entamer un sevrage et/ou souhaitant adopter un mode de vie plus sain de faire leurs propres recherches sur les compléments qui peuvent les aider. Voiliou! Bon courage miss! 😉

  23. Stefania, j’ai commencé à prendre le gattilier une fois mon sevrage terminé, il y a trois mois de cela 🙂

  24. Bonjour,

    Je reviens sur cette page presque six mois après avoir décidé d’arrêter progressivement la pilule, afin de donner quelques nouvelles, bonnes pour le moment : j’entame à présent mon deuxième mois à 1/4 de pilule.
    J’ai fait un peu trainer les étapes antérieures par peur d’arrêter complètement et en me disant que de toutes façons puisque le but est d’arrêter pour toute la vie ce n’est pas la peine de se presser. Je pense donc allonger cette dernière étape de un ou deux mois, pour un sevrage plus progressif encore.

    Ceci dit depuis le début je n’ai eu aucune vraie poussée. J’ai un ou deux boutons de temps en temps, mais suffisamment rarement pour m’en moquer. J’ai même l’impression d’en avoir moins que quand j’ai changé de pilule (de Triafémi à Leeloo qui m’avait donné un peu d’acnée sous pilule alors que je n’en avais plus sous triafémi). Si le deal c’est un bouton par mois pendant quelques jours, j’accepte sans hésiter, même si c’est pour toute la vie.
    Côté alimentation j’ai eu une période test sans gluten et sans sucreries, qui m’a fait perdre six kilos sans aucun effort, et découvrir une nouvelle alimentation très intéressante. Je remange désormais du gluten et du sucré mais de manière modérée et j’ai divisé par quatre ma consommation de laitage, ce qui aura/ a eu peut-être un impact sur ma peau vu le nombre de yaourt que je mangeais avant.
    Je dirai aussi que je tripote moins ma peau, ce qui doit arranger les choses, et que je ne met plus rien dessus sauf de l’aloe vera mélé à de l’huile de jojoba le matin, et le soir un coup d’hydrolat de tee tree, rien d’autre et ça me suffit largement.
    Coté libido, puisque le sujet revenait aussi dans les commentaires, je ne vois aucune différence. Finalement ma vie est la même que sous pilule, à part les règles complètement imprévisibles.
    J’ai une provision d’herbes conseillées sur cette page mais j’avoue ne rien prendre pour le moment. Peut-être commencerai-je une cure juste avant l’arrêt définitif.

    Cependant j’avoue que j’ai très peur de cette dernière étape, puisque il me semble me souvenir que plusieurs témoignages parlent d’une arrivée des boutons à cette période là. J’en profite pour évoquer toute récente vidéo de Solange te parle dans laquelle se retrouveront pas mal d’entre nous : http://solangeteparle.com/2015/03/23/acne-vs-pilule-comment-jai-ingere-une-bombe-a-retardement/.
    Je me demande s’il faut attendre encore six mois à partir du dernier quart pris pour savoir si le sevrage fonctionne sur soi ou non. Il est vrai que la première fois que j’avais arrêté (d’un coup) je n’avais vu les résultats (dramatiques) que six mois plus tard, au point que bien sur je n’avais pas fait le lien avec l’arrêt de la pilule.

    A vrai dire je fais le choix de ne pas y penser. Je vis ma vie, je découpe mes pilules, et j’attends de voir ce qui se passe sans me désespérer et surtout sans présumer du futur. Je me suis rendue compte que dès les premières semaines j’avais peur de poussées violentes, puis au passage à la demi pilule alors que je n’ai eu aucun effet. Donc je me dis que toute cette angoisse a été inutile. Donc je décide d’attendre en pensant à autre chose, sans chercher à me convaincre ou à me persuader que ça reviendra.

    Voici donc mon bilan des six mois, en espérant que cela dure !
    Bon courages à toutes les « sevragettes » 😉
    Bises

    Oscarina

  25. Bonjour,

    ARTICLE, BLOG AU TOP ! BRAVO !

    J’aurais adoré tomber sur cet article plus tôt… Je m’explique:
    Je prenais holgyème (générique de Diane35) depuis 10 ans voir plus…
    –> 16 ans quand j’ai démarré – j’en ai bientôt 30 !
    Puis un jour où je retournais chercher « ma dose » à la pharmacie, je fus stupéfaite d’apprendre qu’elle n’était plus en vente ! (oui retour de long voyage… Pas très à jour !) Du coup, pendant 3 mois (le temps du rdv chez la gyneco et fin de voyage) je n’ai plus utilisé de pilule . J’ai eu THE poussée d’acnés comme jamais dos, coup, visage. (je n’avais jamais été sujette à l’acné auparavant … ) Bref, j’ai peté un plomb… Et j’ai donc décidé de reprendre une pilule « moins forte » + traitement anti-bio de la dermato. Miracle ! Tout est redevenu normal !! yeeeeayyyy !

    Nous voilà
    le 1er janvier 2015:
    oups ! j’ai oublié ma plaquette et il faut pourtant redémarrer… Etant à l’étranger, je capitule et décide de la zapper pour 1 mois…. Ma peau va alors pas trop mal… Et puis le mois suivant, je me dis « fuck » ! je continue de ne pas la reprendre… C’est tellement BON de ne plus être DEPENDANT ! Et ma peau va bien ! un petit peu d’acnés pdt mes règles I BASTA.

    Nous sommes aujourd’hui
    le 30 avril :
    et la BIIIM, depuis je dirais 1 Semaine –> Montée d’acnés, 1 puis 2 sur le visage… puis d’autres dans la nuque, le cou… PUIS DANS LE DOS ! des spots quoi ! Je ne suis pas recouverte mais j’ai des bons spots ! HYPER GLAM !

    Bref, je suis dégoutée… Et me suis même demandée si ça vallait pas le coup de faire le sevrage maintenant malgré tout??
    C’est peut être complètement débile ! Mais je suis à court d’idée.
    Qu’est ce que vous en pensez ?

  26. Supers articles !!
    Je me suis longtemps demandée comment faire pour éviter ce fameux effet boomerang après l’arrêt de la pilule.
    J’avais essayé en Janvier 2014 après ma rupture et ce fût une catastrophe! Des kystes sur le front (heureusement que la frange cache un peu), des boutons blancs et rouges douloureux. Ce n’était pas génial. Puis ayant un nouveau copain, la reprise de la pilule me semblait « évidente ».
    Aujourd’hui j’aimerai aller vers une contraception plus naturelle, sans hormones.
    Marre de la prise quotidienne, des oublis, du stress.
    Je pensais au stérilet en cuivre et me sevrer de la pilule en même temps. Pense tu que c’est une bonne idée ?

    1. Salut Lolath,

      Merci pour ton commentaire. 🙂 Je suis désolée d’apprendre que tu as du passer par la case ‘acné’ en arrêtant ta pilule l’an dernier. Je comprends très bien que tu aies eu envie de la reprendre. J’avais fait la même chose lors de ma première tentative d’arrêt.
      Pour répondre à ta question, je déconseillerais le sevrage de pilule en même temps que la pose du stérilet. Il semblerait que ce cocktail soit assez délicat (les femmes ayant essayé ont tendance à saigner en continu…). Perso, je te conseillerais de te sevrer de la pilule sur x nombre de mois (moi j’avais fait 6 mois, d’autres ont fait un peu plus ou un peu moins (2-3 c’est souvent un peu court/6 ou plus c’est souvent ce qu’il faut au corps pour ne pas être brusqué par les changements hormonaux), puis, seulement après ton arrêt de pilule – si tu le souhaites encore – te faire poser un stérilet en cuivre.
      Autrement, il existe des moniteurs style Lady Comp ou encore le moniteur de contraception de Clearblue. Aucune méthode de contraception n’est fiable à 100%, bien sûr, et pour prévenir contre les maladies sexuellement transmissibles le meilleur moyen reste le préservatif.
      J’espère avoir pu répondre à ta question…
      Bon courage ma belle!

      1. Merci pour ton retour Christelle,

        C’est super gentil.
        Ta réponse a été plus que complète ! 🙂
        Un dernier doute subsiste, est-on encore protégée pendant cette période de sevrage ou faut -il utiliser un préservatif et/ou moniteurs ?

        Le sevrage pour les personnes célibataire a l’air plus « simple » que pour les personnes en couples.

      2. Hey Lolath,

        Alors super bonne question – et non, malheureusement on ne peut plus être sûre d’être protégée contre une grossesse non-désirée en cas de sevrage (je crois l’avoir mentionné quelque part dans l’article). J’étais moi-même en couple lorsque j’ai effectué mon sevrage, et oui, ce n’est pas rigolo de devoir utiliser de nouveau des préservatifs après une longue période de prise de pilule, mais bon, mieux vaut prévenir que guérir à mon avis. 😉

  27. Bonjour, j’entame mon 6 ème mois de sevrage de pilule ( Jasminelle pour mon cas ) et je commence à m’inquiéter car, comme pour toi, j’ai arrêté brutalement ma pilule il y a 3 ans et après cela plusieurs choses me sont arrivées, absence de règle pendant 8 mois, acné, prise de poids ( 6 kilos en 3 mois ) etc… Aujourd’hui je suis a la deuxième semaine de ma prise du 1/4 de pilule et je constate que malgré les efforts que je fais niveaux hygiène alimentaire je n’arrête pas de prendre du poids. As-tu eu de ton côté aussi cet effet là ? Aurait-il une solution naturelle pour éviter ce  » gonflement  » ?
    Merci 🙂

    1. Salut Laure,

      Bienvenue sur le blog. 🙂 Alors, il faut savoir que Jasminelle est une pilule qui empêche la rétention d’eau. Elle a des effets diurétiques. De fait, quand on l’arrête on peut avoir une impression de prendre du poids, mais souvent ce n’est que de la rétention d’eau. Notre organisme doit s’habituer à cette nouvelle ‘configuration’, et parfois on peut prendre un kilo ou deux de plus. Bien souvent, notre corps se régule tout seul et on finit par éliminer cet excès d’eau. Ce sont rarement des kilos de graisse. Ceci dit, si vraiment tu es embêtée par ce phénomène tu peux toujours basculer vers un régime pauvre en sodium pendant un temps, car le sel a tendance à favoriser la rétention d’eau…
      Je t’envoie une bise de soutien!

  28. Bonjour et MERCI pour tes dupées articles …
    Je t’explique mon pb .. J’ai ete sous pillule pdt 10 ans cause acne + 2 fois roacutane… je l’ai stoppée il y a 7 mois et la je suis en PIC horrible d’acné (gros boutons rouges qui me font super mal , au niveau des mâchoires alors que j’en ai jamais eu ici avant, même dans le cou!!! ) . Trop déprimée je suis allée à chez une endocrinologue qui m’a mis sous hormones ( pas une pillule mais bon c pas mieux je pense … progestérone + œstrogènes) j’ai commencé il y a seulement 6 jours et j’ai déjà des effets : entre autre mon acne s’améliore un petit peu, saignement inhabituel, sensation de jambes lourdes et perte de cheveux !
    Alors en fait j’ai envie d’arrêter …
    Je me disait si au bout de 6 jours il valait mieux aussi passer par une sorte de sevrage ? Mais vu que j’ai encore pleins de boutons je me sais plus trop… Ou est ce que il est mieux d’attendre un ou deux mois qu’on mon acne se soit vraiment améliorer ( en 6 jours je vois déjà une petite différence quand même) et de commencer a partir de là le sevrage (genre 1 mois) et stopper ! Histoire que ce médoc est un minimum servit a quelque chose …? Qu’en penses tu ?

    1. Coucou Andy,

      Merci pour ton commentaire, et bienvenue sur le blog. Effectivement, ton endocrinologue t’a certainement prescrit des hormones qui imitent l’oestrogène et la progestérone naturels. L’oestrogène domine la première phase du cycle, puis c’est la progestérone qui prend le relai (après l’ovulation). Si j’ai bien compris, tu prends Estréva en première phase, puis Lutéran. Je suppose que ton endocrino essaye de régulariser tes cycles naturels à l’aide d’hormones synthétiques – je sais, ça paraît contradictoire, mais il faut savoir que la médecine occidentale ne sait pas trop travailler sur le long-terme, et les médecins sont formés pour trouver des solutions immédiates à des problèmes chroniques. Or, quand on souffre d’un déséquilibre hormonal on a besoin de temps pour guérir. Souvent, les problèmes hormonaux ne surviennent pas d’un jour à l’autre – ce sont des conditions un peu sournoises… imagine une chemise que l’on boutonne de traviole. Bon, et bien, au début on ne se rend pas forcément compte qu’on a enfilé un bouton dans le mauvais oeillet jusqu’à ce que l’avant de la chemise soit entièrement de travers. Avec les déséquilibres hormonaux c’est un peu pareil – on commence à ressentir les effets (acné, kystes aux ovaires, pilosité excessive, alopécie, etc.) des mois voire des années après que les choses ont commencé à se dégrader.
      Il faut savoir que le corps humain n’aime pas les déséquilibres. Il aime être en bonne santé, et il lutte constamment pour ré-équilibrer ce qui ne va pas. Mais parfois nos choix alimentaires et/ou notre hygiène de vie peuvent empêcher notre organisme de s’auto-guérir. On peut souffrir d’intolérances alimentaires sans même le savoir, et ces intolérances peuvent influer sur notre digestion et créer de l’inflammation dans le corps (telle que l’acné). Pareil, les produits animales (notamment les produits non-biologiques) sont bourrés d’hormones de croissance, d’oestrogènes, et d’antibiotiques. Quand on en consomme en grande quantité nos hormones naturelles peuvent être affectés, et on peut souffrir d’acné, etc. Je veux dire que par nos choix de vie on peut aggraver des déséquilibres existants, ou même créer de nouveaux déséquilibres sans le vouloir. Perso, si je consomme trop de soja (un aliment qui imite les effets de l’oestrogène) mes règles peuvent arriver en retard, genre 1 jour ou 2, mais bon… de fait, maintenant que je le sais je n’évite pas le soja tout court mais je n’en consomme pas très souvent. En gros ce que je dis c’est que ton acné, qui existait avant que tu ne prennes la pilule, et qui a nécessité que tu sois mise sous roacutane 2 fois, n’est peut-être pas une fatalité. Peut-être que tu as un terrain favorable à ce genre de condition (génétique, etc.) mais tes choix de vie peuvent contribuer à empirer la chose.
      Si jamais tu souhaites ré-équilibrer tes hormones de façon holistique (naturelle), il faut savoir que la procédure sera forcément plus longue que si tu passes par la case ‘médicaments pharmaceutiques’. Ce que fait ton endocrinologue est tout à fait louable dans la mesure où elle essaye de remédier à ton problème rapidement, mais il faut être clair : les hormones de synthèse ne font que masquer le déséquilibre ; elles ne le guérissent pas. De fait, tu as le choix : tu peux continuer à les prendre parce que tu es satisfaite du résultat, tout en sachant que le jour où tu cesses de les prendre l’acné risque de réapparaître. Ou alors, tu peux travailler de façon naturelle, en changeant ton hygiène de vie si besoin, en t’armant de patience et de constance, et en apprenant à écouter les signaux d’alerte que ton corps manifeste. Je ne peux pas te dire si oui ou non tu dois te sevrer des hormones que ton endocrino vient de te prescrire. À vrai dire tu ne les prends pas depuis très longtemps, ce qui me laisse croire que ton corps n’a pas eu le temps de s’y habituer. Or, quand on se ‘sèvre’ de quelque chose ce n’est qu’après une prise relativement longue, pour déshabituer le corps, justement.
      Peut-être que tu pourrais, effectivement, attendre au moins d’en sentir les effets bénéfiques sur ton acné, effectivement, avant d’envisager un sevrage. Mais là encore ça m’embête un peu de te conseiller de continuer à prendre des hormones de synthèse. Quoi qu’il en soit je reste à ta disposition pour toute question, ou si tu veux échanger à ce sujet (pareil, les lectrices de ce blog sont génialissimes, et il ne faut pas hésiter à lire leurs commentaires et à leur poser des questions aussi). 🙂 Je t’envoie une grosse bise de soutien. Et si ça t’intéresse tu peux toujours commencer à lire des articles sur les complémentaires tels que le gattilier (qui est censé aider les femmes à retrouver un cycle régulier) et le DIM (qui peut aider grandement en cas de dominance oestrogénique)…

      1. Hello Christelle et Merci pour ta réponse 🙂 et toutes tes infos précieuses …
        En effet je suis sour luteran et estreva , je dois prendre les deux en même temps 21 jours / arrêt 7 jours.
        Je pense continuer le traitement pour calmer la grosse inflammation que j’ai actuellement , je me pense me laisser 3 mois puis reduire et arrêter ensuite pour guérir cela d manière holistique et en travail de fond … Peux tu m’en dire plus sur ESTROSENSE ? J’ai vu que vous en parliez dans un autre article et apparement les résultats seraient top ..?
        Et aussi comment as tu découvert ton ‘ intolérance ‘ au soja ? Je suis végétarienne et je ne consomme pas de gluten, je mange sainement et mon hygiène de vie est elle ausi saine .. Penses tu qu’il serait nécessaire de faire un test allergie ?
        Merci
        Bisous

      2. Coucou Andy, 🙂

        Alors, tu poses des super bonnes questions. Au sujet du soja, à vrai dire je ne suis pas une grande fan, donc ma consommation n’a jamais été plus d’une ou deux portions par mois (genre un dessert ou un petit morceau de tofu par ici ou par là de temps en temps), mais depuis que je suis arrivée aux USA je suis entourée de végétaliens, et j’ai eu l’occasion d’en consommer bien plus qu’avant (la plupart des restos ici proposent une option ‘sans lactose’ au soja), et je constate que les mois où j’en consomme plus mon cycle a tendance à être plus long (surtout la première phase du cycle, ce qui n’est pas très positif car cela veut dire que l’ovulation est retardée), et j’ai également tendance à avoir plus de symptômes de candida. Du coup, je fais gaffe. À vrai dire le soja en soi, tel qu’il était consommé pendant des siècles en Asie, n’est pas un aliment ‘à risque’ – pareil pour le lait de vache ou le lait de brebis. On en consomme depuis des siècles en Europe, et les gens s’en sont toujours bien accoutumés. Mais avec l’industrialisation on est devenus avides de gain, et on a cherché à produire ces denrées en masse, et pour optimiser le rendement il a fallu trouver des solutions. C’est ainsi qu’on a commencé à donner des hormones de croissance aux animaux destinés à la consommation ou producteurs de lait, et on a commencé à modifier le schéma génétique de produits de base comme le blé ou le soja. Et ensuite on a commencé à transformer ces produits pour pouvoir les empaqueter et les vendre en grande surface. Il est donc rare, aujourd’hui, que l’on trouve du soja dans son état brut ; les ‘laits’, ‘yaourts’, et le tofu sont des purs produits de l’industrie alimentaire. En règle général l’industrie du *bio* ne transforme pas le soja GMO, mais on trouve plein de produits artificiels au soja qui portent le label ‘AB’, et si on est mal informés on peut très bien penser que ces aliments sont *sains*. Perso, en ne consommant que très peu de soja (bio, en plus!) je constate tout de même des changements dans mon cycle. Et j’ai 2-3 amies qui m’ont dit avoir été totalement perturbées dans leur cycle quand elles mangeaient du tofu à toutes les sauces… donc voilà mon humble avis sur le soja.
        Je ne pense pas qu’un test allergie révèlerait forcément une intolérance. C’est surtout une question de quantité. Quand on en consomme beaucoup il faut savoir que les effets sur le cycle, et notamment sur la production d’oestrogènes, sont un risque…

        Et sinon, Estrosense est un complément alimentaire contenant du DIM (voici quelques articles intéressants à ce sujet : 1) 2)). Le DIM aide le corps à éliminer les xena-oestrogènes, ou ‘mauvais’ oestrogènes (et lorsqu’on a pris la pilule contraceptive pendant des années on a forcément assimilé trop de xena-oestrogènes). Beaucoup de femmes disent constater une nette amélioration de leurs symptômes prémenstruels – acné, seins douloureux, irritabilité, etc., après avoir pris Estrosense pendant quelques mois. Estroblock est censée être LA formule DIM par excellence (les revues sont phénoménales), mais hélas cette marque n’assurent pas encore de livraisons en Europe… du coup Estrosense est le meilleur choix par défaut si tu vis en France.

        Voiliou ma belle! J’espère avoir répondu à toutes tes questions! Bon courage pour les mois de traitement/le sevrage. Je t’envoie une bise!

  29. Quelques nouvelles me concernant: je suis sevrée de la diane 35 depuis maintenant 5 mois. A mon grand désespoir, environ 2 mois après la fin du sevrage, j’ai eu une grosse poussée d’acné qui s’est maintenant bien calmée certainement grâce à un traitement d’antibiotiques depuis 2 mois et demi (que je termine dans 2 semaines, j’espère d’ailleurs que les boutons ne vont pas réapparaître après avoir arrêté les antibios…) et je prend toujours du gattilier depuis la fin de mon sevrage (en plus de bardane-pensée sauvage, vitamine B et D). J’ai aussi fait un nettoyage de peau chez un dermatologue spécialisé, je conseille à toutes celles qui ont un problème d’acné de le faire car le résultat est assez spectaculaire et permet à la peau de s’assainir ! Depuis l’arrêt de la pilule, j’ai eu mes règles rapidement même si mes cycles sont très courts et pas encore réguliers et ma libido n’a jamais été aussi forte ! Bref, je me sens vraiment mieux depuis que je ne suis plus sous hormones et j’encourage toutes celles qui hésitent à faire le sevrage à se lancer, ça vaut vraiment le coup!

  30. Salut a vous toutes !
    Pour faire un petit portrait : J’ai 22 ans et je prend la pilule depuis mes 15 ans. J’ai arrêté la pilule de mes 16 a 17 sans aucun effet secondaires, j’ai toujours eu un peu d’acné que la pilule n’a jamais vraiment améliore.
    Je suis passée par plein de pilules différentes et même anneau vaginal.
    En mai dernier jai arrête ma pilule, et 3/4 mois après la catastrophe : jamais eu autant d’acné de ma vie , duvet poussant sur tout le corps . J’ai fini par reprendre la pilule en passant par leelo, triafemi et finalement ludeal (qui semble me convenir mais que savez vous sur cette pilule ? ´´Est ce que l’arrêt est violents pour lz corps ?)

  31. Salut a vous toutes !
    Pour faire un petit portrait : J’ai 22 ans et je prend la pilule depuis mes 15 ans. J’ai arrêté la pilule de mes 16 a 17 sans aucun effet secondaires, j’ai toujours eu un peu d’acné que la pilule n’a jamais vraiment améliore.
    Je suis passée par plein de pilules différentes et même anneau vaginal.
    En mai dernier jai arrête ma pilule, et 3/4 mois après la catastrophe : jamais eu autant d’acné de ma vie , duvet poussant sur tout le corps . J’ai fini par reprendre la pilule en passant par leelo, triafemi et finalement ludeal (qui semble me convenir mais que savez vous sur cette pilule ? ´´Est ce que l’arrêt est violents pour le corps ?)
    Je sors également de 5 mois de traitement antibiotique tolexine et j’ai retrouvé une belle peau. En parallèle jai fais une échographie ovarienne: pas de kyste. Ainsi que des prises de sang pour vérifier mes hormones et rien d’anormal. Mais voilà, je sais qu’après l’arrêt d’un tel traitement les rechutes sont fréquentes, et de plus je souhaite arreter définitivement ma pilule pour me mettre sous sterilet en cuivre. Or j’ai peur que mes poils poussent encore plus (je suis actuellement très très très complzcee par mon ventre ). Avez vous eu des expériences similaires? Savez vous si les poils finissent par partir ?
    Pour l’acné je compte faire le sevrage progressif, et j’ai commencé une cure de bardane pensee.

    Merci beaucoup !!
    Aline

  32. Hello super article merci j’ai envie d’arreter la pillule j’en ai marre de bouffer des hormones tous les jours mais j’ai tellement peur j’ai terminer ma plaquette la j’ai mes regles de sous pillule je sais pas si je vais la reprendre si j’aurais su que c’etais aussi nocif je l’aurais jamais pris sa fais 1ans et 9mois que je la prends je voudrais arreter maintenant pour limiter mes degats ce aui me fais me plus peut c’est une prise de poids et de ne pas retrouver mes regles , j’esper que tu me repondras 🙂 merci bisous

    1. Salut Hayate,

      Je comprends très bien l’angoisse causée par la perspective de répercussions à l’arrêt de la pilule. Que souhaites-tu savoir au juste? 🙂

  33. coucou christelle, je commence mon 6ème mois de sevrage, donc dernier mois, je t’avoue que j’ai un peu peur d être à la fin, peur de l’échec, peur que l’acné revienne après quelques mois, je me suis sevrée de jasmine… je voulais te demander, j’ai commandée le vitex sur le site iherb, pense tu que je dois finir complètement le sevrage pour commencer, ou puis je le débuter 1semaine avant la fin du sevrage, histoire que mon corps se prépare à le prendre?? merci de tes conseils si précieux

    1. Salut Stefania,

      Bravo pour tes efforts. Tu tiens le bon bout! 😉 Je comprends ta peur, et je crois qu’elle est bien normale, après tout tu t’apprêtes à commencer une toute nouvelle aventure au naturel! Avant tout autre chose dis-toi que tu as donné à ton corps les meilleures conditions pour qu’il se déshabitue aux hormones synthétiques. Forcément, c’est un peu tout nouveau tout flippant, mais tu vas apprendre à connaître ton corps pour de vrai maintenant et ça c’est super!
      Concernant le vitex, je crois qu’à ce stade tu peux faire comme bon te semble… perso, j’ai attendu d’avoir pris mon dernier petit morceau de pilule avant de commencer à prendre du vitex. En fait, au bout de 6 mois de sevrage j’ai flippé, et j’ai voulu me faire un 7ème mois à 1/4 de comprimé, et je crois que j’ai tenu à peine 10 jours et mes règles sont arrivées à fond les ballons donc j’ai abandonné au 7ème mois, j’ai attendu la fin de mes règles, et j’ai entamé le vitex illico.
      Et avec le vitex j’ai expérimenté. La plupart du temps j’en prenais en continu pendant tout le mois jusqu’à l’arrivée des règles, et certains mois j’en prenais juste en 2ème phase du cycle, puis juste en 1ère phase. Pour être honnête j’ai un peu tâtonné dans le noir avec le vitex pendant plusieurs années, et franchement je pense que ça m’a bien aidé pour la régularisation de mes cycles, mais à mon avis il n’y a pas que ça ; j’ai également effectué pas mal de petits changements au niveau de mon hygiène de vie et de mon alimentation… déjà, j’ai totalement arrêté de me laver la peau au gel nettoyant; j’ai décidé de n’utiliser que de l’eau et de l’huile de jojoba en guise de crème hydratante, et j’ai viré mon fond de teint. Pareil, j’ai pas mal coupé les produits laitiers et le sucre, j’ai réduit ma consommation de pain/blé, et j’ai commencé à boire beaucoup plus d’eau… enfin tout ça a certainement contribué aussi.
      C’est vrai que le grand plongeon fait peur, mais à la longue ton corps te remerciera! Tiens-nous au courant, et plein de courage pour ce dernier mois!

  34. Bonjour,

    Avez vous commencer tous ces produits naturelles alors que vous preniez encore la pilule ?(quand vous étiez entrain de l’a diminuer), je suis entrain de diminuer ma pilule mais plus lentement.. Je suis sous a Androcur.. Est ce que ce serait efficace si je coupe en deux pendant 6 mois, puis en 3 pendant encore 6 mois ? Car deux mois me fait peur.. Merci pour vos réponses et pour votre article

  35. Bonjour Christelle ! Que dire… merci Google d’avoir trouvé ton site grâce aux mots-clés « acné pilule solution » ! Je suis sous Jasmine (Diane avant l’interdiction) depuis près de 10 ans, et je veux m’en débarrasser. Mais j’ai connu l’effet rebond de l’acné comme toi en essayant de l’arrêter il y a 2 ans. Je pense donc avoir un peu la même histoire que toi… mais voilà, j’ai trop peur du coup d’arrêter. J’ai trop mal vécu cette période où j’avais plein de boutons. Ta méthode du sevrage progressif m’intéresse énormément. Quant aux plantes pour t’aider à passer le cap, crois-tu que le traitement Acnease (traitement naturel aux plantes, peut-être que tu connais ?), soit à peu près dans le même esprit ? J’ai entendu des filles parler en bien de ce traitement, donc je me disais que je pourrais l’essayer, à partir du début du sevrage progressif de la pilule. Quant à « l’arbre de chasteté » et à la bardane, les as-tu pris pendant ton sevrage ou après ? Et tu les continues encore ?

    Bon, je pense que je vais encore attendre un tout petit peu avant de me jeter à l’eau. J’ai lu dans ton autre article de ne pas hésiter à t’écrire pour en parler plus longuement. Est-ce qu’il est possible que l’on se contacte, par mail, quand j’aurai ce courage ?

    Encore merci en tout cas… Tu m’as aidée à y voir plus clair. Bonne continuation !

    1. Hey Faustine,

      Merci pour ton commentaire, bienvenue sur le blog, et oui, on peut bien sûr en parler plus longuement. La seule chose c’est que j’ai déménagé en Californie, et avec tous les changements qui ont lieu en ce moment (nouveau boulot, etc.) je suis un peu moins active sur le blog et un peu plus lente à répondre aux mails… mais bien sûr, dès que je peux j’essaye de répondre à toutes les questions. Mon mail : petitecerizacerola@gmail.com.

      Sinon, je ne connais pas Acnease – d’après les quelques recherches que j’ai effectuées en ligne à l’instant, ça m’a l’air d’être un complément alimentaire naturel… pourquoi pas… c’est toujours bien mieux que Roaccutane. Concernant l’arbre de chasteté, je l’ai pris pendant 1 an à la suite de mon sevrage (j’ai commencé à en prendre dès la fin du sevrage), et perso j’ai vu des effets positifs sur la régularité de mon cycle. Je crois que le vitex peut avoir des effets différents selon les femmes et selon le dosage…

      N’hésite pas si tu as des questions… mais juste en aparté, parfois il vaut mieux poser des questions ici que par mail car les questions posées et les réponses apportées (par les lectrices/par moi, etc.) peuvent aider des personnes en difficulté… voiliou!

      Je t’envoie plein de courage! 🙂

  36. Bonjour Cristelle,

    Avant tout, merci pour tes articles et tes conseils, ils me donnent de la force pour me lancer dans cette aventure de sevrage ! J’ai longtemps médité l’arrêt de la pilule sans passer le cap, mais maintenant je vais me lancer en suivant tes conseils, on verra bien !
    Par contre, j’ai un doute concernant le gattilier et les compléments alimentaires… Pendant le sevrage, que faut-il favoriser ? Des probiotiques et autres compléments alimentaires ? Le gattilier est-il à réserver pour la suite de la cure ?
    Merci d’avance pour ta réponse.
    Lucia

    1. Salut Lucia, et bienvenue! 🙂

      Alors, effectivement, je déconseille le gattilier au cours du sevrage (je ne suis pas médecin, donc après il faut prendre tout ce que je dis avec des pincettes) car c’est un complément alimentaire qui agit sur l’hypophyse afin d’équilibrer les hormones. Si on s’en tient à cette logique, il vaut certainement mieux que le corps ne soit pas entrain d’absorber des hormones artificiel en même temps… Par contre, les probiotiques sont excellents au cours du sevrage, ainsi qu’un bon complexe vitaminique.

      Je t’envoie une bise de soutien et plein de courage!

  37. Jai 31 ans en essai bb depuis 4 ans.en fait j souffre d ‘amenorrhee secondaire depuis 5 ans malgres tous les traitement possible tant de l ‘hopital que traditionnel.tout commence apres la prise de la pillule dans l ‘optique de regulariser mes regles mon cycle et en fin eliminer le kiste.tout ceci a bien marche sauf que 1 ans apres mes regles se sont deregles juska arret total.mn gy oyait rien.a nos jour jai decouvert vitex gelule etj ‘esper k mes regles vont revenir au plus vite et dans 4 mois pouvoir avoir un ++++.svp est ce k quzlqu ‘un a vecu une situation semblable?aidez moi j ‘en souffre bcp.merci j suis ouverte a vos temoignage et vos astuces

  38. Bonjour,

    Je souhaite arrêter la pilule et le faire poser un stérilet au cuivre, j’ai 30 ans et voici mon parcours:
    – j’ai commencé à prendre la pilule à 17 ans, holgyeme, (je précise que je n’avais aucun probleme de peau)
    – à 27/28 ans quelques mois avant la polémique sur les pilules 3 eme générations, je décide de l’arrêter car je sentais que mon corps n’en voulais plus( sécheresse vaginale, infection urinaire à répétition, nausées,perte de libido…), je me sens beaucoup mieux dans mon corps, je revis…. Sauf que je commence à avoir des boutons, je peux pas parler d’acnée, mais des petits boutons sous la peau( menton, front,joue) la peau et les cheveux gras. J’essaye toutes les routines possibles pendant un an mais rien n’y fait, je reste couverte de petits boutons.
    – je retourne voir ma gynécologue, qui me prescrit leelo + 1/2 androcur les 14 premiers jours, cela fait environ 2 ans
    – aujourd’hui je souhaite arrêter de nouveau car les symptômes sont réapparus ( sécheresse, infection +++, perte de libido, mal dans mon corps) mais je ne veux pas faire la même erreur
    – je suis retournée voir une autre gynécologue, qui est archi nul, j’ai l’impression qu’elle croit que je suis dingue quand je lui dit que c’est la pilule qui me créer tous ces tracas, du coup elle m’a donné TRIAFEMI, que je dois commencer dans 15 jours car je dois attendre la fin de mon autre plaquette + 7 jours d’arrêt
    – j’ai un rdv fin décembre avec une autre gynécologue et je voudrais lui demander le stérilet en cuivre, mais en parallèle je voudrais me sevrer de la pilule donc que me conseillez vous?
    Dois je commencer TRIAFEMI normalement et commencer le sevrage quand je serais sur que le stérilet me convient?
    J’ai peur que TRIAFEMI me donne des boutons quand je vois la dose d’androcur que j’ai pris pendant 2 ans, du coup je me demande si je dois prendre TRIAFEMI + un peu d’androcur ( en sevrage jusqu’à décembre) puis me sevrer de TRIAFEMI une fois que j’aurai poser le stérilet ? Merci pour vos conseils

    1. Salut Doré,

      Oui, le stérilet en cuivre fonctionne très bien pour bon nombre de femmes. En revanche, si je puis me permettre, les lectrices ayant tenté de combiner le stérilet ET la méthode sevrage en même temps ont eu pas mal de soucis – saignements incessants, etc. C’est pourquoi je pense qu’avant de te faire poser le stérilet il vaut mieux procéder au sevrage tranquillement (en utilisant des préservatifs pour prévenir contre les MST/grossesses non désirées) et retrouver ton cycle naturel. Ce n’est que mon humble avis basé sur les expériences des lectrices de ce blog. Je ne suis ni médecin ni professionnel de santé, donc bien évidemment tu es libre de faire comme bon te semble…
      En attendant, je t’envoie une bise de soutien! 🙂

      1. Coucou,

        Merci pour ta réponse. Je viens de passer de leelo + androcur (1/2comprimé pdt 14 jours) à triafemi. Penses tu que je vais avoir des boutons.? Il me semble que triafemi est moins dosée que le « mélange » que je prenais!!!! Du coup j’ai pas encore commencer le sevrage, j’ai peut d’avoir des boutons juste avec ce changement. Si quelqu’un est dans ma situation, merci de me dire à quoi je dois m’attendre. J’hésite à continuer de prendre un peu d’androcur en me sevrant petit à petit mais je sais pas si triafemi + androcur font bon ménage???? Merci pour ta réponse, je suis perdue:-(

  39. Bonsoir Christelle,

    Bravo pour ce parcours et merci de partager avec nous ton expérience 🙂 je voulais te demander si tu prenais le vitex pendant la période de sevrage ou après les 6 mois ? si oui, est ce que tu le prenais chaque jour ?
    Faut il le prendre chaque jour jusqu’à ce que les règles apparaissent ? Merci 🙂

    1. Salut Hikhik,

      Merci pour ton commentaire! 🙂 Alors, pour ma part, j’ai attendu la fin du sevrage avant de prendre le vitex. J’ai ensuite pris des capsules de 400mg à raison d’une capsule par jour, chaque jour de mon cycle jusqu’aux règles. Souvent je l’arrêtais pendant mes règles. J’ai entendu dire qu’il vaut mieux la prendre en début de cycle avant l’ovulation, et certaines femmes disent le contraire; qu’il vaut mieux la prendre en deuxième partie de cycle. Perso, j’ai eu des bons résultats avec une capsule par jour, après il faut savoir qu’on n’est pas toutes pareilles, et ce qui marche pour une personne ne marche pas forcément pour une autre!
      Je te conseille de tâtonner un peu avec, et de trouver ce qui marche le mieux pour toi. Sachant, bien sûr, que je ne suis pas médecin, donc pour tout avis de spécialiste il vaut mieux que tu t’adresses à un professionnel de santé. Le vitex ne contient pas d’hormones en soi – c’est une plante qui agit sur l’hypophyse afin de régulariser les hormones dont les taux seraient éventuellement déséquilibrés.

      Je t’envoie une bise de soutient, et plein de courage!

  40. Bonjour,
    J’ai commencé à couper les comprimés du générique de Jasmine il y a quelques jours… J’ai diminué la prise d’un quart du comprimé : soit 0,0225 mg d’éthinylestradiol pour 2,25 mg de drospirénone. Je n’en ai pas parlé à mon médecin avant de prendre cette initiative.
    Depuis le début, je ressens physiquement le sevrage : légers maux de têtes, visage gonflé au réveil, picotements dans la langue, dans les membres, gonflement des seins… j’ai aussi plus froid que d’habitude. Quelques nausées en fin de matinée… rien d’insurmontable.
    Sachez que j’ai plus de 35 ans et que je n’ai complétement arrêté de fumer qu’il y a quelques mois. Mes analyses de sang toutes récentes indiquent un taux de cholestérol et de triglycérides légèrement au-dessus de la moyenne.
    Aujourd’hui, des maux de tête, des nausées, une très légère sensation d’engourdissement dans le bras, la jambe m’ont prises au cours d’un déplacement à pied pour aller faire une course. J’ai commencé à avoir peur.
    J’ai cherché des informations sur l’association éthinylestradiol/drospirénone au dosage que je prends désormais… bien sûr je n’ai rien trouvé là-dessus, aucune AMM pour cette association… si ce n’est que Jasmine est dosée à 0,03 mg d’éthinylestradiol contre 0,02 mg dans Jasminelle, pour un dosage identique de 3 mg de drospirénone. Alors, je me mets à douter, à m’angoisser sur les risques encourus avec cette méthode, tout ça pour éviter un rebond de mon acné… J’étais pourtant très déterminée.
    Je vais illico-presto revoir mon médecin et lui en parler. Faites TRES attention à vous, jeunes filles…

    1. Bonjour Anne,

      Je suis désolée d’apprendre que tu as eu une réaction négative à cette méthode. Je pense que tu as tout à fait raison de consulter ton médecin. Chaque personne est un monde, et hélas on ne peut jamais vraiment savoir d’avance comment on va réagir à une certaine dose d’un médicament. D’ailleurs, je placarde sans cesse dans tous mes articles que je ne suis en aucun cas professionnel de santé, et que mon témoignage n’est en aucun cas un exemple à suivre – je dis bien même que je n’ai pas consulté ma gynéco pour lui demander son avis, et je lui en ai parlée qu’après coup – mauvaise élève peut-être? – Pour moi ça a marché, mais je dis bien que pour d’autres il se peut que cela ne marche pas.
      En tout cas merci pour ce retour. Forcément, cette méthode n’est pas orthodoxe, et quand on décide de la suivre on le fait à ses risques et périls. Malheureusement, la médecine n’a pas encore effectué une étude sur le sevrage de la pilule contraceptive, et donc, quand on entreprend cette démarche il faut bien se dire qu’on est seule, hélas. Après, sachant tout cela, il faut se demander si les risques encourus (connus, inconnus…) en valent la peine. Pour moi, ça a été un grand oui. Je me suis sevrée de Jasminelle (et non pas d’un quelconque générique – d’ailleurs, il faut peut-être se demander si la qualité du comprimé que tu coupes n’est pas en partie responsable de tous ces symptômes néfastes… perso, prendre des génériques pour des médicaments aussi importants que la pilule ça m’a toujours fait très peur). Bref, pour moi, la seule fois que j’ai été hospitalisée pour un « éventuel » problème lié à la pilule (je dis « éventuel » parce qu’aucun médecin n’a été capable de me dire pourquoi mon rythme cardiaque s’était emballé comme ça) a été lorsque je prenais Jasmine (quand je prenais la plaquette entière, j’entends bien, et non pas lorsque je m’en sevrais). Une autre suggestion… as-tu pensé à vérifier ton taux de potassium? La pilule Jasmine (et Jasminelle par la même occasion) favorise la rétention du potassium dans l’organisme, et il se peut qu’en réduisant le dosage (ou en arrêtant d’un coup net) ton corps ait du mal à régulariser son taux de potassium. En 2009 suite à un problème de spotting sous Jasminelle ma gynéco m’avait conseillé de prendre Triafémi pendant 3 mois puis de revenir à Jasminelle au bout du 3ème moi. Et bien, mon taux de potassium sanguin a chuté dramatiquement en changeant de pilule, et j’ai du reprendre Jasminelle illico. Le sevrage m’a, justement, permis de mieux appréhender la chute de potassium. Et pour l’info rapide, le taux de potassium est étroitement lié au rythme cardiaque. Voilà… beaucoup d’infos à prendre en compte… peut-être pourrais-tu demander à ton médecin un bilan sanguin complet (voire un bilan hormonal complémentaire). Si, effectivement, le sevrage pour toi n’était qu’une manière de limiter les dégâts côté acné, alors effectivement je pense qu’il faut peut-être réévaluer la procédure à suivre car d’une part le sevrage n’est rien si on continue à manger des aliments industrialisés, à fumer, boire, etc., et d’autre part le sevrage sert surtout à ne pas choquer l’organisme, à lui permettre de se régulariser tout seul. Le médecins préconisent l’arrêt ‘brutal’ de la pilule car ils estiment que le corps peut s’en remettre rapidement. Ce qui est le cas pour certaines femmes, mais pas d’autres, et pour cette portion de femmes pour qui l’arrêt brutal donne lieu à des mois d’aménorrhée, à des troubles hormonaux pas possibles, etc., le sevrage peut être une solution plus douce, et je dis bien PEUT ÊTRE, car encore une fois chaque femme est un monde. Voilà pour mon humble avis (tout comme ce blog, qui n’est qu’un témoignage parmi tant d’autres). En espérant que tout s’arrange pour toi. Je veux bien que tu nous tiennes au courant, et je te souhaite plein de courage pour la suite des événements. 🙂

  41. salut christelle, j’aurais voulu savoir depuis combien de temps ton sevrage a été fait maintenant? et si avec le temps passé cela a été une réussite?? as tu encore des périodes avec des poussées de boutons?? prend tu encore des compléments?

  42. Salut
    C’est incroyable comme les gense esprits se rencontrent… 😂
    J’ai commencé jasmine pour des problèmes de chutes de cheveux ,j’ai toujours été contre la pilule mais là …Je l’ai fait ..
    Et mise à Part pour les règles qui ont réduit de beaucoup ,je l’ai regretté aussitôt .
    Je déteste toutes ces m…. De médocs !
    Dans mon esprit à Alors germé le fait d’arrêter ,mais progressivement … Ce qui est donc logique ..
    Par contre ma peur est le côté « règles  » car chez moi, l’oubli d’un jour était synonymes de déclenchement des règles même avec la prise le 3ème jour.
    Je pense que je vais faire direct demi comprimé ,mais je n’avais pas pensé faire le quart ,je vais le faire .merci
    Et merci aussi pour l’info du vitex je vais me renseigner .

    Pour finir merci d’être une esprit libre et de le manifester ,car trop de moutons biens dressés dans ce monde ,ça fait du bien et ça aidera certainement certains à ouvrir leur esprit ,à sortir du rang , à Réfléchir par eux mêmes …

  43. Hello !

    Je viens de lire les 3 parties sur l’arrêt de la pilule… MERCI ! Un grand merci ! Pour ma part je suis fin prête à arrêter ma bouse de pilule !

    Quelques questions pour toi.

    Premièrement pour des questions de confort et éviter les complications je me demandais si la technique 1 pilule tous les 2j pendant 2 mois puis 1 tous les 3j/2 mois et pour finir 1 tous les 4 jours/2 mois pourrait-elle être équivalente à ta technique ? La planche de bois, le cutter, les sacs et tout je trouve pour ma part qu’il y a beaucoup de contraintes et je me demandais si cette technique passait tout aussi bien ? J’ai vu ça sur un autre blog je voulais ton avis.

    Mon but aussi est de réduire petit à petit car cela fait déjà 5 ans que je prends la mienne et je pense qu’il y a quand même un certain risque de stopper net du jour au lendemain.

    Ma pilule pour ma part, prise de mes 17 à 22 ans, est Minidrill. Au début aucun problème j’en étais même franchement ravie, comme beaucoup je l’ai prise plus pour être réglée qu’autre chose bref… mais là ça fait 6 mois/1 an que certains éléments m’interpellent notamment une acné fabuleuse qui m’a tout aussi rappelé qu’avant ma prise de pilule j’avais une peau magnifique, pas un seul bouton si ce n’est 2/3 petits machins tous les 2 mois vraiment que dal. S’ajoutent à cela de magnifiques crises de migraines à ma dernière semaine de prise (j’ai fait le lien en analysant à quelle période ces crises arrivaient sachant que je n’ai jamais eu un terrain favorable, les migraines chez moi je ne connaissais pas) des crises à rester la journée au lit avec la tête lourde et qui tourne comme si je m’étais prise une cuite.. mais aussi des aphtes qui n’aparaissaient pas avant, comme toujours à la dernière semaine de prise.

    Grâce à cette belle acné j’ai commencé à me poser certaines questions et notamment à constater que mon teint est devenu terne, que j’ai des boutons partout et une peau honnêtement moche.
    En allant sur internet, au delà des problèmes « graves » que pouvaient rencontrer certaines avec ma pilule, tous les petits changements décrits je me retrouvai dedans à fond (ventre et sein gonflés, ongles très faibles, cassants et tout mois,, cellulite très persistante -je fais énormément de musculation et pourtant elle n’a jamais disparue, chose que je ne m’expliquais pas tout comme pour le bas ventre-, acné affreuse, teint terne, appétit énorme, …) j’ai donc décidé que c’était la fin !

    Ayant une très bonne alimentation, je n’ai jamais fumé et bois très peu + mon âge je me demandais réellement comment certains éléments de mon corps pouvaient être ainsi avec le temps. C’est un peu comme si à 15 ans j’avais une très belle peau limite top et que je me retrouve plus j’avance dans le temps avec une peau d’adolescente pré pubère..

    Ma dernière question au delà de celle du sevrage doux est à propos de l’acné. Je sais que tu n’es pas médecin et que tu ne prenais pas ma pilule cependant étant donné que la tienne était censée stopper l’acné et que je constate et suis presque sûre, dans mon cas, que l’acné se déclenche avec le temps à cause de ma prise de pilule crois-tu que je risque comme toi d’avoir des problèmes de peau grasse ou d’acné « horrible » (dans l’idée où j’arrête net).

    Qu’en penses-tu ?

    Merci encore pour ce post ! Ça me conforte dans mon projet d’arrêter cette horreur et surtout j’espère voir un changement avec le temps 🙂
    J’attends ta réponse avec impatience. Encore merci !

  44. Hello !

    Je viens de lire les 3 parties sur l’arrêt de la pilule… MERCI ! Un grand merci ! Pour ma part je suis fin prête à arrêter ma bouse de pilule !

    Quelques questions pour toi.

    Premièrement pour des questions de confort et éviter les complications je me demandais si la technique 1 pilule tous les 2j pendant 2 mois puis 1 tous les 3j/2 mois et pour finir 1 tous les 4 jours/2 mois pourrait-elle être équivalente à ta technique ? La planche de bois, le cutter, les sacs et tout je trouve pour ma part qu’il y a beaucoup de contraintes et je me demandais si cette technique passait tout aussi bien ? J’ai vu ça sur un autre blog je voulais ton avis.

    Mon but aussi est de réduire petit à petit car cela fait déjà 5 ans que je prends la mienne et je pense qu’il y a quand même un certain risque de stopper net du jour au lendemain.

    Ma pilule pour ma part, prise de mes 17 à 22 ans, est Minidrill. Au début aucun problème j’en étais même franchement ravie, comme beaucoup je l’ai prise plus pour être réglée qu’autre chose bref… mais là ça fait 6 mois/1 an que certains éléments m’interpellent notamment une acné fabuleuse qui m’a tout aussi rappelé qu’avant ma prise de pilule j’avais une peau magnifique, pas un seul bouton si ce n’est 2/3 petits machins tous les 2 mois vraiment que dal. S’ajoutent à cela de magnifiques crises de migraines à ma dernière semaine de prise (j’ai fait le lien en analysant à quelle période ces crises arrivaient sachant que je n’ai jamais eu un terrain favorable, les migraines chez moi je ne connaissais pas) des crises à rester la journée au lit avec la tête lourde et qui tourne comme si je m’étais prise une cuite.. mais aussi des aphtes qui n’aparaissaient pas avant, comme toujours à la dernière semaine de prise.

    Grâce à cette belle acné j’ai commencé à me poser certaines questions et notamment à constater que mon teint est devenu terne, que j’ai des boutons partout et une peau honnêtement moche.
    En allant sur internet, au delà des problèmes « graves » que pouvaient rencontrer certaines avec ma pilule, tous les petits changements décrits je me retrouvai dedans à fond (ventre et sein gonflés, ongles très faibles, cassants et tout mois,, cellulite très persistante -je fais énormément de musculation et pourtant elle n’a jamais disparue, chose que je ne m’expliquais pas tout comme pour le bas ventre-, acné affreuse, teint terne, appétit énorme, …) j’ai donc décidé que c’était la fin !

    Ayant une très bonne alimentation, je n’ai jamais fumé et bois très peu + mon âge je me demandais réellement comment certains éléments de mon corps pouvaient être ainsi avec le temps. C’est un peu comme si à 15 ans j’avais une très belle peau limite top et que je me retrouve plus j’avance dans le temps avec une peau d’adolescente pré pubère..

    Ma dernière question au delà de celle du sevrage doux est à propos de l’acné. Je sais que tu n’es pas médecin et que tu ne prenais pas ma pilule cependant étant donné que la tienne était censée stopper l’acné et que je constate et suis presque sûre, dans mon cas, que l’acné se déclenche avec le temps à cause de ma prise de pilule crois-tu que je risque comme toi d’avoir des problèmes de peau grasse ou d’acné « horrible » (dans l’idée où j’arrête net).

    Qu’en penses-tu ?

    Merci encore pour ce post ! Ça me conforte dans mon projet d’arrêter cette horreur et surtout j’espère voir un changement avec le temps 🙂

  45. Bonjour Christelle.

    Merci pour tes articles, ils m’ont convaincu d’arrêter la pilule.

    Je m’apprête donc à mettre en application ta technique pour diminuer progressivement les doses. En revanche, cela ne fait que deux mois et demi que je prends ma pilule (varnoline). Penses-tu que mon sevrage doit durer six mois ?

    Merci pour ta réponse.

    Clara

    1. Salut Clara… et bienvenue! 🙂 Hmm, bonne question. Perso, j’ai effectué un sevrage car je prenais la pilule depuis des annés et je ne voulais pas trop brusquer mon organisme. Du coup, je ne sais pas trop si ça changera grand chose pour toi d’arrêter progressivement. Le choix t’appartient! Je veux bien que tu me tiennes au courant si toutefois tu optes pour le sevrage. Il y en a certains que cela pourrait intéresser, et les retours sont toujours instructifs.

  46. Coucou ! Je viens de lire tout ton article sur l’arrêt de la pilule façon sevrage. J’adore l’idée. Je suis sous Jasmine depuis des années, il y a 2 ans j’ai voulu arrêter, du jour au lendemain puis comme toi terrible acne pire que quand j’étais ado et meme a des endroits que je n’avais jamais eu avant et évidemment disparition de mes règles du coup des que j’ai pu j’ai vite repris Jasmine pour que tout rentre dans l’ordre. J’ai bientôt rdv chez mon Gyneco pour parler contraception car je veux arrêter cette pilule, je veux arrêter la pilule tout court ! Je pense donc faire ce sevrage sur 6 mois comme tu as fais car je pleur deja a l’idée du retour de mon acne suite a l’arrêt de ce maudit cachet ! J’espère que ca marchera aussi bien que pour toi ! Tu m’as redonne un peu d’espoir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s