Acné et pilule : comment arrêter de prendre cette daube de pilule sans passer par la crise de boutons et sans devenir une « crazy bitch »? PART 1

Dans le monde de Candide – pensez clip de Lana del Rey ; des mecs torse-poils en jean et des nanas en maillot de bain Eres se lançant des regards langoureux en buvant des Nespressos à la paille et en caressant des petits chatons tout mignons – les filles n’ont jamais entendu parler d’ac… d’ac… de… oula, allez, le me lance… d’ac.. d’acné (ouf, pendant tout un moment je croyais que je n’y arriverais pas!), elles ne prennent pas la pilule (non mais enfin, ce sont des hormones artificieeeels!), elles n’ont pas leurs règles, et encore moins les sauts d’humeur « crazy bitch » qui les accompagnent. Ouais, dans le monde de Candide, on badine avec l’amour, et on se fiche du flacon pourvu qu’on ait l’iPad. C’est sympa le monde le Candide, surtout quand on a 17 ans et qu’on se bat avec nos parents pour que notre petit copain ait le droit de dormir à la maison. En général tout cela se termine par un petit passage chez le médecin, et par la prescription de ce médicament tout rond, tout beau qui va nous permettre de « dormir » avec notre copain sans avoir à craindre l’autre petit passage chez le médecin pour l’autre médicament tout rond tout beau… enfin bref, vous m’avez compris.

1- La pilule et moi, une belle histoire d’amour

ado maquillage

Moi, je l’ai prise à 18 ans. Elle m’a été prescrite par mon médecin traitant parce que je me plaignais d’avoir des « boutons » (je tiens à préciser que ce que je qualifiais de « boutons à l’époque étaient 2-3 rougeurs par ci par là tous les quelques mois qui disparaissaient au bout de 24h), et parce que j’étais mal réglée. Pour faire court: j’ai demandé la pilule, on me l’a donnée. Elle s’appelait Diane 35, et je l’adorais. Ma peau était devenue parfaite, je savais quand mes règles allaient apparaitre, et ne risquais pas une grossesse imprévue, trop cool! Jusqu’ici tout va super super bien…

2- Euh oui… jusqu’au jour où…

3 ans plus tard, mon petit ami et moi rompons, et je décide d’arrêter la contraception. No problèm, me dit-on: au lieu de reprendre ta pilule après l’interruption obligatoire de 7 jours, tu ne la prends pas, et tu retrouveras ton cycle naturel en un rien de temps. Eh hem, bien sûr! Que dalle, oui! Alors, je compte, 28 jours depuis mes dernières règles, et je laisse la nature suivre son cours. Trop cool, j’ai arrêté de prendre la pilule (j’étais soulagée d’arrêter de la prendre parce qu’entre temps j’avais eu le temps de me documenter sur les effets négatifs des pilules telles que Diane 35)! Bon, le 28 ème jour arrive, et pas de règles… mais bon, pas grave, c’est normal, mon corps a juste un peu de mal à se réadapter. Je patiente… 32 jours… 2 mois… 3 mois… 4 mois… 5 mois… 6 mois. « Keuwa?! » Je vous entends de derrière vos écrans. Et oui, j’ai mis 6 mois à retrouver mon cycle, et ce n’est pas tout.

Tout à l’heure je vous expliquais que j’avais commencé à prendre la pilule par vanité (je ne voulais plus jamais avoir de « boutons). Bon, et bien à peu près 3 mois après avoir arrêté de prendre la Diane, j’ai commencé à voir quelques petites rougeurs apparaître sur mon visage. Rho, pas de souci! Mon corps se réadapte à mes hormones naturels (j’étais optimiste!). Sauf que, ces petites rougeurs se sont transformées en grosses rougeurs, et à mesure que les semaines passaient, les grosses rougeurs se transformaient en gros boutons cystiques, et bam, au bout de 4 mois et demi après l’arrêt de la pilule j’étais devenue méconnaissable. Bon, j’exagère un peu, mais pas tant que ça (mes copines sont sympas; elles me disent que ce n’était pas aussi horrible que je le prétends, mais elles avouent que c’était quand même une importante inflammation, et qu’elles ne m’avaient jamais vu dans cet état). Donc récapitulons: j’arrête ma pilule, ma gynéco me dit que tout va se remettre en place sans souci, mais je ne retrouve pas mon cycle, et mon visage est recouvert d’acné. Apart ça, la pilule ne détraque pas le cycle naturel !

effets Diane 35

3- Un cercle vicieux

S’en suit une longue période de temps durant laquelle je n’ose pas arrêter la contraception orale. Je passe de Diane 35 à Jasmine – ma gynéco m’assure que ça se vend « comme des petits pains » aux USA. Étant trop flippée pour questionner ses dires, j’entame cette nouvelle plaquette illico. Puis, une après-midi, en juillet 2006 (j’avais 23 ans), alors que je fais du shopping, je sens que je peine à respirer. J’attribue ce malaise à la chaleur, et je continue mes achats. Un peu plus tard, je me trouve dans un autre magasin, climatisé pourtant, et la même sensation me prend, cette fois-ci accompagnée d’une légère gène dans la poitrine. Je suis entrain de m’acheter des chaussures. Je m’assieds sur un tabouret en attendant que la gène s’en aille, mais je sens que je peine à respirer et que même si je ne suis pas mourante ce n’est pas normal. J’appelle mon compagnon au téléphone. Il vient me chercher en voiture et me ramène à la maison. Arrivée chez moi, je m’allonge et je bois de l’eau. Je me sens soulagée d’être chez moi mais j’ai quand-même une lourdeur au milieu du dos, c’est discret mais ça ne s’en va pas. Mon compagnon trouve tout ceci bizarre et appelle SOS médecins. Ils envoient le SMUR, qui, une fois sur place, procèdent à un électro-cardiogramme. Ils trouvent le résultat « bizarre » également, et décident de me transporter aux urgences pour des examens plus approfondis.

Pour couper court une longue histoire, ce soir-là j’ai subi des examens cardiaques et veineux qui n’ont débouché sur rien. À ce jour, je ne sais toujours pas pourquoi j’ai été hospitalisée ; les résultats des examens sont restés à l’hôpital malgré plusieurs tentatives de les récupérer aux secrétariats des divers services dans lesquels j’ai subi les tests. Il n’empêche que quand j’ai évoqué l’incident lors d’une visite de contrôle chez ma gynéco, sa première réaction a été de nier la possibilité d’une réaction à ma pilule contraceptive, puis de me prescrire la pilule « d’en dessous », appelée Jasminelle, qui « contient moins d’hormones » que celle que je prenais au moment du malaise, Jasmine. Je me rends compte à ce moment-là qu’en fait ma gynéco tâtonne ; elle n’en sait pas plus que moi sur les dosages des pilules qu’elle me prescrit. Je ne peux pas lui en vouloir, mais je reste inquiète ; si le spécialiste ne connaît pas les vrais effets secondaires des nouvelles pilules, alors qui les connaît ? Et alors, si personne ne connaît les risques encourus par la prise de ces contraceptifs, que suis-je si ce n’est un cobaye ? Et si je suis un cobaye, et que personne ne peut m’informer sur les effets secondaires, alors je ne saurai jamais pourquoi, alors que j’avais 23 ans, que j’étais jeune, active, et heureuse, j’ai dû être transportée en urgence à l’hôpital pour un problème cardiaque. Il n’empêche que j’ai une petite idée de ce qui s’est passé ce soir-là. Je ne peux pas l’affirmer avec certitude, mais je suis persuadée que j’ai fait partie des 2500 femmes qui, tous les ans, ont un malheureux « accident » lié à la prise d’un contraceptif oral.

Je ne suis pas morte ce soir-là, et le lendemain j’ai repris le travail comme si de rien n’était. J’ai même continué à prendre Jasminelle pendant quelques années, parce que sur le coup j’ai suivi le conseil des médecins qui était de « ne pas se soucier » de cet événement isolé. Ce n’est que plus tard, début 2012 que j’ai commencé à me renseigner sur l’utilisation des contraceptifs oraux. Ce que j’ai trouvé n’était guerre réjouissant. D’ailleurs, en janvier 2013, lorsque tous ces scandales liés à la pilule commençaient à paraître au grand jour, cela faisait plus de 6 mois que j’avais arrêté ma pilule suite aux recherches que j’avais effectuées. J’étais, comme la plupart des femmes, je suppose, très heureuse de voir que l’on commençait à considérer ces 2500 « accidents » comme des vrais problèmes médicaux et non plus des simples « cas isolés ». On dira ce qu’on voudra sur les statistiques, il n’empêche que ça remet tout de suite les choses en perspective. En effet, tous les ans en France, 20 femmes décèdent suite à la prise d’une pilule contraceptive. 20 femmes, les gars, « allo quoi » !

pilule

4- Pourquoi arrêter

En ce qui me concerne, j’ai arrêté la pilule pour plusieurs raisons. Tout d’abord, j’avais l’impression de ne plus connaître mon corps. J’avais 29 ans, et j’avais passé plus de 10 ans sous pilule. Quand je l’avais prise pour la première fois, en 2001, mon cycle était très irrégulier. Peut-être était-il toujours aussi irrégulier ? Peut-être n’arriverai-je jamais à concevoir un enfant ? Et puis, ces questions d’embolie pulmonaire… tout ce que je lisais en ligne sur « Yaz », l’équivalent anglophone de Jasmine, ne me rassurait pas. J’avais 29 ans, et je ne supportais plus l’idée de mettre des hormones synthétique dans mon corps. Je payais entre 25-37 euros tous les 3 mois pour un médicament que je soupçonnait d’avoir été à l’origine d’un malaise quelques années auparavant. Je me sentais esclave. J’en avais marre. Je ne comprenais plus cette histoire de féminisme : la pilule rend libre, elle permet de s’épanouir sexuellement, bla bla bla. D’après moi et mes copines, la pilule était surtout dangereuse, chère (la plupart du temps à nos frais, merci le féminisme), elle pouvait rendre stérile, et chez de nombreuses femmes elle avait un effet négatif sur la libido… euh, quelqu’un a dit « féminisme » ?

J’avais envie d’en finir avec cette daube, mais que faire ce cette crise d’acné post-pilule ? J’en avais la chair de poule. Une amie à moi venait de faire la redoutable expérience post Diane 35. Elle en était sortie traumatisée : perte de cheveux, acné à ne plus savoir quoi en faire, sauts d’humeur, mais elle a été courageuse et elle n’a jamais cédé à la tentation de la reprendre. Les dérèglements hormonaux ont duré entre 6 mois et 1 an, mais ensuite tout est rentré dans l’ordre, et aujourd’hui elle a une superbe peau et elle a retrouvé sa chevelure splendide. Mais rien qu’à l’écouter me raconter tout cela j’avais les mains moites. Il fallait que je trouve un autre moyen de me sevrer de cette pilule. Ma copine avait arrêté sa plaquette du jour au lendemain, mais clairement cette méthode (préconisée par les médecins pourtant) n’était pas efficace contre l’acné et les dérèglements endocriniens. J’ai décidé d’emmerder les médecins et de n’en faire qu’à ma tête, après tout, c’est en partie à cause de l’ignorance de ma gynéco que j’ai fini à l’hôpital, pourquoi lui ferais-je confiance ?

desintox

5- La cure de desintox

Première étape : reconnaître qu’on est une droguée. La pilule est une drogue légale, certes, mais elle ne reste pas moins une drogue. Notre corps s’habitue à ne pas produire des hormones naturels, et peu à peu il devient « accro » à ces substances artificielle.

Deuxième étape : s’informer. Savez-vous ce que contient votre pilule ? Souvent elle est fabriquée à partir d’urine de cheval. Vous trouvez ça dégueu ? Vous avez raison, c’est dégueu. Connaissez-vous les statistiques en rapport avec le cancer du sein et la pilule ? Connaissez-vous le taux d’infertilité suite à une prise prolongée ? Connaissez-vous les différentes pilules, et savez-vous dire à quelle « génération » elles appartiennent ? Et plus important encore, connaissez-vous le fonctionnement de votre corps ? Qu’est-ce qu’une phase folliculaire, lutéale ? Connaissez-vous le nom des hormones responsables de l’ovulation ? Bref, qu’en savez-vous à propos de votre corps ? Perso, j’avais beau connaître plein de choses sur la santé et la nutrition, mes connaissances en matière de cycle féminin étaient minables. Et plus je me cultivais, plus j’avais la rage, car je me rendais compte de ce que j’avais mis dans mon corps pendant des années. Et plus j’avais la rage, plus j’avais envie d’en finir avec la contraception orale.

Dernière étape : élaborer une stratégie. Moi, j’ai décidé de me sevrer de la pilule petit à petit. J’ai décidé de réduire la dose graduellement. Je suis partie du principe que ce qui était à l’origine des troubles hormonaux était bel et bien le changement brutal ‘pilule – pas de pilule’, alors j’ai décidé de l’arrêter progressivement. J’ai acheté un cutter à papier, et chaque mois, pendant 6 mois, j’ai graduellement coupé ma pilule de sorte à réduire le dosage lentement. Pendant 2 mois, j’ai pris 3/4 de la dose, puis 1/2 de la dose pendant 2 mois, puis 1/4 de la dose pendant 2 mois. Au total, j’ai mis 6 mois à me sevrer. Ce n’était pas évident à couper les comprimés. Je respectais toujours l’arrêt de 7 jours entre les plaquettes, et bien entendu, j’utilisais d’autres moyens de contraception, car le fait de réduire la dose prescrite m’exposait à une grossesse non-désirée.

6- Est-ce que ça marche ?

ça marche!

Oui, oui, et re-oui ! Mon cycle était un peu détraqué pendant les 6 mois de sevrage, mais j’ai retrouvé un cycle tout à fait normal après avoir arrêté pour de bon en juillet dernier. Côté acné, je n’ai jamais eu le moindre bouton durant tout le sevrage et par la suite. Aujourd’hui, cela fait presque un an que je ne prends plus de contraception orale et ma peau est superbe. De plus, j’ai mes règles tous les mois.

Les filles, si vous êtes intéressée pour en savoir plus sur comment j’ai fait, laissez-moi un commentaire ou envoyez-moi un message privé. Je serais ravie de vous donner plus de détails. J’ai la rage contre le système médical, et je serais plus qu’heureuse de vous aider à vous libérer de cette daube ! Bonne chance, les nenettes !

Christelle

N’oubliez pas de suivre ce blog pour être informé(e) par mail dès qu’un nouvel article paraît

Publicités

235 réflexions sur “Acné et pilule : comment arrêter de prendre cette daube de pilule sans passer par la crise de boutons et sans devenir une « crazy bitch »? PART 1

  1. Superbe article ! il m’a vraiment touchée !

    J’ai pris Nuvaring ( anneau contraceptif) à 19 ans , quand j’ai rencontré mon premier copain. Je le regrette amèrement. Car j’ai l’impression de ne plus être moi même : quelque mois avant l’anneau, j’avais commencé un régime , je perdais du poids et je suivais un traitement à base de plantes pour la peau : tout s’améliorait, j’avais confiance. J’ai pris l’anneau, TOUT a continué à s’améliorer, mais dans ma tête, tout est dû à l’anneau . Puis, au bout d’un an de prise d’anneau, j’ai regardé mon bilan sanguin : augmentation du cholestérol ( j’en avais jamais avant ) , glycémie fortement augmentée et triglycérides qui ont quasiment quadruplé ! j’en parle à ma gynéco qui m’envoie gentiment me faire voir : je ne dépasse aucune des limites supérieures, c’est bon ! ( en gros :  » attendons que vous ayez un problème qui se déclenche au lieu de l’anticiper » ) … j’ai essayé de lui demander un diaphragme à utiliser avec spermicides, elle a refusé . Je suis ressortie de là avec mon ordonnance annuelle pour cette merde.

    Et moi aussi , je suis en colère contre les médecins qui n’écoutent jamais ce qu’on dit.
    Aujourd’hui, j’en ai marre, j’ai décidé d’arrêter,je suis responsable et je pense que je saurais éviter une grossesse sans cet anneau. Mais j’ai peur des conséquences sur mon corps : acné, prise de poids, chute de cheveux car ce sont des problèmes que j’ai déjà connus et que j’appréhende de revivre.

    cette idée de se sevrer au fur et à mesure est juste géniale ! Malheureusement, elle est impossible avec l’anneau ( à moins que j’alterne en réduisant le nombre de jours où je le porte au fur et à mesure ? )

    En tout cas, merci de ce témoignage !

  2. Coucou, alors j’ai adoré cet article . Je suis actuellement en arrêt de pilule depuis bientôt deux jours . Je l’ai arrêté car j’avais des saignements entre les les règles ( deuxième semaine de la plaquette) et je me suis rendue compte que j’avais eu quelques oublis, et d horaires ( ce qui ne m arrive jamais, et ça va faire des années que je prends la pilule) . J’ai commencé avec une pilule dont je ne me souviens pas le nom, parfaite je me sentais bien et pas l’impression de la prendre du tout, puis Leeloo depuis Aout dernier soit un an . Et depuis chaque mois j’ai commencé a ressentir comme un vide, quelque chose qui me manquait, la gynécologue m’a dit que c était juste un problème hormonal donc rien de grave c’était la bonne . Mes saignements sont devenus y a quelques mois marrons foncés en début de règles, puis rouge vif etc . Et il y a quatre jour, pendant ma plaquette j’ai eu ça, et une amie à moi prenait Leeloo et a eu ce genre de soucis . Je l’ai donc arrêté net . Depuis, début de règles normal après arrêt, mais rien de spécial quoi a signaler . Hier soir, maux de tête incroyable et sortent de bouffées de chaleurs .. J’ai fait du sport, cela explique peut être les rhumatismes et ce matin au réveil : maux de têtes, bouffées de chaleurs, vertiges importants . Je sens le changement opérer en moi, mais je pensais pas qu’en arrêtant la pilule net, ça irait jusque la . Peut être ai je attrapé froid ( ce dont je doute fort ), mais au moins je sais que je vais rétablir mon corps . Je suis quand même un peu hébétée . J’ai demandé conseil on m a dit : GYNECO ( en Août les gars — » ) j’ai appelé le centre gynécologique je sais plus quoi  » Veuillez rappeler nous n avons plus de gynécologues disponibles :O :O De ma ville pas de rdv avant Septembre .. Autour, aucune nouvelle . J’ai appelé le Planning familial qui m’ont un peu rassurée sur les saignements . MAIS, depuis hier, les symptômes empirent jai eu un spot énorme sur la joue !!!! si vous aviez des commentaires .. Conseil quelques choses .. Merci beaucoup !

    • Salut Thea,

      Je viens aux news depuis ton commentaire… comment s’est terminée cette histoire? Du coup as-tu repris une plaquette, ou es-tu en mode naturelle?
      Oui, les saignements entre les plaquettes de pilule sont très fréquents et souvent pas du tout graves. Il s’agit d’un problème de dosage… le corps s’habitue à un certain seuil d’hormones artificielles, et en deçà de ce seuil il considère qu’il est temps de passer en mode « règles », donc on peut perdre un peu de sang. Sous Jasminelle ça m’arrivait pas mal. C’était saoulant d’ailleurs.

      je te souhaite plein de courage! 😀

      • Avec beaucoup de retard ..
        alors depuis que j’ai posté ce commentaire, au naturel ça me fait un bien fou, je n ai plus aussi mal au ventre qu avant au contraire ! Mes émotions sont par contres bien plus vives je peux pleurer pour pas grand chose .. Malgré cela, le reste j’ai l impression de respirer de nouveau et naturellement , j’ai du prendre la pillule du lendemain deux fois en peu de temps mais malgré cela aucun soucis . Pas de règles après, quelques effets secondaires après l,arrêt de pillule ( nausées, fatigue, fièvres, vertiges ) plus de saignements hors règles mais une baisse de libido légère a cause de la pilule du lendemain par contre .
        d ailleurs pour leeloo une collègue a moi l a prend, elle a dus arrêter de travailler a cause des saignements elle était pale et menaçait sérieusement de s évanouir..
        d autres part, j avais pensé au stérilet mais une autre collègue a moi m a vivement déconseillée car elle l a fait et s est retrouvé ménopausée a 35 ans ..Qu en pensez vous ..?
        merci d avance !

  3. Bonjour!

    Merci pour cet article. Ça me rassure! J’ai arrêté ma pilule du jour au lendemain il y a 8mois (j’étais sous Jasminelle) et après une prise de poids (« moi non ce n’est pas l’arrêt de la pilule, c’est parce que vous mangez trop » me disait ma gyneco… -_- ) et une augmentation de ma pilosité….. J’ai désormais une peau affreuse avec plein d’imperfections… Me voilà donc un gros Chewbacca boutonneux… Et accessoirement je n’ovule plus et j’ai du avoir mes règles que 2fois depuis mon arrêt… (Ça n’a pas l’air d’inquiéter ma gyneco plus que ça…)
    Je n’en vois pas le bout…. Tout rentrera un jour dans l’ordre? Y a t’il des filles qui sont dans le même cas et chez qui tout c’est arrangé?

    Merci beaucoup

  4. @Cha : est ce que tout commence à rentrer dans l’ordre? Tu as vraiment pris beaucoup de poids ? Tu as réussi à stabiliser au moins ? je dois arrêter ce mois ci ma contraception et j’ai du mal à me préparer à ressembler à un « gros chewbacca boutonneux » …..

    • Bonsoir Marie,

      Pour le moment tout n’est pas vraiment rentré dans l’ordre. (Faut dire que ça faisait au moins 10ans que je prenais ma pilule.) mais je ne désespère pas! J’ai toujours des cycles à rallonge! Et pas d’ovulation.
      Côté poids j’ai pris 5kg (dans les deux mois qui ont suivi l’arrêt) et particulièrement du ventre. Ça commence à se stabiliser. J’ai réussi à « dégonfler » mais pas autant que je le souhaite. Côté pilosité…. ça ne s’arrange pas vraiment! (J’ai une carte fidélité chez l’esthéticienne!! 😉 ) et maintenant je remarque que mon acné augmente. C’est par période.

      Mais n’oubli pas que chacun réagit différemment. Une de mes amie a perdu du poids en l’arrêtant (Grrrrrr!!) et une autre n’a vu aucun changement.

      Alors certe je « galère » un peu mais au moins je n’ai plus à prendre ces hormones. Et il y a du bon! Plus de migraine, plus de fatigue et plus de sautes d’humeur! Honnêtement, depuis mon arrêt de pilule je me sens bien. Même si j’ai 2 ou 3 kg en trop je me sens vraiment mieux dans ma peau et dans ma tête. J’ai la pêche!! 😀

      Très bonne soirée

      • Perso, apres 10 ans de Diane et Jasmine, j’ai arrete a causes de maux de tete et mauvaise circulation:
        1 ere année: peu tres grasse et spots de folie sur le cou/visage et dos. Par contre j’ai surveille mon alimentation et n’ai utilise aucun pdts dermatos pour ne pas abimer encore plus ma peau.
        Patience a fini par payer: apres 18 mois tout est revenu normal.
        Pdt ces 18 mois j’ai pris sur moi et ca a fini par payer.
        Il faut laisser le temps faire les choses sinon on ne sort jamais du cycle infernal.

      • Bonjour à toutes !

        Cha et France j’ai exactement la même chose que vous!
        – J’ai pris la pilule pendant 10 ans, Diane 35. Je l’avais pris au départ pour calmer des règles très douloureuses et pour l’acné (situé exclusivement sur le menton à l’époque).
        – Arrêt de la pilule il y a un an à cause de problèmes de circulation sanguine (causée par cette même pilule…Grrr du coup bonjour les bas de contention à 25ans) et pour diverses raisons, l’une de mes plus proches amies a fait une embolie pulmonaire à cause de cette merde qu’on nous prescrit… entre autre…

        A l’arrêt de la pilule, j’ai été tranquille pendant 3 mois. Puis, petit à petit, les hormones ont repris leurs droits ! Boutons partout, surtout 6 mois après l’arrêt, prise de poids, c’était terrible. Et un acné différent car il se trouvait surtout sur les joues (et toujours le menton), mais aussi le buste alors que j’en avais jamais eu à ces endroits.
        1 ans après le bilan : j’ai toujours de l’acné, surtout sur les joues, ce ne sont plus des gros boutons douloureux mais des petits boutons sous la peau (mais quand même bien visibles et rouges, avec des reliefs). J’ai un peu dégonflé mais je me suis mise au sport donc je ne sais pas identifié le lien de cause à effet. Le plus impressionnant est la pilosité, j’ai de la moustache alors que je n’en n’ai jamais eu de ma vie. C’est très dérangeant. Mes poils poussent deux fois plus vite et nombreux… Je pense à l’épilation laser.

        J’hésite parfois à reprendre la pilule, du moins un demi cachet pendant 2 mois puis un 4 de cachet ensuite… Qu’en pensez-vous ? Quels seraient vos conseils ?

        Merci de vos retours =D

      • Coucou Chloé, je suis désolée de te répondre aussi tardivement (je ne suis pas chez moi donc difficile de répondre en temps réel). Pourrais-tu me donner des nouvelles depuis ton dernier commentaire? On peut donner un coup de pousse à ton corps de façon tout à fait douce et naturelle…
        Tu mentionnes une pilosité excessive, ce qui me ferait penser de prime abord à un excès d’androgènes – ou à un déséquilibre entre les androgènes et les autres hormones sexuels. Ceci est très fréquent après une longue prise de Diane 35.
        Perso, je me pencherais sur 2 axes de guérison: 1) le foie, afin de bien detoxifier l’organisme de l’accumulation d’hormones, et 2) le rapport sucre-fabrication excessive d’androgènes. Je t’envoie une grosse bise de soutien et n’hésite pas à nous donner des nouvelles sur le blog. 🙂

  5. Bonjour,
    Serait-il possible d’avoir un peu plus de détails par mail sur votre « sevrage » de la pilule ?
    En effet, j’ai des microkystes suite à un changement de pilule (…) et je souhaiterai me débarrasser de ces microkystes de façon naturelle et surtout arrêter toutes ces hormones !
    Merci d’avance de votre réponse !

  6. bonjour,
    je souhaite arrêter la pilule Yaz et ai déjà vécu des arrêts après avoir pris Diane 35 pendant des années et en effet, il y a un effet « rebond » de l’acné. je vais tester votre méthode de sevrage car il faut bien appeler un chat , un chat. >merci pour ce partage !

  7. Ping : J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 2 : le sevrage progressif | Bio Pas Cher

  8. Salut je voulais te partagée mon petit voir gros souci j’ai un problèmes hormobal d’après mon médecin donc je suis passer de minidrill a jasmine mais en parallèle je prend des médicaments pour soigner mon acne dit « hormonale » je me demande si ce n’est pas a cause de toute ces pilules et j’aimerais arrête de prendre la pillule mais j’ai peur d’avoir un poussée d’acné 😔 j’aimerais donc avoir ton avis la dessus et si tu peux me conseiller pour arreter la pillule progressivement comme tu la fais et me dire comment tu a fais pour évite la poussée d’acné ! Mercii

  9. Bonjour

    Merci beaucoup pour toute ses infos !
    Je suis très intéressée par ce sevrage de diane. ..
    Ici je prend diane depuis 8 mois !
    Car bcp d acné depuis la pose d un stérilet mirena ! J ai commencé à avoir des boutons 2 mois après la pose du sterilet que j ai enlever au bout de 4 mois et ça a continué malgré le retrait donc j ai pris diane… que je souhaite arrêter …. je vais commencer par 1/2 comprimé voir ….. peux tu me donner des infos … merciiiii

  10. salut, moi aussi je voudrais arrêter ma pilule parce que ça me saoule un peu de devoir prendre 1 comprimé hormonal chaque jour et que j’oublie parfois..et dis moi comment as tu fait pour diminuer la dose de 3/4 ? ok pour couper un comprimé (je vais essayer) en deux et n’en prendre qu’une moitié c’est ça par jour ? Et après comment fais tu ? merci pour ton article en tout cas 😉 et pour ta future réponse.

    • Coucou Déborah,

      Pourrais-tu être plus précise dans ta question? Je serais ravie de te répondre mais je ne suis pas certaine de bien comprendre ce que tu souhaiterais savoir… 🙂

  11. Bonjour,
    Merci pour ton article, je suis un peu dans le même cas que toi. J’ai arrêté ma pilule jasminelle début août 2014 (prise depuis plus de 10 ans), j’ai eu mes régles début septembre et ensuite plus rien et pas enceinte. J’ai pris Duphaston fin Octobre, mes régles sont venus au bout de 2 jours. Et ensuite j’ai attendu d’avoir mes régles jusqu’au 24 décembre où ma gynéco m’a dit de reprendre duphaston sauf que là j’ai arrêté duphaston depuis 10 jours et toujours pas de retour de régles…je m’inquiéte et ne comprends pas pourquoi ça ne revient pas naturellement, je suis désespérée :-(….

    • Coucou Élise,

      Je comprends. La prise de pilule sur le long terme peut effectivement avoir un effet sur le cycle et provoquer des dérèglements. Premièrement, pas de panique – cela ne fait pas longtemps que tu as cessé de prendre la pilule, et en plus entre temps tu as eu recours au progestatif synthétique (c’est une hormone de synthèse tout comme la pilule) – Duphaston – ce qui n’a certainement pas aidé ton corps à se remettre en route tout seul.

      Tout d’abord il faut savoir que ton corps cherche à tout prix à retrouver l’équilibre, et, à condition d’avoir bien éliminé les maladies graves telles que des tumeurs aux ovaires ou à l’hypophyse pouvant éventuellement inhiber le cycle, il faut te rassurer sur le fait que ton corps oeuvre en continu pour essayer de retrouver l’homéostasie. Je crois donc que la première démarche à faire en direction de l’équilibre est d’accepter que ton corps est ton ami et ton allié, et non pas une sorte de machine qui t’est inconnue.
      Ceci dit, bien sûr, il y a des choses que l’on peut faire pour donner un coup de boost à ton organisme et l’aider à retrouver la stabilité. Mais c’est un travail dit ‘holistique’ (c’est à dire que l’on considère le corps comme un tout). La prise d’hormones telles que le Duphaston peut peut-être ‘marcher’ à court terme car elle déclenche les règles (et encore, comme tu peux en témoigner, ça ne marche pas toujours), mais elle ne permet pas au corps de fonctionner tout seul à moyen/long terme.

      Pour qu’un corps fonctionne normalement il faut lui donner des conditions optimums, en l’occurrence une hygiène de vie impeccable. Et quand je dis ‘impeccable’, j’entends ‘hyper clean’. Une fois que ton cycle sera revenu, et que tu auras retrouvé l’équilibre hormonal tu pourras te permettre quelques écarts de temps en temps – un petit verre d’alcool par-ci, une cigarette par-là, des aliments sucrés ou industriels, une nuit blanche, etc… (je n’encourage pas ce style de vie, attention, mais je dis que ce n’est pas trop grave de faire des écarts occasionnels lorsque le corps fonctionne bien naturellement). Mais pour l’heure, ton corps est entrain de cravacher pour retrouver la normalité. Il a besoin d’un minimum de stress et d’un maximum d’amour et de sérénité. On peut l’aider en adoptant une stratégie multi-facette:

      – La digestion : La pilule contraceptive a tendance à attaquer la flore intestinale et à inhiber l’assimilation de certains nutriments essentiels au bon fonctionnement du cycle tels que les vitamines du groupe B. Mon premier conseil serait de te procurer des probiotiques en pharmacie afin d’aider la flore intestinale (et vaginale) à se re-peupler. Je recommanderais également une bonne multivitamine avec des minéraux pour bien t’assurer que tu ne souffres d’aucune carence.

      – L’alimentation : Aujourd’hui dans les supermarchés on a accès à tout ce qu’on veut, et tout est beau et joliment empaqueté, mais on n’a jamais aussi mal mangé. La viande et les produits laitiers issus de l’agriculture intensive sont bourrés d’antibiotiques et d’hormones de croissance, et lorsqu’on ingère ces substances on ne se rend pas compte que l’on contribue à nos propres déséquilibres hormonaux.
      La première chose à faire, à mon sens, si tu comptes consommer des produits animales (perso, j’évite un max) serait d’en consommer (beaucoup) moins que la moyenne, et de favoriser les produits issus de l’agriculture biologique ou locaux (dont la traçabilité est claire) afin de ne pas surcharger l’organisme qui est déjà entrain de se fatiguer pour essayer de tout ré-équilibrer.

      Pareil, lorsqu’on essaye de rééquilibrer ses hormones il est conseillé d’éviter de consommer trop de produits industriels de type gâteaux/confiseries/chips, etc. Ces aliments contiennent beaucoup de substances chimiques nocives pour le corps, qui essaye déjà de retrouver l’homéostasie…

      – L’activité physique : Le système lymphatique ne circule que quand on bouge, et c’est la lymphe qui fonctionne main dans la main avec le sang pour acheminer les nutriments vers les cellules et pour débarrasser les cellules des substances dont elles n’ont pas besoin. Le coeur permet de ‘pomper’ le sang par tout l’organisme, mais la lymphe n’a pas de ‘pompe’ pour accélérer son transport dans le corps. Plus on est active, donc, plus cela nous permet de booster notre système lymphatique. En cas de déséquilibre hormonal ou d’excès de toxines dans l’organisme, la lymphe sera le ‘conduit’ pour éliminer ce qui nuit à l’organisme, et ça c’est très bon pour guérir l’acné.

      – Le stress et le sommeil : Les mannequins professionnels le savent très bien ; 7-9h de sommeil/nuit est le minimum syndical pour permettre au corps de se ‘réparer’. Le corps ne ‘dort’ jamais. Il est constamment entrain d’oeuvrer pour que nous ayons une santé optimale. Le repos est une étape obligatoire dans le processus de ‘guérison’, et c’est à nous d’en faire une priorité absolue.
      Pareil, le stress influe énormément (et je ne saurai pas le répéter assez – j’ai moi-même vu mon cycle s’améliorer de façon presque miraculeuse lorsque j’ai retrouvé la sérénité émotionnelle) sur les hormones. La cortisone est l’hormone du stress, et lorsque nous sommes stressées en continu le corps se sert de la progestérone pour fabriquer des quantités plus importantes de cortisone… et on sait que la progestérone est la principale hormone de la deuxième phase du cycle féminin, d’où le lien étroit entre stress et cycle détraqué…

      En gros, ce que j’essaye de dire c’est que ton ‘aménorrhée’ peut être due à plusieurs choses, et à condition d’avoir bien éliminé d’autres facteurs graves tels que des tumeurs ou autre je pense que c’est juste une question de temps et d’hygiène de vie. En adoptant un style de vie hyper sain et clean, en faisant un peu de sport, en dormant assez, et en réduisant le stress dans ta vie, ton cycle devrait survenir assez rapidement. N’oublie pas que la pilule a masqué ton cycle naturel pendant 10 ans… ton corps doit réapprendre à fonctionner tout seul. Il faut être tendre avec lui 🙂

      Par ailleurs, je fais un petit aparté pour adresser l’influence du poids sur le cycle – le surpoids ou le sous-poids peuvent provoquer des aménorrhées… parfois il suffit de perdre ou prendre quelques kilos pour retrouver un cycle régulier…

      Et pour terminer, si vraiment tu te sens désespérée et que tu as l’impression que ton hygiène de vie est nickel, tu pourrais toujours envisager de prendre un complément alimentaire appelé Herbe de Chasteté ou Vitex, ou Gattilier (c’est la même chose) à raison de 400mg/jour. C’est une plante qui ne contient aucune hormone, simplement elle agit sur l’hypophyse, et elle est utilisée depuis le moyen âge pour améliorer les troubles du cycle. Certaines femmes disent en ressentir les effets dès la première semaine d’utilisation, mais pour la majorité l’efficacité est surtout rapportée après plusieurs mois de prise. Pour ma part, j’en ai pris pendant 1 an après mon sevrage de pilule, et j’ai trouvé ça très bien. À méditer donc…

      Voilà ma belle, n’hésite pas si tu as besoin d’autres renseignements.
      Plein de courage pour la suite!

      • Bonjour Christelle,
        Merci beaucoup pour ta réponse très détaillée! Cela m’aide beaucoup et peut être qu’en te donnant plus de détails tu vas pouvoir m’orienter/me conseiller encore davantage. Je suis contente que tu puisses prendre le temps pour me conseiller car j’en ai vraiment besoin.
        Depuis que j’ai arrêté, j’ai eu des pics d’acné, c’est à dire qu’à des périodes je me retrouve attaqué par l’acné alors que d’autres où je n’en avais presque plus sans trop savoir pourquoi. J’ai fait un voyage de 3 semaines en Asie en Novembre, j’ai mangé que des produits non transformés et j’avais l’impression de mieux me sentir, en rentrant j’ai décidé d’éviter au maximum la consommation de produits transformés, alors il est vrai que je n’achéte pas BIO mais je mange le maximum de produits que je cuisine moi même (à l’exception des yaourts aux fruits), idem niveau viande j’évite de consommer trop de viandes car je ne suis pas fan et j’essaie d’appliquer la régle d’en manger pas plus d’une fois tous les 2 jours. Pour le reste je ne fume pas, je bois quelques fois le week end mais en faible quantité, je mange en revanche pas mal de produits laitiers (fromage, laits) et du chocolat aussi!
        Niveau activité physique, 2014 a été une année assez intense car j’ai fait 2 semi-marathons et trails, je faisais énormément de sport jusqu’à l’arrêt de la pilule, ensuite on a décidé de fonder une famille avec mon conjoint (d’où l’arrêt de ma pilule) donc j’ai diminué l’activité sport, je continue juste du sport en salle (peut être tu connais les cours les mills, j’en fait 4 à 5h par semaine en moyenne avec 1h30 cardio, 1h de danse, 1h d’étirements, yoga et 1h abdo-fessiers renfo musculaire) et à coté les week-end on fait de la rando et marche quand il faisait encore assez chaud! J’avoue que j’ai pensé aussi que trop de sport pourrait enrayer au bon fonctionnement, donc j’ai décidé de diminuer ça a été un peu dur au début mais si je dois encore plus ça me manquerait…surtout que le sport est bon pour le stress et je me sens si bien après une séance! Niveau poids je n’ai ni pris et ni perdu, je dirais que mon corps qui était plus gras avant s’est transformé en muscles, je fais un poids moyen (60kg) et une taille moyenne (1m69).
        Niveau boulot, pas mal de stress, quelques déplacements, je vais soit sur la Belgique justement depuis août, mais ce n’est pas ce que je recherche vu notre projet BB…du coup c’est assez compliqué car si je change de boulot cela retarde d’autant plus notre projet et si je reste je dois accepter de bouger…donc difficile d’être zen tout le temps!
        Sinon ma gynéco m’a prescrit de l’acide folique, que je prends depuis le mois de novembre mais vu que je n’ai toujours pas de cycle je sais pas si c’est bon ou si je dois continuer car apparemment c’est bien d’en prendre pour que l’ossature du bébé soit suffisamment robuste. Parallélement, elle m’a prescrit aussi de l’homéopathie « Puschilla » que je dois prendre une fois par semaine jusqu’à l’arrivée des régles, j’ai commencé la semaine dernière mais pareil, est ce vraiment bon?
        Autre point à mon retour de voyage en Asie j’ai pris ma courbe de température pour voir quand j’allais ovuler et enfait je me suis rendu compte que ma courbe ne montrait aucun pic d’ovulation. Est ce que tu penses que je peux tout de même ovuler même si mon cycle n’est plus là ? A priori je dirais que non vu que pour moi tout est lié.
        J’oubliais niveau historique, j’ai arrêté la pilule en 2007 pendant 3 mois et je n’ai pas eu mes régles à l’époque ça ne m’a posé aucun soucis car je n’avais pas de projet bébé et j’avais repris duphaston justement ensuite et enchainé sur la pilule derrière.
        Merci de ton retour,
        Bonne journée,
        Elise

  12. bonjour à toutes, enfinnn un espoir pour arreter jasmine…. j’ai essayé 3 fois et j’ai du vite la reprendre car dès le 1èr mois d’arret visage remplie de microkystes c’est fou à la vitesse ou ca pousse ces machins la… quoi qu’il en soit je suis sous jasmine depuis 10ans… je vais donc commencer le sevrage du à un projet bébé… j’ai parcourue le blog en fond et lu tt les commentaires pris des notes… cependant je m y suis perdue… peut etre trop d info… pour débuter mon sevrage dès le mois prochain, j’ai déjà arreter les produits laitiers, les sucreries je n’en suis pas fan… je met juste du sirop d agave le matin ds mon café…. je mange asser sainement… j’ai acheter un probiotique en magasin bio pour bien commencer mon sevrage.. je me suis acheter une multivitamine pronatal vu que j’ai un projet bébé donc je pense avoir toutes les vitamines nécéssaire dans cette multivitamine… je me suis acheter le DIM car j’ai tendance à faire quelques boutons à l ovulation, le gatillier pour la fin de sevrage… mais la ou je ne comprend pas très bien c’est que vous conseillez de bien preparer son foie avec des tisanes (sauge, achillée) mais d autres disent qu il faut attendre la fin de sevrage donc que faire pour aider le foie à ce sevrage??? help

    • Salut Délia,

      Bienvenue sur le blog! 🙂 Alors, en fait il n’y a vraiment pas de ‘règles’ concernant le sevrage. On peut très bien arrêter sa pilule progressivement en ne prenant aucun complément alimentaire. Perso, je conseille de ‘préparer le terrain’ avant de commencer à réduire la dose d’hormones simplement pour donner au corps des conditions optimums pour fonctionner de façon autonome, mais on n’est en aucun cas *obligée* de suivre tous ces conseils. Ce qui compte c’est d’être à l’écoute de ton propre corps.

      Les tisanes en question sont surtout recommandées lorsqu’on veut donner un petit coup de main au foie. Il faut savoir que le foie est un organe d’élimination, et c’est par lui que passent les substances que l’on ingère, y compris les médicaments et les hormones de synthèse. Il peut être bon de boire des tisanes dépuratives pour aider le foie dans son travail d’élimination, mais encore une fois, ce n’est pas obligatoire – en fait, ça dépend beaucoup de ton hygiène de vie. Si tu manges sainement, en évitant les aliments industriels, et tu ne bois pas d’alcool il n’y a peut-être pas lieu de recourir à des tisanes ‘détox’. Il y a beaucoup de filles sur le blog qui ne jurent que par les tisanes parce qu’elles trouvent que leur peau bénéficie de l’effet ‘détox’ de ces plantes (les plus populaires étant l’achillée millefeuille et la bardane). Il peut être bon de savoir que lorsque le foie est engorgé de substances toxiques il a tendance à ‘acheminer’ les toxines vers d’autres ports d’élimination, et l’un d’entre eux est l’épiderme… d’où la fameuse crise d’acné qui survient après l’ingestion d’aliments gras et/ou sucrés (et encore, pas chez tout le monde…).

      Voilà, j’espère que tout cela t’a un peu éclairée! N’hésite pas à poser toutes tes questions directement aux personnes concernées car elles sauront te donner plus d’infos personnalisées.

      Bonne chance! 😀

  13. Ping : Comment mettre un terme au cercle vicieux de la Diane35 ? Plus largement – Existe-t-il une manière de se sevrer de la pilule contraceptive ? | RoxaNDCo

  14. Ping : Comment mettre un terme au cercle vicieux de la Diane 35 ? Plus largement – Existe-t-il une manière de se sevrer de la pilule contraceptive ? | RoxaNDCo

  15. Bonjour,
    Ton blog, et surtout tes différents articles sur le sevrage de la pilule sont une mine d’or. Et sont d’ailleurs des plus réconfortant.
    Je suis sous pilule depuis plus de 10 ans, débutée dans le cadre d’une acné treeeeeees sévère et de la prise du Roaccutane (vade retro satanas). Plus de boutons, mais 8kg en plus et des regles douloureuse. J’ai pris de la jasmine, cerazette, leeloo puis diane 35, et maintenant re leeloo, depuis 3ans.
    Il y a 4 ans , j’ai vaguement tenté un arrêt, pendant 6 mois, du jour au lendemain. Comment dire… Comme toi je pense. Une horreur. Entre dépression et irascibilité, de l’acné comme à 15 ans jusque dans le bas du dos, et cette envie irrépressible de fuir tout contact social.
    Depuis un an, je suis passé au bio, au naturel. Seul point noir, cette satané pilule, un carcan chimique dont je pensais impossible de me défaire, acné virulente en épée de Damoclès. Puis je suis tombée sur ton article, et ton idée de sevrage. Tadaaaaaam ! Le saint graal à ma portée, enfin une solution qui n’a pas l’air trop fumeuse.
    Ça fait 2 semaines que je me bats avec mon cutter et mon comprimé de 5mm !
    Et un problème est survenu. Mes règles m’ont fait la surprise de s’inviter en cours de plaquette, comme ça, sans prévenir, histoire de faire un coucou. Est ce une conséquence normale du sevrage, ou est ce moi qui fait n’importe quoi dans mon découpage ?
    Merci d’avance pour ta réponse
    Merci tout court, pour cette lueur d’espoir que tu apportes !

    • Coucou Marion!

      Merci pour ton commentaire et pour tes encouragements. 🙂 Comme je compatis, et comme je peux comprendre ton sentiment d’être emprisonnée. Quand une personne souffre d’acné on a trop vite recours à la pilule contraceptive qui ne fait que masquer les déséquilibres hormonales sous-jacentes.

      À propos du spotting dont tu souffres, il se peut que cela vienne du fait que Leeloo est une pilule faiblement dosée en oestrogène synthétique, et quand on diminue encore plus le dosage le corps se met en mode « règles ». J’ai souffert de spotting également au cours de mon sevrage. C’était agaçant, mais il n’y a rien de grave à cela (à condition que ce soit de cela dont il s’agit, et ça, je ne peux pas en être sûre car je ne suis pas médecin). En principe, une fois la période de sevrage terminée tu devrais retrouver un cycle plus normal et tout cela devrait se résorber.

      En attendant, si tu as la moindre question, suggestion, commentaire, etc., n’hésite pas.

      Bon courage!

  16. Salut à toutes !

    Voilà, j’ai commencé mon sevrage il y a 2 jours (on peut difficilement faire plus récent) mais je rencontre un problème.
    En effet, j’ai de très fortes brûlures d’estomac engendrant aussi des sensations de ballonnements. Les brûlures m’ont quand même réveillée la nuit et empêchée que je me rendorme.

    Comme je suis assez sensible au niveau estomac (c’est de famille) je me demande si c’est dû au fait que je coupe mes comprimés (ce qui du coup abîmé l’espèce de pellicule de protection qu’il y a autour) ou si c’est juste dû à la baisse hormonale.

    Je precise que je prends jasmine depuis 7 ans et qu’elle ne m’a occasionné des effets secondaires que ces deux dernières années (cheveux plus fins et peau toute fine et fragile). J’ai aussi remarqué que j’avais de plus en plus de mal à digérer les aliments et que j’avais plus souvent des nausées. Est ce dû à la pilule, mystère.

    J’ai appelé mon gynéco qui m’a dit qu’il n’avait jamais vu une fille arrêter sa pilule progressivement mais que bon ça ne lui semblait pas risqué. Il m’a aussi dit qu’il ne savait pas d’où provenait les brûlures.

    Donc je me tourne vers vous pour savoir si je suis la seule dans ce cas ou pas ! Si jamais le fait de couper les comprimés me donne des brûlures je pense que je prendrais les comprimés entiers mais un jour sur deux puis un sur trois puis un sur quatre.

    Merci à toutes !

    • Salut Calinette! 🙂

      Bienvenue! Je suis désolée d’apprendre que tu souffres de brulures d’estomac. C’est très difficile pour moi de savoir si cela provient de la découpe de pilule ou si la cause est ailleurs. Peut-être pourrais-tu surveiller ton alimentation (tenir un ‘journal’ de ce que tu manges dans la journée et repérer ce qui pourrait éventuellement provoquer les brûlures). Actuellement, je vis aux USA, et j’ai remarqué que le yaourt ici – même bio, même super haut de gamme – ne me correspond pas du tout. J’ai des brûlures et des nausées à chaque fois que j’en mange. Bizarrement, la glace hyper grasse et sucrée ne me fait rien du tout, ni le fromage… juste le yaourt ici, alors qu’en France j’en mangeais tout le temps sans problème… Voilà… il se peut que ce soit un aliment introduit récemment qui t’importune… à surveiller. Et, bien sûr, si tu constates que ça vient de la pilule, alors effectivement tu pourrais peut-être songer à te sevrer autrement.
      Je t’envoie une bise de courage! Tiens-nous au courant miss!

  17. Bonjour Christelle
    Je suis contente d’être tombée sur ton site
    Alors voilà mon histoire
    J’ai 25anset sous pilule pendant 10 ans … Cause acné, malgré la pilule j’ai fais quand même 2 cures de roccutane sans succès , certaines pilules ont franchement amélioré ma peau mais c’était d’autres effets secondaires comme migraines perte de libido , kg en plus et j’en passe
    Bref mon esprit surtout ne supporte plus la pilule c’est vraiment une grosse daube tu as raison , ça ne fait que camoufler un pb en surface …!
    Donc j’arrête la pilule l’an dernier, (j’avais plus de boutons grâce à ma dernière pilule) et je passe au stérilet au cuivre et là, rechute de fou mais cette fois en acne inflammatoire , je garde le stérilet 6 mois et j’arrête …
    Donc voilà je me retrouve pleine de boutons et je ne prend plus rien .
    Je suis allée voir une endocrino aujourd’hui qui veut me mettre sous traitement hormonal (qui du coup devient une contraception même si ce n’est pas sa vocation première à la base: elle veut me passer sous Estreva + luteran )
    Franchement je suis complément perdue je me demande comment mes boutons vont partir et je ne sais plus quoi prendre ni que faire …
    Et ce traitement hormonal je sais pas j’ai peur que tout revienne ensuite je sais pas si je dois le faire surtout ..
    Je suis vraiment preneuse de conseils …. Comme vous pouvez le constater je suis en déprime les filles , et oui l’acné est une vraie maladie , mentalement bien plus difficile que certains peuvent l’imaginer …
    Merci
    Des bisous

    Lila

  18. Ping : Arrêt de la pilule contraceptive par sevrage progressif – Boite à outils – Cosmétiques naturels, nutrition & compléments alimentaires | RoxaNDCo

  19. Je suis vraiment contente pour toi que ton acné est définitivement parti. C’est très dur à vivre, surtout quand on se lève le matin et qu’on se regarde dans le miroir. D’ailleurs, je n’ose plus le faire depuis un mois. Avant de prendre la pilule j’avais une superbe belle peau, un ou deux boutons juste avant mes règles et rien de plus, enfin ce n’était pas gênant. J’ai commencé à prendre la pilule VARNOLINE continu, et en même pas une semaine j’ai vue ma peau changer, j’étais désespérer. Je me disais « oh un petit bouton sur la joue c’est rien il est blanc je vais l’enlever et il partira » sauf qu’en même pas une semaine chaque matin je me retrouvais avec 5/6 petits comédons blancs, par groupe et sur les mâchoires. Et à l’heure d’aujourd’hui c’est la même chose sauf que c’est des deux côtés et maintenant le front est attaqué. Je n’ose plus sortir de chez moi, j’ai honte de moi, je n’ai plus confiance en moi… J’ai appelé ma pharmacienne je lui ai expliqué elle m’a dis de l’arrêter, que ça irait mieux, que ça s’estomperait et que cette pilule me convient pas. Je sais que c’est tôt un mois pour savoir si elle me convient ou non mais je ne peux pas continuer comme ça, je suis défigurer. J’espère qu’au fil du temps ma peau se sentira mieux, comme avant, je ne supporte plus de me regarder dans le miroir, j’ai toujours peur de voir un nouveau bouton. J’ai un peu raconter ma vie mais ça fait toujours du bien de libérer ce que l’on a en soi !

  20. Ping : J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 2 : le sevrage progressif ‹ Ca se saurait

  21. Bonjour Christelle 🙂 ton article était très intéressant. C’est super que tu ai pu trouver une solution pour te sevrer de la pilule.
    Pour ma part, j’ai fait comme ton amie et j’ai arrêté du jour au lendemain et j’ai eu les mêmes effets (chute de cheveux, acné et sauts d’humeur).
    Du coup je voulais savoir au bout de combien de temps tout est rentré dans l’ordre pour ton amie ? Pour savoir pour combien de temps j’en ai encore 🙂
    Et a-t-elle fait qqch de particulier ?
    Merci beaucoup a toi.
    Cindy

  22. Bonjour
    J espere que tu liras mon commentaire. Je suis dans le même cas et j’ai besoin d’un conseil. J’ai arrêté cette pilule début mai 2015 Parce que je m inquiétais de voir des varices apparaîtrent sur mes jambes. une varice s’est même transformée en un gros hématome… Je précise que je suis fumeuse donc je connais plus ou moins les risques de l association pilule et tabac (j’ai 30 ans). Depuis l’arrêt plein de bouton quand un s’en va d’autres reviennent. Ma peau est de plus en plus vilaine et le pire c’est que j’ai déjà une peau ridée donc l’enfer. Ma question, comme j’ai arrêté du jour au lendemain et que je n’ose plus sortir, est ce que tu penses que je pourrais reprendre cette merde 3/4 pendant deux mois et la diminuer comme tu l’as fait, ou tu ne me conseille pas de faire cela. Je suis perdu… Merci beaucoup de ton retour

    • Salut Sophie,

      Merci pour ton commentaire, et bienvenue sur le blog. 🙂 Hmmm, pas facile de te répondre. J’avoue que ton histoire d’hématome me fait un peu peur… as-tu consulté un médecin? Pour le coup, là je pense que ce serait une bonne idée. Peut-être que ce n’est pas grave du tout, mais au moins tu en auras le coeur net.
      Concernant ton idée de reprendre la pilule pour ensuite l’arrêter progressivement, pourquoi pas, mais pour être tout à fait honnête je reste dubitative. Certaines lectrices ont opté pour cette solution après avoir lu les articles sur l’arrêt progressif sans grand succès. Il faut savoir que tout le but de l’arrêt progressif est de déshabituer ton organisme graduellement à quelque chose qu’il a pris pendant des mois voire des années (voire des décennies). Le but est justement de ne pas brusquer le corps, de ne pas le choquer, de ne pas provoquer un déséquilibre hormonal qui serait susceptible de donner lieu à une crise (acné/aménorrhée/alopécie, et j’en passe). Or, tu as déjà interrompu ta pilule du jour au lendemain, donc tes hormones ont déjà subi un choc assez brutal, et je ne pense pas que le fait de reprendre la pilule pendant 2 mois puisse y faire grand chose. À la limite la reprendre sur 1 an ou 2 puis te sevrer ça marcherait certainement mieux, mais vu ce que tu décris au sujet de tes varices, perso, je prendrais ma crise de guérison à bras le corps et j’opterais pour des solutions naturelles, surtout si tu dis que tu allies tabac-pilule… je ne sais pas… ce n’est que mon avis personnel.
      As-tu lu les autres articles à ce sujet? Il y a plein de commentaires et de témoignages intéressants, et les lectrices sont souvent débordantes de bons conseils pour aider toutes celles qui sont dans le même cas.
      Je sais que c’est vraiment chiant de passer par la case acné. Perso, je t’envoie une énorme bise de soutien et toute ma compassion, mais surtout de l’espoir, car je sais qu’on a le sentiment que ça ne passera jamais, mais vraiment ce n’est qu’une impression. Quand on a interrompu notre pilule du jour au lendemain c’est forcément un peu plus long et plus pénible car le corps doit retrouver l’équilibre, mais en adoptant un style de vie sain tu donneras toutes les chances à ton corps de se remettre sur la bonne voie (et – au risque d’être la fille relou qui rabâche – arrêter de fumer pourrait être le premier pas vers un état de santé optimal + ré-équilibre des hormones)…

      • Coucou christelle, et toi tu es en ou maintenant point de vue peau? Le sevrage a vrmt fonctionne sur le long terme?? Tu n as plus jms ete defigurée par l acne? Microkystes?

      • Salut Anna,

        Beh écoute, j’ai eu de la chance. Le sevrage a super bien marché pour moi. J’ai eu un peu d’acné l’année dernière, surtout au cours des mois qui ont suivi ma rupture amoureuse, mais j’ai mis ça 100% sur le compte du stress (j’ai déménagé 3 fois en un an, et j’ai changé de taf, donc bon). 🙂

  23. J’ai beaucoup aimé ton article. J’ai 17ans, et depuis que j’ai commencé à prendre la pilule je ne m’en sors plus niveau acné… Je n’avais aucun problème de peau avant, jusqu’au jour où mon médecin m’a dit que prendre la pilule serait mieux pour moi (puisque j’ai un copain) je lui ai fais confiance, je lui ai parlé que je ne voulais pas d’acné suite à la prise de pilule, donc j’ai attendu mes règles et je l’ai prise. En même pas 1semaines ma peau est devenue une catastrophe, je ne me reconnaissais plus, pleins de boutons aux mâchoires et c’était pas des petits, j’en avais partout. Donc je l’ai arrêté immédiatement mais depuis je ne m’en sors plus, je suis sous antibiotique, j’espère sincèrement que tout partira parce que je n’en peux plus… Et c’est exactement ça, dans la pilule que l’on prends on ne sait même pas ce qu’il y a dedans et ce qu’elle contient…
    sa soulage un peu d’écrire, je te remercie à bientôt !

    • Salut Lililacoco,

      Bouuh, je suis désolée d’apprendre que tu passes par la case acné. Pas cool du tout. Surtout que tu n’as jamais eu de boutons avant de prendre la pilule! C’est vraiment injuste. 😦
      Quelle pilule prenais-tu, juste par curiosité?

      La bonne nouvelle c’est que tu es super jeune, et plus on prend soin de notre santé quand on est jeune, plus vite on y remédie!
      Du coup, si j’ai bien compris, tu as arrêté ta pilule complètement là? Que comptes-tu faire en guise de contraception?
      Concernant la guérison, sache qu’en adoptant un style de vie super sain (sans être obsessionnel, bien entendu) – en mangeant bio et varié, en évitant le sucre, et si possible le gluten et les produits laitiers (même ‘bio’), et en faisant du sport, on peut retrouver l’équilibre hormonal assez rapidement, surtout à ton âge.
      Je t’envoie une grosse bise, et n’hésite pas à faire un tour sur le blog et à lire et commenter les autres articles. Les lectrices sur ce site sont toutes formidables, et elles se feront une joie de t’aider.

      • Je te remercie de m’avoir répondu, et donc pour le moment je ne sais vraiment pas ce que je vais faire par rapport au moyen de contraception, je n’ose plus reprendre la pilule vue les dégâts qu’elle m’a causé je ne veux même plus retenté.. Si montraitement antibio ne fonctionne pas (c’est le 2ème) je demanderai à mon médecin de me mettre sous un traitement beaucoup plus fort.. Je prenais la pilule Varnoline continu, pourtant mon médecin m’avait dit qu’elle était réputée pour ne pas donner d’acné avec Diane35 et une autre, mais sur moi… Oui j’ai arrêter le lait depuis plusieurs mois et depuis j’ai déjà plus d’énormes boutons au menton qui font mal c’est déjà une bonne chose, c’est seulement aux mâchoires que j’en ai, enfin en bas des joues c’est vraiment localiser c’est ça que je ne comprenais pas au début. Je mange équilibrer, des fruits et légumes, je fais du sport également j’espère que tout rentrera dans l’ordre dans peu de temps !

        Encore merci d’avoir pris le temps de répondre, gros bisous!

      • Coucou Liliacoco,

        Alors, un petit conseil si tu prends des antibios… les probiotiques. On en trouve en magasin bio (au rayon frais). Elles coutent un peu cher, mais elles aident à repeupler la flore intestinale et vaginale qui est détruite par les antibiotiques. Tu peux les prendre en même temps que tu prends les antibiotiques et après. Ou alors si tu as du courage tu peux te mettre à consommer du kéfir bio. C’est comme le yaourt mais plus acidulé, et c’est rempli de probiotiques (je sais que c’est un laitage, mais c’est un des seuls qui aura des effets positifs sur ta peau et ta digestion). Gros bisous à toi miss! 😀

  24. /!\ TEMOIGNAGE /!\

    Salut à toutes!
    J’ai décidé il y a plus d’un mois d’arrêter cette pilule sur un coup de tête du jour au lendemain. Mon amie qui
    est en médecine l’avait laissée tombée et je me suis dit que c’était pour les bonnes raisons, un soir sur un coup de tête j’ai simplement arrêté.
    Je ne suis tombée sur ces articles super intéressants quelques jours après en surfant sur le net.

    Tout comme vous toute, j’avais peur:
    -du retour de l’acné
    -du retour des règles longues et hyper douloureuse
    -d’un cycle anarchiste
    -de perte de cheveux…

    Je ne me suis pas sevrée contrairement à ce qui à été expliqué dans cet article et finalement j’en suis bien heureuse!
    Voici mon bilan:
    -3 jours après l’arrêt, mes vraies règles sont revenues, ça m’a beaucoup étonnée car j’avais eu mes règles sous pilule une semaine avant à peine. Avec ça, une peau très grasse et des boutons bien moches en bas du visage. J’avais l’impression que mon acné allait revenir en force, moi qui ai eu énormément d’acné en étant ado. ( la gynéco m’avait prescrit ça pour l’acné comme bien d’autres gynéco sans se poser de questions, à noter que l’acné adolescente à été guérie sur moi avec des antibios)

    -exactement une semaine après ça, je me suis décidée à prendre deux tasses de tisane achillée millefeuille par jour (une le matin et une le soir). C’était pas folichon mais pas deguelasse non plus alors j’ai continué.
    Ca à payé car au bout de deux semaines j’ai déjà vu une amélioration de ma peau.
    Je n’ai pas eu de problèmes de chute de cheveux ou bien des règles douloureuses (je me suis dit c’est les premières règles c’est peut être normal)

    -à peu près 25 jours après l’arrêt j’ai pris des comprimés basiques de DIM en plus de la tisane. Comme pour la tisane je n’ai pas voulu abuser des doses pour ne pas fausser l’expérience et pouvoir aussi la tenir dans le temps, donc j’en ai pris un par jour, le soir.

    -franchement un mois et une semaine après (oui je suis précise j’ai tout noté sur mon téléphone) c’est la folie!

    JE SUIS SUPER CONTENTE! ma peau est même plus belle que sous pilule, je n’ai plus besoin de mettre de fond de teint tous les jours. Je me suis achetée une petite poudre chez UNE pour unifier et c’est génialllll!
    Je continue cette routine que j’adore.

    Après comme vous l’aurez compris chacune à son propre parcours mais peut piocher quelques éléments dans les témoignages des autres. J’était réglée comme une horloge en étant ado (quel humour!) et très boutonneuse!

    Allez de l’avant les filles n’avez pas peur de franchir le pas, même dans les moments difficiles, arrêter la pilule m’a donné confiance en moi et je suis fière d’avoir eu le courage d’arrêter.

    Bises à toutes et j’espère que ceci vous donnera du courage!

  25. salut caro c’est très encourageant ton témoignage, sauf que moi j’ai été défigurée d’acnée 5 mois après l’arrêt, les mois suivant l’arrêt ma peau était comme toi très jolie, c’est pourquoi je compte vraiment sur le sevrage

    • Ah mince! tu avait pris des tisane et des compléments alimentaires tout de suite après l’arrêt? tes règles ont elles mit du temps à revenir? Tu avais beaucoup d’acné ado?
      Tu as donc repris la pilule pour te sevrer?

      Je comprends que le sevrage soit une bien meilleure solution pour toi C’est fou de voir à quel point nous sommes toutes différentes! Après j’ai pris un pilule minidosée pendant ans…
      Mon amie en médecine m’a dit de ne as m’emballer trop vite, mais je m’en fiche pour l’instant ca va super alors au lieu de stresser pour la suite j’en profite (:

      • J ai ete sous jasmine 10 ans suite a l acné pendant l ado, le 1er arret j ai arrete brutalement et la defigurée d acnée dès le 1er mois, insuportable pour moi donc je l ai reprise, ensuite je l ai arretée à nouveau en prenant un probiotique ainsi que le vitex et tisane de sauge, mes regles ont ete reguliéres pas de soucis à ce niveau la, et la apres 5 mois fausse couche et catastrophe defigurée à nouveau plus de regles pdt 2 mois, voyant mon etat ne s ameliorant pas en s empirant meme mon visage etait couvert de microkystique, trop mal ds ma peau je l ai reprise, et je me suis sevré apres 1 an de prise, je viens de terminé le sevrage donc j appréhende un peu je suis en stress permanent en arrivant devant ma glace le matin, je prend 2 gelules de dim chaque jours, 1 de vitex, une multivitaminz chaque jour et un probiotique, je voulais aussi commencé les tisanes d achillées, croisons les doigts 🙂

  26. Bon je crois que l’heure du sevrage Diane 35 à sonné pour moi … 11 ans d’amour destructeur entre elle et moi 😂 L’arrêt me fait peur, surtout pour l’acné et les horribles migraines !

    • Salut Clémentine,

      Bon courage pour le sevrage! Justement, le fait de réduire le dosage graduellement devrait aider à lutter contre les migraines, qui sont le résultat de la privation brutale (comme quand on arrête la café ou la cigarette d’un coup sec). Je compatis car je ne suis pas du tout migraineuse, mais la seule fois de ma vie où j’ai eu droit à une migraine c’était lorsque je prenais Diane 35, et j’en ai un souvenir épouvantable. Si en plus tu étales ton sevrage sur 6-9 mois tu donneras vraiment le temps à ton corps de se déshabituer à la pilule…

  27. Bonjour à toutes! Bravo à Christelle pour cet article très instructif. J’ai arrêté ma pilule Marvelon il y a maintenant 8 mois, du jour au lendemain, et mon acnée est aujourd’hui pire que jamais. Ça a commencé graduellement, au début ce n’étaient que des microkystes au front, et tous me disaient que c’était une réaction due au soleil. Moi, je me doutais que c’était l’arrêt de la pilule… puis avec les mois sont apparus de vrais boutons rouges, je me suis mise à avoir les cheveux beaucoup plus gras et la pilosité plus développée. Je me sens mieux dans ma tête, finies les sautes d’humeur, mais je n’ai jamais eu autant d’acnée de ma vie et ça mine terriblement ma confiance en moi. J’avais une peau parfaite avant… et personne ne me prend au sérieux quand je dis que ça m’affecte réellement! J’ai juste envie de pleurer quand je regarde mon visage dans le miroir. Autant les gens me disent que «c’est pas la fin du monde d’avoir des boutons», autant ces mêmes gens viennent tourner le fer dans la plaie en me disant: «C’est moi où tu as vraiment plus de boutons aujourd’hui que d’habitude?» Je ne sais plus quoi faire. J’utilise un savon bio pour nettoyer le visage matin et soir, et je prends 3 capsules par jour d’un mélange de plantes bio (trèfle rouge, bardane, plantain, gingembre, réglisse, noyer noir, bourdaine et raisin des montagnes) depuis maintenant une semaine. J’ai lu que pour certaines, il a fallu jusqu’à un an et parfois même plus pour retrouver leur visage d’avant, mais je désespère que ce moment n’arrive jamais. Devrais-je reprendre la pilule pour ensuite l’arrêter graduellement ou tenir le coup encore quelques mois?

    • Tu as essayé l’achillée millefeuille aussi? SI non, prends en trois tasses par jour et diminue graduellement si ça va mieux. Essaye aussi la molécule DIM si tu n’as pas encore essayé non?
      Je te souhaite tout le meilleur! Courage Sarah!

  28. Bonjour,

    Suite à ton article j’ai décidé d’ arrêter Jasmine. Je ne veux plus prendre de pilule. Je me rends compte que si je fais des vaginoses à répétition c’est sûrement à cause de cela. Ca fait plus de 15 ans que je prends une pilule contre l’acné et il est temps que j’arrête. Par contre petit souci je suis alergique aux préservatifs donc j’ai décidé de passer au stérilet sans hormones ayant une relation suivie. Je souhaite savoir si je peux faire le sevrage de ma pilule tout en aillant un sterilet. Je lis également que tu as réduit la quantité par palier de 2 mois. Est ce que tu penses que ce serait aussi efficace par palier d’un mois?
    Merci ta précieuse aide.

    • Je precise que ma gynéco m a donné du trifuclan pour eliminer un éventuel candida albican et que j ai commencé les probiotiques. J’ai également fait une cure du foie au sel d’epsom il y a un mois.

      • Salut Enge, bienvenue sur le blog, et merci pour ton commentaire! 🙂 Alors, concernant ta question de compatibilité entre un éventuel sevrage et la pose d’un stérilet en cuivre, je ne peux que te conseiller d’après les diverses expériences des lectrices (et à ce sujet je te recommande vivement de bien lire les commentaires laissés à la suite des articles sur le sevrage car les commentatrices sont une mine d’or d’informations). Il semblerait qu’il vaille mieux procéder au sevrage en premier lieu, et une fois le sevrage terminé te faire poser le stérilet. Il y a une lectrice en particulier qui a tenté les deux méthodes simultanément et elle a eu la malchance de saigner en continu pendant plusieurs mois, donc bon, si on peut éviter ce genre de désagréments… après, chaque personne est un monde et peut-être que dans ton cas tu n’éprouverais aucun symptôme, mais perso je procéderais étape par étape.
        Sinon bonne initiative pour le probiotique. Je suis entrain de lire un ouvrage très intéressant (qui fera l’objet du prochain post) appelé Le Syndrome entéropsychologique. L’auteure établit un lien entre les divers maux qui nous pourrissent la vie (certains moins graves – candidoses, eczéma, syndrome prémenstruel – d’autres plus graves – colon irritable, autisme, dépression) et l’état de notre système digestif. C’est très intéressant, et peut-être que tu y trouverais des réponses…

        Bon courage en tout cas!

  29. Bonjour,
    Je viens de lire votre article sur la pillule, j’ai depuis quelques semaines plusieurs boutons de toutes tailles qui apparaissent sur le menton. Ma maman a assisté à une conférence récemment et un médecin disait que la pillule détruisait le foie et pouvait se manifester par des boutons sur le mentons après 7 ans de prise de pillule, j’ai 24 ans et je prends Dayli Gé depuis mes 16 ou 17 ans.
    Avez-vous des conseils à me donner ?
    Que prenez-vous comme contraception aujourd’hui à la place de la pillule ?
    Merci pour votre retour,
    Mathilde

  30. Salut!

    Comme beaucoup d’entre vous je voudrais aussi commencer bientôt le sevrage.
    Il y a plein de messages qui témoignent le début du sevrage, où à la moitié… Mais vraiment peu de messages qui témoignent comment la situation se passe à la fin du sevrage et les mois après !

    Est-ce quelqu’un pourrait mettre à jour la propre expérience? 🙂

    Merci !

  31. Hello !
    Je viens vers toi car j’ai besoins de reponse, d’aide et surtout qu’on puisse m’expliquer certaines choses.
    Alors, je galère depuis bientôt 2 ans après que ma gentille gynécologue me change de pilule car j’avais du cholestérol ( mais aussi 10kilos de trop ) alors plutôt que de d’abbord me suggèrer de perdre du poid elle me prescrit la Cerazette qui m’a complètement flinguer. Moral, psychologiquement, physiquement. J’ai donc galerer pendant 6 mois avant de demander de changer pour une pilule contre l’acné ( entre temps j’avais fais un regime changer ma façon de manger donc plus de cholestérol ) elle me met donc sous une autre pilule mais du coup je ne me souviens plus du nom, 6 mois plutard rebelotte acné (donc traitement en plus de la pilule hein bien entendu) et la je suis passé sur la Zoely. Mais en 6 mois, aucunes améliorations au contraire je suis déprimée j’ai perdue ma libido je suis méchante ( car tout le temps sur les nerfs ) mon acné et revenu en pire apres deux mois de tranquilités entre «  » ! Du coup, je me tate de plus en plus a l’arrêter définitivement car je n’en peux simplement peu psychologiquement. Et mon entourage, mon homme aussi. Je met ma santé en danger et ma vie de couple et social en péril.
    Si tu peux m’expliquer, le sevrage comment quoi et pq je serai super heureuse. En tout cas merci d’en parlait ca reste un sujet « tabou » je trouve.
    Bisous a toi 🙂

  32. Bonjour ,
    Je suis actuellement sous Jasmine et ca depuis 12/13 ans maintenant ….j’avais des kyst aux ovaires a l’épique ! J’ai toujours été très heureuse de prendre Jasmine ( comme j’ai commencé à 12 ans et que maintenant j’en ai 24 j’ai pas forcément vu une prise de poids du à Jasmine ou quoi ) par contre j’ai depuis toujours des gros problèmes d’acnes ! ( 2 curacne mais rien n’y fait !) j’ai également eu des traitements pour enlever les hormones masculines etc …..
    Je suis vraiment très mal à cause de mon acnés sachant que je suis commerciale dans les cosmétiques …. Ca la fou mal !

    Après tous les traitements crème etc etc etc …. J’en viens à me demander : et si au finale ce n’était pas Jasmine que je ne supportais pas et qui me donne aujourdhui encore des gros gros boutons ????
    ( c’est peut être super stupide comme question mais j’avoue que j’ai tellement tout essayer que je ne voie plus que ca !!)
    J’aimerais savoir si cela était possible que ca soit la pullule mal supportée ?
    Je pense arrêter en janvier et j’en suis à me dire que même si j’ai une crise dacnes ca ne pourra pas être pire que en ce moment !

    Merci pour vos réponses !
    Courage à toute .

  33. Ping : Mes produits « miracle  contre l’acné | etikandco «

  34. Merci beaucoup pour cet article, il m’aide beaucoup et me rassure!
    Pour mon cas, je n’avais pas énormément d’acné avant de prendre la pilule, à mes 18 ans, on m’a prescrit « Trinordiol », sauf qu’au bout d’un mois environ, j’ai eu de l’acné, (front, nez et menton), ils étaient énorme et me faisaient vraiment mal, et psychologiquement c’était pas facile à accepter !
    Je suis partis voir une dermatologue qui m’a prescrit « Jasmine », au bout d’un d’un bon mois et demi, les boutons ont disparus, j’avais une très jolie peau.
    Sauf que, comme toi, je commence à avoir des soucis à cause de cette pilule (douleur au mollet, difficulté à respirer, puis les migraines insupportable au moment de la pause), en plus de cela, j’ai de gros risques de faire une phlébite à cause de mes antécédents familiaux (ma dermarto ne m’a rien demandé par rapport aux antécédents, je n’ai même pas eu de prise de sang..). Mon médecin généraliste m’a conseillé (voir obligé) d’arrêter la pilule et les hormones en général, je vais donc passer au stérilet, dans 3 semaines si tout se passe bien. Sauf que, j’ai énormément peur de retrouver mon acné, malgré que celle ci était due à Trinordiol. J’ai donc pensé au sevrage, malgré que cette méthode me fait un peu peur!
    Merci beaucoup pour tes conseils !! 🙂

    • Bonjour Elisa,

      L’une des complications les plus graves de la phlébite est l’embolie pulmonaire – pathologie que je connais assez bien. Sous Jasmine des cas d’AVC ont aussi été constatés.
      Si ton médecin t’a imposé l’arrêt de la pilule c’est qu’il existe un risque, qu’il a jugé sérieux, que tu déclenches une pathologie dite grave.
      Sincèrement, je suis la première à chercher des solutions pour éviter les désagréments de l’arrêt ou de la prise de la pilule – j’ai d’ailleurs pris Jasmine pendant 7 ans et ai choisi de me sevrer de manière progressive de manière à diminuer les risques de recrudescence de l’acné mais je n’avais aucun facteur de risque de phlébite, embolie ou AVC et je précise que Jasmine ne m’avait, en 7 ans, donné aucun effet secondaire grave.
      Entre des boutons et une embolie, il n’y a PAS à hésiter une seule seconde ! Il s’agit, ici, d’une question de bon sens !
      Suis les conseils de ton médecin et ne tente pas le diable pour quelques boutons (qui peuvent d’ailleurs être traités et dont tu n’es pas sûre qu’ils vont apparaître).

      Il faut savoir être raisonnable et surtout, au risque de me répéter, faire preuve de bon sens.

      Bonne journée et bon courage.

  35. Coucou à toutes,

    Tout d’abord merci pour cet article ! Je suis heureuse de ne pas etre seule dans cette mauvaise passe et de trouver des témoignages.

    Voici mon histoire : ado ayant de l’acné, je me fait prescrire diane 35, je prend 7 kilos en 1 mois et je n’en peux plus. Ma medecin me prescrit donc Jasmine, moins fortement dosée.
    Cette pilule m’ira, pendant 10 ans.
    10 ans après j’attrape 1 mycose par an, pendant 3 ans… allant meme jusqu’a saigner. Là c’est trop, je commence a me poser des questions sur ladite pilule car la mycose peut etre un des effets secondaires…
    Je choisis donc un stérilet cuivre, posé en aout 2015. Les 3 mois d’apres j’ai mes regles hyper réglées niveau temps, et très très peu abondantes : 3 petits jours. Je me dit super !
    Arrive Octobre…. et son eruption volcanique OMG ! je ne sais plus quoi faire et ne comprend pas… J’investi en creme antibactérienne, lave mon visage matin et soir, le gratte au gommage….
    Décembre je n’ai toujours pas mes regles…. et les boutons sont tjr là… je vais voir le magnétiseur de ma mère pour lui demander s’il peut faire quelque chose pour mon acné, je n’en peux plus.
    Il me dit que son soin devrait fonctionner…
    La semaine d’apres le vois mes boutons diminuer, s’en est tellement magique que je n’arrive pas a y croire. Mes regles arrivent ensuite et là c’est le tsunami : abondance du flux et durée d’une semaine !
    Vacances de décembre, j’essaie de revenir a mes rituels de beauté lorsque j’étais sous pilule : nettoyage du visage le matin au savon d’alep, creme, maquillage. Et le soir juste un démaquillant et ma creme hydratante.
    J’arrive a une diminution totale des boutons, reste quand meme des irrégularités de mon grain de peau, ce n’est pas net mais c’est deja les rougeurs en moins !
    Rentrée janvier 16 : la 1ere semaine a nouveau vague de boutons !! je choisis d’abandonner ma creme antibactérienne car je constate que je n’ai jamais eu autant de points noirs qu’avant (desolé pour le glamour 😉 ) et de repasser à ma creme de jour lorsque j’étais sous pilule.
    2eme semaine plus aucuns boutons, reste par contre les rougeurs de la semaine passée. Mon grain de peau s’affine un peu mais il est encore loin d’etre net et je sens que mes regles doivent arriver…
    Je me pose la question : cette nouvelle vague de boutons est elle due à la future arrivée de mes regles ?
    Vais je avoir des boutons a chaque cycle ?
    Et je ne vous ai pas parlé de mes cheveux qui ont regraissé… shampoing tous les 2 jours…..
    Voila aujourd’hui j’en suis là , j’ai pris un rdv chez mon dermato en mars mais je suis septique quand a son utilité… je me tâte a retourner voir le magnétiseur et à lui expliquer maintenant que j’en sais plus sur ces hormones…

    Bon courage a toute !

  36. Merci pour ce super article, j’ai exactement eu les memes problemes que toi: les 6-7mois sans regles qui ont suivi mon premier arret de Diane 35, mais aussi ce probleme de respiration et de gène dans la poitrine. Et evidemment on ne m’a rien trouvé aussi! Mon gyneco me dis de ne pas me soucier de ma pillule et que cela etait surement du au stress, vraiment n’importe quoi celui la. Mais mon generaliste pense lui aussi à un lien avec la pillule de 3eme generation. Ca fais 4 ans que je la prends dont un premier arret au bout de 2 ans pour ensuite la reprendre 8mois apres (mon acne severe etait revenu, ca me bousillait la vie : plus d’estime de soi etc…) et à l’heure actuelle mon generaliste me dit qu’ il est temps d’arreter ou de passer à une deuxieme generation! Impossible pour moi d’arret cette foutu pillule d’un seul coup, impensable que mon acné sevère refasse surface!! Du coup j’ai testé ta methode d’arret progressif j’en suis au 5eme mois. Petit different: je ne coupe pas diane35 mais j’espace les prises. 1 tout les 2j, tout les 3j, tout les 4j… Mais je sais pas si c’est la meilleure solution. Jai eu lors du 2eme et 3eme mois une rechute avec les cheveux gras, la peau qui brille, et quelques boutons mais maintenant ma peau est nicquel.. Pourvu que ca dure. Juste mes regles qui surviennent n’importe quand! Jai tellement peur de rechoppé tout mes boutons une fois la pillule arreté que je suis casiment sur que je pourrais la recommencer/reprendre une 3eme fois et à vie surtout !!!
    Merci encore pour ton temoignage qui me redonne l’espoir de vaincre un jour cette acné, de ne plus etre esclave de ces foutu hormones de syntheses que les docteurs distribuent à tours de bras à toute ces jeunes filles qui se plaignent pour un bouton passagé et qui demandent contraception.
    N’oubliez pas les filles, meme si diane35 est une contraception cette pillule doit etre prescrite que dans les cas d’acné severe/moderé, ces acnés qui ont survecu aux milles et une creme décapante, aux antibiotiques, etc…

  37. Coucou ! Voilà je viens de tomber sur ton blog et mon dieu tu me redonne espoirs ! J’ai pris la pilule Diane 35 car j’avais arrêté une première fois ma pilule jasminelle qui me donnait des migraines à ne plus pouvoir bouger du lit. Et après l’avoir arrêté le drame .. Ma peau est devenu un enfer avec ENORMEMENT de kystes et tout ce qui va avec peau granuleuse , grasse etc. Alors j’ai pris Diane 35 ce que mon gynécologue m’avait conseillé et j’ai pris le roaccutane pendant 7 mois un enfer mais maintenant j’ai une peau parfaite. Mais y a toujours un putain de mais, j’ai des énormes problèmes de circulations et je pense que la Diane 35 n’est pas pour rien .. Parfois je n’arrive plus à marcher tellement je soufre. Alors je veux l’arrêter mais j’ai une peur bleu de me retrouver avoir la peau d’avant deguelasse et pleines de boutons kystes ! Alors je voudrais bien en parler avec toi (: pour voir comment tu as fait comment le changement c’est fait (: merci d’avoir écris cette article car ça me redonne de l’espoir ❤️❤️❤️❤️❤️ À très vite j’ espère de tout coeur (; tu viens d’illuminer ma journée !

    • Coucou Mahohlnd, je compatis. 😦 Prendre des pilules telles que Jasminelle ou Diane 35 ce n’est pas une mince affaire. Chaque femme réagit de façon différente à la pilule, et on dirait en ce qui te concerne que ton corps demande a en être libéré effectivement. Que souhaiterais-tu savoir au juste? Je t’envoie une grosse bise de soutien!

  38. Salut les filles,

    Je reviens aujourd’hui pour donner un deuxième retour de mon arrêt de pilule.
    Après 9 mois d’arrêt je n’ai pas de pertes de cheveux, pas de règles douloureuses et je prends mes tisanes en cure quand l’état de ma peau se dégrade a cause des règles.
    Je me suis fait poser un stérilet et tout va bien.

    Je n’ai plus aucun boutons ailleurs que sur la mâchoire ou le côtés de la bouche de temps en temps. Je ne mets que des produits naturels sur ma peau (aloe Vera, eau de lavande, creme sanoflore bio).
    Voilà j’espère que ça vous aura aidé.

    Courage !

  39. Merci pour ton article ! Ça fait maintenant 3 mois que j’ai arrêté la pilule après 6 ans de prise et de dérèglements hormonaux pour passer au stérilet. Ça n’est pas simple de découper ses cachets tous les jours et de voir son corps accuser le coup, mais je tiens bon : ton article m’a beaucoup aidé, et les nombreux commentaires aussi.
    Courage les filles !

  40. Salut Christelle,

    Quel bonheur d’être tombée sur ton blog! Merci pour tes précieuses explications

    Sous Diane 35 depuis plus de 12 ans, j’ai tenté de l’arrêter il y a 6 ans pour revenir à ma pilule d’avant Holgyem.
    Rapidement mes cheveux se sont mis à tomber par poignées, après 3 mois et la perte de la moitié de ma masse capillaire j’ai à l’époque décidé de me ruer à nouveau sur Diane 35.

    Convaincue des méfaits de la pilule je souhaiterais l’arrêter définitivement pour passer au stérilet cuivre. Mais bien entendu ma première expérience me glace le sang et j’ai très peur de perdre à nouveau mes cheveux.
    Ta technique du sevrage me donne espoir et surtout à nouveau la force de tenter à nouveau.

    Jasmine ayant à peu près les mêmes hormones que Diane, mais apparemment un peu moins dosé, ma gyné me propose de passer par Jasmine quelques mois, puis d’arrêter progressivement la pilule avec ta méthode de sevrage. Qu’en pense-tu?

    Merci et courage à vous les filles!

    • Coucou Amandine, et bienvenue sur le blog! 🙂 Je suis heureuse de savoir que mon expérience positive avec le sevrage t’a redonné espoir. Concernant une éventuelle transition vers Jasmine… ta gynéco a autant raison qu’elle a tort… je m’explique: Jasmine est une pilule antiandrogénique, comme Diane 35 (dans ce sens ta gycéco a raison). Concrètement, cela veut dire que ces deux pilules bloquent la production d’hormones ‘mâles’ (ou androgènes) souvent responsable des crises d’acné chez la femme. Et alors effectivement il est plutôt conseillé de se sevrer d’une pilule antiandrogénique car quand on l’interrompt d’un seul coup la production d’androgènes se met souvent à paniquer, et à compenser en fabriquant des androgènes de façon excessive, et on se retrouve le visage en calculette. Là où je ne suis pas forcément d’accord avec ta gynéco c’est en ce qui concerne la comparaison Diane-Jasmine. Diane est effectivement un peu plus dosée en oestrogènes synthétiques (quoique pas tant que ça; Diane étant à 35 microgrammes, et Jasmine à 30 microgrammes), en revanche les progestatifs synthétiques contenus dans ces deux pilules sont totalement différents. Diane 35 contient de la cyprotérone, et Jasmine contient de la drospirénone. Ce sont deux molécules totalement différents. C’est là où je me demande si cela vaut le coup de changer de pilule pour ensuite l’arrêter complètement. Est-ce que ce ne serait pas plus simple de te sevrer de Diane 35 directement? Bien sûr, ces questions t’appartiennent, et je n’essaye aucunement de t’influencer; j’avance simplement quelques points de réflexion pour mieux t’aider à faire un choix informé. Voilà. En tout cas bon courage! Je t’envoie plein d’ondes positives!

      • Bonsoir Christelle, et un grand merci pour tes éléments de réponse pertinents. Suite à tes suggestions j’ai fait mes propres recherches et je pense effectivement commencer à me sevrer directement de Diane 35.
        Je commence probablement la semaine prochaine et vous tiens toutes au courant.

        Merci pour tes ondes positives! 🙂

  41. Bonjour les filles,

    Je reviens vers vous pour vous dire que j’ai trouvé le remède miracle a mes boutons : le jus de citron ! J’en met quelques gouttes sur un coton et me le passe sur le visage le soir (attention le jour car photosensible), depuis j’ai presque plus de comédons, aucuns nouveaux boutons, et les anciens ayant laissé des marques s’en vont plus facilement. Je revis enfin ! Ajoutez à cela de l’extrait d’aloe vera pur pour bien cicatriser et refaire la peau, vous m’en direz des nouvelles.

    En espérant vous avoir aidées

    • Waouh! 😀 Merci pour l’astuce Marine! Je ne connaissais pas la technique du citron (l’extrait d’aloe véra m’est familier – j’habite en Californie, et ici on ne jure que par ça pour traiter les coups de soleil). Bravo en tout cas, et plein de courage pour la suite!

  42. Bonjour,

    Super partage d’expérience !!!
    On devrait être plus souvent dans le partage d’informations …
    Pour ma part, je prends une pillule microdosée depuis quelques mois. Avant j’avais une pillule normal avec l’arrêt de 7jrs.
    Le problème de la microdosée est qu’elle donne de l’acné et peut produire un fibrome aux ovaires.
    Meme Sì dans la notice ils parlent de 1 cas que 100 ou 1 cas que 1000, ça fait un peu peur quand même !
    Jai évoque avec ma gynécologue le sujet des contraceptions naturelles mais elle m’a répondu que ce n’était pas efficace à 100%.
    Bref un calvaire de devoir ingérer des substances non naturelles et d’avoir des boutons qui reviennent sur le visage !!!
    😣😣😣

    Merci d’avance pour votre retour …

    • Salut Laetitia, et bienvenue (on se dit « tu » hein, c’est plus simple)! 🙂 Ce qui me choque dans le discours de ta gyneco c’est cette supposition que la pilule – contrairement aux autres moyens contraceptifs – est infaillible. Or, la pilule n’est pas efficace à 100%, et tous les ans dans le monde entier il y a de nombreuses femmes qui tombent enceinte sous pilule.

      Concernant la pilule microdosée, en effet, elle n’est pas sans risque non-plus. D’ailleurs, on a plus de chances de tomber enceinte sous pilule microdosée que nous pilule combinée. En revanche, niveau cardiovasculaire elle comporte moins de risques.

      Côté acné, si toutefois tu souhaites continuer à prendre cette pilule, je pense que tu peux parvenir à limiter les dégâts. À mon avis il faudra étudier ton alimentation/niveau de stress, et essayer d’y apporter quelques modifications. Souvent, en limitant les aliments inflammatoires (laitages, noix, etc.) on peut voir une nette amélioration au niveau de la peau. Par ailleurs, je conseille toujours aux femmes qui prennent la pilule de se procurer un bon probiotique (en pharmacie ou en épicerie bio) car la pilule a tendance à endommager la flore intestinale, et ainsi favoriser l’inflammation et les intolérances alimentaires.

      Je te souhaite plein de courage, et n’hésite pas à faire un tour sur le reste du site et à solliciter les lectrices pour des conseils/questions éventuels.

      • Bonjour Christelle, biensure que l’on peut se tutoyer :).
        Concernant ma pilule microdosée, que je n’utilise que depuis environ 3 mois, effectivement, je ne suis peut-être pas encore réglée correctement (+ de 10 ans à prendre une pilule normal), il faut peut être du temps.
        Ceci étant, depuis sa prise, aucune règle !
        Au niveau de l’acné, effectivement je te rejoins sur le sujet de l’alimentation et niveau de stress.
        Pour l’alimentation, depuis + d’1 an, je fais très attention, je suis pas vegan mais presque … Je consomme bcp moins de viande (je remplace les protéines animales par les végétales), plus de laitage hormis des SojaSun, plus de café au lait au petit déj mais du thé, etc …
        Pour le niveau de stress, étant sur la voie de la médecine hollistique et l’énergétique, j’ai souvent recourt à des soins, massages, méditations etc, pour baisser mon niveau de stress.
        Hier, après un rdv chez un kynésiologue, niveau de stress affirmé pendant la séance et redescendu à la fin :), ouf !
        Nous avons aussi travaillé sur la colère (cause de mon niveau de stress), donc je suis positive pour la suite …

        Alors, le test des prochains jours ou mois, est de voir si l’acné disparait :).
        Sinon j’ai l’option stérilet, à condition de ne pas choper d’infection et qu’il ne bouge pas à l’intérieur …
        Je réfléchis quand même à une manière naturelle de prendre une contraception.

        Par contre je voulais revenir sur le sujet de la plante qui aide à réguler le cycle. Quesaquo ?
        Bien vu pour les probiotiques, je ne connaissais pas et je pense que je vais opter pour ce compromis pour l’instant ;).

        Un énorme merci pour ces échanges forts intéressants (y).

      • Je t’en prie Laetitia. Avec plaisir. Bravo d’avoir fait la démarche de travailler sur ton stress avec un professionnel. La kinésiologie est une pratique très intéressante, et j’espère qu’il y aura plus d’adeptes dans les années à venir (plutôt que de se shooter aux anxiolytiques – distribués comme des bonbons dans le monde occidental!).

        Une petite pensée au sujet de SojaSun; hélas, parfois quand on pense se faire du bien on se cause parfois du tort sans le savoir. Le soja a fait son apparition dans le monde occidental dans les années 80-90, et il a longtemps été considéré comme une excellente source de protéines d’origine végétale (les végétariens/végans en raffolaient – ma mère nous cuisinait des repas à base de tofu quand j’étais enfant dans les années 80). Le souci c’est que depuis peu on s’est aperçu que malgré sa forte teneur en protéines, le soja était également très oestrogénique, et pour certaines femmes cela peut engendrer des perturbations endocriniens. Les produits à base de soja sont aussi souvent très industrialisés, et susceptibles de contenir du soja génétiquement modifié. Perso, j’évite le soja. Si tu n’es pas adverse à l’idée de consommer des produits d’origine animale, mon conseil serait d’en consommer moins, mais d’opter pour une qualité excellente (toujours bio, ou de production locale, ne contenant ni antibiotiques ni hormones de croissance).

        Bonne chance avec tout ça, et tiens nous au courant de l’évolution des choses! 🙂

  43. Bonjour j’aimerai avoir des conseils car j’ai eu de gros soucis après l’arrêt de jasminelle et je l’ai donc reprise je vous raconterai par émail si vous êtes daccord histoire de me conseiller car bien évidemment 4 gynécologues et 1 endocrinologué personne ne m’a cru je l’ai donc reprise sur conseils de tous les médecins. Vos articles sont super jen ai lu 2 et j’espère qu’ils vont paraître car on nous prend pour des menteurs alors qu’on connaît notre corps mieux que personne d’autre.

    • Bonjour Laetitia. Bienvenue! 🙂 Je suis désolée d’apprendre que tu as eu des soucis à l’arrêt de Jasminelle. Si ça ne te dérange pas le mieux serait que tu racontes ton expérience directement ici dans les commentaires car il se peut que d’autres femmes se reconnaissent dans ton témoignage, et cela pourrait éventuellement les aider…
      Ah, et on peut se tutoyer si tu veux. Je t’envoie une grosse bise de soutien!

  44. Bonjour à toutes, je viens apporter ma petite expérience.
    J’ai pris la pilule de mes 18 à 25 ans. Puis il y a 5 mois j’ai voulu arrêter de prendre des hormones et je suis passée au stérilet au cuivre. Pour anticiper les problèmes acné/cheveux gras et autre j’ai de suite commencé à prendre des tisanes de pensée sauvage, achillée millefeuille etc…
    Bon malheureusement, au troisième mois je n’y ai pas échappé: retour des boutons sur la mâchoire, le dos et la poitrine! Le plus dur surtout était les douleurs avant et pendant les règles (j’avais des vertiges et incapable de faire du sport ces jours-là). J’ai suivi un traitement en homéopathie qui a (un petit) peu amélioré les choses. J’ai aussi remarqué que mon humeur était très changeant pendant cette période et que je pouvais pleurer pour rien… déjà que de base je suis émotive, ça n’arrangeait rien.
    Mais alors la semaine dernière… j’ai voulu me peser. Je trouvais que mon ventre était trop souvent gonflé ces derniers mois. D’habitude je ne suis pas fan de la balance mais là j’étais quand même curieuse. Et bam, j’ai pris 4 kg en 5 mois. Alors qu’avant mon poids était stable, et sachant que je n’ai rien changé à mon alimentation, je ne comprends pas ce qui m’arrive. De la rétention d’eau? Clairement je considère que j’ai un dérèglement hormonal, mais je ne sais pas encore comment re-régler les choses naturellement. Une amie me dit que je redécouvre mon corps tel qu’il était sans pilule, donc avant mes 18 ans. Sauf que je pèse plus lourd qu’à mes 18 ans. Et que mon humeur, je crois, n’était pas aussi changeant; et mes règles pas aussi douloureuses ni abondantes. On parle parfois d’un « effet rebond ». Est-ce que le corps va se réguler à nouveau de lui-même?
    Depuis une semaine j’ai commencé à prendre du gattilier et je vais sans doute reprendre un traitement en homéopathie, mieux adapté. Cette prise de poids me gêne, je me sens lourde et je n’ai pas une super digestion. En clair je n’ai pas (encore?) de mieux-être par rapport à l’arrêt de la pilule et c’est vrai que c’est difficile psychologiquement. Je reste convaincue d’avoir pris la bonne décision, car je ne me voyais pas continuer la pilule à vie.
    Je suis preneuse de tout conseil et de témoignage similaire au mien! 🙂

    • Salut Elissa,

      Je ne peux pas apporter de solution au problèmes liés à la prise de poids, je suis désolée.
      Par contre pour les boutons, je te conseille de mettre du sel d’espom (que tu trouves en pharmacie pour rien du tout) tu le mélange avec de l’eau dans une bouteille spray et tu met ca le soir sur le dos et toutes les parties touchées par l’acné.
      J’ai vu une NETTE différence en 10 jours.
      Courage!

  45. Christelle ton post date mais je me retrouve dans ton texte j’ai 25 ans et je suis perdue… apres avoir vecu les memes episodes que toi j’ai tout de même peur de changer de contraception à cause de l’acné.
    serais- tu ok pour qu’on discute ? J’ai le moral dans les chaussettes et parler avec quelqun qui a vecu la même chose que moi pourrait peut-être m’aider.

    Roxy

    • Hey Roxane, excuse-moi pour le petit retard, et bienvenue sur le blog. Je serais, bien sûr, tout à fait d’accord pour que l’on discute, mais en toute franchise je pense que la meilleure chose à faire serait de poser toutes tes questions ici dans la partie commentaires, car plus on est à te lire plus on pourra t’aider! Et puis peut-être que ton commentaire résonnera pour d’autres femmes qui se trouvent dans le même cas de figure. 🙂 Je t’envoie une grosse bise de soutien ma belle.

  46. Salut Christelle!
    Merci pour cet article qui me convainc que je dois arrêter… définitivement cette fois! Car j;ai déjà replonge après un mois d;arrêt et des boutons plein la face … Je suis passée par Diane 35, Yasminelle, et maintenant Yaz (j’en oublie surement, ca fait 14 and que je suis droguée et je m;embrouille avec les génériques …).
    Question: c’est le progestatif ou l’oestrogène le principe actif contre l’acné? Je me demande si en passant de Diane 35 (0.035mg – 2mg) à Yasminelle (0.02mg – 3mg) j’ai déjà commencé la desintox ou au contraire j’ai reculé…
    Oh et je finis par un conseil: installez Clue, et apprenez à mieux connaitre votre corps et votre cycle 🙂

    • Je viens de l’installer suite à ton commentaire . 🙂 j’arrête de ce mois ci la pilule je verrais bien j’appréhende bcp …

  47. Bonjour, je souhaite arrêter la pillule et comme beaucoup de femme je redoute beaucoup l’apparition d’une acné sévère !! Je trouve ton idée de sevrage très intéressante et penses tu que cela peut permettre d’éviter l’apparition d’acné. Après bien sur chaque personne est différente mais ça vaut peut être le coup d’essayer. Bonne journée Magali

    • Salut Magali,
      J’ai 22 ans et j’ai arrêté la pilule depuis 1 an et demie maintenant. Comme toi je redoutais énormément la venue de l’acné, car dans un premier temps la pilule m’avait été prescrite pour ça. Ce qui a fonctionné très bien sûr moi c’est de prendre des tisanes d’Achillée milleufeuille, pas plus de 2 par jour. Après exit toutes les crèmes de merde ne gaspille pas ton argent. Le soir et le matin je mets de l’aloe Vera en gel sur mon visage, puis je spraye avec de l’eau salée et je laisse sécher librement.
      L’eau salée je la fait avec du sel d’espom ça coûte rien et tu trouve ça en pharmacie. Ca a fait des miracle sur l’acné de mon dos et c’est très efficace pour ma petite acné à cette période du mois si j’ai un ou deux bouton qui vient faire chier.

      N’hésite pas si tu as des questions!

      Bon courage (:

  48. Bonjour Christelle,

    Superbe article qui redonne espoir!
    Cela fait bientôt 11 ans que je prends la pilule (avec la prise de différentes marques telle que Trinordiol, Leeloo), actuellement je prends depuis plusieurs années la « Gestodène 75/20 », générique de Méliane.
    En 2014 sur un coup de tête j’arrête ma pilule du jour au lendemain et le pire c’est que je n’attends pas la fin de ma plaquette (oui, je sais, je suis dingue).
    Plusieurs semaines plus tard, cuir chevelu ultra sec me provoquant des grosses pellicules, microkystes à la pelle et énormes boutons rouges enfin bref une catastrophe qui a durée plusieurs mois, j’en ai fais une dépression, je ne voulais plus sortir, je cachais mon visage sous une tonne de fond de teint alors que jusque là je ne m’étais que de la poudre, je cachais mes joues qui ont été durement touchées par les microkystes avec mes cheveux (durant mon adolescence je n’avais jamais eu d’acné).
    Bref je me triturais la peau, je me l’arrachait ce qui me faisais des énormes trous sur le visage, je me creusais la peau jusqu’à avoir le bouton en question (ce qui ne fonctionnait pas au passage, bref, j’étais défiguré et traumatisé. Jusqu’ici je ne comprenais pas le mal être des gens qui avaient une peau à problème. D’ailleurs l’huile de ricin m’a complètement sauvée la vie, elle est hyper cicatrisante sur les plaies ouvertes, j’en m’étais chaque jour de l’huile sur la plaie et je la couvrais avec un petit sparadrap en qq jours plus rien, tout était refermé, bon ça laisse une petite cicatrice rougeâtre mais avec l’huile de rose musquée tout disparaît bien (attention huile de rose comédogène donc en mettre uniquement sur la zone cicatricielle).

    J’ai craqué et j’ai repris ma pilule car j’étais dans un état de dépression affreux, à tel point qu’à certains moments je pensais au suicide (oui… rien que de l’écrire ça me choque aussi..).

    Tout ça pour dire que j’envisage d’arrêter de nouveau la pilule, en 2018 car projet de mariage et évidemment par la suite d’un bébé, je vais donc garder précieusement ton article jusqu’à 2018 pour essayer ce sevrage, en espérant que cela fonctionne.
    Je ne fais pas particulièrement attention à mon alimentation et de base je en comptais pas prendre de tisane ou autre.

    Peux-tu s’il te plais me conseiller par avance de mon sevrage? J’aimerais savoir combien de temps devrais-je me sevrer, 6 mois comme toi ou +?
    Si je ne prends pas de compléments penses tu que cela sera tout aussi bénéfique ?

    Aurais tu d’autres conseils à me donner au vue de mon historique ?

    Je te remercie par avance, ton article me donne énormément d’espoir merci de partager tout cela!

    Bonne continuation.
    Pour moi le drame,

    • Bonjour

      Premier message sur ce forum, je voulais vous raconter ma propre expérience suite à la découverte de ce blog qui m’a aussi redonné espoir. Depuis toujours sous pilule (Diane 35) depuis l’adolescence à maintenant (Yaz), j’ai 36 ans, ça commence à faire long…A l’époque c’était justifié, d’énormes boutons dans le dos et le visage, finalement c’était le dos le pire. J’ai voulu arrêter d’un coup il y a 6 ans, j’ai mis un stérilet c’était super mais au bout d’1 mois retour 15 ans en arrière avec les problèmes habituels. Et comme tout le monde j’ai repris Diane, et suite au scandale on m’a prescrit Yaz!! mais là j’en avais ras le bol de bouffer ce poison depuis tout ce temps et je suis tombée sur ce blog, et là je me suis dit que c’était la solution, du bon sens. Alors je me suis lancée. J’ai commencé le 10 août et j’attaque le dernier mois avec mon 1/4, ma pire crainte se sont les boutons, et pour l’instant rien, je suis assez confiante car j’ai d’autres effets « indésirables » comme les cheveux qui graissent plus vite, mes règles sont aussi capricieuses, rien ce mois-ci mais je ne m’inquiète pas outre mesure. Voilà, je ne me considère pas comme étant sortie d’affaire mais bon y’a de l’espoir. Je me dis que si mes cheveux graissent plus vite c’est que mon corps réagit et que si je devais avoir des boutons ils devraient déjà être revenus. Je n’ai pas pris de tisane, mon alimentation est relativement correcte et je n’ai rien changé de ce côté là, je ne bois juste pas trop de lait. Je termine dans 15 jours et ferai de nouveau une apparition sur ce blog pour vous raconter les suites de ce sevrage.

      Bon courage à toutes

      • Merci pour ton retour d’expérience. Je comptais attendre l’hiver prochain pour tenter un 2e arrêt, le premier ayant été catastrophique fidèle à tout ce qui est décrit sur cette page. Mais ça suffit. j’ai assez avalé de cochonneries. Le sevrage me voilà ! Je tâcherai de venir vous raconter ce qu’il en est au fil des prochains mois.
        Les liens suivants peuvent vous aider dans votre démarche :

        http://celiajade.com/2016/09/symptothermie-contraception.html
        http://www.youtube.com/watch?v=BX38z19cNPU

        voir que nous sommes plusieurs à vivre le même combat me redonne l’envie de me battre contre ces prises de médicaments à outrance, au détriment de notre santé, et qui ont pour seul but d’enrichir les laboratoires pharmaceutiques.

        Bon courage à toutes !

    • Coucou Ali, et bienvenue sur le blog. 😊Alors, tout d’abord, reçois toute ma compassion. Ton histoire est assez similaire à la mienne lors de ma 1ère tentative d’arrêt de Diane 35. Quelle horreur! C’était cauchemar 101! Franchement, je comprends que tu aies eu besoin de reprendre la pilule pour mettre fin à la misère.
      Au sujet du sevrage, sincèrement, je ne peux pas te dire exactement comment ton corps va réagir ni combien de temps tu devras prendre pour en être débarrassée. Personnellement, 6 mois c’était vraiment le lapse de temps parfait pour moi pour ne pas subir trop d’effets, mais certaines femmes le font en 3 mois, et d’autres sont plus prudentes et elles prennent 8-9 mois. Le but de cette démarche c’est de réduire le dosage hormonal doucement pour ne pas brusquer ton corps. À toi de déterminer ce que tu penses être bon pour ton corps. Je ne suis aucunement médecin donc je ne voudrais surtout pas donner de ‘conseils’. Personnellement, j’ai fait tout cela dans le dos de ma gynéco, et j’ai fini par lui apprendre en octobre dernier (elle a été très amusée finalement et elle m’a dit: « bah écoutez, si cela a marché pour vous alors je n’y vois aucune contrindication. C’est amusant… et peu orthodoxe en effet! »). Alors tu vois, je ne suis pas un exemple de vertue à suivre!
      Honnêtement, niveau conseil, je sais que tu n’as peut-être pas trop envie de lire ça, et a vrai dire tu es 100% libre pour faire ce que tu veux, mais si tu te sens d’opérer quelques petits changements côté alimentation je te dirais juste ceci: il y a de grandes chances que tu obtiennes des resultats plus rapidement. Par exemple, le sucre a un effet très important sur la production d’insuline, qui a un effet très important sur la production de testostérone, qui, à son tour, a un effet très important sur l’acné et les kystes ovariens. De fait, réduire son apport en sucres/aliments à indice glycémique élevé semble être une solution assez simple à un problème assez complèxe. Pareil, les produits animales non biologiques contiennent des doses d’antibiotiques qui, consommés fréquemment, fragilisent notre flore intestinale et notre système immunitaire, et déjà que la prise longue de pilule empeche l’absorption de certaines vitamines essentielles à la santé de la peau telles que les vitamines d groupe B, il semble, encore une fois, logique d’essayer de ne pas surenchérir un système déjà taxé par des années de prise d’hormones artificiels. Je pourrais continuer longtemps à ce sujet, mais bon, tu vois un peu l’idée. Donc, je dirais juste que sans en être obsédée, opérer quelques petits changements pourrait être utile lors de ton sevrage, mais tu es libre de ne pas prendre en compte un moindre mot de ce que je viens de dire, et je ne t’en voudrais pas, héhé! 😉 Je t’envoie une bise de soutien, et tiens-moi au courant de la suite des événements! Félicitations pour le projet mariage + bébé!

      • Bonsoir Christelle,

        Merci de prendre le temps de me lire et surtout de me répondre avec autant de soin.
        Tous conseils est bon à prendre, tu me redonne vraiment espoir. Pour l’instant ma peau n’a pas de problème en particulier car je suis toujours sous pilule, qq petits microkystes par ci par là mais rien d’alarmant.
        En tout cas je garde précieusement ton article ainsi que ta réponse…
        Encore un énorme merci à toi, tu me mets du baume au coeur.

        Une belle continuation à toi et à bientôt…

        Alissa 🙂

      • Merci Alissa! C’est super gentil de ta part – heureuse de savoir que toutes ces infos peuvent aider. Tiens-moi au courant de l’évolution des choses pour toi!

  49. Bonsoir,

    Je viens de lire avec grand intérêt ton article et bravo et encore bravo!

    Je rêve d’arrêter Yaz que je prends depuis plusieurs années; mais j’ai été traumatisée par mon acné je n’aimerais pas en avoir à mon âge, 36 ans; tu me donnes tellement envie de vivre libre sans pillule.
    Est ce que 2 ans apres tu te sens toujours aussi bien?

    Belle soirée, belle semaine et très belle année à toi!
    Sabrina 🙋🏻

    • Coucou Sabrina! Bienvenie sur le blog! 🙂 Comme je te conprends! On a quasiment le même âge (je viens de fêter mes 34), et je sais à quel point cela peut-être agaçant de se sentir dépendant d’hormones artificiels. Pour te répondre en toute sincérité, moi, la vie sans pilule, j’adore! Tu te sens respirer; tu te sens libre; tu se sens en phase avec ton cycle et ta féminité. Le seul b-mol: tu ne peux plus masquer un éventuel problème hormonal. Personnellement, j’ai appris tellement de choses sur mon cycle. J’utilise une application sur mon téléphone dans laquelle je rentre ma température basale, mes symptômes, la consistance de ma glaire cervicale (je sais, ça a l’air dégueu, mais franchement une fois le choc de départ passé ça devient fascinant), et j’arrive à partir de là à établir quand j’ovule. J’ai découvert que j’avais une phase lutéale plutôt courte, ce qui peut provenir d’un manque de progestérone, ce qui, à son tour, peut provenir d’une vie un peu stressée (on n’y croirait pas car je vis en Californie, l’Etat de la zenitude, mais ici il faut se démener pour vivre correctement car tout est très cher, donc oui, parfois je dirais que je suis un peu trop stressée). Bref, pourquoi est-ce que je t’en dis tant? – Parce que j’ai vraiment le sentiment que cet arrêt de pilule m’a aidé à établir un lien entre plein de petites choses à priori sans grande importance. Je me sens plus ‘connectée’ à mon entourage. Sous pilule, ma peau était nickel tout le temps; là, si je suis surmenée ou fatiguée ça se voit. Je peux avoir des petites imperfections dûes au stress ou si je mange trop de sucreries (par exemple). Voilà ce que je dirais; l’arrêt de pilule m’a forcée à regarder ce qui n’allait pas forcément dans ma façon de vivre. Le travail n’est pas terminé, et je dois toujours essayer de rémédier cette histoire de phase lutéale trop courte (ce qui n’est vraiment pas bon en cas de projet grossesse car la progestérone est justement l’hormone de la gestation). Tout n’est pas forcément toujours rose, mais je me dis qu’au moins je le sais et je peux essayer d’y rémédier, et que sous pilule je vivrais certainement dans le monde des bisousnours. Voilà voilà ma réponse franche et complète. 😃 Je t’envoie une grosse bise de soutien, et n’hesite pas à revenir pour nous raconter ton aventure au naturel (si c’est ce que tu décides).

  50. Bonjour Christelle,

    Je te remercie beaucoup d’avoir partager ton histoire!

    Je voulais te demander plus de détails sur la façon dont tu as coupé la pilule – dans mon cas c’est Diane-35. Tu mentionnes un ‘cutter à papier’ – as-tu réussi à avoir des doses précises (par exemple le ¾ de la pilule exactement)? J’ai essayé de la couper moi-même en 3/4 avec un couteau très tranchant mais elle s’est complètement effritée, et donc la dose n’est pas devenue un 3/4 précis. J’ai aussi demandé à la pharmacie de me la couper et elle m’a dit que son coupeur de pilule allait probablement la faire s’effriter complètement vu qu’elle est tellement petite… J’ai peur de ne pas arriver à la couper précisément pour les six mois de sevrage – 3/4 puis 1/2, puis 1/4 comme tu as dis. Si tu peux partager ta façon de la couper avec plus de détails j’apprécierais vraiment beaucoup!

    Aussi, est-ce qu’il pourrait y avoir des gros saignements lors du sevrage ou d’autres risques potentiels? Je suis prête à faire le sevrage pour éviter l’acné, mais je me demande et j’ai un peu peur s’il y aurait des risques pour ma santé. S’il te plaît laisse moi savoir.

    Merci beaucoup d’avance!
    Ella

    • Salut Ella et bienvenue sur le blog! ☺️ Je comprends et je compatis. Honnêtement, j’ai un peu galéré avec les dosages moi aussi. Comme je le dis maintes fois dans ces articles *sevrage pilule* cette méthode n’est absolument pas orthodoxe et je n’ai demandé de conseils à personne pour l’entreprendre. Je ne peux pas te dire qu’il n’y a aucun risque niveau santé à opérer de cette façon car en toute franchise je ne suis pas qualifiée pour affirmer ce genre de choses. Je ne peux que te dire que cette méthode – peu idéale certes – a marché pour moi dans la mesure où elle a permis à mon corps de reprendre le dessus sur tous les chamboulements post-pilule en douceur. Au niveau du dosage j’ai fait comme j’ai pu pour couper ma pilule au plus près possible du 3/4 – 1/2 – 1/4 mais forcément il y a eu des ratés, et certains jours je me suis retrouvée avec des pilules effritées et coupées en plusieurs morceaux. Ne voulant vraiment pas tout arrêter d’un coup j’ai décidé que le *moindre mal* ça restait de prendre des morceaux de pilule effrités… pas idéal certes mais dans mon cas c’était ma seule solution. Si tu estimes que c’est trop approximatif pour toi de doser la pilule de cette manière je comprends totalement. La partie enrobée de la pilule est là, justement, pour ralentir l’absorption des hormones; quand on coupe les comprimés on s’expose forcément à une absorption plus rapide dont je ne suis pas suffisamment informée pour pouvoir parler… Je ne veux pas t’alarmer – pour moi ainsi que pour de nombreuses femmes cette méthode a marché contre l’acné, contre les fluctuations de cycle, etc., mais encore une fois il s’agit d’une décision tout à fait personnelle que l’on doit faire avec soi-même.
      Personnellement lors du sevrage je saignais à peu près une semaine avant l’arrêt des comprimés, et j’attribue cela au dosage réduit de progestatif (pas assez suffisant pour maintenir la paroi utérine).
      C’était pénible, je ne le cache pas, mais pour moi il n’y a jamais eu de « gros saignements ». Les saignements étaient comme des règles moyennement abondantes et pour moi c’était totalement faisable de continuer ma vie en ayant ces saignements. Je ne dis pas que c’était LE truc le plus génial au monde, mais bon je n’étais aucunement handicapée par les saignements.
      En fait, et surtout, c’est toi qui dois déterminer si oui ou non cette méthode te convient. En postant ces articles mon but était surtout d’informer les nénettes, qui, comme moi, pensaient devoir prendre la pilule à jamais par peur de subir une grosse crise d’acné ou d’amenorrhée. Je voulais juste leur dire qu’il existait autre chose – une autre façon de les libérer ce la pilule. J’aimerais tellement avoir encore autre chose à proposer pour en venir à bout mais hélas pour l’heure c’est vraiment la meilleure chose que j’ai trouvée. Je te souhaite en tout cas une heureuse aventure au naturel… avec ou sans sevrage… et je t’envoie une grosse bise de soutien!

  51. Hello à toutes,

    Comme promis, je viens au rapport. J’ai commencé le sevrage il y a 2 mois et demi, j’ai donc passé mes 2 mois à 3/4 de comprimés, et ai entamé 2 semaines à 1/2 comprimés. Lors de mon arrêt brutal, en un mois j’étais couverte d’acné (visage, cou, nuque, dos, poitrine), moi qui n’avais jamais eu d’acné adolescente. Comme vous toutes, la seule solution proposée a été de reprendre la pilule, ça a mis 6 mois pour retrouver une peau « normale » (est-ce vraiment normale que la peau ne traduise pas mon stress du moment, ma raclette de la veille et mes déboires aléatoires ? j’en doute…).
    Où en est mon corps : quelques boutons dans le cou, 1 par ci par là, rien de traumatisant. ils sont arrivés au bout de 1 mois et 1/2. Par contre depuis une semaine, je trouve que mes cheveux graissent plus vite. Wait and see ! Je considère que le sevrage se passe très bien pour le moment, je stresserai plus lorsque j’arriverai au 1/4, ou encore à l’arrêt complet…en fonction de l’évolution de mon corps, je rallongerai d’un mois les prises d’1/2 et d’1/4 de comprimés.
    Je pense qu’il ne faut pas hésiter à être à l’écoute de son corps, et à affiner la méthode en fonction. Chaque pilule est différente, et chaque organisme répondra différemment à une même stimulation. En tout cas Christelle, merci beaucoup d’avoir partagé ton expérience et de nous donner une méthode, peut être pas pas homologuée par le corps médical, mais en tout cas homologuée par moi-même et toutes celles qui l’ont essayée. ça compte !! Merci de m’avoir donné la force de me sortir de cette grosse daube de pilule. Bon sevrage à toutes !

    • Allez voir ce témoignage, le corps a besoin d’aide durant cette phase de détox pilule. Il ne faut pas hésiter à tester ces différentes méthodes. pour ma part, je fais des cures de pissenlit, bardane, prend une gélule de gattilier par jour, tartine ma peau à l’huile de jojoba et rien d’autre, fais des lavements, ai arrêté le sucre raffiné, café, alcool, diminué fortement produits laitiers, gluten, et consomme beaucoup beaucoup de fruits (bio!) et de jus de légumes (bio!).
      http://je-cree-mon-equilibre.com/se-debarasser-dune-acne-severe-naturellement-mon-temoignage/#more-523
      Bon courage à toutes !

    • Merci merci Julia, et quel courage! 👏🏼 C’est pour toutes celles qui, comme toi, ne pensaient jamais pouvoir se débarrasser de la pilule après une première tentative d’arrêt échouée, que j’ai écrit ces articles il y a plusieurs années déjà. Je te souhaite une magnifique aventure au naturel – ça m’a l’air bien parti en tout cas!
      Je comprends ton inquiétude à l’approche des plus petites doses mais je pense que tu es à l’écoute de ton corps et tu verras venir d’ici-là. L’acuponcture pourrait éventuellement t’aider. J’ai une amie en plein sevrage et elle va chez l’acuponcteur une fois par mois et elle dit que ça l’aide énormément au niveau digestion/sommeil, etc.
      Tiens-nous au courant! Bise!

  52. Bonjour, je viens de lire ton article et merci pour tout ce que tu viens de dire mais comment fait on quand on a arrêter la pilule depuis maintenant 4mois et que je teste tout les masques de pinterest peu couteux et facile d’accès ( miel, cannelle, bicarbonate… etc) les boutons on quand même bien réduit mais est ce que cela va vraiment durer 1ans parce que j’en peut plus de voir m’a tête comme ça et je n’ais jamais eu une tête comme ça donc ça m’énerve… lol est ce que je dois la reprendre ou continuer mes masques?? Merci pour ta réponse.

    • Salut Laura, et bienvenue. 🙂 Je suis désolée d’apprendre que tu passes par une crise d’acné en ce moment. Alors, comme je le dis et je le redis, je ne suis ni médecin ni médium, et hélas je ne peux absolument pas te dire pour combien de temps tu en auras avec cette crise hormonale car les facteurs causaux sont sûrement nombreux. En revanche, ce que je peux te dire avec certitude c’est que l’acné n’est qu’un symptôme d’un dérèglement ailleurs. Les boutons sont là pour nous communiquer un ou plusieurs problèmes – dans ton cas de figure il se peut fortement que ce problème soit uniquement hormonal (ton corps est entrain d’essayer de re-doser les divers hormones sexuels après une longue période de ‘veille’ pendant laquelle tu prenais la pilule). Il se peut que le problème soit digestif aussi (la pilule masque souvent nos intolérances alimentaires et nos allergies). Le foie a plus de 500 fonctions, et il se peut que ton petit foie soit juste débordé; c’est lui qui traite les hormones ‘usés’ et qui se charge de s’en débarrasser; c’est également lui qui gère les toxines environnementaux/alimentaires. Les intestins sont aussi fragilisés par la prise de pilule; la flore intestinale est souvent détruite, et l’absorption de certains nutriments tels que les vitamines du groupe B est difficile (et on sait que les vitamines du groupe B sont liées à la santé de la peau, des ongles, et des cheveux, entre autres). En gros, cette période post-pilule est dure pour ton corps car il lutte pour retrouver l’homéostasie, et parfois il faut lui filer un petit coup de main. Perso, je conseillerais un bon probiotique (acheté au rayon frais de ton magasin bio le plus proche – les bactéries meurent lorsqu’elles ne sont pas réfrigérées donc à éviter les probiotiques ‘sechés’), un complexe vitaminique groupe B afin de donner un coup de pousse à la peau, et si tu peux j’essayerais de trouver un concentré de curcuma en gélules car c’est un puissant anti-inflammatoire. La santé de la peau passe surtout par l’intérieur – je suis convaincue qu’en changeant un peu tes habitudes alimentaires/ton hygiène de vie tu obtiendras plus de résultats sur ta peau qu’en effectuant des masques… En tout cas je te souhaite tout plein de courage et tiens-nous au courant de l’évolution des choses!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s