Acné et Pilule – Comment arrêter de prendre cette daube de pilule ? PART 3

Si vous n’avez pas encore lu PART 1 & PART 2 de ce post, je vous conseille de le faire avant de lire ce prochain article.

Pour faire court, après une première tentative il y a 9 ans, j’ai finalement arrêté ma pilule pour de bon l’an dernier (en juillet 2012). Lors de ma première tentative j’avais arrêté du jour au lendemain – j’avais suivi ma plaquette jusqu’au bout, puis, au lieu de reprendre la plaquette suivante j’avais laissé faire la nature (comme l’indiquait la notice). Sauf que tout cela s’était terminé par une aménorrhée de 6 mois, de l’acné à ne plus savoir quoi en faire, un état dépressif, et une grande solitude, car bien sûr aucun médecin ne voulait acquiescer le problème. J’avais fini par reprendre ma pilule, pensant devoir en être prisonnière à vie. Après ce malheureux incident je croyais ne jamais pouvoir arrêter la pilule un jour sans passer par la case « boutons ». Mais l’an dernier, après avoir effectué pas mal de recherches en ligne, j’ai trouvé une méthode plus douce pour arrêter les contraceptifs oraux sans avoir à subir tous les effets néfastes dus aux changements hormonaux brusques. Cette fois-ci je n’ai pas demandé conseil à ma gynéco ni à mon médecin traitant.

En l’espace de 6 mois j’ai graduellement réduit le dosage de la pilule. Pendant 2 mois j’ai pris 3/4 de la dose prescrite, pendant les 2 mois suivants j’ai pris 1/2 dose, et pendant les 2 derniers mois j’ai pris 1/4 de pilule. Chaque soir, au moment de prendre ma pilule, je coupais mes comprimés au cutter à papier, et je ne prenais que la dose souhaitée. Petit à petit je suis donc passée d’un comprimé entier à rien du tout.

Cette méthode s’est avérée très efficace. Je n’ai jamais souffert d’acné durant tout le temps du sevrage ni par la suite, et depuis j’ai retrouvé un cycle régulier. Pour plus d’info, lisez PART 1 & PART 2 de ce post. Ces deux derniers articles ont été rédigés après avoir constaté que nous étions nombreuses à avoir eu une mauvaise expérience suite à la discontinuation abrupte de la pilule.

Je suis, aujourd’hui, contre ce moyen de contraception, qui, a mon sens, n’est pas du tout – contrairement à ce que l’on prétend depuis des décennies – la solution féministe aux grossesses non désirées.

De nombreuses femmes m’ont contactée suite à la lecture de ces 2 derniers articles, me remerciant pour toutes ces infos et me demandant conseil. Je ne suis pas médecin, et je n’ai pas les qualifications nécessaires pour pouvoir donner des conseils thérapeutiques. En revanche, je crois qu’en matière de santé on n’est jamais mieux servi que par soi-même, et qu’à l’exception des conditions graves nécessitant une intervention médicale il est possible d’éviter les médicaments pharmaceutiques, notamment les contraceptifs oraux, prescrits à tout va.

On m’a beaucoup demandé si durant toute la période du « sevrage » et par la suite j’avais pris des compléments alimentaires ou « fait des choses » pour booster mon organisme et réduire les chances de refaire face à une crise d’acné. Voici donc quelques astuces pour vous aider dans votre aventure au naturel :

1- Mon petit nombril

kefir1-300x254

La pilule a tendance à tuer les bonnes bactéries dans l’intestin. J’ai donc investi dans un bon probiotique (on en trouve en pharmacie et dans les magasins bio). Je l’ai pris pendant les 6 mois de sevrage, et je fais des petites « cures » tous les quelques mois depuis que j’ai arrêté la pilule tout court. Des déséquilibres de la flore intestinale peuvent conduire à des mycoses à répétition, et à la malabsorption de nutriments essentiels au bien être de la peau, des cheveux, et des ongles. Le probiotique aide la flore à se reconstituer et permet une meilleure digestion et une meilleure absorption des nutriments. Pour celles qui disposent d’un peu plus de temps, le kéfir de lait ou de noix de coco est un excellent probiotique fait-maison. La choucroute fermentée crue est également une excellente source de bonnes bactéries.

2 – Les anti-inflammatoires

épinards

Durant tout le temps du sevrage et depuis que j’ai arrêté la pilule j’ai radicalement augmenté ma consommation de légumes à feuilles verts et de fruits et légumes colorés. Les légumes verts foncés sont une superbe source d’antioxydants. Les tomates, les carottes, les baies telles que les myrtilles et la canneberge sont très efficaces contre l’inflammation, et on sait tous que l’acné n’est autre qu’une inflammation de l’épiderme…

Et pour celles qui souhaitent retrouver leur cycle naturel en vue d’une grossesse, les épinards et les légumes à feuilles vertes contiennent plein d’acide folique, une vitamine nécessaire au bon développement du foetus, surtout en début de grossesse.

3 – Le curcuma

TurmericCette racine orange est bourrée d’antioxydants et elle est bien connue pour ses vertues guérissantes. On en trouve dans les épiceries exotiques et parfois en grande surface. Si vous ne parvenez pas à trouver de la racine de curcuma la poudre est presque toute aussi efficace pour réduire l’inflammation. Perso, je la saupoudre sur mes salades, riz, légumes – je l’ajoute à ma vinaigrette, bref, il y a plein de manières de l’inclure dans vos repas.

4 – Le bio

Label AB

On peut débattre midi à 14h sur les avantages et les désavantages de l’agriculture biologique, il n’empêche que les producteurs de produits animales bio n’utilisent pas d’hormones synthétiques ni d’antibiotiques pour soigner leurs animaux. Je conseille donc aux femmes souhaitant retrouver un équilibre hormonal d’éviter de consommer des produits animales (viande/lait/oeufs etc.) d’origine non-biologique car les substances utilisées pour traiter les animaux destinés à la consommation se retrouvent dans notre organisme et peuvent détraquer nos hormones.

5 – Adieu le sucre

no-sugar

Vous aimez le sucre ? Moi aussi ! C’est ma bête noire (ou blanche plutôt !). Mais cette cocaïne douce est un véritable poison et je recommande à toutes celles qui souhaitent retrouver leur cycle (surtout celles qui souffrent du syndrôme des ovaires polykystiques ou celles qui ont un cycle irrégulier) d’éviter à tout prix les aliments sucrés. Le sucre dans le sang a tendance a faire grimper les taux de testostérone, ce qui à son tour aggrave l’acné et peut provoquer des chutes de cheveux, de la pilosité faciale, et des kystes ovariens (rien que ça !), alors bon, il vaut mieux couper court au sucre.

Et j’ajouterai sous cette rubrique que cela ne sert à rien de couper le sucre si vous continuez à fumer comme des pompiers et à boire comme des trous. Utilisez votre bon sens et arrêtez tous ces poisons, et votre cycle et votre peau vous en remerciera !

6 – H 2 O

verre d'eau

Boire de l’eau permet au corps d’éliminer les toxines. Il vaut mieux boire de l’eau que des jus de fruits sucrés ou des sodas. Si possible, prenez de l’eau de bouteille, et faites en sorte que les bouteilles soient en verre. Le bisphénol A contenu dans les emballages en plastique est très mauvais pour le système endocrinien.

7 – N’en faites pas trop

visage

Arrêtez de vous laver le visage comme des malades ! Je sais comment ça se passe ! Vous avez la peau qui graisse, vous la savonnez avec un tas de produits décapants, et au bout de quelques heures vous recommencez. Ça, les filles, c’est la recette du désastre ! Plus vous allez vous laver la peau et la décaper, plus votre peau va se re-graisser. Je sais que vous n’avez pas envie de l’entendre mais il va falloir cesser d’utiliser des produits antiseptiques que votre peau.

Durant tout le temps du sevrage j’ai dit non au savon. J’ai opté pour la méthode la plus douce qui soit : de l’eau froide, un peu sur mon visage tous les matins, et basta ! Au début ma peau n’était pas habituée, car avant j’aimais bien me frotter le visage avec du savon, mais aujourd’hui je ne troquerais plus jamais ma routine beauté contre des soi-disant « nettoyants » – même « naturels ».

8 – L’huile de jojoba

Jojoba

Si vraiment vous n’arrivez pas à vous passer de crème du jour, faites une exception pour l’huile de jojoba. La composition moléculaire de cette huile est étonnamment proche de notre propre huile épidermique – le fameux sébum – et, petit astuce rigolo – quand vous utilisez cette huile les récepteurs nerveux pensent que c’est votre propre peau qui produit suffisamment de sébum. Du coup, le cerveau arrête de demander à votre peau de produire autant de graisse, et votre peau se régule naturellement ! Magique !

Perso, j’utilise une ou deux gouttes le matin sur mon visage et mon cou, et c’est tout. Le soir, il m’arrive de me démaquiller avec.

9 – ZZZZZZZzzzzzzz

dormir

Si on parle de « sevrage » c’est que vous êtes « dépendantes ». Votre corps s’est habitué à ingérer des hormones synthétiques, et à mesure que vous lui ôtez il va devoir apprendre à se « débrouiller tout seul ». Il faut vous ménager. Prenez le temps de vous reposer. Soyez à l’écoute de votre corps. Si vous êtes énervée, faites un « break » (mais ne prenez pas de kit-kat hein !), faites une sieste. Et essayez d’être disciplinée avec le sommeil (7h/nuit c’est l’idéal).

10 – Yes you can !!!

rando

Le sport aide le corps à se détoxifier. Les bienfaits du sport sur le cycle féminin sont innombrables. Même si vous n’aimez pas trop le sport, donnez vous des petits défis : un tour de quartier, 15 minutes de yoga, un aller-retour au marché en vélo plutôt qu’en voiture…

Perso, je ne suis pas une grande fan du sport, et étant mince naturellement je n’ai pas la motivation de celles qui souhaitent garder leur ligne ou perdre des kilos. Mais cette année je me suis obligée à aller à la piscine de temps en temps, et là je vais m’inscrire à 10 séances de Pilates, histoire de commencer en douceur ! C’est toujours un investissement de faire du sport en club, mais je me dis que c’est mieux de de fumer ou de claquer mon salaire dans des cocktails, et c’est plus motivant de le faire en groupe que de le faire toute seule !

11 – Le vitex/agnus-castus/herbe à gattilier/arbre de chasteté 

vitex

Tant d’appellations pour un seul et même produit, le vitex est une plante utilisée depuis le moyen âge pour traiter les troubles du cycle chez la femme. À l’époque on l’appelait « l’arbre de chasteté » car il aidait les curés ayant des penchants charnels à vaincre la tentation. Il est plus efficace quand il est pris à moyen-long terme. Personnellement, j’ai pris 400mg/jour pendant 1 an et j’ai trouvé ça génial. J’ai eu mes règles tous les mois (aux alentours de 28 jours), ce qui pour moi était inespérée (j’étais très mal réglée avant de prendre la pilule), et j’ai eu l’impression ne moins souffrir de syndrôme prémenstruel quand je le prenais.

Aujourd’hui je prends une capsule tous les quelques jours. Certaines femmes disent ne pas sentir les effets de ce complément, et d’autres ne jurent que par ça. Tout ce que je sais c’est qu’il s’agit d’une solution 100% naturelle et sans risque aux troubles du cycle. Le vitex agit sur le cerveau, aidant ainsi le corps à mieux réguler les quantités d’hormones qu’il produit. Ainsi, ce complément aidera une femme à produire plus de progestérone si elle n’en produit pas assez, et il en aidera une autre à produire moins de testostérone si elle en produit trop. En soi, le vitex ne contient aucune hormone. Contrairement au soja qui est oestrogénique, le vitex ne risque pas de détraquer vos hormones davantage car il n’en contient pas.

12 – La bardane

bardane

La bardane possède des vertus purifiantes. On peut la boire en tisane ou en décoction ou la prendre en capsules. Elle aide le corps à se purger des toxines. Elle est donc l’alliée des belles peaux. Il est conseillé de faire des cures régulières de bardane mais de ne pas en prendre tous les jours de l’année comme on peut le faire avec le vitex. Il n’est pas rare de faire une petite poussée d’acné au début de la cure, c’est la preuve que l’organisme se purge des toxines. Souvent cette crise d’acné ne dure pas.

Si la poussée d’acné persiste il serait peut-être temps de prendre rendez-vous chez un naturopathe. Normalement, les toxines sont censés passer par le foie et les reins, puis les intestins et la vessie avant d’être excrétées par le corps. Si ces organes sont trop toxiques ou « fainéants » c’est la peau qui prend le relai car il faut bien que le corps trouve un moyen de se débarrasser des poisons. La bardane agit sur les organes d’élimination afin d’ôter ce fardeau à l’épiderme. En général on voit rapidement les bienfaits de la bardane sur la peau. Personnellement, j’ai fait plusieurs cures l’an dernier pendant mon « sevrage », et à ma grande surprise je n’ai pas eu d’acné. Comme quoi ce n’est pas systématique.

……………………………………………………………………………………………………………..

Bonne chance à toutes ! Laissez moi un commentaire pour me dire si ces infos vous ont été utiles…

N’oubliez pas de suivre ce blog pour être informé(e) par mail dès qu’un nouvel article paraît

Publicités

337 réflexions sur “Acné et Pilule – Comment arrêter de prendre cette daube de pilule ? PART 3

  1. coucou christelle, prends tu tjr le gatillier??? pour ma part je l’ai prise 1 an non stop et je l’ai arrétée ce mois ci, et la je ne sais pas si c’est du à ca mais éruption de boutons + pas d ovulation ce mois ci

    • Coucou Stefania, perso je l’ai arrêté au bout d’un an/un an et demi. J’en prends de temps en temps, un mois par-ci par-là. Peut-être que ton corps n’est pas encore tout à fait prêt à l’arrêter… tu pourrais peut-être continuer à en prendre un peu, puis retenter un arrêt dans 3-6 mois? Si toutefois ça marche vraiment mieux avec le gattilier, sache que c’est un complément naturel (c’est un extrait de plante connue et utilisée depuis des centaines d’années pour aider à régulariser les hormones) qui ne contient pas d’hormones. Rien à voir avec la pilule donc! 🙂 Je t’envoie une grosse bise de soutien!

  2. coucou christelle, il y a un groupe facebook sevrage pille crée par roxanne avec toutes les filles en détresse suite à la pillule qui tente le sevrage, stéphanie nous conseilles aussi, viens te joindre au groupe si tu veux tu seras apte à aider toutes ces demoiselles en détresse total 🙂

  3. Bonjour, merci de partager votre expérience.
    J’ai pensé plusieurs fois à arrêter la pilule (Yasmin) mais je me suis toujours ravisée en voyant les effets secondaires que j’aurai. Notamment l’acné que je n’ai jamais eue (j’ai une peau très blanche et très fine, elle ne se remettrait pas d’une acné sévére 😦 ) et aussi j’ai peur de perdre mes cheveux. Je les qualifie déjà de « trois poils sur le cailloux », donc perdre ces trois poils me fait peur. Même si je pense aussi que c’est à cause de la pilule qu’ils sont devenus comme ils le sont. Avant, j’avais de longs et beaux cheveux.

    J’ai souvent des migraines. J’en avais pas non plus avant la pilule. Et je sens une lourdeur dans ma poitrine qui pourrait ne pas être étrangère à ma contraception également. Ma pilule me fait peur et je me sens piégée.
    Je regrette tellement de l’avoir commencée. Je l’ai eue à 16 ans et la raison était: de très fortes douleurs lors des régles. Vraiment, j’avais horriblement mal, bouffées de chaleurs, etc. Je devais manquer l’école à chaque fois que j’avais mes régles. J’en ai parlé à mon médecin, et il m’a direct prescrit la Yasminelle. Comme ça. Sans prise de sang, sans rien. Je ne connaissais pas donc je l’ai prise. Et effectivement, elle m’a directement soulagée. Mais peut-être qu’un anti-douleur, ou même quelque chose à base de plante aurait pu me soulager ? J’avais pas besoin de pilule ! Je n’avais même pas de copain, ni de boutons, rien ne justifiais, après reflexion, cette prescription.

    Et maintenant penser qu’elle me fait du mal, mais aussi me dire que quand je vais l’arrêter, elle m’en fera encore plus, j’ai peur de me lancer. Votre article m’a rassurée, et je suis heureuse de savoir quelles précautions je pourrai éventuellement prendre pour limiter les dégats. Et la façon progressive me semble la plus appropriée et finalement la plus logique. J’espère que je renoncerai pas au dernier moment et que j’arriverai moi aussi à me sevrer.

    Encore un énorme merci pour votre partage, ça m’encourage à suivre l’idée que j’ai depuis longtemps: il faut arrêter cette mer**. 🙂

    • Salut
      Si ta pilule à eu un effet négatif sur tes cheveux aucun risque que cela te fasse perdre tes cheveux d’arrêter. Au contraire tu risques de voir tes cheveux repousser beaux et forts.
      J’ai déjà fait un sevrage sur 4 mois, il ne faut pas en avoir plus peur que de prendre la pilule elle même au contraire c’est une délivrance que tu fais à ton corps. .

      Après il existe des huiles essentielles pour les douleurs et les saignements trop forts.
      C’est très efficace.

      Bon courage à toutes

  4. Bonjour !
    J’étais partie en recherche sur Internet pour savoir comment arrêter correctement la pilule Jasmine. J’en prend depuis mes 15 ans (cela va faire 7 ans que je la prend…) et cela fait plusieurs mois que je projette de l’arrêter, ayant pris conscience des très nombreux problèmes que cela engendre, que ce soit pour mon corps et pour l’environnement.

    Je te remercie de ces 3 articles très complets qui m’ont beaucoup éclairés et informés. Je vais pouvoir me lancer au sevrage prochainement.

    La raison pour laquelle j’ai commencé à prendre Jasmine était à cause de mon acné virulente. La prise de cette pilule s’est avéré comme un miracle car pour la première fois depuis 4 ans, j’avais retrouvé la véritable couleur de ma peau. Donc évidemment je n’ai eu aucun soucis à l’ingérer sans me demander ce qu’il y avait dedans…

    Aujourd’hui je me pose d’autres questions. J’ai été habitué dès l’adolescence à des hormones artificielles, est ce qu’aujourd’hui je connais réellement mon corps ? Suis-je vraiment moi-même ? C’est pour cela que j’ai réellement besoin d’arrêter d’avaler cette petite merde qui me suit depuis trop longtemps.
    Ayant arrêté de consommer les médicaments prescrits par les médecins pour diverses raisons personnelles, il me paraissait bien absurde de continuer à prendre la pilule en faisant passer sous silence tout les effets néfastes que cela produit…

    Encore une fois je te remercie vraiment de ces articles qui m’ont beaucoup rassurés. Et je serais sûrement là pour te demander des conseils durant mon sevrage !

    Je vous souhaite à tous une merveilleuse journée.

  5. Bonjour,
    Merci pour tous ces conseils. À 23 ans je me suis retrouvée du jour au lendemain couverte d’acné (très peu d’acné quand j’étais adolescente) sur les joues; après avoir essayé des pilules dites « normales », je suis passée à Yaz. J’ai mis un an à arriver à une peau ne produisant qu’un ou deux boutons sur les joues par mois. Mais depuis ce commencement je suis stressée tous les jours à cause de possible effet secondaires sanguins qui pourrait, disons le, me tuer. C’est pourquoi je voudrais l’arrêter avec votre méthode progressive. Je voudrais savoir si il était possible de combiner cette méthode progressive avec la prise du Vitex, et si oui, comment? À quelle dose? Merci!

    • Coucou Caroline, et bienvenue! 🙂 Alors, tout d’abord je te prie de bien vouloir me pardonner pour ma réponse tardive. Pour te répondre, je voudrais en premier lieu te rassurer un peu. Certes la pilule n’est pas idéale, et Yaz en particulier a un historique juridique un peu nébuleux, mais en règle général les complications surviennent surtout durant les premiers mois de prise… du coup au bout d’un an sans soucis il y a déjà moins de risques ‘sanguins’ comme tu dis. Après, forcément, c’est toujours mieux de vivre sans hormones artificiels, et personnellement je ne peux que t’encourager à entreprendre la méthode du sevrage. L’acné a souvent de multiples origines – les hormones y sont pour beaucoup dans de nombreux cas, mais il ne faut pas survoler les allergies ou intolerances alimentaires ou les problèmes digestifs (malabsorption – carences, problèmes d’élimination ou de métabolisation…). Perso, j’ai fini par constater qu’en cessant totalement de consommer du blé et toutes formes de gluten je digère mieux, et – parce qu’il faut bien le dire hein – quand le transit va mieux on retient moins de toxines, et notre peau est plus belle. 😀 Pour d’autres, le souci vient du foie ou des reins ou d’un excès de candida albicans dans les intestins, bref. Tout est lié, et je me dis que si tu n’as jamais réussi – même sous pilule – à complètement éradiquer l’acné il se peut que ce soit lié à autre chose aussi… enfin, voilà mon hypothèse. Concernant le vite, personnellement je ne combinerais pas le sevrage + prise de ce complément. Etant donné que le vite agit sur l’hypophyse j’attendrais d’en avoir terminé avec la pilule avant d’entamer un complément qui agit sur les hormones. En revanche, le DIM peut être pris en même temps que la pilule à condition que les organes de detoxification soient en bonne santé. Pour le dosage une fois le sevrage terminé ça dépend des femmes. De mon côté j’en a pris à raison de 400mg/jour en capsules. Je t’envoie une grosse bise de soutien!

  6. Bonjour,
    Alors voilà j’ai découvert votre site un peu par hasard, en tapant « arrêter la pilule » sur Google .. En effet, cela fait seulement un an que je prend la pilule ( Optilova la « moins dosée  » ) et j’aimerais déjà l’arrêter … Jai de gros problèmes de migraines et je me demande si ce n’est pas en rapport à la pilule … J’en avais déjà avant mais jamais autant que cette dernière année .. Et c’est vraiment handicapant pour moi, je souffre énormément et ca me déprime complètement quand je sens une migraine arriver , je sais que je vais passer ma soirée à souffrir , enfin bref … Je n’ai pas pris la pilule car j’avais des cycles irréguliers ou que j’avais de l’acné, non… Juste parce que ma Gyneco m’a dit que comme j’avais un copain il « fallait » que je la prenne, que les capotes c’était trop risqué etc.. Et pour moi c’était un passage presque obligatoire dans la vie d’une femme de devoir prendre la pilule …
    Sauf que je ne veux plus la prendre .. Et je pensais qu’il suffisait juste d’arrêter du jour au lendemain à la fin d’une plaquette … Et c’est là que je suis tombé sur tous ces témoignages qui m’ont un peu fais peur ;
    Je n’ai jamais vraiment eu de grosse acné, ni de cycles irréguliers, jai les cheveux très fins mais jai une certaine masse quand même
    Bref, j’ai peur d’être confrontée à tout ca …
    Ça peut paraître bête comme question mais je me demande juste si jai autant de risque d’avoir tous ces désagréments dû à l’arrêt de la pilule qu’une personne qui prend la pilule depuis 5-10 ans ou plus , sachant que cela ne fait que 1 an que je la prend et qu’elle n’est pas très forte ??
    Merci d’avance pour vos réponses !
    J’ai peur mais je suis pendant mes 7 jours d’arrêt et j’hésite entre arrêter d’un coup ou arrêter avec sevrage …

    • Salut Caroline, et bienvenue sur le blog. 🙂 C’est une très bonne question… honnêtement je n’en sais rien… il se peut que tu n’aies aucun désagrément en arrêtant la pilule. Je connais bon nombre de femmes qui ont arrêté puis repris la pilule au gré de leurs humeurs ou selon le statut de leurs relations intimes, et cela ne leur a absolument rien occasionné. Perso, je sais que mon corps ne supporte pas l’arrêt du jour au lendemain, et le sevrage progressif a été la meilleure chose que je puisse faire. Un an ce n’est pas long en effet, mais je pense que le corps s’habitue assez vite aux hormones de synthèse… enfin, je ne peux vraiment pas parler pour toi ni te dire ce que tu dois faire, mais si tu décides d’entreprendre le sevrage progressif sache que tu peux poser toutes tes questions ici, et qu’il y a beaucoup de femmes dans ton cas. Si toutefois tu préfères arrêter net sache que c’est tout aussi respectable… si tu choisis cette option-là bien penser à miser sur la détox: le foie, les intestins, les reins… tisanes de bardane ou d’achillée millefeuille; régime alimentaire ‘propre’; vitamines du groupe B, et probiotiques pour donner un coup de pousse à l’organisme. Voilà voilà! Je t’envoie une bise et plein de courage quelque soit ta décision!

  7. Bonjour Christelle!
    Quel plaisir de lire tes articles et de ne plus se sentir seule! J’ai arrêté Diane 35 il y a 5 ans, pour la reprendre quelques mois plus tard tant j’étais défigurée!
    Je songeais depuis quelques mois à l’arrêter mais j’avais peur que tous mes boutons réapparaissent, je vais donc essayer ta méthode, à savoir diminuer le dosage progressivement. J’ai lu beaucoup de choses à propos de l’huile d’onagre, qu’en penses tu? Je pensais combiner quelques gélules d’onagre avec du zinc, bien sûr faire attention à mon alimentation etc mais je me disais que ces deux compléments alimentaires pouvaient m’éviter quelques surprises dans 6 mois quand j’arrêterais définitivement la pilule.

    • Je précise donc cumuler la prise de ces compléments avec la réduction de ma pilule, ou alors me conseilles tu de commencer à les prendre quand j’aurais fini le sevrage? Ou alors complètement prendre autre chose? Je suis désolée je suis tellement perdue et inquiète! Merci en tout cas pour tes articles et à bientôt j’espère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s