Acné et Pilule – Comment arrêter cette daube de pilule, PART 2

Ceux qui ont lu PART 1 de « Comment arrêter cette daube de pilule », savent que je déconseille fortement ce moyen de contraception. Ayant moi-même pris plusieurs pilules en l’espace de dix ans, et ayant déjà fait un malaise que je soupçonne d’avoir été lié à la prise de ce médicament, je pense être bien placée pour en parler. Pour résumer mon article précédent en quelques mots, j’ai décidé d’arrêter ma contraception en janvier dernier, et j’ai mis en place un système de « sevrage » pour réduire le dosage hormonal graduellement plutôt que de terminer ma plaquette d’un coup et d’attendre que mon cycle naturel reprenne son cours. J’ai fait ceci sans consulter ma gynéco ni mon médecin traitant, car j’étais persuadée qu’ils ne verraient pas cette méthode d’un oeil favorable, et puis parce que très franchement ils avaient perdu ma confiance. Cela faisait un moment que je voulais arrêter de prendre la pilule, mais j’avais eu une très mauvaise expérience en arrêtant Diane 35 en 2004 (aménorrhée pendant plus de 6 mois, acné à ne plus savoir quoi en faire, dépression, sauts d’humeur, crampes abdominales, pertes de cheveux, etc.) et il était hors de question de repasser par là. Donc, vous imaginez bien, dès que mes règles sont revenues, après 6 mois d’absence, j’ai sauté sur l’occasion pour reprendre la pilule, et je ne l’ai plus lâchée jusqu’en juillet 2012.

De janvier à juillet 2012, j’ai utilisé un simple cutter à papier pour couper mes comprimés de telle sorte à ne pas provoquer un changement hormonal brusque. De fait, pendant 2 mois, j’ai pris mes 21 jours de pilules comme d’habitude, sauf que je n’ai pas pris le comprimé en entier ; au lieu de prendre toute la dose, j’ai pris 3/4 du comprimé en respectant l’arrêt thérapeutique de 7 jours entre les plaquettes. Ensuite, pendant les 2 mois suivants, j’ai pris 1/2 du comprimé, puis 1/4 pendant deux mois, jusqu’à ce qu’il ne me reste plus rien à prendre. La bonne nouvelle est que cette fois-ci mon cycle est revenu tout de suite, et que je n’ai jamais souffert d’acné, ni durant le processus de « sevrage », ni par la suite. Aujourd’hui cela fait presque un an que je ne prends aucun contraceptif oral, et je revis. Voici donc le récit en détail:

addict

1- Pourquoi fait-on une crise d’acné après l’arrêt de la pilule ?

C’est marrant parce que j’ai l’impression que pour beaucoup de professionnels de santé cette crise d’acné qui suit l’arrêt du contraceptif oral n’existe pas. Alors, soit elle ne fait pas partie des symptômes reconnus, soit les spécialistes préfèrent la nier plutôt que d’avoir à l’expliquer. En tout cas, la crise d’acné que j’ai eu après avoir tenté d’arrêter Diane 35 il y a 9 ans était loin d’être fictive. Mes amies ont constaté qu’il y avait un vrai problème ; je perdais mes cheveux, je m’enfermais dans ma chambre pendant des heures sans vouloir voir personne, j’étais devenue sensible et tendue, et mon visage était recouvert de gros boutons – des kystes presque – rouges et douloureux, incrustés sous la peau. Ces symptômes ne peuvent être rattachés à quoi que ce soit en dehors de l’arrêt de ce médicament. J’étais heureuse, je venais d’obtenir ma licence, j’avais décroché un travail qui me plaisait… alors le coup de l’étudiante stressée, franchement non.

La décision d’arrêter Diane 35 a été prise un soir de novembre 2003. Je venais de rompre avec mon petit ami du moment, et je souhaitais tout simplement retrouver mon cycle naturel. J’ai donc en tout état de logique terminé la plaquette que je prenais, puis au lieu de reprendre la plaquette suivante, j’ai laissé la nature faire son oeuvre. Au bout d’un mois, pas de règles. Je ne m’inquiète pas, parce qu’avant de prendre la pilule j’avais des cycles irréguliers. Je me dis donc que ça va bien finir par se mettre en place. Sauf qu’au lieu de retrouver mon cycle, les mois passent, et mes règles ne viennent pas. Au bout de trois mois « au naturel », je commence à voir des rougeurs sur mon visage. Un par ici, un par là ; rien de bien méchant. Mais je remarque que ma peau devient grasse au toucher, et quand je passe mes doigts sur mon front il y a comme des grosses bosses douloureuses sous l’épiderme. Peu à peu les bosses deviennent énormes, et l’état de ma peau se détériore. J’appelle ma gynéco.

boutons

Au bout du fil je pleure. Je ne me reconnais plus. Je suis triste tout le temps. Je suis fatiguée. Je n’ai plus d’appétit, et plus envie de voir mes amis. Mes règles sont absentes, et je perds mes cheveux. Au secours ! Elle reste là un instant. « Ah bon ? » Me répond-elle, presque amusée de m’entendre raconter ces symptômes étranges. Elle n’a « jamais entendu parler » d’une telle réaction. Plus tard, en me documentant sur le web, je m’aperçois que ce cas de figure est très fréquent, notamment chez les femmes ayant pris soit Diane 35, soit d’autres pilules contenant des suppresseurs d’androgènes.

Alors, parlons un peu de Diane 35. Bien sûr, aujourd’hui cette pilule n’est plus vendue en France à cause du scandale qu’elle a provoquée en début d’année, mais parlons-en quand même. Tout d’abord, que contient Diane 35 ? Je n’ai pas besoin d’être un Prix Nobel pour lire une notice : cyprotérone acétate 2mg/ethinestradiol 0.035mg. Alors, qu’est ce que la cyprotérone, et qu’est ce que l’ethinestradiol ?

L’Ethin estradiol est une substance synthétique qui remplace l’hormone naturel « estradiol ». Pratiquement toutes les pilules contraceptives sur le marché en contiennent. 

La cyprotérone est un anti-androgène steroïdien. C’est à dire qu’il supprime les effets de la testostérone. Il est utilisé pour traiter certains cancers de la prostate chez l’homme, l’hirsutisme chez la femme, ainsi que pour traiter d’autres maladies en rapport avec la production excessive de testostérone. Fun fact, c’est également la cyprotérone que l’on utilise dans les cas de « castration chimique », utilisée pour diminuer les pulsions sexuelles chez les violeurs. Dans le cas de Diane 35, il est utilisé en tant que progestatif synthétique (l’autre composant des pilules contraceptives). Il est utilisé en tant que traitement contre l’acné chez la femme car il supprime la production d’androgènes, souvent responsables de l’acné et du syndrome des ovaires poly-kystiques. 

Bon, tout cela est bien joli, mais quel est le rapport entre ces composants et la crise d’acné qui suit leur arrêt brutale. J’ai du mal à comprendre. J’émets plusieurs hypothèses… le fait que le corps se retrouve à produire ses propres hormones après avoir été « au repos » pendant plusieurs années ? Je décide d’explorer cette piste, et je tape « cyprotérone » dans Google. Sur les sites en français, je trouve des informations sur ce composant, notamment le fait que mélangé à de l’ethin estradiol il aggrave le risque d’accident cardio-vasculaire, bon, là encore j’étais déjà au courant. Alors, je tape « cyproterone » en anglais, et je lis la pagé Wiki (ouais, je sais, Wiki quoi, mais bon, justement, Wiki quoi !) en anglais dédiée à ce composant, et là, bingo. Au milieu de la page il est écrit, sous l’entête « Withdrawal Effects », qui signifie en français « Sympômes de Sevrage », « abrupt withdrawal of cyproterone can be harmful », ce qui, traduit mot pour mot, équivaut à : « les symptômes de sevrage de la cyprotérone peuvent être nuisibles ». Je poursuis ma lecture.

comprimé

Il s’avèrerait que la cyprotérone rendrait dépendant. Première nouvelle. Paraît-il que le laboratoire qui fabrique ces pilules, à savoir Bayer Healthcare, préconise de ne pas interrompre la prise de ce médicament du jour au lendemain, mais de réduire le dosage progressivement. Ceci est applicable pour les traitements hautement dosés en cyprotérone, je pense aux traitements contre le cancer de la prostate etc., mais en ce qui concerne la pilule, on considère certainement que la dose est trop faible pour procéder à un sevrage progressif. De ce fait, lorsqu’une patiente souhaite (ou doit, pour des raisons médicales) arrêter de prendre cette pilule, le gynécologue lui dit de l’arrêter du jour au lendemain, sans – je suppose – se douter que cette discontinuation abrupte provoquera une pléthore de symptômes nuisibles, dont l’acné, car lorsque l’on cesse d’absorber de la cyprotérone, le corps, qui s’est habitué à ce substitut hormonal, se met à produire des androgènes en masse.

Ceci est, bien sûr, une explication très vulgarisée. Si vous souhaitez mentionner quelque chose que j’ai omis, n’hésitez pas à me laisser un commentaire en dessous. Enfin voilà, j’ai enfin réussi à comprendre pourquoi j’avais eu une grosse poussée d’acné lorsque j’avais arrêté Diane 35 du jour au lendemain, et à comprendre pourquoi personne ne m’a conseillé de réduire le dosage graduellement.

2- Mais alors, qu’en est-il des autres contraceptifs orales, car on sait que Diane 35 n’est plus commercialisée en France ?

Perso, après avoir pris Diane 35 pendant environ 5 ans (!!!), ma gynéco m’a prescrit Jasmine. Tout comme Diane 35, Jasmine contient un ingrédient anti-androgénique, à savoir la drospirénone. Mais, je vous entends me dire, qu’est ce que la drospirénone ?

La drospirénone est un progestatif synthétique utilisé dans les fameuses pilules contraceptives 4ème génération. Elle a des effets anti-androgéniques. Outre le fait que la drospirénone aggrave le risque d’accidents cardio-vasculaires chez ses utilisatrices de 600% par rapport aux femmes qui ne prennent aucun contraceptif oral, rien n’est indiqué quant au développement d’une éventuelle dépendance à ce médicament. Il est souvent utilisé avec l’ethin estradiol.

Rien de mieux qu’internet finalement pour trouver des renseignements. Alors, je me dirige vers des forums santé pour voire ce que les internautes ont à dire au sujet de Jasmine/Jasminelle, et notamment au sujet de l’acné qui suit l’arrêt de médicament. Et ça ne loupe pas ! En fait, vous êtes hyper nombreuses à souffrir d’acné après avoir arrêté cette pilule. Une internaute outrée dit, en à peu près ces termes : « je ne comprends pas, on m’a prescrit Jasmine pour traiter un dérèglement hormonal, ça devrait aller mieux une fois que je l’arrête ! ». Une autre souhaite repasser à une « pilule normale » car elle n’a plus de libido. Encore une autre a substitué Jasmine par Androcur, un médicament à base de cyprotérone… et vous voyez, le cercle vicieux repart.

En tout cas, j’ai bien vu que même les pilules qui ne contiennent pas de cyprotérone peuvent provoquer une crise d’acné quand on les interrompt brutalement. Certaines filles échappent à cette crise, et je suis très heureuse pour elles, mais malheureusement pour trop de filles l’arrêt de la pilule rime avec acné, déprime, solitude, incompréhension, et souvent reprise de pilule ou, pire, prise de médicaments anti-androgéniques telles que Androcur ou Spironolactone, ou des antibiotiques, qui ne sont que des bombes à retardement pour l’acné.

3- La Solution

La solution s’effectue en plusieurs temps. Tout d’abord, elle existe, et avant de se jeter corps et âme dans la spirale infernale pilule-arrêt-acné-médocs-acné-déprime-re-pilule, il faut s’arrêter un instant et s’instruire.

La première chose que j’ai compris en me documentant sur la pilule, c’est que personne, ni même les médecins, n’y connaît quoi que ce soit. Les médecins ne sont que les pantins des géants de l’industrie pharmaceutique. Ils ne sont pas plus informés que vous et moi. Finalement, les infos sont là pour celui ou celle qui veut les chercher, dans les ouvrages de médecine, sur internet, même vulgarisés sur Wiki les gars, alors pas d’excuse ! Donc voilà, la première chose à faire pour une personne qui veut arrêter la pilule et retrouver son cycle normal est de S’INSTRUIRE ! Tu es le maître de ton corps. Dans cette vie, tu n’as pas le contrôle sur la météo ou sur la situation économique du monde, mais bordel, tu as le contrôle sur ce que tu mets dans ton corps ! Ne laisse personne, ni les médecins, ni les médias te convaincre du contraire. Un bon choix est un choix informé, alors avant de gober les comprimés qu’on te prescrit, INFORME-TOI ! Que contient-ils ?  Est-ce que les ingrédients sont nocifs ?  Etc. Etc.

lecture

La deuxième étape consiste à élaborer une stratégie pour arrêter la pilule en douceur. Si tu prends un contraceptif oral depuis un moment, sache que ton corps s’y est certainement habitué, et que tu risques fortement de faire une crise d’acné si tu l’arrêtes brutalement.

Moi, j’ai décidé de réduire le dosage progressivement en diminuant la dose un petit peu plus chaque moi pendant 6 mois. Pour ce faire, je me suis munie d’un cutter à papier :

cutter à papier

d’une petite planche en bois que j’utilisais seulement pour couper mes pilules (je vous expliquerai pourquoi après) :

planche

d’un petit sac congélateur :

sac plastique

– Pendant les 2 premiers moi, j’ai pris ma planche en bois, j’ai placé mon petit comprimé dessus, et à l’aide de mon cutter à papier, j’ai coupé mon comprimé en 2. Ensuite, j’ai coupé un côté en deux, et j’ai mis un quart de la dose dans mon petit sac congélateur. J’ai avalé les 3/4 qui restaient sur la planche.

3/4

La raison pour laquelle j’ai mis le quart de pilule superflu dans le sac congélateur plutôt qu’à la poubelle est parce qu’il ne faut jamais jeter des médicaments contenant des hormones dans la poubelle ou l’évier. C’est très nocif pour l’environnement. Mieux vaut les conserver dans un sac plastique et ensuite les déposer dans une pharmacie, où ils sauront comment s’en débarrasser. Pareil pour la planche en bois ; les hormones que je libère en coupant mes comprimés sont nocifs, et je veux éviter de contaminer des aliments avec. Je me sers donc d’une planche en bois spéciale pour ma petite opération !

– Pendant les 2 mois suivants, j’ai fait la même chose, mais au lieu d’avaler 3/4 de pilule, j’avalais 1/2 du comprimé, et je plaçais l’autre moitié dans le sac en plastique.

– Pendant les 2 derniers mois, j’ai fait de même, mais j’e n’ai pris qu’un quart du comprimé, et j’ai placé le reste dans le sac.

4- Quelques mises en garde…

warning

J’ai choisi de ne pas informer ma gynéco et mon médecin traitant de ma stratégie. Bien sûr, je n’ai pas trop le droit de vous encourager à aller derrière le dos de votre professionnel de santé, donc voilà, si vous êtes suivis par quelqu’un de confiance, parlez-en avec lui, qui sait, peut-être vous encouragera-t-il à procéder ce cette manière.

Durant ces mois de sevrage, mes règles ont été un peu anarchiques. Elle arrivaient souvent une semaine trop tôt, et elles duraient plus longtemps que d’habitude. Parfois, elles étaient plus abondantes, et un peu plus douloureuses. Perso, j’ai un seuil de tolérance à la douleur assez élevé, donc pour moi cela n’a posé aucun problème, et puis, j’avais tellement envie d’en finir avec cette pilule que je n’en avais que faire. D’ailleurs, j’ai eu raison, parce que depuis que je ne prends plus de pilule du tout mon cycle s’est régularisé et tout est rentré dans l’ordre.

Ne pas prendre toute la dose = risque de grossesse. En ce qui me concerne, avant même de commencer à me « sevrer » de la pilule, mon compagnon et moi avons eu une discussion évaluant tous les risques possibles et imaginables. Nous avons décidé d’utiliser un autre moyen de contraception pour éviter les surprises, et nous avons parlé de la possibilité de tomber enceinte. Nous avons convenu que si cela arrivait, même sans que cela soit prévu ou souhaité, nous serions finalement très heureux. Donc voilà, pas de coups vicieux le dos de votre copain, les nénettes ! Et protégez-vous, parce que la pilule n’agit pas contre les MST !

Bon sevrage à celles qui veulent tenter le coup. Entre temps, j’ai vu ma gynéco, qui m’a confirmé que tout fonctionnait bien, et que j’avais le feu vert si je souhaitais mettre en route un petit bout de chou… affaire à suivre !

Bientôt, j’écrirai PART 3 de « Comment arrêter cette daube de pilule » pour vous donner la liste des compléments alimentaires et des changements nutritionnels que j’ai effectués pour aider à régulariser mon cycle… 

N’oubliez pas de suivre ce blog pour être informé(e) par mail dès qu’un nouvel article paraît

Publicités

361 réflexions sur “Acné et Pilule – Comment arrêter cette daube de pilule, PART 2

  1. Bonjour à toutes,

    Et tout d’abord un GRAND GRAND merci à Christelle pour son blog et ses précieux conseils, mais aussi à toutes celles qui nous font partager leur expérience d’arrêt de la pilule, avec ses avantages et, surtout, malheureusement, ses inconvénients…
    Grâce à vous toutes, « une femme avertie en vaut deux ».

    Après lecture de TOUS les articles de Christelle sur « comment arrêter cette daube de pilule » PART 1, 2 et 3 et de TOUS les commentaires… eh bien, je dois dire que je suis dans un état de stress maximal et que je compatis énormément avec toutes celles qui ont rencontré ces terribles « effets rebonds » (flambée d’acné et perte de cheveux au 1er plan) au bout de quelques mois (ce qui est assez sournois d’ailleurs, car on aurait tendance à crier victoire trop tôt au bout d’un mois ou deux sans effets secondaires…).

    Alors, voilà, pour résumer mon histoire, je prends la pilule depuis que j’ai 15 ans, et j’en ai aujourd’hui 31, soit 16 ans « sous pilule ». Les raisons initiales de cette mise sous pilule étaient : douleurs abdominales monstrueuses pendant les règles + un peu d’acné + 1er petit ami sérieux… Je suis d’abord passée par DIANE 35, puis TRINORDIOL, puis par JASMINE depuis environ 10 ans. A noter un passage sous LEELOO GE en 2012, suite aux polémiques sur les pilules de 3è et 4è génération, qui a été une catastrophe => retour en flèche des boutons d’acné au bout d’environ 1 à 2 mois! J’ai donc supplié ma dermato de me remettre sous JASMINE, que je prends toujours aujourd’hui.
    A noter que je n’ai JAMAIS eu une peau parfaite sous toutes ces pilules, mais toujours quelques boutons à tête blanche et points noirs par-ci par-là. J’ai donc une sorte d’acné chronique, relativement légère heureusement, depuis que j’ai 12 ans, malgré la (les) pilule(s).

    MAIS voilà, à 31 ans, le désir d’enfant se fait sentir, et pour cela, je voulais, moi aussi, redécouvrir mon corps et des cycles naturels quelques mois avant de réaliser ce projet.
    Mon arrêt de pilule était donc envisagé à la fin de ma dernière plaquette, soit le 21 août prochain.

    Mais j’ai voulu me renseigner un peu sur cet arrêt avant de le faire, car j’avais entendu parler d’un retour de l’acné, et par miracle, je suis tombée sur ce blog hier! Et j’ai tout lu d’une traite!

    Même si les effets secondaires rapportés sont surtout arrivés à celles qui prenaient DIANE 35, je me pose quand même sérieusement la question d’un arrêt progressif, comme l’a fait Christelle et comme le conseille aussi Miss Frottis sur un autre blog.
    Mais voilà, vos deux méthodes sont différentes, càd qu’il y en a une qui oblige à couper les comprimé (la tienne Christelle) et l’autre non (Miss Frottis), et l’une qui s’étale sur 6 mois par paliers de 2 mois (la tienne) et l’autre sur 9 mois par paliers de 3 mois (Miss Frottis).

    Alors je me demande si je ne vais pas essayer un « mix » de vos deux méthodes, soit :
    – ne pas couper les comprimés et prendre 2cp/3 jours puis 1cp/2 jours puis 1cp/3 jours
    – faire des paliers de deux mois pour un total de 6 mois de sevrage.

    Je voulais savoir si certaines d’entre vous avaient tenté ce genre de méthode, ou même celle de Miss Frottis qui évite de couper les comprimés, mais qui dure 9 mois (le temps de faire un bébé quoi…). Et est-ce que certaines d’entre vous étaient sous JASMINE? Quels ont été les effets secondaires d’un arrêt brutal de cette pilule? et d’un arrêt progressif?

    Et enfin, j’ai lu énormément de choses sur les compléments alimentaires et plantes pour l’acné, mais aussi pour la chute des cheveux (car ça aussi c’est très effrayant) : bardane, pensée sauvage, achillée millefeuille, zinc, fer, vitamines B, souffre (MSM), protéines, levure de bière, cystine B6, spiruline, radis noir, vitex, probiotiques, huile de foie de morue, DIM…
    Mais par quoi commencer?? comment s’y prendre? peut-on tout prendre à la fois (j’imagine que non)? Y-a-t’il aussi des effets secondaires liés à ces substances? ou à l’ARRET de ces substances?? (ça serait le comble!)
    Pour ma part, j’ai retrouvé mes gélules de bardane et de pensée sauvage que j’avais achetées quand j’étais passée sous LEELOO GE (= retour de l’acné) et j’ai commencé une cure hier soir (1 gélule de chaque 3x/jour). Mais combien de temps doit durer une cure? 1 mois, 2 mois?

    Et dernier point, et pas des moindres, comment faites-vous pour la contraception?? Retour aux préservatifs? ou « méthodes naturelles »? Et si une grossesse survient alors que l’on prend tous ces compléments alimentaires ET que le sevrage de la pilule n’est pas terminé, que faire?? Arrêter de suite la pilule? Arrêter certains compléments (j’ai vu que la bardane n’était pas conseillés en cas de grossesse notamment…)?

    Je crois qu’il va me falloir des jours et des jours pour me documenter sur tout ça, à moins que certaines d’entre vous s’y connaissent bien!
    Ou alors, prendre RDV avec un naturopathe…

    MERCI par avance pour vos réponses, et MERCI encore pour ce blog et toutes vos expériences partagées. Il faut se serrer les coudes!

    • Coucou les filles.
      Je prenais la pilule Jasmine depuis 11 ans (peau parfaite, cheveux parfaits) et puis j’ai décidé de l’arrêter en septembre dernier après sevrage (plus rapide que préconisé = sur 3 mois). Au début tout allait bien puis ces trois derniers mois malgré les méthodes naturelles (tisanes bardane, achillée, pensée sauvage), le suivi des conseils de beauté pure (hv jojoba, citron, miel de manuka….) + changement total d’alimentation (plus de produits animaux et sucres) j’ai une crise d’acné qui n’en finit plus. Pourtant mes règles sont devenues très régulières. N’en pouvant plus j’ai craqué et j’en suis à mon 4e comprimé de jasmine + granudoxy gé + effederm depuis ce lundi. Et je regrette déjà et songe à ne pas continuer la pilule, est ce grave d’arrêter après 4 comprimés. Qu’en pensez vous ? Je ne sais vraiment plus comment m’en sortir.

      • Salut Pixie,

        Hmm… c’est pour cela que j’ai toujours préconisé le sevrage *long* (6 mois ou plus), car le but est justement que le corps se ‘déshabitue’ peu à peu à ces substances chimiques. Honnêtement je ne sais pas si 4 comprimés de pilule vont changer grand chose… je veux dire que quand on interrompt notre plaquette tous les 21 jours pour laisser le corps se reposer on ne s’inquiète pas… je pense qu’à ce stade tu peux soit termine ta plaquette soit l’arrêter sans trop te préoccuper. Après, au sujet de la crise d’acné, il se peut qu’elle soit provoquée par plusieurs facteurs. Comme ça, à l’aveugle, c’est assez difficile de dire, mais d’emblée on sait que le stress, une intolérance alimentaire, les candidoses, le manque de sommeil, l’alcool, et j’en passe, peuvent être à l’origine de poussées d’acné, et il faut souvent tâtonner un peu dans le noir pour trouver le coupable. Tu dis ne plus consommer de produits d’origine animale, ce qui est totalement louable d’un point de vue éthique (moi-même je suis végétarienne), mais sais-tu que le soja peut totalement détraquer le cycle de la femme (car il simule l’oestrogène ce qui rend confus les récepteurs endocriniens)? – As-tu étudié cette piste-là également ? Pareil, les noix et les ‘beurres’ de noix sont très riches en lipides et en Oméga 6, ce qui est super pour le corps, mais trop de lipides peuvent provoquer des problèmes digestifs, et si le rapport Omégas 6-Omégas 3 (qui, idéalement se situe aux alentours de 4:1) n’est pas respecté cela peut favoriser l’inflammation également. Autant de choses à prendre en compte et de pistes à explorer… Tu dis avoir changé d’alimentation… est-ce que tu ne subirais pas tout simplement une crise *détox*?
        Tiens-nous au courant en tout cas, et je te souhaite tout plein de courage! Je t’envoie une bise ma belle 🙂

  2. Ah oui, et pour finir, comme j’avais prévu le coup, j’ai RDV dermato et gynéco le 18 et 21 août prochain…
    Mais vu tous vos commentaires, j’ai bien peur de me heurter à leur incompréhension si j’aborde cette méthode de sevrage progressif de la pilule…
    Je vais quand même tenter de leur en parler et on verra bien!
    La suite au prochain épisode…

    • Bonjour Kali 3000
      A mon avis, les filles vous devriez peut être vous orienter/tester les huiles essentielles. Je ne m’y connais pas mais je vais m’y intéresser. Les dermatos, gynécologues et autres, pour mon expérience depuis 1,5 ans, ont leurs réponses toutes faites (chimiques +++) et peu d’empathie, pour ne pas dire peu de compréhension médicale du sujet. Mais bon essaie de leur en parler et fais nous retour. Ça te donnera une idée de leur ouverture d’esprit… ou pas!😎
      Mon problème c’est surtout la chute de cheveux (alopécie androgénétique il parait avec une belle calvitie au bout du chemin 😭) mais aussi ma peau est redevenue grasse +++ depuis l’arrêt de Diane 35. Je vais regarder par moi même et aussi j’irai revoir un phytothérapeuthe (même si pour l’instant son traitement pour les cheveux n’a pas de résultats mais sa préparation en he fait que j’ai le cuir chevelu qui a moins de pellicules). J’ai eu des petits retours d’acné qui se sont calmés depuis mes vacances en juin ou j’ai pris un peu le soleil et que mon taux de vitamine d à augmenté. Relation ou hasard, je ne sais pas..
      Par rapport à tes questions sur quoi prendre et dans quel ordre, la solution d’un naturo ou phytothérapeuthe me paraît la mieux. Une fille qui a eu le pb de chute de cheveux à pris des produits dont tu parles. Son blog « sirene bio chute de cheveux les solutions » si tu veux aller voir.
      Bon courage à toi. J’ai l’espoir que la solution est dans la nature et pas dans la chimie industrielle. Bon en attendant on flippe la majorité qui vient ici à cause de l’acné et pour d’autres nombreuses aussi pour la chute de cheveux non stop.
      Au fait, j’ai pris cystine b6 l’an dernier ça avait ralentit la chute puis elle a repris. Si tu en prends attends toi à avoir très mal au ventre (tu peux aller voir les avis sur le site beauté test.com).

      • Je viens de lire ce blog http://www.sirenebio.fr/blog/a31-perte-de-cheveux-%C3%A0-larr%C3%AAt-de-la-pilule-diane-35 et je suis très terrifiée car je perds déjà mes cheveux beaucoup depuis quelques années (stress, fer plat, etc.) et je n’ai pas encore arrêté la pilule. J’ai vraiment très peur. Avant j’avais les cheveux aux fesses et en à peine 2 ans ils se sont aminci et j’ai perdu environ 4 pouces sans les avoir coupés… J’essaie par le biais de produits naturels de lui donner un coup de pouce. J’ai même essayé un truc (huiles essentielles) que les femmes qui ont eu de la chimiothérapie utilisent pour voir leur cheveux repousser, et moi ça n’a pas aidé…
        C’est sûr que je vais prendre des suppléments pour ça avant de finaliser mon sevrage. Est-ce que celles qui ont fait et terminé le sevrage pourraient commenter à cet effet? Au sujet de la perte de cheveux suite à l’arrêt de Diane 35? Merci.

  3. Catherine,
    Si ta chute et affinement a commencé sous pilule, c’est peut être parce que tu as, comme moi, pris la pilule trop longtemps.
    Je remets le lien de la vidéo de la seule dermato que j’ai trouvée sur le net qui fait le lien entre les deux. Faites le savoir aux jeunes filles et femmes de votre entourage qu’elles prennent une décision de contraception en connaissance de cause… Ca n’arrive pas à tout le monde mais quand c’est là….vous savez aussi bien que moi.

  4. Bonjour les filles,

    Merci despairhope pour tes conseils et pour les vidéos.
    En ce qui concerne les huiles essentielles, je me suis déjà renseignée et j’en ai déjà commandé certaines! 😉

    J’apprends avec consternation que l’amenuisement des cheveux sous pilule peut-être dû à une prise prolongée de cette dernière… Ce qui est aussi mon cas! (je la prends depuis 16 ans SANS aucune interruption – si ce n’est les 7 jours entre 2 plaquettes) et j’observe aussi une moindre densité des cheveux sur mon crâne depuis environ 3 ans (ce que ma mère a aussi observé : « attention ma chérie, ne te lave pas les cheveux avec de l’eau trop chaude et avec un jet trop fort » m’a-t-elle dit, ainsi que certains « amis » : « mais, tu perds tes cheveux toi!? », prends-toi ça dans la face!!!).
    Et je n’avais bien sûr pas relié ce phénomène à la prise de la pilule, et la dermato que j’avais consultée l’an dernier ne m’en a bien sûr pas parlé, mais m’avais prescrit un produit à appliquer sur mes cheveux (minoxidil je pense), ce que je n’ai pas fait car ça graissait les cheveux et que c’était pas la cata non plus (mais là, je l’appréhende un peu la cata! et ça tombe bien, j’ai toujours le minoxidil à la maison, j’espère qu’il n’est pas périmé…!).

    Si vous voulez voir le petit programme que je me suis concoctée pendant mon sevrage qui débute dans 14 jours, c’est par là :
    https://petiteceriz.com/2013/08/18/acne-et-pilule-comment-arreter-de-prendre-cette-daube-de-pilule-part-3/comment-page-2/#comment-914

    Les avis et commentaires sont les bienvenus.

    🙂

    • Salut les filles,

      Catherine, je n’ai pas cité l’expérience de Sirène bio pour vous faire flipper 😯
      Comme moi, Sirène n’est pas passée par l’étape du sevrage, on a arrêté direct vu qu’aucun médecin ne nous a dit de faire autrement.
      Si mes souvenirs sont bons de ce blog que j’ai lu il y a déjà plusieurs mois, Christelle avait vécu une chute de cheveux lors d’un précédent arrêt sans sevrage mais pas cette fois ci avec sevrage.

      Kali 3000, j’ai regardé ton programme et je trouve que tu mets toutes les chances de de ton côté pour te faire du bien 😊

      Le minox… Loin de moi l’idée de t’empêcher de le prendre, par contre mon seul conseil :
      renseignes-toi sur ce produit, ses effets secondaires…etc… avant de te décider (sauf bien sûr si ton dermato t’en a parlé) librement. Comme tu le sais, c’est à vie. Les notices et forum-ers parlent d’un shedding au début du traitement (accroissement de la chute de cheveux avant les repousses de cheveux). Pour ma part, je ne supporterai pas qu’ils tombent encore plus qu’ils ne le font déjà. Je flippe de me coiffer, de me shampouiner, de croiser mon reflet dans une glace (car mes yeux sont attirés sur mon crane qui se voit chaque semaine un peu plus), je dors mâchoires serrées
      alors s’ ils chutent encore plus pendant 3 mois, je pète les plombs définitivement.😵

      Sinon cette vidéo parle du minox (colloque de dermatos sur la chute de cheveux) = les médicaments contre la chute des cheveux : http://youtu.be/YGHFuvi_P78

      À la base, de la même façon que Diane 35 a été détournée de son premier usage pour être prescrite comme pilule, minox est un vasodillatateur qui fait pousser les cheveux en effet non prévu. .. Le médecin dit qu’ils n’ont pas découvert par quel mécanisme.
      A noter que le médecin préconise androcur pour les femmes.. Médicament qui a la même molécule que Diane ..en plus dosé si j’ai bien compris? D’où l’idée de réfléchir avant de faire ce qu’ils disent. C’est Christelle qui m’ ouvert les yeux la dessus.

      Minox, androcur, alopexy, etc..sont les réponses automatiques des dermatos (j’en ai vu 5 en 1,5 an).
      J’ai lu les notices sur internet pour le minox et alopexy. J’ai été sur les forums d’utilisateurs ou les avis sont partagés. J’ai lu des articles sur le net.

      En synthèse, le produit fonctionne différemment selon les personnes.

      J’en ai parlé a mon médecin traitant qui me dit que l’efficacité n’est pas exceptionnelle pour les cas qu’il a vus.

      La dernière fois que je suis allée au centre sabouraud, j’ai discuté avec une patiente qui me disait regretter d’avoir commencé à en prendre et qui revenait consulter car ses cheveux recommençaient à chuter sous minox. Du coup, tout cela ça m’a fait beaucoup réfléchir… Tu l’as compris je résiste aux sirènes du minox pour l’instant. Mais sur les forums des filles et gars en sont satisfaits. C’est à peser.

      C’est vrai qu’à ce jour ça semble la seule solution de la médecine allopathique. Quant aux autres, elles n’en ont pas. La dermato de la vidéo n○2 dit en avoir mais elle les fait payer cher (150 euros la consultation, j’ai été voir ses tarifs sur ameli santé. ..).

      Il y a de plus en plus d’alopecies androgénétiques. Je le vois dans la rue en regardant les autres femmes. Les articles sur le net parlent de causes comme la pollution, l’alimentation,… Peut être mais on ne mange pas toutes la même chose.

      Le seul changement majeur commun dans l’histoire récente des femmes et qui concerne énormément d’entre nous, selon moi, c’est la pilule.

      Je suppose que personne n’en parle à cause du $ en jeu pour les labos.

      Alors à part nous soigner nous, l’autre chose que nous pouvons faire c’est d’informer les jeunes femmes et les femmes de ce risque possible, pour qu’elles décident librement, en connaissant ces risques dont les médecins ne nous parlent pas . Et en leur parlant de ce sevrage s’ il fonctionne aussi pour vous. Tu as raison, Kayla, une femme avertie en vaut 2, …visons des centaines de femmes averties puisque les médecins ne le font pas.

      Kayla tous mes encouragements pour ton sevrage : que la force soit avec toi pendant les mois à venir et que ce sevrage soit un succès! Tiens nous au courant.

      Bon courage à toutes et haut les coeurs 💞

      • Kali désolée pour la faute de frappe en kayla😯
        C’est un signe qui te portera chance : kayla, sur le forum docti, est sortie de son pb/ cheveux suite a l’arrêt de Diane 35.🎯

  5. Bonjour à toutes salut Christelle comme vous toutes j ai arrête la pilule moi depuis 17 mois au bout de 5 mois Grace au vitex mes règles sont devenus régulières donc depuis 1 ans je les ai toujours à la même date comme une horloge sauf que ce mois ci je ne les ai pas eu la je suis en retard de 12 jours peut être que c est un dérèglement ? Ou peut être je suis enceinte ? Si c est un dérèglement sa ce remettra … En revanche si je suis enceinte jusqu’à quand je peut continuer le vitex?? Je vous remercie à toutes merci pour tout Chris

  6. @ despairhope : Si ça peut me porter chance, je suis preneuse! En tout cas, merci pour tes conseils et tes encouragements! et pour les vidéos! 🙂

    De mon côté, je suis la méthode Beauté Pure (double nettoyage à l’huile de jojoba + nettoyant doux ou savon à froid ou rhassoul) + hydratation à l’huile de jojoba + quelques gouttes d’huiles essentielles sur les boutons depuis environ 10 jours, et je n’ai jamais eu une aussi belle peau!

    La preuve, je suis allée voir la dermato lundi soir, et elle ne m’a pas vraiment trouvé d’acné sur la peau! Alors que j’ai toujours quelques micro-kystes à tête blanche et des points noirs en temps normal (même sous pilule, je n’ai jamais eu une belle peau!)
    (Est-ce aussi parce que j’ai arrêté le lait de vache? Je ne sais pas…)
    Je lui ai dit que je voulais arrêter la pilule et que j’avais peur d’un effet rebond sur ma peau, effet rebond qu’elle n’a pas démenti.

    Je lui ai donc dit que je comptais faire un sevrage progressif (selon la méthode de Christelle, je vais finalement couper les comprimés!), et elle m’a dit d’essayer 🙂
    Et en prévention, voici ce qu’elle m’a prescrit : Locacid le soir sur les zones à risque de boutons (zone T : menton – nez – front + bas de la mâchoire en cas d’acné hormonale) + soin lissant de Boréade + Eryacné en cas de poussée de boutons. Que pensez-vous de ces produits? Moi qui était partie sur le tout bio pour ma peau et le plus doux possible, j’hésite à les utiliser…
    Sinon, elle m’a dit que les chutes de cheveux s’observaient beaucoup moins fréquemment que les poussées d’acné après arrêt de pilule, et que c’était surtout après arrêt de Diane 35 (moi je prends Jasmine), ce qui m’a un peu rassurée…

    Ce soir, RDV chez la gynéco!!! Je vais lui parler de mon sevrage progressif pour voir un peu ce qu’elle en pense (et même si elle n’est pas pour, je le ferai quand même! na!)

    Début du sevrage J-6… 🙂

  7. Bonjour à toutes,
    Je suis en train de terminer mon sevrage. Pour l’instant tout se passe bien. Quelques petits boutons sur le cuir chevelu.
    Pour celles qui ont terminé. Pouvez vous me dire quel moyen de contraception vous utilisez désormais ?

    • Salut Christelle aussi (lol! 😀 )

      Pour ma part, mon ex-compagnon et moi-même utilisions des préservatifs… il faut un léger temps d’adaptation après une prise longue de pilule, mais après ça se passait bien. Voiliou!

  8. Salut Kali3000!

    Bon, alors ta dermato a l’esprit ouvert :-))

    Je suis d’accord avec toi sur le fait d’hésiter à mettre le chimique qu’elle te préconise. Tu dis que les HE semblent fonctionner sur toi, alors tu devrais persévérer. Il sera toujours temps de venir au chimique dans un second temps … si besoin.

    Ou alors fais des recherches sur Internet/forums/etc.. sur le médicament qu’elle te propose avant de décider si tu l’utilises ou pas.

    Une dermato m’avait prescrit deux pommades (Triacnéal et une autre dont je ne me souviens plus, du type médical) à mettre en prévention (partout où pouvaient surgir des boutons… le dos, le visage, le cou… Déjà ça ne me paraissait pas génial de me tartiner partout « au cas où »… Moi aussi, j’en ai sur le crâne parfois alors bon…).
    J’ai acheté la pommade médicale sans conviction.

    Pour triacnéal, j’ai été voir sur Beauté test, des gens se plaignaient qu’elle était trop agressive et leur séchait la peau. Alors je n’ai mise aucune des deux! Et depuis que ma vitamine D est remontée soit depuis juin (mes vacances ou j’ai eu un peu de soleil), je n’ai plus d’acné… Donc je ne regrette pas ma décision pour l’instant (je dis « pour l’instant » car il parait que le soleil fait disparaitre l’acné et qu’ensuite il y a un effet rebond à l’automne…aglagla). Je verrai bien …
    Si elle revient : je teste les HE dessus : pan !

    Une autre m’avait prescrit une pommade peeling (pour l’acné aussi) en me disant d’y aller petit à petit : 1 jour par semaine. Si ça se passe bien, passer à 2 jours, etc jusqu’à 7 jours…
    Euh …je me suis dit que s’il fallait y aller mollo comme ça, c’est que c’était bien agressif…. Je ne l’ai pas mise non plus (en plus je n’arrivais pas à relire le nom sur l’ordonnance alors je n’ai pas pu aller chercher sur internet).

    J’ai lu un livre très bien sur l’aromathérapie (je n’y connais rien de chez rien) : « je ne sais pas utiliser les huiles essentielles » (c’est vraiment le titre et ça me correspond bien!) par Danielle FESTY, pharmacienne. Je l’ai lu en ligne sur Bibliovox (abonnement via certaines bibliothèques municipales) : parfait pour débuter, c’est hyper clair et simplement dit. Il coute 11 euros sur le site de l’éditeur en version pdf.

    Elle dit que les HE ont des propriétés d’action plus puissantes que les médicaments industriels et qu’il faut bien respecter les dosages (comme avec les médicaments) qu’elle mentionne. Elle ne pousse pas à la consommation : elle dit de commencer par 1 flacon d’HE puis petit à petit de passer à d’autres progressivement. Elle liste les 8 HE incontournables selon elle et donne des conseils pour acheter des HE de qualité.

    J’ai parcouru à la bibliothèque un autre de ses libres « ma bible des HE » mais c’est le niveau supérieur, je ne suis pas encore prête !

    Bonne fin de journée à toi et à bientôt !

  9. Salut à toutes!

    @ despairhope : je suis d’accord avec toi, j’essaierai le « chimique » si le « naturel » ne marche vraiment pas! 🙂
    Et pour les HE, je pensais m’acheter un livre (la Bible des HE ou celui de D. BAUDOUX), mais il y a tellement d’infos sur internet (sur http://www.lessentieldejulien.com/ ou encore sur http://www.aroma-zone.com/aroma/accueil_fra.asp) que je fais avec ça pour mes petites recettes pour l’instant!

    Pour l’instant, mon programme cosmétique a l’air de bien marcher (programme de Beauté Pure) + alimentation équilibrée + sport + arrêt du lait de vache = pas une poussée de boutons pour le moment.

    Mon sevrage de pilule a débuté hier soir avec 3/4 de pilule (qu’est ce qu’il me tardait de la découper en petits morceaux ma pilule! j’étais toute excitée! :-))

    Je suis allée voir ma gynéco jeudi dernier, qui m’a tout simplement dit que « la pilule, soit on la prend, soit on ne la prend pas! ». Bref, elle n’a pas du tout écouté ce que je lui disais et elle est restée focalisée sur le fait que je voulais l’arrêter pour faire un bébé! (alors que non, c’est pas prévu pour tout de suite!)
    Je suis donc repartie avec des compléments alimentaires spécial grossesse (oui, oui, elle n’a vraiment rien écouté!) et une prise de sang (toxoplasmose…)! Et un RDV dans 10 mois!
    Elle m’a dit qu’à mon âge (31 ans), je ne risquais plus d’avoir une poussée d’acné (si seulement elle avait lu ce blog…!)
    Par contre, quand je lui ai dit que j’avais des migraines avant les règles (migraines cataméniales) et que j’étais à la limite de faire de l’hypertension artérielle (MAPA avec un cardiologue en début d’année => moyenne haute à surveiller + faire du sport + réduire le sel… mais le cardiologue ne m’a pas dit d’arrêter la pilule…), elle m’a dit : « oui, bon, alors vous faites bien de l’arrêter »! ça veut dire ce que ça veut dire…

    Au passage, je me suis achetée le livre du Pr JOYEUX (« La pilule contraceptive ») que j’ai commencé à lire. Eh bien, ça fait froid dans le dos! AVC, cancers du sein et de l’utérus, HTA, thromboses, embolies pulmonaires, et même autisme chez les enfants! (pathologie qui est en train d’exploser en Europe et USA!) Alors à côté, les boutons et les chutes de cheveux, ça parait peanuts!!!
    En lisant ça, j’ai presque eu envie de l’arrêter d’un coup, là maintenant, tout de suite, cette foutue pilule! Mais j’ai lu une ligne dans les premières pages du livre qui dit texto : « la pilule ne devrait pas être arrêtée brusquement », sans autre détail… Donc je continue mon sevrage. J’en saurais peut-être un peu plus dans les prochaines pages du livre.
    Est-ce que certaines d’entre vous l’ont déjà lu?

    A très bientôt!

    • Salut Kali 3000,

      Quand je lis ce que ta gynécologue t’a dit, cela me fait l’impression d’être face à un fonctionnaire bien borné (si si ça existe, pas que bien sûr, mais tu vois, à la mairie, l’employé qui te parle sans te regarder et demande l’imprimé machin sinon tu peux repartir sans ce que tu veux).

      A se demander si leur métier et les gens les intéressent? La moindre des choses serait qu’ils aient de la curiosité intellectuelle pour aider leurs patients et pas seulement camper sur leurs certitudes… 10 ans d’étude pour être comme ça ??? 😝

      Je n’ai pas lu le livre dont tu parles… Je te laisse nous donner ton retour. Hi hi.

      Pour les maux de tête, tu verras ils vont disparaître avec la pilule et ça c’est boooon. 👌
      Plus de migraines carabinées pour moi, juste de temps en temps un léger mal de crâne, d’intensité normale quoi. Je ne prends plus de doliprane pour le faire passer (vraiment j’ai perdu confiance dans tout ça alors quand je pourrai éviter je le ferai), j’attends que le temps agisse. Avant ce n’était pas possible avec les migraines de 3 jours liées à la pilule.

      Bon tu sais maintenant que ta dermato est ouverte d’esprit mais pas ta gynécologue… Je ferai le test avec la mienne, juste pour voir 😇.

      Ton plaisir à te sevrer fait plaisir à ..lire !

      Bien à toi et à bientôt.

  10. Chère Christelle,
    Merci mille fois pour ton blog (détail des remerciements dans mon premier commentaire sur l’article de Stephanie!).
    J’ai un problème stupide : ma pilule (Leeloo) ne se laisse pas découper en 4 !! Elle s’effrite quand je la coupe en deux, du coup je rogne un peu le côté droit pour faire une sorte de croissant de lune qui représenterait les 3/4 (début de sevrage) mais je me demande comment tu faisais ! Ca m’ennuie parce que du coup le reste de la pilule est de la poussière et je ne sais pas quoi en faire (le mettre aussi dans un sac plastique et rendre cette poudre à la pharmacie???).
    J’aimerais aussi savoir si tu as eu des retours de filles qui ont tenté un sevrage selon ton idée, parce que j’ai pas mal lu les commentaires et j’en vois surtout qui arrivent ici bien après avoir déjà arrêté la pilule (et subir déjà les affres acnéiques de ce foutu déréglement hormonal qui nous pourrit la vie…).
    Je me lance et ça me fait très peur, j’aimerais avoir d’autres témoignages !
    Bises et bon courage 😉

    • Bonjour Oscarina

      j’ai arreté mon sevrage depuis 2 mois, le sevrage a été un long fleuve tranquille, pas du tout d’acné. Juste j’ai arreté le sevrage un mois en avance parce que j’en pouvais plus des spottings.

      Maintenant que j’ai arreté, j’ai eu mes règles, et des petits boutons font suface, mais pour l’instant ce n’est pas de la grosse acné kystique comme quand j’avais arreté Diane d’un coup.

      Je t’encourage à antreprendre ton sevrage!

      • Bonjour Ann! J’aimerais savoir si vous prenez un produit naturel quelconque pour contrôler votre acné suite au sevrage?

        Merci.

      • bonjour catherine,

        je prend juste des tisanes de sauge gattilier ou gattilier tout seul, mais je ne suis pas une bonne eleve je ne les prend pas tous les soir. je prend de l’huile d’onagre, et quelques vitamines b magnésium de temps en temps. la je vient de commencer une cure de MSM mais je ne prend pas tous les jours non plus…un jour sur 2 et 2g…je fais attention à mon alimentation mais je fais pas mal d’écart.

        Voila bon courage

    • Salut Oscarina,

      Mince alors! Ta pilule s’effrite… hmm… que faire… beh écoute, perso je mettrais quand-même la poudre dans un sac pour l’apporter à la pharmacie car autrement elle risque d’être polluante pour l’environnement. Je ne me souviens plus trop bien, mais je crois que ma pilule ne se découpait pas exactement non plus. Parfois je la coupais en 2 et puis encore en 2, et je gobais les morceaux séparément. En principe il vaut mieux l’avaler avec de l’eau, mais j’étais une mauvaise élève.
      Concernant les témoignages de femmes qui ont réussi à se sevrer de la pilule, voici le site qui m’a inspirée (si tu lis l’anglais…). Il y a pas mal de témoignages positifs.

      Bon courage, et n’hésite pas à donner ton témoignage une fois le sevrage en cours/terminé! 🙂

  11. Merci beaucoup Ann et Christelle pour vos réponses.
    J’ai commencé mon sevrage il y a … et bien une semaine, en ayant pris le parti d’arrêter d’y penser pour ne pas guetter l’arrivée des infâââââââmes boutons. Je fais aussi le test d’arrêt (presque parce que j’ai des craquages) de laitage et gluten juste pour voir, parce que de toutes façons ça correspond aussi à un désir de changer d’alimentation, donc je ne me sens pas frustrée.
    J’ai regardé le site en anglais et j’ai vu une photo de la fille avant/ après c’est tellement impressionnant que ça me parait douteux (surtout qu’elle fait payer son livre donc elle a intérêt à marquer le contraste!). Merci pour le lien de toutes façons je vais regarder ça de plus près !
    Je me suis fournie en tisanes et en zinc mais j’ai décidé d’attendre un peu pour prendre ces produits puisque je ne suis qu’au premier mois à 3/4 de pilule donc encore pleine d’hormones, je pense que je commencerai à mi-parcours genre à la fin du premier mois à une demi-pilule.
    J’ai une dernière question: j’ai compris qu’on ne se mettait plus rien sur le visage à part de l’huile de jojoba qui est proche du sebum ou de l’aloe vera qui est très doux et qu’on banissait les masques. Mais avec quoi se nettoyer le soir ? La dernière fois que j’ai eu une poussée pendant mes règles je ne me suis pas lavée du tout le visage de trois jours (le corps oui, hein ;-)) et franchement j’ai eu l’impression que non seulement ce n’était pas pire sur les boutons mais qu’en plus ça me grattait moins parce que c’était pas irrité ! Mais bon il faut bien trouver une alternative parce qu’à terme … j’utilise du savon d’alep mais ça me parait trop récurant. Des idées?
    Voilà, je vous tiendrai au courant bien sur de l’évolution du sevrage, ce qui est rassurant c’est que c’est très progressif… j’espère aussi qu’Ann nous racontera comment ça évolue pour elle aussi !
    PS/ pour la poussière de pilule je vais les mettre dans un sac mais j’imagine la tronche de la pharmacienne quand elle va voir ça !

  12. Bonjour à toutes,

    Je venais juste faire un petit retour sur mon 1er mois de sevrage à 3/4 de pilule (je viens d’attaquer le 2ème mois à 3/4 de pilule depuis le 24/09/14).
    Globalement, ça se passe bien.
    J’ai juste l’impression que mes cheveux regraissent un peu plus vite, sans réelle perte significative de cheveux pour le moment (touchons du bois!)
    J’ai eu quelques boutons douloureux assez gros – 1 sur le menton, 1 sur le front et 1 sur la joue – mais qui sont assez bien partis avec l’Eryacné et en essayant de ne pas trop y toucher (oui, j’ai l’impression que les huiles essentielles n’étaient pas assez efficaces sur ce genre de boutons).
    Le 1er mois, j’ai eu quelques saignements (spotting) les 10 premiers jours à 3/4 de pilule, puis c’est rentré dans l’ordre. J’ai fait la pause de 7 jours, mes règles sont arrivées comme d’habitude 5 jours après l’arrêt mais elles ont duré moins longtemps que d’habitude (3 jours au lieu de 5)!

    Là, ma peau est plutôt jolie à vrai dire, et je suis toujours les conseils d’Emmanuelle de Beauté Pure (double nettoyage à l’huile de jojoba ou de noisette + nettoyage au Tea Trea ou au Lemme Bee avec éponge Konjac, puis huile de jojoba en fine couche, puis fluide hydratant ou crème matifiante de Joveda, puis maquillage minéral Lily Lolo).
    En parallèle, je prends du Calcium-Magnésium-Zinc de Solgar 3x/jour, un probiotique le matin et des ampoules de bardane ou de radis noir le soir.
    J’ai voulu prendre de l’huile de foie de morue (BLUE ICE Royal Butter Oil / Fermented Cod Liver Oil Blend – Cinnamon Tingle, de chez Green Pastures), mais c’est littéralement INFECT!!! Et je ne la digère pas du tout (je « mange » de la cannelle toute la matinée si j’en prends le matin, si vous voyez ce que je veux dire… et puis ça reste dans les dents… BEURK!). Est-ce que quelqu’un aurait un truc pour avaler plus facilement cette horreur?!

    Je viens de voir qu’Emmanuelle avait lancé le sujet « arrêt de pilule et acné » sur son blog, avec interviews de gynécologues et d’une pharmacienne notamment, ce qui est super! L’info commence à circuler sur le net, et j’espère qu’elle aidera des 100aines (ou peut-être même des milliers!) de femmes à traverser ce cap difficile.

    En tout cas, je tiens bon! M-5 et j’en serai débarrassée! 🙂

    • Très bonne question, Imene! 🙂

      Alors, peu après mon 29ème anniversaire, début 2012, j’ai fait le fatidique calcul, et je me suis rendue compte que cela faisait pratiquement 11 ans que j’étais sous pilule, soit presque un tiers de ma vie. Peu de temps auparavant j’avais été boire un verre avec une copine qui m’avait raconté son périple infernal pour arrêter Diane 35 (acné, alopécie pendant presque un an avant que ses hormones ne se ré-équilibrent, etc.). La copine en question avait été sous pilule presque aussi longtemps que moi.

      Un soir, peut-être une semaine ou 2 après cette discussion, je me suis assise dans mon salon un jour, et j’ai essayé de me souvenir de mon cycle naturel, c’est à dire le cycle que j’avais lorsque j’ai commencé à prendre la pilule; combien de jours durait-il en moyenne? – Est-ce que j’avais des règles abondantes ou légères? – Est-ce que j’avais mal ou pas pendant mes règles? – Est-ce que j’étais régulière? Et je me suis rendue compte que je ne connaissais rien à mon propre corps. J’avais ‘masqué’ mon cycle naturel pendant tellement d’années que je ne savais même plus comment mon organisme fonctionnerait au naturel. Je dirais même que je ne connaissais rien au cycle de la femme en général. On m’aurait dit « phase folliculaire », ou « phase lutéale », c’était du charabia. Je savais qu’un rapport non-protégé pouvait donner lieu à une fécondation, mais en dehors de ça me culture en matière de biologie féminine s’arrêtait à: « bon, est-ce que j’ai bien pris ma pilule ce soir? – Oui, cool, peut faire l’amour! ».
      J’étais une vraie quiche!

      Alors – étant de nature acharnée – j’ai entrepris des recherches intensives au sujet de la pilule contraceptive, car là encore je n’y connaissais pas grand chose. Ma gynéco me prescrivait ce qui lui semblait bon, et moi je prenais ses comprimés plus ou moins ‘à l’aveugle’. J’ai lu et j’ai lu, et j’ai appris: ce qu’était le cycle reproductif, comment se repérer au cours de son cycle, comment s’appellent les différents hormones sexuels féminins et à quoi servent-ils, et qu’est-ce que la pilule contraceptive d’un point de vue chimique?

      Suite à ces recherches, j’ai décidé qu’à l’âge de 29 ans j’en avais marre de payer pour un médicament qui n’était franchement pas recommandé à long-terme (thromboses, infertilité, cancers, et j’en passe) juste pour que mon homme (à l’époque – aujourd’hui lui et moi sommes séparés) puisse profiter de mon corps ‘gratuitement’. Tout à coup j’ai trouvé très ironique le fait que les féministes fassent l’apologie de la pilule contraceptive. Parce que tel que je vois les choses, la féminisme, justement, c’est le fait d’être égale à l’homme en toute chose, et en matière de contraception je dépensais une fortune pour me bourrer le corps d’hormones de synthèse aux effets douteux, et tout ça pour que mon bonhomme – qui lui ne prend aucun médicament et ne débourse pas un centime – puisse avoir l’esprit tranquille quand il couche avec moi. Euh… du coup, j’ai décidé qu’on allait inverser les choses. Moi, j’allais retrouver ma santé et mon cycle au naturel, et Monsieur allait prendre un peu en main la contraception pour une fois. Et puis, je me disais que si un jour nous souhaiterions avoir un enfant, mon corps aura eu le temps de s’y préparer…

      Voilà à peu près les raisons qui m’ont poussée à arrêter de prendre la pilule. Mais attention, je ne dis pas que la pilule est forcément une mauvaise chose. Je dis simplement qu’il faut s’instruire au maximum et connaître son corps pour pouvoir faire un choix informé. 🙂

      J’espère avoir pu répondre à tes interrogations. Si tu as d’autres questions n’hésité pas!

      À bientôt sur le blog!

  13. Bonjour,

    J’ai lu votre article en diagonale mais je pense avoir saisi le contenu.
    Etant moi-même pharmacienne et sensibilisée au problème -dont peu de personnel médical est au courant- je me permets d’inscrire mon avis.

    La diane 35, Jasmine, Jasminelle, Yasminelle, androcur, etc contenant soit de la cyproterone acetate soit de la drospirenone sont effectivement des anti-androgenes.
    Ils sont normalement réservés à des femmes présentant un surpoids (drospirenone ayant un effet diuretique mais démontré comme étant très faible donc à priori c’est juste du marketing), femmes présentant de l’acné ou femmes ayant de l’hyperpilosité mais malgré ça, les médecins adorent la prescrire. Inutile de chercher pourquoi… une pilule chère et non remboursée en plus… vive les voyages offerts par les industries!
    Mais passons, ces trois « symptômes indésirables » sont souvent rencontrés chez des filles qui ont eu des problèmes de règles au préalable et qui présentent sur une échographie des ovaires polykystiques.

    Les médecins tout comme les pharmaciens, ont un enseignement « maladie/médicament associé ».
    Si vous êtes OMPK (polykystiques), le gynécologue vous prescrira automatiquement une pilule contenant des anti-androgene. Ceci diminuera vos symptômes d’hyperpilosité, votre acné et régularisera vos faux cycles menstruels.

    Solution miracle à première vue! Mais détrompez-vous.

    Les anti-androgene, qui sont indirectement des anti-testosterone dimueront les taux d’hormones mâle non seulement pour votre jolie peau, vos jambes douces MAIS AUSSI pour votre cerveau. Libido perturbée, plus envie de rien, la femme spitante qui s’éteint. Vous y êtes, le début de l’enfer. Ces symptômes apparaissent généralement beaucoup plus tard qu’après la première prise, lorsque vous êtes devenues dépendantes.
    Vous décidez d’arrêter le médicament, les symptômes d’acné et poils reviennent en double dose, vous reprenez le médicament, vous vous sentez déprimée, vous arrêtez de nouveau, et vous ressemblez à un homme… cercle vicieux.

    Il n’est pas donné à tout le monde de prendre conscience de ce que l’on prescrit. Ces symptômes ce ne sera pas votre gynécologue qui devra les subir mais bien VOUS. Et là dedans il ne faut pas oublier que très peu de médecins et pharmaciens sont réellement informés.

    Ce cas de figure-ci n’est pas présent avec toutes les pilules. Préférez les pilules estrogene/desogestrel ou gestodene ou levonorgestrel que des pilules anti-androgeniques MEME si vous êtes polykystiques. Il est sûr que la prise de pilule peut modifier votre poids, les facteurs de risques cardio-V, les thromboses, les cancers, les maladies du foie,…
    Mais celles-ci ne vous rendent pas suicidaires.

    • Merci beaucoup pour ces infos très utiles, Pharm, et bienvenu sur le blog. Je me permets juste de rajouter le Norgestimate à la liste des progestatifs évoqués (moins de risque de thrombose que gestodène et desogestrel et un meilleur ‘résultat’, à priori, sur l’acné). 🙂

  14. Bonjour à toutes !

    Pour commencer, merci Christelle pour ces articles très précieux sur ton expérience sur l’arrêt de la pilule !
    Pour ma part, cela fait 6 ans que je suis sous pilule et je pense très sérieusement à l’arrêter pour diverses raisons mais surtout pour ma santé (peur du cancer du sein que je rencontre de plus en plus autour de moi et sur des femmes de plus en plus jeune, peur de ne pas pouvoir avoir d’enfants plus tard ou du moins avec des difficultés, et puis aussi pour peut être retrouver une libido qui me semble plutôt anormale à l’heure actuelle..).
    Alors voilà, je me pose une question. Je prend une pilule de 3ème génération mais qui n’est pas une pilule spécifique au traitement de l’acné (Désogestrel/Ethinylestradiol Biogaran). Mais je pense quand même appliquer une méthode d’arrêt progressif comme tu as pu le faire car j’ai peur des effets secondaires et surtout l’acné… En effet quand j’ai commencé a prendre la pilule à 18 ans, je n’avais plus d’acné du tout mais je suis passé par une forte acné à l’adolescence et j’avais été obligé de prendre le traitement Roaccutane pour la faire disparaitre (traitement hyper efficace pour l’acné mais pas sans laisser quelques traces du style apparitions de nouvelles allergies). Alors voila j’ai tellement galéré a faire partir cette acné, j’ai vraiment peur que ça revienne.
    Pense-tu (et je pose également la question à Pharm ou toute autre lectrice qui saurait me répondre) que l’arrêt progressif puisse se faire avec ma pilule ? Je n’ai pas trouvé de témoignage avec la pilule que je prend et ses effets négatifs après un arrêt mais je préfère prévenir que guérir ces effets secondaires..

    En tout cas encore merci pour ton blog !
    Et merci aussi à Kali3000 pour ses retours sur son arrêt progressif, commentaires très intéressants à suivre 😉 !

  15. Ping : J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 2 : le sevrage progressif | Bio Pas Cher

  16. Bonjour, j’ai commencé l’arrêt progressif de ma pilule, seulement j’aurai aimer savoir si je pouvait prendre les gélules de gattilier pendant l’arrêt progressif? Merci.

  17. Bonjour à toutes!

    Choses promises, petit retour sur mon arrêt progressif en cours de Jasmine!
    J’ai presque fini le 4ème mois de sevrage, j’ai donc fait 2 mois à 3/4 de cp et quasi 2 mois à 1/2 cp.

    Ça se passe plutôt bien dans l’ensemble. Juste quelques petits points à signaler :
    – au niveau boutons : grosse éruption de petits boutons rouges (avec parfois points blancs) sur le front en début de reprise de pilule (après la pause de 7 jours) et ça met presque le mois pour disparaître puis rebelote! Sinon, quelques boutons assez rares à des endroits où je n’en avais pas d’habitude, genre au niveau de la mâchoire ou sous le menton. Peau un peu plus grasse qu’avant. Mais tout ça reste vivable avec un peu de maquillage.
    – niveau cheveux : depuis que je suis passé à 1/2 cp, j’en perds beaucoup plus sous la douche! C’est assez impressionnant, presque le double ou le triple de ce que je perdais avant… Bon, j’essaye de rester zen et de ne pas paniquer, tant qu’il y en a encore sur ma tête… Après, pour préciser, je ne les peigne/brosse pas entre les shampoings (parce que j’aime bien leur aspect un peu « sauvage » quand ils ne sont pas peignés). Donc peut-être que tous ceux qui ne partent pas sur la brosse partent au fond de la baignoire. Mais c’est quand-même 3 fois plus qu’avant! Et puis ils regraissent un peu plus vite qu’avant aussi.
    – niveau intime : je n’ai plus de spotting et j’ai bien des « règles » quand je fais ma pause de 7 jours. Les douleurs de règles ne sont pas plus importantes qu’avant. Sinon, petit point un peu casse-pied : sensations de démangeaisons qui persistent depuis 3 semaines environ… Je ne sais pas si c’est une vraie mycose, on en dirait une mais atténuée car pas vraiment de démangeaisons internes ni de pertes blanches. J’ai quand même mis un ovule, puis j’ai eu mes « règles », ça allait mieux, mais après la fin des règles, les démangeaisons sont revenues… Du coup, c’est vraiment pas top pour les rapports amoureux (déjà qu’avec préservatif c’était pas trop ça…). Bon, là aussi j’essaye de ne pas paniquer et je mets de la crème antifongique…

    Après, je suis un peu en « roue libre » au niveau alimentaire en ce moment, j’ai pas mal de fringales et de craquages sucrés (avec 3 beaux-enfants qui aiment les gâteaux et les bonbons, ça n’aide pas car il y en a toujours à la maison…), alors peut-être que les boutons et la « pseudo-mycose » pourraient être aggravés par ça…

    Je suis un peu peinée et inquiète de voir les problèmes de fausse couche et d’aménorrhée de certaines d’entre vous après cet arrêt progressif… Là aussi, on verra bien.

    En tout cas, il me tarde d’en voir la fin, 6 mois ça parait une éternité! Vivement le 4 février!

    Entre temps, je me renseigne toujours sur les méthodes naturelles de contraception pour le « après » pilule, et, après le Ladycomp, je suis tombée sur la symptothermie.
    http://sympto.org/data/manual_fr_sympto.pdf
    A voir!

    Courage à toutes et à bientôt!

  18. Bonjour à toutes!

    Le témoignage de Kali3000 m’a fait réaliser que je n’étais pas revenue comme promis, raconter la suite mon sevrage, commencé au mois de mai dernier et achevé en septembre (je l’ai légèrement accéléré, puisque j’ai pris 3/4 au mois de mai, et en juin-juillet, je suis passée tout de suite au demi, pour le clôturer avec le quart pendant les mois d’aout septembre). Ainsi donc, ça fait trois mois que je ne prends plus rien, et je dois dire encore une fois un grand merci à Christelle, car le résultat est plus que positif.
    J’ouvre une parenthèse pour Kali3000, juste par rapport à ce que tu décris en ce qui concerne la perte de tes cheveux. Je voulais te dire de ne pas t’affoler, car il est connu que nous sommes comme les arbres qui perdent leurs feuilles à la saison froide, à la différence que pour les humains, il s’agit des cheveux. Donc ne t’alarme pas trop vite, c’est peut-être tout simplement normal et sans aucun lien avec la baisse des doses hormonales dans ton corps.
    Durant mon sevrage, au delà de couper ma pillule en quatre, j’ai adopté une hygiène de vie très stricte, presque draconienne, qui a payé, puisqu’aujourd’hui, j’ai une peau comme je la voulais, sans imperfections, avec un teint qui me permet (et jamais je n aurais cru ça possible), de sortir nature et sans maquillage! Avant, le matin, j’osais à peine me regarder dans la glace sans make-up. Je voyais des traces rouges, des boutons, un teint blafard. Ca me déprimait. Le sevrage et la prise en main en parallèle de mon hygiène de vie a tout changé.
    Pour commencer, j’ai alterné cures de jus de radis avec gélules d’artichaux et bardane. Je l’ai allié à la prise systématique de gélules de carottes, pour avoir bonne mine, 3 gélules le matin, et 3 le soir.
    Je me suis achetée du phytophanères, des gélules pour les cheveux, 2 par jour.
    Tous les matins, j’ai pris un jus de citron, pressé par mes soins, dilué dans de l’eau, excellent pour la peau également car garant d’un apport de vitamines exceptionnellement concentré.
    J’ai fait attention à ne pas me décaper la peau en ne me passant le visage sous l’eau qu’une fois par jour, le soir, pendant l’instant démaquillage que j’ai ponctué avec l’application de la lotion eau précieuse, fabuleuse pour les problèmes d’acné.
    Le soir, j’ai pris des tisanes purifiantes pour le foie. Avant de partir de chez moi le matin, je me suis appliquée systématiquement une crème avec une protection solaire intégrée. (et ça, je vais continuer parce que je suis convaincue que la protection solaire, même en hiver, crée un filtre sur la peau qui nous protège également de la pollution et des impuretés… et il ne faut pas oublier que les UV sont présents 365 jours/ an, et qu’ils favorisent la présence de cicatrices suite à un bouton)
    En ce qui concerne le régime alimentaire, j’ai essayé de manger varié, m’autorisant peu d’écarts, remplaçant mes envies de sucreries industrielles par l’absorption de fruits.
    Le midi, au lieu de m’acheter des sandwichs tout faits en supermarché, j’allais opter par exemple, pour une purée de courgettes, ou une purée de carottes, avec des tranches de jambon blanc, et une banane en dessert.
    Ce régime, associé à mon sevrage, a vraiment tout changé à ma peau. J’étais vraiment très fière d’avoir réussi. Le résultat? Un bouton discret, pendant mes règles, qui sont revenues parfaitement, tous les 28 jours. Un bouton que pour rien au monde je n’aurais touché comme avant, à l’époque ou je les massacrais. Non, là, je dois dire, j’ai appliqué la méthode de l’indifférence. « OK tu es là, mais je m’en fous, tu vas partir, et tu ne te répandras pas en grappes
    Et ça a marché! Toujours rien à signaler! Bien sûr, je suis toujours un peu sur mes gardes mais un peu moins qu’avant. Je fais toujours un peu attention à mon alimentation, je continue quelques cures de vitamines, je soigne toujours mon foie… Mais je baisse la garde quand même, petit à petit…Heureusement d’ailleurs car c’était une période où j’étais du coup assez autocentrée. Mais c’est cet autocentrage qui est indispensable pour un sevrage réussi je pense. Ce sont à mon avis, 6 mois durant lesquels il faut réfléchir, s’écouter et faire attention à tout. C’est un vrai combat auquel il faut croire.
    Bonne chance à toutes!

  19. Et j’avais oublié une dernière chose! Je prends une ampoule de zinc chaque soir depuis le début du sevrage, et je continue post sevrage 🙂 Le zinc est aussi très efficace pour lutter contre l’acné

  20. Merci beaucoup Poupougne75 pour ton témoignage très rassurant! ça fait du bien d’avoir ce genre de retour positif pour persévérer plus sereinement dans le sevrage.
    Je crois que mon seul point faible pour le moment, c’est l’alimentation. Va falloir que je redresse la barre et que je sois plus stricte sur la « junk food »…
    Je prends aussi (quand j’y pense…) des compléments alimentaires : calcium-magnésium-zinc, complexe vitamines B, fer, ampoules bardane-pensée sauvage…

    A bientôt pour la suite!

  21. Bonjour les filles
    Vos commentaires et vos experiences sont très intéressantes et m’ont particulièrement touchée car j’ai moi même utilisé diane 35
    J’ai commencé à la prendre en 2012 pendant 8 mois. J’avais du l’arreter car elle avait été supprimé du marché. C’était un miracle mais voilà, 6 mois après j’avais de gros boutons et une peau tout simplement dégueulasse. Je l’ai reprise tout de suite lorsqu’elle avait été remise sur le marché. Je l’ai donc utilisée pendant 5 mois. Je viens de l’arreter en aout car mon gynécologue m’a dit qu’il fallait prendre une pilule moins dosée. Il ma alors préscrit triafémi (pilule pour acné légère). Je précise que je n’avais plus de bouton lors du 5 eme mois. J’ai fais une grosse allergie à Triafémi (javais des plaques rouge sur le visage qui me brulait). Je l’ai prise pendant 2semaines et mon docteur m’a dit de l’arreter. Je n’ai plus rien depuis. Jusqu’à aujourd’hui je n’ai plus de bouton. Cependant je stresse énormément par peur de revivre ce cauchemar de l’acné. Je me tate à reprendre Diane 35 pour ensuite diminuer les doses, ou attendre janvier février pour voir le résultat de ma peau… ca fait 3 mois que j’ai arrêter diane 35 mais si vous me conseiller de la reprendre, devrais-je la prendre normalement pendant quelques mois pour ensuite commencer le sevrage ou commencer tout de suite ?
    Merci de votre aide et merci à toi Christelle pour toutes tes informations !

    • Salut youliet,

      Merci pour ce témoignage très intéressant. Je suis désolée que tu aies du passer par là. Par ailleurs, c’est super gavant d’entendre les médecins parler de « doses » lorsqu’ils font référence aux différentes pilules sur le marché. En fait Diane 35 et Triaméfi sont dosées exactement de la même manière en ce qui concerne l’oestrogène synthétique. La seule différence entre ces deux pilules – et cette différence c’est pas des moindres car elle rend Triafémi beaucoup moins ‘risquée’ que sa consoeur sur le plan veineux – c’est le type de progestatif synthétique utilisé. Diane 35 est composée d’ethinylestradiol à raison de 35µg et d’acétate de cyprotérone à raison de 2mg. Tout seul, ce composant est souvent utilisé pour traiter le cancer de la prostate chez l’homme car c’est un puissant inhibiteur de testostérone. C’est cette même molécule qui est utilisée dans les cas de castration chimique, ou encore pour traiter la chute de cheveux prématurée chez l’homme. Le laboratoire qui fabrique cette molécule – à savoir Bayer – spécifie bien dans le cas de prises longues de ce médicament qu’il n’est pas bon d’interrompre sa prise du jour au lendemain. L’interruption brutale de ce traitement peut entrainer une production massive de testostérone et causer des rechutes de cancer de la prostate. Hélas, Bayer ‘oublie’ de faire part de cette info sur la notice de Diane 35. Les gynécos n’encouragent donc pas leurs patientes à arrêter cette pilule ‘doucement’. C’est le cocktail explosif acétate de cyprotérone-ethinylestradiol qui peut aggraver le risque d’AVC chez les utilisatrices. Diane 35 est une pilule monophasique, ce qui veut dire que tous les comprimés sont dosés de la même manière.

      Triafémi contient exactement le même oestrogène synthétique que Diane 35 – à savoir l’éthinylestradiol (pratiquement toutes les pilules vendues sur le marché aujourd’hui contiennent ce composant) – et elle est dosée exactement de la même manière que Diane 35 en ethinylestradiol, ce qui la rend tout aussi « fortement dosée », si on s’en tient au jargon utilisé par les médecins. Mais au lieu d’utiliser de la cyprotérone en guise de progestatif, Triafémi utilise le norgestimate – un composant bien moins dangereux lorsqu’il est mélangé avec l’éthinylestradiol. À la différence de Diane 35, Triafémi est une pilule triphasique – c’est à dire que le dosage de progestatif augmente progressivement de semaine en semaine au cours de la prise (3 semaines de prise par plaquette = 3 « phases »). Ce qui est regrettable dans ton cas c’est que ta gynéco n’a pas cherché à savoir ce qui a provoqué l’apparition de plaques rouges sur ta peau; était-ce le norgestimate en lui-même (cela ne peut pas venir de l’ethinylestradiol car tu n’as pas eu ce problème en prenant Diane 35), ou est-ce le dosage de ce composant? Il existe d’autres pilules monophasiques qui contiennent de l’éthinylestradiol et du norgestimate… peut-être que tu aurais mieux réagi à l’une d’entre elles? Par ailleurs, la pilule Bélara contient un tout autre progestatif et elle est considérée par les médecins comme une pilule de 2ème génération – donc une pilule moins dangereuse que ses consoeurs plus récentes. Peut-être que tu pourrais te documenter au sujet de cette pilule-là si tu tiens absolument à reprendre la pilule… je sais qu’elle est censée agir positivement sur l’acné également…

      Ta question est un peu délicate : il m’est difficile de te conseiller de reprendre la pilule, surtout Diane 35. En même temps, je crois que le sevrage est la meilleure méthode pour contrer les effets néfastes de l’arrêt de contraceptif oral… ce choix t’appartient, bien sûr. En attendant, sois la bienvenue sur le blog – tu es ici comme chez toi… ton avis, ton témoignage, et tes suggestions nous sont précieux! 🙂

      • Merci beaucoup pour ta réponse aussi rapide !
        je n’ai pas prévenu mon gynéco de cette allergie car trop long pour prendre un RDV
        En effet avec diane 35 il m’arrivait d’avoir quelques plaques rouges en dessous des yeux le matin (je prenais ma pilule le soir).
        Et lorsque j’ai pris Triafemi j’en ai eu de partout..
        J’ai seulement 18 ans mais je je ne veux plus prendre d’hormones pourris. Je voudrais opter pour un autre mode contraception.. stérilet peut être.
        Je n’ai donc pas d’acné pour le moment mais je sais que ça va revenir et je stresse énormément. d’ailleurs j’ai des croûtes blanches dans les cheveux issus de plaque qui me grattent. ça m’avait fait ça la premiere fois que j’avais arreter diane 35. Sauf que cette fois la j’ai voulu me documenter et j’ai vu que c’était à l’origine d’une chute d’hormones (souvent lors de la ménopause). Je pense donc que c’est lier puisqu’ils insistent sur le fait qu’il y a un excés de sebum produit.
        Le sevrage a vraiment bien marché ? Pour la majorité des personnes ?
        Car j’aimerai bien le tenter, mais je ne sais pas si reprendre diane 35 normalement pendant quelques mois (2 ou3) et ensuite commencer le sevrage fonctionnerait ?

      • Coucou Youliet,

        Eh beh écoute, pour moi le sevrage a super bien marché puisque je n’ai pas eu d’acné par la suite (j’en ai eu plus tard après une fausse couche, et un peu plus tard après la rupture avec mon compagnon, et du coup je pense que pour moi stress et acné sont intimement liés, mais là encore chacun(e) est différent(e)). Pour des questions éthiques (le blog/le fait que je ne suis pas médecin et donc pas ‘qualifiée’ pour ‘conseiller’ en matière de santé ou de prise de médicaments) je ne peux pas vraiment t’encourager à reprendre la pilule, même si c’est pour te sevrer par la suite, mais si tu décides de la reprendre/suivre la technique du sevrage, sache que tu auras tout mon soutien!

        Par ailleurs, l’acné et la digestion vont souvent de pair. N’hésite pas à faire un tour dans les archives du blog pour y trouver des infos complémentaires… 🙂

  22. Salut Christelle !
    Est ce que c’est possible d’arrêter progressivement la pilule en en prenant une tous les deux jours pendant un temps, ensuite tous les trois jours etc etc.. ? J’ai essayé de couper la pilule (je prends Diane 35) et ça me paraît juste impossible, elle s’éclate en miettes..
    J’aimerai avoir un bébé, mais je ne fais que repousser l’arrêt de la pilule car j’ai aussi vécu le terrible « après » de Diane 35 il y a quelques années.. Je ne te fais pas un dessin, tu connais ses symptômes indésirables !
    Si j’arrête la pilule progressivement, et que je ne me protège plus lors des rapports, il est alors possible que je tombe enceinte pendant « l’arrêt progressif », mais est ce que cela peut être dangereux pour la santé et le développement de mon enfant ?
    Quand j’ai parlé de ta technique à ma gynéco, elle m’a dit que ce n’était pas bête et qu’il était fort possible que cela aide… Ca m’a rassurée, et c’est vrai que ton idée me semble lumineuse !!!
    Merci d’avance,

  23. Bonjour Christelle !
    J’en ai parlé à mon médecin et elle me la represcrite pour 9 mois. Je commencerai le sevrage au mois de janvier en espérant que ça marche 🙂
    Je vous tiendrai au courant !
    Merci beaucoup !

  24. Bonjour Christelle,

    J’avais déjà lu ton article l’été dernier mais n’avais pas franchi le pas du sevrage. Je crois que je suis prête, de plus, à mes yeux il n’y a pas d’autres solutions.

    J’ai eu beaucoup de problèmes avec les pilules. Jamais d’acné, des cheveux épais; la pilule Leeloo G m’a été prescrite au pif à mes 17 ans par une gynécologue (qui d’ailleurs devrait être radiée) car j’étais dans ma première relation dite sérieuse. J’ai très vite eu des complications, j’ai ainsi fait le yoyo entre différentes pilules pour essayer de rétablir les problèmes, avant de finir sur Jasmine, qui avait l’air de bien me correspondre.

    En 2012, après ma rupture au bout de 4 ans de relation, mon gynécologue m’a presque obligé à faire « une pause ». Ce qu’il me disait me paraissait logique « Permettre au corps de se reposer de toutes ces hormones ». Mon gynécologue est très bon dans son domaine anatomique, biologique, très à l’écoute, mais également très borné niveau pilule. Je pense qu’il s’en fout de la chimie.
    J’ai repoussé la chose quand même, je n’étais pas prête. J’ai finalement arrêté la pilule en avril 2013 lorsque mes réserves de plaquettes étaient épuisées. Très rapidement (deux semaines après) quelques kystes sont apparus sur mon front et mes joues. Et là, ça été exponentiel. J’avais de l’acné partout, sur tout le visage, le décolleté et le dos. Même le maquillage ne suffisait pas à cacher et je ne me sentais plus moi. Je n’avais plus aucune confiance.
    Je perdais déjà mes cheveux (j’avais une masse et une densité assez importante), je suis une fille de nature stressée et je pense que l’arrêt de la pilule, plus mon déménagement en Juillet (trois mois après l’arrêt) n’a pas joué en ma faveur.. En un seul été, j’ai perdu les trois quarts de ma chevelure. J’avais une queue de rat, clairement.
    J’ai lutté, changé tous mes cosmétiques (en non-comédogène) , changé mon alimentation, pris du zinc, du fer, de la cystine, biotine, bépanthène, arrêté les produits laitiers .. Rien à faire. Je suis allée voir mon médecin généraliste; j’avais clairement trop de testostérone. Je l’ai presque supplié de trouver une solution radicale, quitte à me remettre sous pilule. Malgré l’interdiction de Diane 35, il en avait toujours. Il m’en a donné. En quatre mois, mon acné a totalement disparu et j’ai à nouveau « une peau parfaite » avec un léger bouton blanc tous les deux mois.
    Mes cheveux continuaient malgré tout à tomber et c’est beaucoup moins le cas aujourd’hui. Je n’ai pas retrouvé ma chevelure d’avant mais la queue de rat a doublé. Je suis passée au naturel (silicone banni, shampooing à la poudre de shikakai, changement de brosse, masque, HE ..)

    Lors du contrôle chez mon gynécologue en Septembre 2014, je lui ai demandé comment faire le jour où je voudrais arrêter ma pilule pour avoir un bébé. Pour lui, il n’y a aucune autre solution que l’arrêter et que normalement je ne devrais plus avoir cet effet rebond, que mon corps aura vieilli … « Alors en fait, on repousse le problème jusqu’à la deadline d’une conception ? » « Oui ».
    Sauf que Diane 35, je ne la supporte pas (surtout psychologiquement). J’ai des sauts d’humeur, je provoque des crises et disputes monstrueuses avec mon copain pile 4 jours avant mes règles, je pleure souvent d’un coup (je peux marcher dans la rue et me mettre à chialer), j’ai une forte rétention d’eau (disparue après avoir arrêté la première fois Jasmine), j’ai mal à la tête, au ventre souvent aussi. Et j’ai un ras le bol de prendre des merdes d’hormones tous les soirs.
    Mais j’ai vraiment peur de l’arrêter à nouveau et de resubir tout ça, cet effet que j’ai réussi à stopper mais dont je n’ai pas totalement cicatrisé. Je n’ai pas envie de repousser le problème jusqu’à la trentaine, avoir un job et me retrouver avec un visage acnéique et un crâne chauve. J’ai envie de l’arrêter maintenant tant qu’à faire.

    J’en ai parlé avec mon médecin, il ne connaissait pas la méthode de l’arrêt progressif mais trouve ça tout à fait logique « de la même façon qu’une personne addict à la drogue ne peut arrêter sans grand chamboulement et trouble, il est logique qu’il en soit de même avec la pilule qui est finalement une drogue pour le corps. Réhabituer son corps à fonctionner par lui-même ne peut pas être une mauvaise idée ». Ma mère infirmière me suit aussi sur l’idée.
    J’ai appelé mon gynécologue : « Un arrêt progressif, ça n’existe pas; on la prend et on l’arrête d’un coup ». Il n’a pas cherché à me donner des explications (danger, risques etc..), non, son argument c’est que « c’est comme ça ». Je lui ai dit que je voulais donc mettre un stérilet (ma soeur de 21 ans en a un depuis 2 ans et tout se passe bien), mais il a continué à se borner sur le fait que je ne suis plus protégée si « une chose pareille » existait.

    Qu’en pensez vous, puis-je mettre un stérilet et commencer un sevrage ? Je pense également faire comme Kali 3000 et prendre 2/3 comprimés etc, ça crée une différence sur le sevrage plutôt que de prendre une dose régulière par jour ?

    Je vous remercie !

  25. Bonjour Liz!

    Bienvenue au club!

    Juste un petit mot concernant mon sevrage. Je n’ai finalement pas progressivement espacé les comprimés, mais j’ai suivi la méthode « originelle » ou « originale » de Christelle, càd, la découpe des comprimés (3/4 de cp pendant 2 mois, 1/2 de cp pendant 2 mois et 1/4 de cp pendant 2 mois, toujours avec une pause de 7 jours entre chaque mois).

    J’en suis maintenant à 1/4 de cp par soir depuis le 17 décembre, c’est donc mon 5ème mois, et je pense qu’à la fin de ce 5ème mois, j’arrêterai. J’aimerais commencer l’année 2015 enfin libérée!
    Et puis, y’en a aussi un peu marre des préservatifs avec mon chéri, donc on va repasser au naturel (c’est déjà fait, en fait! avec méthode du retrait…), et puis « Inch Allah »…

    Tout se passe bien en tout cas, ma peau n’est pas impeccable (mais elle ne l’a jamais été), mais n’est pas pire que sous pilule. Quelques boutons sur le front, un peu sur les joues de tps en tps ou en bas des mâchoires et du menton. Mais ils partent assez bien et sont faciles à cacher avec un peu de maquillage. Je mets un peu d’Eryacné dessus pour les sécher plus vite.
    Question cheveux, je les perds encore un peu plus que sous pilule, mais la chute semble s’être un peu calmée quand même. J’ai commencé une cure de Forcapil le 9 décembre.

    En ce qui concerne la contraception, après la pilule, je me refuse à reprendre de la chimie et je ne suis pas très chaude non plus pour introduire un stérilet dans mon corps… Les autres moyens de contraception genre spermicides ou anneau vaginal sont déconseillés en cas de mycoses à répétition, ce qui est mon cas. Donc c’est mort aussi!
    J’ai entendu dire que l’on prescrivait de plus en plus le stérilet à des nullipares (= qui n’ont pas encore eu d’enfant), et que cela n’était finalement pas si risqué que ça (mais bon… dans le doute et voulant absolument un enfant…).
    Si cet article peut t’éclairer un peu : http://martinwinckler.com/spip.php?rubrique34

    De mon côté, je crois être suffisamment motivée pour une méthode plus naturelle, notamment basée sur les températures. Je me renseigne donc sur le Ladycomp et la symptothermie notamment. Je pense que ça vaut le coup d’y jeter un oeil!
    Parce que je trouve injuste que ce soit toujours à la femme de mettre sa santé en danger pour ne pas avoir d’enfant! Et j’en prends conscience à 31 ans, un peu tard malheureusement…
    En ce qui concerne les méfaits de la pilule, je conseille encore la lecture de « La pilule contraceptive » du Professeur Joyeux.

    On nous fait déjà suffisamment ingérer de saloperies dans notre alimentation de tous les jours, et aussi dans l’air ultra pollué du dehors ET du dedans! Alors STOP!

    Voilà, c’était mon petit coup de gueule!

    En tout cas, pour en revenir à Liz, je pense que tu peux tenter le sevrage de la pilule avec la pose d’un stérilet ou avec une autre méthode contraceptive plus naturelle. Pendant le sevrage, je pense qu’il est conseillé d’utiliser des préservatifs si tu n’as pas choisi le stérilet (parce que le cycle n’est pas encore vraiment réglé vu qu’il y a encore une prise d’hormones et je ne sais pas si cela ne détraque pas un peu les données concernant les températures et tout ça…).

    Bon courage en tout cas!

    Et très joyeuses fêtes de fin d’années à vous toutes!

    🙂

    • Je te remercie pour ta réponse Kali3000 !

      Je vais commencer à la fin de ma plaquette. J’ai peur, je dois l’avouer, de la façon dont mon corps va réagir. Mais je suis motivée et malgré tout, j’ai hâte !
      J’ai tout le soutien de mon copain, et c’est tout ce qu’il me faut. Je pars pour 4 mois : 3/4, 1/2, 1/2 et 1/4. J’ai vu mon médecin généraliste; pour lui, si je pose un stérilet sans hormones, il n’y a pas de problème pour le sevrage, mais à condition de le faire sur un cycle, deux maximum. Car même si c’est sans hormones, celles de la pilule peuvent empêcher le corps de s’habituer à ce nouveau corps étranger. Et de ce fait, crée un rejet ou des mycoses.. Pas top. De plus, j’ai peur que deux mois ne soient pas suffisants, je suis sous pilule depuis presque 6 ans.. Je pense donc le mettre au début du dernier mois de sevrage et utiliser des préservatifs jusque là. Avec un peu de chance, j’aurais encore des règles pendant la pause et ce sera l’occasion de poser le stérilet. J’ai peur d’être trop irrégulière ensuite et pour le poser, ça risque d’être compliqué.

      Kali3000, si je peux te conseiller pour ta peau et des cheveux, tout d’abord, l’aloe vera, c’est top. J’ai commencé lorsque l’acné est arrivé après mon premier arrêt de pilule. Tout naturel, non comédogène, si tu as trop de sébum, elle en régule la production, et à l’inverse quand la peau est trop sèche , elle l’hydrate comme il faut. Tu laisses poser une dizaine de minutes le gel sur ton visage légèrement humidifié et tu rinces doucement à l’eau tiède, et ça, une à maximum deux fois par semaine. Avec une noisette, tu peux aussi hydrater tes cheveux (trop, ça donne un effet carton).
      Pour les cheveux à nouveau, j’ai testé des centaines de choses et je donne une petite liste de ce qui a été franchement probant pour moi afin de diminuer et limiter la chute et stimuler la pousse;
      En externe :
      – le henné neutre : un masque toutes les semaines (tu peux mélanger d’autres huile etc avec) mélangé avec de l’eau et un yaourt ou de la crème (pour éviter d’assécher) va les renforcer, les gainer et les épaissir. Ils seront moins cassants et tomberont moins.
      – Un shampooing sans silicone : le silicone sur les racines et le cuir chevelu, ça rend les cheveux gras, étouffe les racines et de ce fait, crée des pellicules et fait tomber les cheveux. Pour stimuler la pousse, rajoute une goutte d’huile essentielle d’ylang-ylang dans la dose que tu vas utiliser.
      En interne :
      – Une infusion d’ortie par jour : stoppe la chute, stimule la pousse et renforce les cheveux de l’intérieur, car elle est bourrée de minéraux dont les cheveux ont besoin.
      – Une cure de Bépanthène et Biotine (dans le même style que Forcapil mais personnellement lors de ma grosse chute, ça n’avait rien fait, mais si tu dis que ce n’est pas fort, je pense que tu auras de bons résultats).

      Si tu testes, tiens moi au courant 🙂

      Je ne suis pas trop pour la méthode du retrait, c’est vraiment risqué je trouve. Par contre, je vais également me pencher sur les températures !

      J-10 avant le début de mon sevrage, si vous le souhaitez, je peux revenir et vous faire des updates !

      Joyeuses fêtes à toutes !

      • Merci beaucoup Lilydcss pour tous ces conseils! 🙂

        Bonne année 2015 à toutes et bon sevrage! 🙂

        J-6 avant la fin du mien! 😀

    • Bonjour Liz et bonjour à toutes!

      C’est gentil de venir aux nouvelles! 🙂

      Eh bien, je me sens tout d’abord libérée! Et excitée de découvrir mon corps et mes réactions au naturel! 🙂 (il me tarde notamment de découvrir les effets de l’ovulation sur la libido! hihihi! parce que ça n’a pas toujours été « vraiment ça » à ce niveau là…)
      16 ans que je prenais ce petit comprimé jaune tous les soirs quand même… ça fait tout drôle! (enfin, je l’ai remplacé par un autre petit comprimé jaune exactement de la même taille, acide folique 0,4 mg! au cas où…)

      Bon, 2ème effet kiss-cool moins cool, les dernières règles « de privation » n’ont pas été super funky : maux de tête avant et pendant, nausées++ (j’ai failli vomir en pleine consultation sur ma patiente! ça m’était jamais arrivé avant!) et sentiment de déprime… J’ai lu que ces symptômes pouvaient arriver après un arrêt de pilule, et parfois aussi des symptômes simulant une grossesse (mais j’ai fait le test vendredi dernier, ce n’est pas mon cas!).
      Je ressens aussi parfois dans la journée comme de légères douleurs de règles dans le bas ventre depuis la « non reprise » de ma pilule (j’aurais dû la recommencer mercredi dernier), donc depuis environ une semaine. J’ai aussi vu sur internet que je n’étais pas la seule dans ce cas.

      En ce qui concerne la peau et les cheveux, la situation est stable :
      – quelques boutons surtout au niveau du front, un peu sur les joues et le menton, je pense qu’il y en a plus que quand j’étais sous pilule, mais ce n’est toujours pas catastrophique. La nouveauté c’est que j’en ai aussi quelques uns dans le cou, voire au niveau du décolleté, mais ils sont petits et rares. Pour le moment, je le vis bien, avec un peu de maquillage tout de même!
      – perte de cheveux toujours assez importante sous la douche, mais je ne les perds quand même pas par poignée quand je me passe la main dans les cheveux et je n’en retrouve pas une touffe sur l’oreiller (comme j’ai pu le lire chez d’autres filles!), ils regraissent plus vite, c’est indéniable, et je dois les laver tous les 3 jours en moyenne au lieu de 5. Je m’étais fait un shampoing bio personnalisé aux HE d’ylang-ylang et lavande, et je continue le Forcapil et les vitamines & minéraux (complexe vitamines B, calcium-magnésium-zinc, fer, vitamine C). Je n’ai pas réussi à avaler l’huile de foie de morue à la cannelle qui m’a pourtant coûté un bras… trop immonde et je ne la digère pas! mais bon, pourquoi pas retenter…

      J’essaye de ne pas m’affoler en tout cas et de garder la positive attitude! (même si je me suis sentie un peu déprimée ces dernières semaines, sans raison particulière : peut-être aussi un effet des hormones?).

      Maintenant, mon rêve est celui de pouvoir avoir un jour un enfant (Monsieur n’est pas tout à fait prêt, mais moi oui! enfin, psychologiquement du moins…). J’espère que mon corps ne va pas me jouer des tours à ce niveau là et que je vais retrouver des cycles réguliers (j’ai lu des choses un peu flippantes sur l’endométriose et le syndrome OPK… j’aurais pas dû lire tout ça!).
      Si j’ai du nouveau de ce côté là, je vous tiendrai informées! 😉
      D’ailleurs, est-ce que certaines d’entre vous sur ce forum ont eu un bébé depuis leur sevrage de pilule? 🙂 Je sais que certaines ont malheureusement fait une fausse couche, mais je n’ai pas entendu parler de naissance… pour le moment!

      Bon courage à toutes et à très bientôt! 😀

      • Coucou Kali! 😀 Yesss, à toi la vie au naturel! Bravo!!!
        Alors, au sujet des nausées… perso, je me souviens de la première ovulation juste après mon arrêt (la fin du sevrage quoi), j’étais en voiture, et j’ai eu une douleur aiguë et soudaine au niveau de l’ovaire, et comme une envie subite de vomir (heureusement ça s’est vite passé et je n’ai pas vomi, ewww!), et puis plus rien… depuis je ne sens pas l’ovulation quand elle se produit…

        Voiliou! En tout cas je te souhaite une très belle année 2015, avec un beau projet bébé en perspective (on va souhaiter que Monsieur se dépêche à être prêt, hihi!!)!

        Bise à toi!

      • Merci beaucoup Christelle 🙂

        Merci encore d’avoir créé ce blog riche en très bons conseils et infos, et merci pour tes retours toujours bienveillants.

        Je te souhaite aussi une magnifique année 2015, la santé, la réussite dans tous tes projets personnels et professionnels et beaucoup de bonheur et d’amour.

        Bises 🙂

      • Salut Kali !

        C’est super que dans l’ensemble, il n’y ait pas d’effet rebond catastrophique ! Ton corps reprend ses droits et ça ne peut que s’améliorer 🙂
        Pareil, pour les petits boutons et les cheveux, le corps se rééquilibre, ça va partir au fur et à mesure et avec des petits soins naturels (comme je t’avais conseillé plus haut) , tout peut s’arranger correctement 🙂
        Je suis contente pour toi et j’espère que ton rêve de bébé sera vite réalisé ! 😀

        De mon côté, il me reste 4 jours à faire à 3/4 de comprimés et pour le moment, rien à signaler. Je garde les doigts croisés .. 🙂

        A bientôt !

  26. Salut Christelle, salut Kali que j’ai vu sur Beauté pure, et salut à toutes!!
    Kali j’avais posté sous l’article de stéphanie!
    Je fais le sevrage depuis moins de 2 mois (yaz, suis sous pilule depuis près de 12 ans). J’aborde ma deuxième pause entre plaquettes, soit le moment critique où le mois dernier j’avais eu 4-5 gros boutons assez costauds…j’ai un peu peur. Mais c’est vraiment chouette cette communauté de filles unies dans le sevrage 🙂 !!!
    J’ai eu une homéopathe au téléphone qui m’a aussi fait le coup « la pilule soit on la prend soit on l’arrête ». Du coup j’en parle plus à personne…
    Bon courage à toutes!! je reviendrais poster de mes nouvelles !

    Anaïs

    PS : j’ai repris un vieux topic sur le site beauté-test au sujet du sevrage progressif de la pilule et j’envoie les filles sur cet excellent blog!!! Vous y êtes les bienvenues pour échanger.

    • Merci pour ton témoignage, Anaïs! 😉

      Ouiiii, soutenons-nous les unes les autres! C’est tellement important de se tenir informées de nos expériences, surtout lorsqu’on fait face à des professionnels de santé aux idées arrêtées. Je te souhaite plein de courage pour les mois à venir, et n’hésite pas à venir poster fréquemment. C’est très encourageant pour celles qui passent par-là – même en cas de coup dur. J’ai toujours voulu que ce blog soit un endroit où on dit tout mais surtout où on ne cache rien… un bouton pointe son nez… on en parle… on échange sur les éventuels remèdes ; ce qui a marché pour une personne peut peut-être aider une autre…

      Bise, et à bientôt ma belle!

  27. Bonjour,

    Je souhaitais laisser un petit message pour donner de l’espoir à toutes celles qui souhaitent arrêter la pilule.
    Cela fait maintenant 8 à 9 mois que j’ai terminé mon sevrage, et le résultat est…. positif !
    J’avais un antécédent très sérieux (arrêt de la pilule du jour au lendemain quelques années auparavant suivi d’une poussée d’acné MONSTRUEUSE, je ne me reconnaissais plus…des boutons jusque dans le cou… sérieusement…), et arrêter la pilule un jour était devenu mon angoisse number one.
    J’ai donc fait le sevrage sans savoir vraiment à quoi m’attendre. J’ai eu des petites poussées de boutons, et je continue à en avoir, je n’ai clairement pas la peau aussi clean qu’avant, j’ai des marques qui peinent à partir, je guette malgré tout mon visage dans le miroir avec des palpitations à l’approche des règles… mais globalement je dois dire que ça va, je n’ai pas de problème « majeur » d’acné (à 30 ans c’était INENVISAGEABLE d’être recouverte de boutons) et surtout… je suis enfin débarrassée de cette daube ! j’espère que cela va continuer ainsi…
    Je dois dire que je n’ai pas suivi à la lettre toutes les recommandations en terme d’hygiène de vie et d’alimentation, étant une vraie sugar addict… peut être que les résultats seraient encore meilleurs…
    Voilà, je tenais juste à faire part de mon témoignage post sevrage, car on a toujours tendance à poster des commentaires avant, ou pendant, mais peu après… 🙂
    Bises à toutes, et bon courage!

    Linec

    • Merci pour ce témoignage positive, Linec! 😀

      Je suis très heureuse d’apprendre que ton sevrage s’est bien passé! Ne t’inquiète pas si tu n’as pas suivi les recommandations, etc., Ce qui compte c’est le résultat! Et si tu es satisfaite, je suis super contente pour toi!

  28. Bonjour, merci pour ce super article !
    Je me demandais, est-ce qu’on peut garder les morceaux de comprimés d’un soir sur l’autre ? Ou est-ce que leur « effet » est atténué s’ils sont en dehors de leur emballage trop longtemps ?

    • Salut Pox,

      Hmm, excellente question! Pour tout te dire, je n’en sais rien… perso je n’ai pas ré-utilisé mes comprimés coupés, mais je suppose que c’est possible à condition que la pilule soit monophasique (c’est à dire que le dosage hormonale reste pareil tout au long de la plaquette). Pour les pilules comme Jasmine ou Jasminelle ou Diane pas de souci, mais pour des pilules type Triafémi j’éviterais pour ne pas trop varier les doses d’hormones… 😉

  29. Merci Linec pour ton témoignage!!!

    Tu dis que tu n’as pas eu une hygiène de vie méga clean. Mais par ailleurs as tu pris des compléments alimentaires ou de la phyto? Merci d’avance!

  30. Ping : Comment mettre un terme au cercle vicieux de la Diane35 ? Plus largement – Existe-t-il une manière de se sevrer de la pilule contraceptive ? | RoxaNDCo

  31. Ping : Comment mettre un terme au cercle vicieux de la Diane 35 ? Plus largement – Existe-t-il une manière de se sevrer de la pilule contraceptive ? | RoxaNDCo

  32. Bonjour,

    Je viens vous donner de mes nouvelles. Cela fait 10 mois que j’ai entamé le sevrage de Diane 35 (je l’étire au maximum). Je prends toujours Estrosens de WomenSens. Quelques boutons par ci par là, rien de catastrophique ou de trop gênant. Je vais voir mon esthéticienne aux 4 semaines pour l’électrolyse au visage et ça va bien de ce côté. J’ai très hâte de dégonfler et de perdre de la cellulite. Est-ce que ça va être loin avant que je vois ces deux choses suite à l’arrêt complet? D’ici 1 mois ou 2, je devrais avoir terminé le sevrage. J’ai la plupart du temps mes règles 1 semaine avant l’habitude, mais ce n’est pas vraiment des règles normales. Je ne me vois pas du tout arrêter complètement le sucre. Je deviendrais très agressive je crois! Ahah!
    J’espère que ça va bien aller pour moi (et surtout pour mes cheveux que je perds depuis quelques années et qui n’allonge plus!) après le sevrage. Je m’attends à vivre quelques désagréments pendant 1 an suite à cela. Voilà!
    Bon succès à toutes dans vos démarches!

    • Merci pour les news, Catherine! 😉 Bravo pour tous tes efforts jusqu’ici! Tiens-nous au courant de la suite des événements! Plein de courage à toi. Des bises!

      • Merci Christelle! J’espère que quelqu’une pourra me répondre quant à ma question précédente, à savoir si c’est long avant que l’on voit la cellulite diminuer suite à l’arrêt du sevrage.

        Ce serait gentil qu’une personne puisse me renseigner à ce sujet. Merci! 🙂

      • Vous avez entendu, les filles?!! Est-ce que l’une d’entre vous a vu sa cellulite diminuer suite au sevrage/à l’arrêt de leur contraceptif oral, et si oui, au bout de combien de temps?

        Par ailleurs, Catherine, pour info, j’ai lu quelque part (me demande plus où) qu’il y a un lien entre la diminution de la cellulite et la prise de vitamine B12… ça ne peut pas faire de mal de se renseigner davantage et/ou de faire une cure… 🙂

      • Vitamine B12! Ah Oui? Merci beaucoup je vais me renseigner en effet! 🙂

  33. Hello, un petit message pour vous dire que moi, perso : « dégonflage » rapide dès la fraction des comprimés (Diane 35)! j’ai vraiment ressenti que je me débarassais de l’eau stockée à chaque pause pipi! Même encore aujourd’hui (1 an et 5 mois après le début du sevrage et 6 mois après l’arrêt total). Moi aussi j’avais étalé le sevrage jusqu’à prendre, les derniers temps, la moitié d’un quart du comprimé! Perdu beaucoup aussi au niveau de la poitrine… Bref silhouette plus tonique, plus affinée et visage moins bouboule! Cheveux nickel, plus de problèmes digestifs, quelques pertutbations d’humeur en début de sevrage (rien de notoire) et j’entend d’ici votre question : …. et les boutons? alors très honnêtement : bien sûr une peau moins top que lorsque sous pilule… mais rien de dramatique! quelques boutons sur le menton… un sur la joue de temps en temps…le tout très camouflable avec du maquillage! Poussons l’honnêteté jusqu’au bout : jai succombé à la tentation d’un léger (là aussi je fractionnais le comprimé !) traitement de « Tolexine » contre l’acné cet hiver. Mais je vous assure qu’il s’agissait bien plus d’une maniaquerie personnelle (motivée par la rencontre d’un fiancé…pour tout vous dire) que d’un réel besoin! Sans cette rencontre, je n’aurai pas craqué car « tout à fait supportable »! Pour vous faire un débrif vraiment complet : arrêt de Diane après 19 ans de prise ! bref, arrêt à la veille de mes 50 ans… il me semble enchaîner directement sur la ménopause (à faire confirmer par prise de sang sous peu) sans aucun inconvénient de bouffée de chaleur, prise de poids etc (arrêt complêt des règles depuis un an)… est-ce parce que protégée de ces désagréments par Diane 35 ? je ne sais pas! En ts cas j’ai respecté une très bonne hygiène de vie depuis mon sevrage, en voici un rapide inventaire : gattilier, achillée millefeuille, brossage drainage lymphatique, Msm… (j’ai remarqué un effet immédiat, voire spectaculaire, sur l’hydratation de la peau et des cheveux avec le msm)… Voilà, vous savez tout ! je vous tiens info si évolution et me tiens à votre dispo si questions ! bonne chance à toutes

  34. Salut les filles !
    Ca fait 2 mois que j’ai commencé mon sevrage, perso j’ai pris les 3/4 le 1er mois, j’ai eu mes règles normalement en temps voulu, et pour le 2ème mois je suis directement passée à la 1/2 pilule.. Pour info, celle qui n’arrive pas à la couper car elle se casse en mille morceaux, prenez un cutter bien aiguisé et coupez la directement dans la plaquette avant même de la sortir de l’aluminium, c’est + pratique que la planche, le scotch.. et ça marche super bien !
    Pour le moment tout va bien, pas de boutons, ma peau a peut être un tout petit peu changé, mais vraiment rien de visible pour d’autres yeux que les miens 😉 je compte faire encore 1 mois de 1/2 peut être et les 2 derniers de 1/4.. ou alors juste 2 de 1/4… Je croise les doigts !
    Je ne me protège pas, voulant un bébé, je me dis qu’il est toujours possible de tomber enceinte même sous demi pilule 🙂
    Par contre, j’ai des coups de fatigue, des nausées et quelques étourdissements… Je pense que tout cela est lié!
    Voilà pour les news, et encore un grand merci à Christelle pour son partage, c’est vraiment une idée lumineuse!
    Je pense que c’est tellement logique que même les grands chercheurs n’y ont pas pensé…. Après tout, c’est comme les gens addicts, ils doivent arrêter petit à petit pour ne pas avoir de mauvais effets secondaires..! C’est une désintox au final 😉 hé oui car la pilule diane 35 et ses dérivés sont vraiment des cauchemars, que JAMAIS nos filles ne prendront ça c’est sûr !!!!!

  35. Bonjour à toutes! 🙂

    Je viens vous redonner quelques nouvelles post-sevrage!

    Globalement, TOUT SE PASSE BIEN! 🙂

    Niveau peau : rien de nouveau, toujours quelques boutons qui persistent sur le front, mais ya du mieux depuis que j’ai un peu changé mon alimentation (voir ci-après), toujours 1 ou 2 boutons dans le cou de temps à autre et toujours quelques boutons sur le décolleté assez petits et peu gênants pour le moment (en hiver, je suis bien couverte, donc ça ne se voit pas! on verra bien aux beaux jours…)
    Au niveau de ma routine, depuis environ 1 mois je suis plus sérieuse (j’ai trouvé les produits sur Beauté-Pure) :
    – le matin : c’est soit masque au rhassoul (5 à 10 minutes de pause, en humidifiant à l’eau de la Roche Posay) soit peeling citron (je laisse poser jusqu’à ce que ça sèche). Après c’est fine couche d’huile de Jojoba pure + gel d’aloe vera ou lait hydratant à l’aloe vera + maquillage Lily Lolo et poudre Clinique.
    – le soir : pré-démaquillage à l’huile de noisette, puis savon à froid Lemme Bee ou gel nettoyant au Tea Tree, puis fine couche d’huile de Jojoba aux HE à 3% (lavande, tea trea, géranium rosat, niaouli) + un peu d’Eryacné sur les boutons pour les assécher si besoin.
    – le WE : je me fais parfois un masque à l’argile au neem et clou de girofle ou un masque au miel de Manuka.

    Niveau cheveux : je les ai fait couper, et du coup, j’ai l’impression que je les perds moins! 🙂 Par contre, ils regraissent toujours aussi vite et c’est shampoing tous les 2 ou 3 jours… J’ai acheté du Timothée sans paraben ni silicone et je me suis aussi fait un shampoing personnalisé aux HE (lavande et ylang-ylang). Je les trouve très brillants, c’est plutôt bon signe!

    Niveau alimentation : je me suis pris une méga cuite ya 1 mois (mélange champagne-vodka tagada…) et j’ai vomi toute la journée du dimanche… j’en suis pas fière, mais au moins, ça m’a fait un électrochoc!!! Et puis je suis allée voire une naturopathe qui m’a confirmée tout ce que j’avais pu lire sur les différents blogs sur l’acné et qui m’a conseillée certaines choses.
    Je me suis donc bien reprise en main depuis, j’ai très nettement diminué l’alcool (je m’autorise maximum 2 verres de vin rouge/semaine, la diététicienne ne m’en avait de toute façon accordée que 3…), j’ai arrêté tous les sucres raffinés (bonbons, gâteaux, pâtisseries…) mais je m’autorise encore 2 carrés de chocolat noir de temps en temps ou 1 « douceur » maxi/semaine, j’ai investi dans un bon blender (Omniblend V) et je me fais des smoothie verts tous les matins (1/2 banane, 1/2 carotte, 1 petit verre de jus de pomme, 1 petit verre de lait d’amande, salade (mâche, batavia…), 2 cubes surgelés de purée de brocoli nature, 1 CS de graines de lin et de sésame mixées, 1 CS de pollen frais congelé de châtaignier-ronce => miam!), je me fais beaucoup plus souvent des légumes et légumineuses et du poisson blanc, j’ai quasiment arrêté le café (remplacé par du thé, du roiboos, des infusions…), je mange des fruits à 11h et au goûter avec parfois des graines (amande, noisettes, noix de cajou…), j’essaye d’acheter au maximum bio.
    En parallèle, j’ai repris le sport régulièrement, 2 à 3 fois 1h/semaine à la salle (vélo elliptique, cuisses-abdos-fessiers…) et un peu de marche avec une copine quand il fait beau!

    Niveau moral : après une baisse de moral manifeste cet hiver, je me sens beaucoup mieux depuis ce changement d’hygiène de vie, c’est le jour et la nuit! Beaucoup plus motivée et énergique dans la vie de tous les jours, pour le boulot, même pour les tâches ménagères! Je m’émerveille facilement des petites choses, je me sens heureuse avec mon compagnon… Bon, il y est aussi peut-être pour quelques chose, puisque – même s’il ne se sent pas encore forcément prêt là maintenant tout de suite – on a quand même arrêté de se protéger et on verra bien ce qui arrive! 🙂 ça me rend aussi heureuse de savoir que je vais peut-être pouvoir bientôt (j’espère) réaliser mon rêve de devenir maman… (surtout que ma meilleure amie qui est en couple depuis 1 an avec le meilleur ami de mon compagnon vient de m’annoncer sa grossesse, elle en sera à 4 mois le 24 mars… ça m’a fait drôle et ça m’a mis un gros coup de pression sur le moment, mais là ça va mieux…!)
    Je me suis tournée vers une méthode de contraception/conception naturelle « la symptothermie », et j’ai commencé une courbe de températures le 10 mars à J1 du cycle (après avoir attendu mes « reumreum » 38 jours et après 6 jours de spotting et 1 jour de rien…)… Je flippais d’ailleurs de ne pas les revoir arriver!!! J’ai pas l’impression que ce soit encore de « vraies » règles, car beaucoup de spotting avant et pertes assez peu abondantes et seulement sur 2-3 jours (j’ai eu la même chose fin janvier-début février alors que j’avais eu mes règles de privation vers le 10 janvier après arrêt du dernier 1/4 de cp de pilule le 6)…
    J’attends donc maintenant de voir si j’ovule (j’attends avec impatience la montée de température!), là je suis à J14…
    Si je vois que mes cycles sont très irréguliers, je tenterai l’huile d’onagre en 1ère partie du cycle et le gattilier en 2ème partie.

    En ce qui concerne la naturopathe : elle m’a « prescrit » du Triplex beauté de la peau, du pollen de châtaignier-ronce, du bien-être menstruel (à base de gattilier notamment) et du Sulfatyon. Elle m’a déconseillée tout ce qui pouvait être mauvais pour le foie, avec en tête : lait de vache, café, alcool. Elle m’a dit d’essayer de limiter le gluten, mais n’a pas « diagnostiqué » d’intolérance a priori. Elle m’a aussi déconseillé tout ce qui pouvait être oestrogène-like comme le soja ou la sauge par exemple (j’avais commencé des tisanes de sauge pendant quelques jours mais je me sentais toute bizarre après les avoir bues…??, alors j’ai arrêté, et j’ai bien fait! comme quoi, il faut vraiment écouter son corps!)
    En plus de tout ça, je continue l’acide folique 0,4 mg tous les soirs, au cas où un bébé pointerait son nez…

    Je crois que j’ai fait le tour!
    En bref, à plus de 2 mois et demi de l’arrêt de pilule, je me sens beaucoup mieux et je ne suis pas (encore??!) défigurée par les boutons, au contraire!

    J’espère que ce témoignage pourra en motiver et en rassurer certaines! 😀

    Et je réitère ma question : y-a-t-il de « jeunes » mamans post-sevrage de pilule qui suivent ce blog? avez-vous retrouvé rapidement des cycles réguliers ou est-ce que ça a été un peu galère un certain temps? avez-vous pris certains compléments alimentaires pour « booster » vos cycles/votre fertilité suite à ce sevrage?

    Merci par avance et à bientôt! (j’espère avec une grande nouvelle à vous annoncer ;-)!)

    • Kali 3000,
      Je suis vraiment contente pour toi que cela ait fonctionné et que tu sois débarrassée de ce poison sans trop d’effets secondaires.
      Pour ma part, je trouve que je suis plus ouverte de caractère et sereine (enfin … sauf côté perte de cheveux non stop +++ où la je perds toute sérénité quand je focus se dessus mais c’est irréversible) depuis que je ne prends plus la pilule. A mon avis, ça n’influe pas que sur le corps toutes ces hormones de synthèse.
      Ton message respire ton bien être et ton énergie.
      Bonne continuation!

      • Merci beaucoup Despairhope!
        Oui, plus ouverte et plus joyeuse pour moi aussi, j’ai l’impression de me retrouver…
        J’espère que ton problème de chute de cheveux va finir par se résoudre… quand tes hormones naturelles se seront une bonne fois pour toutes stabilisées peut-être? ça fait combien de temps que tu as arrêté la pilule toi déjà?
        Moi je fais une jolie poussée de boutons là tu vois, 5 jours après avoir écrit le message! (front, côté droit du visage à un endroit où je n’en avais jamais d’habitude…), comme quoi, tout n’est pas encore gagné! Mais comme tu dis, le plus dur c’est d’essayer de ne pas focaliser dessus, les autres ils te disent toujours que « mais non, toi t’as pas de boutons! » alors que tu ne vois que ça dans le miroir le matin (bon après, les autres ils te voient aussi après 1h de maquillage-camouflage-planquage de ces maudits boutons!!! lol)
        Sinon, petite fausse joie sur ma courbe de température, je pensais avoir ovulé (température qui a chuté, puis montée de température qui n’aura duré qu’un jour, là c’est redescendu aux valeurs du début…), mais apparemment non! J’espère que la « machine » ne va pas mettre trop de temps à se remettre en marche à ce niveau là…
        Je te souhaite une très bonne continuation à toi aussi en tout cas! 🙂

  36. Bonjour.
    merci pour cet article. un grand merci. J ai enfin peut etre reussis à trouver une solution à l acné après pilule. je voulais savoir si c est zgalement une bonne chosesi j applique toutes ces etapes mais en trois mois seulement au lieu de 6. j aimerais vraimebt stopper cette pilule de m**** le plus vite possible sachant que je perds enormelent mes cheveux et je pense que s est du à un problème d’ hormone. merci de bien vouloir me repondre.

    • Salut Lyly,

      Merci pour ton commentaire. 🙂 Hmm… en fait c’est très difficile pour moi de savoir exactement ce qui provoque ta chute de cheveux. Je suis entrain de rédiger un article approfondi sur l’alopécie et il va être publié très bientôt, donc n’hésite pas à suivre le blog pour être informée par mail lors de sa parution.
      Autrement, pareil, c’est vraiment à toi de prendre la décision quant à la durée de ton sevrage. C’est une méthode 100% artisanale et peu orthodoxe, et la seule raison pour laquelle j’avais opté pour 6 mois c’était pour donner un maximum de temps à mon corps pour se ‘déshabituer’ à prendre des hormones de synthèse et ne plus y être ‘accro’. Voilà. Si tu penses que ton corps peut s’acclimater à la vie sans pilule en 3 mois, alors fonce! 😉

      En attendant, je reste à ta disposition si tu as la moindre question.

    • Salut Lyly,
      J’ai fait le sevrage pendant 3 mois, 1 mois de 3/4, 2 mois 1/2; et moi aussi j’avais hâte d’en finir avec cette pilule.. Le 2ème mois du sevrage j’ai eu bcp d’effets secondaires, grosse fatigue générale, baisse de tension, vertiges, les chvx gras, pas de règles, et au 3ème mois plus rien, mes règles sont revenues normalement, j’ai juste la peau un peu grasse et quelques boutons mais je fais le nécessaire et pour le moment tout va bien mais ça fait 1 semaine que j’ai fini le sevrage.. On verra bien pour la suite ! Je pense que 3 mois c’est tjrs mieux que rien..

  37. Bonjour à toutes,

    Comme la plupart d’entre vous j’ai eu des difficultés à « trouver » la pilule parfaite puisque de mes 18ans à mes 22ans on m’a fait changer de pilule au moins 6fois (Diane 35, Jasminelle..) mais ai eu des saignements inattendus à chaque fois. J’ai essayé l’anneau, et là catastrophe: après 1 semaine j’avais une tonne d’effets secondaires!! On m’a dit de m’accrocher 3mois, 2 semaines a été mon maximum.
    J’ai donc décidé il y a 1an et demie d’arrêter la pilule. Je ne m’étais pas renseignée sur internet et ne connaissais pas le sevrage progressif, j’ai donc arrêté du jour au lendemain et n’ai pas eu de règles avant 6mois. Puis 3mois plus tard, puis 2mois suivants… En fait, j’étais contente de ne pas avoir de règles régulières car elles durent 8jours chez moi (meme chose avec prise de pilule. 8jours, c’est long et douloureux). Mais l’acné…. je ne m’étais jamais vue comme ca, j’avais des boutons là où adolescente je n’en avais jamais eu. Ma dermato m’a mis de la pression pour que je reprenne la pilule, disant que ce n’était pas néfaste et que ce serait le seul moyen d’éliminer ces boutons, elle m’a prescrit des antibiotiques, je me suis méfiée mais ai pris ces medicaments, améliorant effectivement mes problèmes de peau mais me faisant me demander si ca valait le coup de remplacer un poison par un autre. J’ai fais une prise de sang pour voir mon taux de testosterone puisque gynecos et dermatos me disaient que le problème venait probablement de moi et non pas de la pilule: mon taux était normal. Donc rien à faire, je devais vivre avec ces boutons en pleine période de recherche de travail. Mais qui voudrais d’une employée qui ressemble à une adolescente acnéique?

    Apres 1an sans contraception, j’ai craqué et ai repris la pilule. Cela faisait maintenant 6mois que je reprenais la Deso 20, puis j’ai découvert ce site et ai décidé d’arrêter la pilule à nouveau mais cette fois, progressivement.
    Je ne souhaite pas couper les comprimés puisque sur d’autres sites il est dit que le film transparent qui les recouvre permet de ne pas digérer la pilule dans l’estomac, donc je prends ma pilule toutes les 36h au lieu de 24h. Ainsi je réduis la quantité d’hormone régulièrement. J’ai commencé il y a 10jours, et bois de la tisane d’Achillée Millefeuille 1-2 fois par jour. Pourtant depuis hier, j’ai des saignements (comme des règles) et très mal au ventre. J’ai meme fais un malaise dans la rue et ai du m’asseoir dans un café pour reprendre des forces avec un jus de fruits. Je n’ai pas souvenir d’avoir été dans un état pareil lors de mon premier arrêt de la pilule, et je me dis que de m’en désintoxiquer ne va pas être une partie de plaisir…. J’attends avec apprehension les boutons maintenant.

    Certaines d’entre vous ont-elles eu des saignements similaires au debut de leur sevrage? Auriez-vous des conseils ou juste un mot rassurant pour apaiser mon inquietude?

    Merci par avance

    • Salut Simone,

      Merci pour ton commentaire, et bienvenue sur le blog 🙂
      Concernant les saignements dont tu parles, cela s’appelle le « spotting », et c’est un phénomène assez fréquent chez de nombreuses femmes qui prennent la pilule. Souvent, cela se produit au tout début, lorsqu’on commence à la prendre. Personnellement, j’ai vécu cela sous Diane 35. J’ai eu des saignements sporadiques pendant un mois ou 2 en début de prise, puis cela s’est résorbé tout seul. Je ne sais pas trop à quoi ce phénomène est dû. Je suppose que le corps doit s’habituer aux hormones synthétiques…
      Le même phénomène peut se produire après une prise longue de pilule. Il s’agit souvent d’une question de dosage du progestatif synthétique. Le corps a tendance à s’habituer à un seul et même dosage, et peu à peu cela ne lui « suffit plus »… D’ailleurs, les femmes qui ne prennent pas la pilule peuvent souffrir du même problème en seconde partie de cycle si leur corps ne produit pas suffisamment de progestérone pour maintenir la paroi utérine en place avant l’arrivée des règles. Pour réguler ce désagrément, les gynécos ont tendance à prescrire soit du Duphaston pour les femmes qui ne prennent pas la pilule, soit une pilule plus fortement dosée, ou une toute autre pilule pour les femmes qui la prennent.

      Je suis désolée d’apprendre que tu as fait un malaise. Es-tu certaine que cela provient bien du sevrage de ta pilule? Si tu dis que tu as du te restaurer avec un jus de fruits pour reprendre des forces il se peut que cela provienne plutôt de ta glycémie sanguine… la pilule et la glycémie peuvent, en effet, être liées, mais ce n’est pas forcément le cas ici. Perso, si tu m’avais parlée de maux de têtes intenses, de paranoïa/anxiété, de grelots, j’aurais pensé à un malaise en rapport avec ton sevrage, mais ce que tu décris me fait plus penser à un état d’hypoglycémie… après tu connais mieux ton corps que moi, et je ne suis pas médecin, donc je ne peux pas dire…

      Malheureusement, je ne peux pas te « rassurer » en tant que tel. Si tu es inquiète, le mieux serait de consulter un médecin en de parler de tous les désagréments que tu éprouves. Mais je peux te dire que la vie sans la pilule contraceptive est possible, et qu’il est possible pour toi de vivre heureuse sans pilule et sans acné. Il faudra juste prendre le temps de renouer avec ton corps, de l’écouter, de trouver des solutions qui marchent pour toi. N’hésite pas à utiliser ce forum pour poser toutes tes questions justement, ainsi que pour t’exprimer sans tabous et sans retenue.

      Juste un petit à-parté pour revenir à la question des antibiotiques… la flore intestinale est souvent abîmée après un traitement de ce genre, et il peut être intéressant pour toi d’envisager une cure de probiotiques. On peut en trouver en boutique bio et/ou en pharmacie. 🙂

      Voilà! Je t’envoie une bise et plein de courage!

  38. Merci Christelle pour ta si rapide et complète réponse !

    Alors pour les nouvelles, le spotting s’est transformé en de véritables règles (loin des simples saignements sporadiques). J’espère que mon corps va vite s’adapter aux changements hormonaux…
    Concernant le malaise, il n’est pas impossible que ca ait été une crise d’hypoglycémie, et tant mieux ca me rassurerait que ce ne soit que ca.

    Je te tiendrais au courant de l’evolution, merci pour les encouragements!

  39. Ça y est! J’arrive à la fin du processus que j’ai fait pendant 10 mois! Maintenant je suis très anxieuse de voir comment mon corps va réagir! Je n’ai pas eu une seule fois pendant 10 mois des règles normales (c’est-à-dire suffisamment abondante). Alors j’ai une grosse réserve de serviettes hygiéniques! Ahah!

    Je vous tiens au courant!

    Bye!

  40. Bonjour à toutes,
    Je viens de lire l’article et l’intégralité des commentaires et suis à la recherche d’avis rassurants 🙂
    Je prends Triafemi depuis deux ans et j’ai commencé l’arrêt progressif depuis le vendredi 27 mars, jour de la pose de mon DIU cuivre. Je compte faire le sevrage en 3 ou 5 mois, je ne sais pas bien encore =/
    Pour mon historique, je n’avais jamais eu d’acné sauf à ma tentative d’arrêt de Leeloo (car alopécie androgénétique 😦 ) : défiguration ! Du coup les médecins ont pris en charge mon acné soudaine/alopécie avec Triafemi dont je souhaite me débarrasser car je veux être au naturel.
    La pose de mon stérilet s’est faite le dernier jour de mes règles, j’ai saigné un peu le samedi puis plus rien. Je pensais être débarrassée. Sauf que des saignements assez conséquents (comme un début de règles, bien rouges mais peu abondants) ont repris le 1er avril ! Et depuis c’est tout le temps, voire un peu plus chaque jour. J’aimerais savoir si par ici vous attribuez ça plutôt au sevrage ou au stérilet (je n’ai pas de douleurs type rejet du corps étranger, sinon).
    Plus haut, j’ai lu qu’un médecin avait préconisé à l’une d’entre vous de ne pas sevrer sous stérilet plus de deux cycles car ça pouvait conduire à un rejet 😮 Du coup je m’inquiète un peu !
    Merci de votre aide 🙂

    • Salut Djou,

      Merci pour ton commentaire, miss, et bienvenue sur le blog! 😉 Hmm… ce qui me paraît étonnant dans ton cas c’est que tu commences un cycle de sevrage avec des saignements… En général j’ai remarqué qu’on peut avoir des saignements, mais surtout en fin de cycle. Perso, j’attribuerais plus ça à la pose de ton stérilet. Mais encore une fois, je ne suis en aucun cas médecin, et ce forum ne fait pas l’apologie d’une méthode *scientifique* approuvée par la médecine, donc si tu veux en avoir le coeur net le mieux serait certainement de consulter un professionnel de santé.
      En te souhaitant plein de courage. Tiens-nous au courant! En attendant je t’envoie une bise!

      • Coucou ! Suis restée un moment sansdonner de nouvelles, j’ai laissé les choses évoluer pour voir et j’ai consulté, aussi.
        Bon ben les nouvelles ne sont pas bonnes côté sevrage…
        J’ai donc passé tout le mois dernier à saigner non stop. Je n’étais pas sûre que c’était dû au sevrage. ça s’est arrêté quand j’ai arrêté la première plaquette de pilule pour la pause (je prenais 3/4 de comprimé). J’ai repris hier soir le premier comprimé de la deuxième plaquette (j’avais prévu de faire 1 comprimé sur trois comme le conseille Martin Winckler histoire de voir si c’était pas le fait de couper qui était en cause). Et là, ce soir, ben ça y est je resaigne. En fait je suis partie pour 25 jours de saignements, 5 jours tranquille, 25 jours de saignements, 5 jours tranquille… et ça pendant 4 mois encore.
        Je ne sais vraiment pas quoi faire, c’est horrible 😦 Ma sage femme n’est pas réfractaire au sevrage, ni mon médecin généraliste, mais il n’ont aucun avis sur la question. Là je comprend juste qu’avec le DIU quand je donne ne serait-ce qu’une particule d’hormone à mon corps, il saigne… Je suis dégoûtée…
        Je sais pas si je dois arrêter net ou supporter ces saignements pendant plusieurs mois…

  41. Coucou les filles.
    Je viens vous donner quelques nouvelles!Voila un 6 mois de « sevrage de pillule » + 1 an de pillule free sont passé pour moi. j’ai attendu 1 an avant de vous donner des nouvelles histoires d’être sur que les boutons ne pointerais pas leur bout de nez après mon arret mais la je pense qu’un an apres c’est pas mal!
    Et bien sachez que moi et ma peau on va super bien!
    franchement a part quelques tout petit boutons sur le front franchement discret et a coté la liberté de ne plus prendre cette pillule ce n’est rien!
    mes cycles se sont regularisés malgré que je sois resté 4mois sans règles mais apres tout est rentré dans l’ordre.
    Voilà pour resumé je suis libre!!
    Merci encore Christelle pour ton blog qui m’a permis d’arreter tout ca sans me retrouver defiguré.
    bref je suis HEUREUSE.

    • Salut Chris salut les filles voilà ça fait maintenant 2 ans que je prend vitex gattilier sans interruption dans oubli aujourd’hui je veut arreter totalement en revanche j ai lu sur le net que j aurais du le prendre que pendant 3 à 6 cycles maxi et ça fait 2 ans ai-je fait une bêtise ? l arret brutale peut tout dérégler ? J ai un peu Peur que tout recommence ….merci tous merci Chris

      • Hey miss! 🙂 Je crois qu’il n’y a pas vraiment de règle concernant le gattilier. C’est une plante qui agit différemment selon les individus, et je ne vois pas trop comment on peut faire des généralisations au sujet de sa prise. Perso, si ça marche je ne vois pas pourquoi il faudrait l’arrêter, d’autant que d’après tout ce que j’ai lu au sujet du gattilier il semblerait qu’il serait surtout efficace lorsqu’il est pris sur le long-terme… Si vraiment tu veux faire une pause parce que tu estimes que 2 ans ça fait beaucoup je ne vois pas pourquoi il faudrait forcément passer par un ‘sevrage’… bien sûr, c’est toujours bien de ne pas brusquer ton corps, et le sevrage pourrait te permettre d’arrêter en douceur… c’est vraiment à toi de voir. Je pense surtout qu’il ne faut pas te stresser. Internet est plein d’avis contraires (dis-je, alors que moi-même je suis une blogasse, haha!)… et surtout, le gattilier est utilisé depuis le Moyen Âge… donc bon… perso je prendrais tout ça avec des pincettes, et j’en ferais à ma sauce. 🙂 Je t’envoie une bise!

    • Bonjour à toutes ! 1 an après l’arrêt complet de mon sevrage de Diane 35, je viens vous livrer mon expérience.
      A 30 ans, en toute innocence, j’arrête une pilule (Miniphase) pour, simplement, faire une pause. Surprise ! explosion d’acné… moi qui n’en avais jamais eu auparavant ! Le gynéco me prescrit donc « Diane 35 » que j’ai pris en continu les 20 années suivantes!
      Suite au scandale de Diane 35 et à la veille de mes 50 ans, j’ai pris la décision d’arrêter ce traitement. Quelle angoisse suite à ma première tentative et quel soulagement alors de tomber par hasard sur le site de la méthode de Christelle !
      J’ai commencé mon sevrage en septembre 2013 en l’étalant au maximum pour y aller au maximum « en douceur »… Bilan ? :
      – aucun souci ! par rapport à ma première tentative ! en toute honnêteté : 2 ou 3 boutons durant l’année du sevrage (rien de dramatique). J’ai constaté que ma peau graissait un peu plus à chaque nouvelle réduction du comprimé… point ! Mes cheveux (qui étaient très secs sous Diane) sont devenus « normaux » et superbes (!!!) … J’ai dégonflé spectaculairement (!!!) -4 kgs… Ma poitrine est redevue normale (plus de sensations de seins tendus et douloureux)…. SURPRISE : plus de problèmes digestifs (balonnements… etc) -comme quoi c’est vraiment une belle daube- ….
      Conclusion ? :
      Aujourd’hui, 10 mois après l’arrêt complet du sevrage …J’ai une peau aussi belle que lorsque j’étais sous Diane… J’ai retrouvé une ligne tonique… et des cheuveux superbes, brillantscomme jamais ! Je ne voudrais pas trop vite crier victoire mais … « poupoupidou », un grand merciiiiii à Christelle et bon courage à toutes … No panique tout se passe bien avec cette méthode génialissime !
      Précisions : j’ai été de suite ménopausée pendant le sevrage (sans aucun désagréménts de bouffée de chaleur … peut être grace à Diane (??))… j’ai pris du gattilier durant tout mon sevrage ainsi que de la tisane d’achillée millefeuilles en tisane (que je continue encore aujourd’hui).
      Bises à toutes !

      S

      • Daniele! 😀 Super heureuse de te lire! Félicitations! Et merci infiniment pour ce retour positif! Je te souhaite plein de belles choses au cours de cette aventure au naturel!
        Juste pour info – tu as donc pris du gattilier pendant le sevrage? Comment décrirais-tu cette expérience (symptômes, etc.)?
        Bises à toi, et encore merci pour ton témoignage qui, je suis sûre, aidera beaucoup de femmes!

  42. Ping : Arrêt de la pilule contraceptive par sevrage progressif – Boite à outils – Cosmétiques naturels, nutrition & compléments alimentaires | RoxaNDCo

  43. Bonjouir Christelle,
    merci de ta réponse. Je me faisais un point d’honneur à témoigner ayant moi même été très motivée et rassurée par tout les témoignages que j’avais lu avant de me lancer dans l’aventure. il était normal qu’à mon tour je donne ce que j’avais reçu.
    J’étais tellement stressée à l’idée de me défaire de cette « drogue » que, crois moi, j’ai appliqué tous tes précieux conseils à la lettre ! oui, j’ai pris dès le début de mon sevrage (et jusqu’à 5 mois après la fin définitive de celui ci) « scrupuleusement » 2 gélules de gattilier par jour (1 an et demi de prise). Je disais lors de mon précédent commentaire que je n’ai jamais ressenti les désagréments de la ménopause (bouffées de chaleur)… je pensais que ces effets avaient du etre masqué par la prise de Diane …Mais peut être dois-je plutôt remercier le Gattilier (et la tisanse d’achillée millefeuille) puissants régulateurs hormonaux. Je n’ai jamais eu de « spottings »…rien ! je continue de prendre chaque matin et chaque soir un bol de tisane d’achillée…J’ai l’impression que ça a un véritable effet « anti inflammation » et que ça me protège d’éventuelles petites poussées de boutons. En tous cas : pas de boutons ! PAR CONTRE, l’effet le plus spectaculaire que j’ai constaté et celui lié à la prise de MSM (compimés de souffre) (que j’ai oublié de mentionner dans le commentaire précédent). FANTASTIQUE ! Dès le commencement de ma prise de ce complément j’ai constaté un assouplissement et une douceur de la peau exceptionnels… Je pense que l’embellisement spectaculaire de ma chevelure est dû aussi à la prise de ces compriimés… Même les callosités aux pieds ont disparues… une trace ancienne de bouton s’est presque totalement estompée et « miracle » une tache de mélanine que j’avais sur la joue (perdue au milieu de mes tâches de rousseur !) commence à se réduire considérablement et à se fractionner en tâches de rousseur ! A titre expérimental, j’ai essayé de réduire ce traitement naturel et j’ai tout de suite vu que m’a peau et cheveux étaient mois resplendissants ! De plus, à l’installation de ma ménopause, j’ai vu apparaitre un début de douleurs rhumatismales … J’ai augmenté la dose de souffre et …hop, douleurs disparues. Je continue donc la prise de 4 gr de MSM journalier et, n’ai jamais été aussi… belle (lol) mais surtout : BIEN !
    Voilà ma chère Christelle toutes mes constatations…ça me fait plaisir d’apporter ma petite pierre (ô que positive) à ton édifice et puisse mon expérience aider, motiver toutes les autres !
    Meciiiii du fond du coeur Christelle pour m’avoir tellement aidée à me « désaccoutumer » de cette saleté de comprimé et de toute l’énergie que tu déploies dans ton blog… infinie reconnaissance ! des bibis …

    • Merci pour tous ces témoignages rassurants! Ou trouve tu le Gattilier je souhaite en acheter mais il y a tellement de marques différentes! Merci!

      • Hello… perso, j’ai acheté des gélules de Gattilier en Pharmacie labo Fabre. Bizzzz

      • Hello Gaëlle,

        Perso, j’achetais mes capsules de gattilier sur le site iherb.com. 🙂 D’autres noms pour le gattilier sont l’herbe de chasteté et le vitex.

  44. Bonjour Christelle,
    Je suis à mon 3 ème mois de sevrage. J’avais décidé de reprendre diane 35 (janvier) pendant 3 mois normalement et de faire le sevrage à partir du mois d’avril par peur de ravoir des boutons comme ça m’était arrivée précédemment lors d’un arrêt brutal. Comme à chaque reprise de cette pilule j’ai eu une éruption de boutons. Ca n’a pas du tout été facile mais aujourd’hui il me reste que les cicatrices et j’ai commencé à couper ma pilule à la demie.
    J’ai très peur que ça ne fonctionne pas vu que j’ai arrêté et repris Diane 3 fois en seulement 3 ans. En tout cas j’en suis sûre et certaine, cette fois-ci c’est la dernière.
    J’ai achetée de la tisane d’achillée millefeuille et j’en bois une tasse tous les deux jours. Cependant, vaut-il mieux prendre de la bardane ? Je ne savais pas trop car certaines avaient essayé l’achillée millefeuille et n’ont pas eu de retour d’acné.
    Je suis très inquiète de ne jamais retrouvée une peau normale et j’espère vraiment que le sevrage va fonctionner pour ma part 🙂
    j’essaie de positiver mais a vrai dire c’est très difficile.
    Bises
    Youliet

  45. Coucou
    Je viens vous donner des nouvelles de mon sevrage de DIANE 35.
    J’ai arrété la première fois en juin 2013 et une poussée énorme d’acné en sept -octobre est arrivée avec une perte de cheveux phénoménale (avec des bouton sous cutané énorme comme jamais j’ai eu aupravant j’étais défigurée) .
    Déprimée et venant de rencontrer quelqu’un en plus juste avant l’arrêt de la pilulle , je décide de la reprendre pendant 3 mois le temps que ma peau redevienne belle et là j’ai commencé mon sevrage en décembre 2013. J’ai mis un an à complètement l’arréter et j’ai juste pris anacaps pour les cheveux.
    Pendant la période de sevrage j’ai eu autant de bouton que sous diane c’est à dire très peu un de temps en temps par ci par là.
    Aujourd’hui ça fait 6 mois et aucun signe d’acné comme la dernière fois tout va bien, j’ai retrouvé un cycle normal depuis seulement 3 mois.
    Je pensai pas que ça pourrait marcher ce sevrage mais je n’avais pas d’autres choix que d’y croire, merci Christelle pour ce site car on se sent moins seule et comprise.
    Merci !

    • Merci de ton témoignage ça rassure! j’en suis à mon neuvième mois de sevrage encore 1 mois et je croise les doigts!

    • Merci pour ton témoignage, Aurélie! 🙂

      Je suis super heureuse pour toi! Je sais à quel point le stress de re-vivre une crise d’acné peut être fort, et tu as été très courageuse d’y croire et d’étaler ton sevrage sur un an pour vraiment permettre à ton corps de s’acclimater aux changements hormonaux. Bravo, et plein de courage pour la suite!

  46. Hello tout le monde !!!

    Je suis tombée sur ce blog par hasard et je dois dire qu’il tombe à pic parce que je compte arrêter la pilule dans les 6 mois à venir après mon retour des états unis, je vis actuellement aux USA.

    J’avais quelques petites questions.
    Je prends la pilule depuis mes 15 ans, à la base c’était surtout pour contrer mes pb d’acnés. Mon gynéco m’avait prescrit Evepar qui m’avait fait prendre 10 kg en quelques temps, du coup j’ai changé pour Jasmine. J’en ai 22 maintenant.
    L’année passé j’ai voulu stopper en raison de migraines incessantes (à la base je suis migraineuse) après 1 mois d’arrêt, une poussée d’acné avec des migraines chaques jours pratiquement. Autant vous dire que j’ai consultez mon gynéco ainsi que mon médecin et j’ai desuite repris Jasmine, mais mes migraines n’ont pas diminué pour autant.
    J’ai consulté un neurologue qui m’a prescrit un traitement de font que je prends depuis 1 an. Mes migraines etant tout simplement incontrôlable pdt mes regles, mon gynéco m’a tout simplement dit de prendre ma pilule Jasmine en « continu ». Cela fait donc 1 an que je n’ai plus mes regles et voulant arrêter avec le principe de diminution

    • Voulant arreter avec le principe de diminution (désolée pour la coupure fausse manip) je me demandais s’il fallait que je reprenne un cycle normal. J’ai tellement peur d’avoir mes migraines a nouveaux.
      Je voulais juste savoir s’il etait possible de faire ca sans « l’arrêt des 7 jours » ?

      D’ailleurs au top du top ton article ca m’a bien aidé. Merci bcp.

      • Salut Océ,

        Merci pour ton commentaire, et bienvenue sur le blog. 🙂 Je suis désolée d’apprendre que tu souffres de migraines. Je ne suis pas du tout migraineuse en temps normal, mais la seule fois que j’ai eu des maux de tête c’était lorsque j’avais tenté d’arrêter Diane 35 d’un coup net lorsque j’avais 21 ans. C’était horrible. Je compatis donc pleinement. Si en plus tu y es régulièrement sujette, je compatis doublement.
        Ce qu’il faut savoir sur le rapport maux de tête-pilule c’est que ces douleurs/nausées/frisons, et autres symptômes très désagréables sont des symptômes de « manque »… comme si tu étais droguée, en fait. Ça peut sembler un peu extrême, mais techniquement c’est exactement ça ; quand on arrive à la fin de notre plaquette on prive notre corps de sa *dose* habituelle d’hormones pour lui permettre de se *nettoyer* au moyen de saignements, et chez certaines personnes cette « pause thérapeutique » occasionne des symptômes puissants de manque.
        Si tu comptes te sevrer je ne vois pas pourquoi tu ne pourrais pas le faire en prenant ta pilule continuellement… il faudra juste que tu penses bien à utiliser un autre moyen de contraception si tu n’as pas envie de tomber enceinte. Et il faut juste savoir que le fait de réduire le dosage d’une pilule augmente le risque d’avoir des saignements intermédiaires (ou « spotting »). Ce n’est pas du tout grave, mais ça peut être pénible.
        Je t’envoie une bise de soutien, et je te souhaite une belle aventure sevrage! Sois la bienvenue sur le blog, et n’hésite pas à interagir avec les autres lectrices qui sont une mine de bons conseils. Et profite à fond de ton aventure américaine! Je vis également aux USA (en Californie) depuis février. 🙂

  47. Ping : J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 2 : le sevrage progressif ‹ Ca se saurait

  48. Merci Christelle pour ton soutien 🙂
    Je vais bientot me faire un petit road trip en californie fin septembre j’ai hâte ! Je vais commencer l’arrêt de ma plaquette des mon retour en France en octobre en prenant compte de tous tes conseils. Je pense que je vais opter pour un stérilet en cuivre car je ne veux pas d’enfant maintenant et j’en ai ras le bol de bouffer des hormones !!! Donc je repasserai surement sur ce blog pour vous donnez des nouvelles ! J’espère que ca va marcher je croise les doigts 🙂 (j’espère pas trop d’acné ni trop de migraine !!!)
    Merci pour ces conseils à tres vite !!

  49. coucou Christelle!

    J’aurai dû faire plus de recherche avant d’arrêter diane d’un coup… J’ai commencé à la prendre dès mes premières règles, à 14 ans, et j’en ai 26 aujourd’hui. Roaccutane n’a rien fait sur moi, sauf de lourds effets secondaires ( j’ai désormais un manque de cartilage au niveau des genoux, opérée 3 fois pour ça… bref, ce truc détruit aussi votre ossature… et pour rien: je boite depuis 2 ans… ).
    J’ai arrêté diane il ya deux mois, et c’est l’horreur! la peau est très très grasse, aucun maquillage ne tient, pas même le lily lolo ( je suis la méthode » simple » de beauté pure)… Depuis une semaine, les boutons reviennent, tous blanc, rouge, douloureux… est impossibles à cacher comme le sebum est sécrété en excès. C’est familiale, ma mère la pris diane pendant 30 ans et ma soeur la prend aussi… Mais diane ne fait très mal au jambe et aux seins, j’ai décidé d’arrêter  » pour voir…. » j’hésite a la reprendre… Ma peau est tellement déguelasse…. En combien de temps cela se régule? est-ce que ça va s’améliorer ou vais-je me retrouver envahie par l’ennemie acné d’ici 5 mois? j’ai une relation stable, mais mon copain ne me connaît pas avec de l’acné, j’ai peur de le dégoûter…. Combien de temps avant d’avoir une belle peau sans hormones? quels conseils utiles?

    Je suis désespérée…

  50. Bonjour les filles.
    Pour ma part, je me suis intéressée à la méthode sevrage trop tard : le mal était déjà fait, j’avais arrêté depuis 3 mois et mon visage commençait à être envahi. Aujourd’hui, je vois enfin le bout du tunnel, après plus de 6 mois d’acné très invasive. Je me permets de poster ici car si mon retour d’expérience peut vous aider, alors tant mieux.

    Voici donc ce qui m’a vraiment aidé contre l’acné :
    – Un régime alimentaire revu : IG bas, plus de sucre ni d’aliments raffinés
    – Boire beaucoup : j’étais un chameau, maintenant je me force à terminer le litre chaque jour
    – Prise de MSM : résultats très rapides, me permet d’effacer les cicatrices rouges plus rapidement et d’éviter qu’elles ne « repartent » sans cesse de plus belle
    – En application sur le visage le soir : Vinaigre de cidre bio (coupée avec moitié d’eau) comme lotion, puis huile de Nigelle

    Bon courage les filles et patience, on en vient à bout.

    • Merci pour ton commentaire encourageant, Lulu, et bienvenue sur le blog! 🙂
      Désolée d’apprendre que tu as souffert après cet arrêt brutal. Si je puis me permettre, quelle pilule prenais-tu?
      Merci pour tous ces précieux conseils. Je ne connais pas l’huile de Nigelle, mais en effectuant quelques recherches je suis impressionnée – cette huile a des vertus antioxydants très puissantes!

  51. Bonjour à toutes, tout comme vous je me suis faite avoir par ma chère mais fausse amie Diane 35. Alors je m’adresse à vous sur ce forum afin de trouver des femmes qui ont vu leur libido revenir après l’arrêt de celle-ci.
    Je l’ai commencé à 16 ans et depuis 11 ans je la gobe tous les soirs à 21h..
    En 11 ans je l’ai stoppé 2 fois et à chaque fois invasion de boutons très méchants localisés sur le menton, ça n’a pas eu le temps de se propager car je l’ai reprise illico, même quand elle a été interdite en France je la faisait venir de l’étranger et ça me coûtait un bras !
    Je n’ai jamais été trop consciente de ce qu’il pouvait y avoir à l’intérieur de ce tout petit comprimé, c’est seulement en faisant des recherches que je suis tombée sur ce blog juste génial. De mon coté, Diane me « convient » bien en ce qui concerne règles, peau, douleurs… disons qu’elle ne cause rien de bien gênant à l’exception d’un énorme problème de libido qui me pourri tout simplement la vie. J’ai pris Diane avant même d’avoir mon premier rapport sexuel, qui fut catastrophique car je souffrais de vaginisme (pénétration impossible) sans le savoir, je pensais alors que j’avais un blocage psychologique (et peut être était ce cela mais aujourd’hui je ne pense pas) pourtant je n’étais absolument pas réfractaire à l’idée de faire l’amour, au contraire. Ca a duré des années jusqu’au jour où ce vaginisme disparaisse pour laisser place à une vestibulite (sensation de brulure à l’entrée du vagin). Je pouvais faire l’amour mais alors qu’est ce que c’était désagréable et douloureux de faire l’amour ! _ Je me disais. Jamais je ne fis le lien avec la pilule bien sûr, je croyais que j’avais un problème, je pensais ne pas être normale et j’ai même fini par croire tristement que j’étais asexuelle (personne qui ne ressent jamais le besoin et n’éprouve aucun plaisir pendant l’acte). Je me suis alors lancée dans des recherches sur le net, j’ai parcouru un million de forum, en français, en anglais et je me suis rendue compte que d’autres femmes souffraient de ce problème, elles en parlaient à leurs médecins, allaient voir des psy, faisaient de la rééducation du périnée…moi je n’avais jamais dit ça à personne ! J’ai donc fait pareil, j’en ai parlé à mon médecin et j’ai fait de la rééducation du périnée avec une sage-femme. Cela m’a fait beaucoup de bien d’en parler mais visiblement ca n’a rien changé. Au bout du compte elle m’a dit, désespérée, qu’elle ne pouvait rien pour moi. J’ai continué mes recherches, et il y a un an je suis tombée sur le blog d’une fille qui, après tous les traitement du monde, à vaincu sa vestibulite en arrêtant la pilule, et s’en suivaient énormément de commentaires d’autres femmes dans des cas quasi similaires (qui allait de la perte de libido, vaginisme, vestibulite, vulvodynie et j’en passe) qui avaient perdus leurs symptômes rien qu’en arrêtant la pilule. C’est là que j’ai réalisé qu’il fallait que j’arrête cette horreur. Mais comment éviter la case boutons ??? Et je suis tombée sur ce blog :). J’y ai appris qu’un des composants de Diane 35 était utilisé pour les castrations chimiques…
    Depuis toujours, je ne sais absolument pas ce qu’est le plaisir sexuel, je n’éprouve que rarement le désir de faire l’amour, et quand c’est un peu le cas je ne lubrifie pas du tout, ce qui rend la pénétration douloureuse car ca me brule pendant et après, le peu de fois où je me sent un minimum excitée, je ne ressent rien.. et croyez moi quand vous êtes en couple c’est extrêmement dur et j’euphémise. Comment se lancer avec quelqu’un quand on sait qu’on ne pourra pas satisfaire ce besoin là.
    Donc en gros, Diane m’aurait volé les plus belles années de ma vie ?
    Je ne le sais pas encore, en tous cas après avoir lu la totalité de vos commentaires, je me lance dans le sevrage progressif. J’en fais un très lent car j’ai pris cette pilule pendant 11ans, j’ai donc commencé il a un mois et je découpe ma pilule au cutter à papier, directement dans la plaquette. Je prend 7/8 du comprimé (oui j’y vais hyper lentement car je suis effrayée par les effets secondaires), je me donne un an environ. Je prend des probiotiques et mon alimentation et assez saine donc je n’ajoute pas de compléments alimentaires pour le moment.
    J’aurai voulu savoir si quelques unes d’entre vous avez eu des soucis de libido sous Diane et si cela s’était résolu en la stoppant ? Et si c’est la cas, au bout de combien de temps la libido est elle revenue (en période de sevrage ou non)?
    Autre question, puis-je mettre un stérilet sans hormones en même temps que mon sevrage ?
    Voici mon cas, j’espère que ce n’était pas trop long et que d’autres filles s’y retrouverons moins seules peut être.
    Bien entendu, je reviendrai faire le point car c’est en partie ça qui est intéressant.
    Merci beaucoup pour ce blog 🙂 une mine d’or.

    • Salut Marine,

      Merci pour ton commentaire, et bienvenue sur le blog! 🙂 Waouh, je suis tellement désolée d’apprendre que Diane a causé autant de dégâts dans ta vie intime. Personne ne mérite cela. Tu sais, ce que tu décris ne m’étonne pas vraiment. Diane 35 contient un puissant anti-androgénique – la cyprotérone (c’est le progestatif synthétique) – et il faut savoir qu’en temps normal les femmes produisent de petites quantités de testostérone (tout comme les hommes produisent des petites quantités d’oestrogènes), et que cette hormone a des effets positifs sur leur libido. On entend souvent parler de femmes qui souffrent d’un excès de testostérone, et elles décrivent tous les désagréments qui s’en suivent (acné, chutes de cheveux, pilosité faciale et/ou corporelle excessive, aménorrhée, syndrome OPK, etc.), et on fait de la testostérone un ennemi juré, or cette hormone en quantité normale est notre alliée.
      En revanche, quand on interrompt une pilule comme Diane 35 qui est ‘anti-androgénique’, on court le risque de déclencher une production massive de testostérone (le corps compense de façon excessive), et de souffrir des effets liés à cette sécrétion effrénée (acné, etc.). Donc le fait de te sevrer de la pilule est une bonne idée, car tu ne brusques pas ton organisme ; au contraire, tu lui permets de se remettre à sécréter de la testostérone de façon modérée.
      J’espère vraiment que ce chemin va te permettre de renouer avec toi-même et de trouver le bonheur intime. Tu le mérites pleinement. Et surtout, ne pense pas que tu as perdu « les plus belles années de ta vie ». On dit que la femme atteint la maturité sexuelle aux alentours de 32 ans… alors tu vois! 😉 Et si tu as passé beaucoup de temps à consulter des experts et à faire un ‘travail sur toi’ à ce sujet, je ne peux qu’en déduire que tu te connais mieux que beaucoup de femmes ne se connaissent d’un point de vue intime. À mon avis une fois que tu auras placé la pièce manquante tu seras pleinement épanouie!
      Je te fais une grosse bise, et tiens-nous au courant de l’évolution de ton sevrage!

      • Ah – j’oubliais… tu voulais savoir si tu pouvais te faire poser un stérilet en cuivre en même temps que tu effectues ton sevrage. Alors, tu as le choix de faire comme tu le souhaites, mais personnellement je déconseille d’interférer avec le sevrage. D’autres femmes sur le blog ont essayé, et elles ont souffert de saignements et une pléthore d’autres symptômes désagréables. Ce n’est que mon humble avis, mais je préconise l’utilisation du préservatif pendant le sevrage, et ensuite en avant pour le stérilet, si tu es toujours partante à ce moment-là… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s